Version HTML ?



La colline aux pommiers

Llyr était à bout de souffle. La colline était haute et ses jambes commençaient à ne plus le porter. Il avait l'habitude de la gravir calmement dans la lumière du soir. Mais aujourd'hui il fallait se dépêcher. En haut, au centre du cercle de pierres Rihannon l'attendait. Ses longs cheveux sombres retombaient sur sa cape. Elle tenait à la main la bride de deux chevaux.
Il aurait voulu lui parler un peu mais le temps pressait. Ils échangèrent un baiser, un seul, et se mirent en selle.
Ils descendirent rapidement le flanc est de la colline et mirent les chevaux au galop dès qu'ils eurent atteint le plat. Llyr ressentait une sensation étrange, inconnue, il frissonna, était-ce de la peur ?
A bride abattue ils s'éloignèrent le plus possible des villages environnants et prirent la route du sud. Quand ils eurent parcouru deux lieues leur course prit fin.

-Où est ton père ? dit Rihannon en reposant le rênes sur l'encolure de son cheval.
-Je pense qu'il doit être encore au village, avec ses hommes, mais maintenant il a du s'apercevoir de ma disparition.
Llyr avait le coeur lourd, il n'aimait pas désobéir à son père, il n'avait pas eu le choix cette fois ci, mais cela ne représentait pas moins une trahison.
-Nous pouvons encore faire demi-tour murmura Rihannon qui comprenait sa peine. Si c'est ce que tu souhaites je le ferai.
Mais la fierté du jeune homme ne souffrirait pas cela.
-Non ! Tu braves ton père et tes frères autant que moi en partant, et il est hors de question que je t'expose à leur colère. Si nous revenons nous serons condamnés l'un et l'autre, moi pour désertion et toi pour t'être enfuie avec moi. Ils se battront s'ils le veulent mais je ne serai pas à leurs côtés !

Rihannon elle aussi était fière, mais elle préférait endurer la honte plutôt que de suivre les vues de sa famille. Cela faisait longtemps qu'elle aimait Llyr, et même si elle n'avait pas osé lui avouer elle était prête à tout pour rester avec lui. Elle s'était montrée une amie fidèle, pleine de tendresse et de compassion, apportant son aide à Llyr quand il avait du chagrin. Jamais elle ne lui avait laissé soupçonner qu'elle ait pu l'aimer avant qu'il ne se déclare lui-même. Et la situation n'avait jamais été simple. Les clans auxquels appartenaient leurs familles étaient devenus ennemis. La famille de Llyr était restée fidèle aux anciens chefs, la sienne s'était alliée à l'envahisseur venu de l'est.
Rien que pour cela elle était heureuse de désobéir, pour rejeter l'autorité que revendiquaient les usurpateurs sur les terres libres. Jamais elle n'aurait voulu voir son père combattre contre son propre peuple, et c'est pourtant ce qui allait se passer.
Llyr, lui, était le fils préféré d'Yffin, le chef du clan qui résistait depuis l'arrivée des usurpateurs. Son devoir de fils et de chevalier était de combattre pour son peuple, pour sa liberté. Le matin même il avait déserté.
Il avait laissé sa lance et son épée, ne gardant avec lui que son arc. La veille il avait embrassé son père et sa mère. Ils n'avaient rien pressenti, les jeunes combattants passent toujours les veilles de bataille dans leur famille. Mais il était sorti en cachant ses larmes et le coeur serré. Il aimait ses parents, il aimait son peuple.... Mais il aimait Rihannon.

Llyr se sentait complètement impuissant face à la situation, il poussait son cheval au triple galop pour ne pas regarder en arrière. Là-bas son père se battait à présent, et celui de Rihannon aussi, mais du côté des traîtres. Elle n'y pouvait rien, elle avait souffert plus qu'à son tour de la décision de sa famille, et s'y était opposée avec véhémence. Mais elle ne pouvait leur parler de lui sans le mettre en danger, étant fils de chef du clan opposé. Durant sa jeunesse ils avaient accepté leur amitié, du temps où l'envahisseur n'avait pas séparé les peuples et semé la discorde entre les frères de sang. Maintenant leur révéler leur amour aurait tué tout espoir pour eux.
C'est alors qu'ils avaient décidé de fuir ensemble, vers le sud libre, même au prix d'une séparation éternelle d'avec leurs familles.

Ils chevauchèrent tout le jour presque sans arrêt, échangeant peu de mots, préoccupés par les mêmes doutes, les mêmes remords. Le soleil déclinait, le vent venu de la mer soufflait sur leurs visages. Ils approchaient de la côte.
Le sang battait aux tempes de Llyr, au fond de lui il entendait les cris des hommes et des chevaux sur la colline, la colline sacrée où ils s'étaient retrouvés pendant toutes ces années parmi les pierres levées.
Un éclair aveuglant passa devant ses yeux, il vit le grand menhir taché de sang, une épée tomber à terre. Il passa sa main sur son front pour chasser l'image. Une lance, un faucon, un étendard, du sang, trop de sang, tout se brouillait en lui. La paix de la colline avait été déchirée par les combats, des âmes étaient tombées sur l'herbe où ils avaient échangé leurs serments. Le pommier qui se dressait au sommet, celui même contre lequel ils s'asseyaient pour rêver, il portait des marques de hache.
Rihannon fit arrêter son cheval près du sien, il vit qu'elle pleurait. Elle aussi savait ce qui arrivait là-bas, à des lieues d'eux.
Au loin le soleil plongeait doucement dans la mer. Le visage de Rihannon était noyé dans ses cheveux bruns. Les grands rochers roses se dressaient devant eux, il fallait s'arrêter pour la nuit.

Ils descendirent vers les falaises et laissèrent les chevaux aller à leur guise dans l'herbe fine et les bruyères. Le vent de mer et la musique des vagues les calmèrent un peu. Ils marchèrent en silence jusque sur les rochers, debout face à l'étendue sans limite, loin des querelles des hommes. Les yeux de Rihannon restèrent fixés sur l'horizon, vers le soleil couchant.
Comme elle était belle... Doucement il lui prit la main et la posa contre son coeur. Elle leva ses grands yeux vers lui sans rien dire. Elle enfouit sa tête contre son épaule, il l'entoura de ses bras. Ce fut une longue étreinte, tendre et immobile. Ils restèrent longtemps ainsi, sans bouger toujours debout face à la mer comme des images immortelles, les lèvres de Llyr sur le front de Rihannon parmi les mèches brunes. Epuisée par la course et l'inquiétude, elle fermait les yeux. Il la tenait étroitement contre lui, sentant que les forces lui manquaient.
Ensemble ils réussiraient, il le savait.
La nuit vint doucement. Il déplia des couvertures pour couvrir le sol herbu. A peine étendue contre lui Rihannon s'endormit. Les étoiles s'allumèrent dans le ciel bleu sombre.
Lui il ne pouvait pas dormir, y avait-il un dieu là-haut qui comprenait leur geste ?
Seraient-ils toujours maudits par leurs familles ?
La bataille, qui l'avait gagnée ? Les hommes se battant pour la liberté ou les barbares affamés de terres nouvelles ? Et s'il avait été là, s'il s'était battu ? Le poids des âmes tombées aurait-il été moins lourd ?
Une larme coula contre sa joue, chaude et claire. La colline sacrée, leur paradis avait sans doute été ravagé par la bataille. Les antiques rochers avaient été le décors de leurs jeux d'enfants, c'était là que Rihannon l'avait consolé maintes fois quand leurs clans étaient devenus ennemis, c'était leur temple, leurs meilleurs souvenirs..... Il ne savait plus, la fatigue l'emportait sur la lucidité, à son tour il ferma les yeux.

Le matin les trouva ainsi, l'un contre l'autre calmement endormis. Ce fut le cri des sternes et des goélands qui les éveilla. Rihannon se leva et alla marcher alentour pour achever se rendre à la réalité. Elle se sentait plus forte que la veille. Elle tira de quoi manger de leur bagage et sella les chevaux. Il lui prit l'envie de descendre jusqu'à la mer. Elle se laissa glisser le long de la pente herbue et mit le pied sur les rochers humides. L'eau était très froide, elle trempa sa main dans l'écume et la porta à sa bouche, juste pour sentir le goût du sel. La saveur piquante lui fit du bien. Llyr l'appelait, elle remonta en chantant.
Ils se remirent en selle et galopèrent avec ardeur jusqu'au soir.

La région où ils entraient était plus âpre et vide, comme si l'été n'avait pas réussi à s'installer tout à fait. Quelques rares maisons de bois se tapissaient contre les collines hérissées d'ajoncs et de frênes. Llyr promenait son regard sur le paysage, il aurait voulu mieux pour la jeune fille qu'il aimait. Il rêvait de champs verts et de forêts de chênes. L'éclat bleu de la mer aussi lui vint à l'esprit. Elle, elle ne lâchait pas la route du regard, peu lui importait où ils allaient pourvu que Llyr soit à ses côtés.
Cette nuit là ils ne s'arrêtèrent pas, l'ivresse de la liberté et de l'espace les poussait à continuer. Comme pour encourager leur marche Rihannon chantait, pour conjurer la peur et libérer l'espoir. Llyr pensait encore à son père, il l'avait toujours aimé, il était son plus jeune fils, lui pardonnerait-il ? Et sa mère, douce et pleine de sagesse, comprendrait-elle ce que cette jeune fille représentait à ses yeux ?
Ils avaient renoncé à bien des choses pour rester ensemble. Il leva les yeux au ciel à nouveau, leurs destins étaient peut être écrits là-haut.
Les étoiles pâlirent doucement, le relief changeait peu à peu, le route se bordait d'arbres et de haies. Un vent frais s'était levé, chargé de parfums. Peu à peu le disque étincelant émergea des terres pour enflammer le ciel.
Llyr laissa toute la tension accumulée retomber en lui-même, il se sentit fondre comme neige au soleil, un sourire de dessina sur ses lèvres. Elle lui souriait aussi, elle descendit de cheval au milieu de la route et lui prit la main. Il glissa à bas de sa monture.
Devant eux de dessinait une petite colline couronnée d'arbres, bien différente de la leur, mais nimbée de lumière naissante.
Ils marchèrent se tenant par la main, Llyr se laissait conduire, sachant très bien où ils allaient.
Elle rayonnait, ses cheveux volant doucement autour d'elle. Llyr la prit dans ses bras et l'embrassa doucement. Ils laissaient tout derrière eux mais au devant se levait un espoir.
Ils gravirent la petite colline comme au premier jour.

Ecrire à Kendra
© Kendra



Publication : Concours "La Montagne du Destin" (Décembre 2001)
Dernière modification : 07 November 2006


Noter cette page : Vous devez vous identifier pour utiliser le système de notation

A toi de choisir parmi les récits et illustrations sur le site

Fladnag
Le deuxième Seigneur de l'Anneau
Kendra
La colline aux pommiers
Vifsorbier
L'histoire de Johan Tourvel
Yasbane
Le condor et le serpent
Arwen
Montagne fatidique
Persévérance
Narwa Roquen
Le creux céleste
Telglin
Cycle d'Eternité
Vifsorbier
Au 12 de la rue des escarts
ze-poete
Au sommet

signifie que la participation est un Texte.
signifie que la participation contient un Dessin.


Aucun Commentaire



Ajouter un commentaire

Pseudo
Mail
Titre ou commentaire concis
Commentaire détaillé
(Optionnel)



Page générée en 64 ms - 506 connectés dont 3 robots
2000-2017 © Cercledefaeries