Version Flash ?

Messages FaeriumForum
 Ajouter un message Retour au forum 
 Rechercher un message Statistiques 
 Derniers messages Login :  S'inscrire !Aide du forum 
 Afficher l'arborescence Mot de passe : Administration
Commentaires
    Se souvenir de moi
Admin Forum 
 Derniers commentaires Admin Commentaires 

 WA - Participation exercice n°16 partie 5 Voir la page du message Afficher le message parent
De : Maedhros  Ecrire à Maedhros
Date : Lundi 28 mai 2007 à 18:05:31
Je crois que je me suis attelé à une histoire qui déborde le cadre de l'exercice, qu'importe!

J'ai la trame, les étapes du scénario, la chute finale mais j'ai beau tailler dans le texte, il en reste beaucoup.

Elemmirë a parlé de Lost (que je n'ai pas vu!). Quant à moi, je parlerais de Paradise Lost (pour les connaisseurs).

____

Il fait chaud, très chaud. La végétation souffre de cette chaleur caniculaire, aux variations exagérément brutales. Malgré les avertissements répétés des climatologues, rien ne fut entrepris pour stopper la fonte des glaces. Autour des grandes tables rondes, les discours les plus persuasifs furent vains lorsque les comptables et les financiers eurent fini de chuchoter à l’oreille des seigneurs de ce monde. Les banquises se rétrécirent, les glaciers reculèrent, jusqu’à disparaître. Le niveau des eaux s’éleva de près de cent mètres, remontant loin dans les terres.

Le sentier épouse le relief tourmenté du contrefort montagneux, dessinant des lacets parmi les chênes verts. Là se trouve le camp 28. Anis y a passé vingt quatre mois de sa vie, vers la fin de la deuxième peste aviaire. C’était un des centres de la chaîne de sécurité sanitaire. Libéré de ses obligations, Anis était revenu profondément changé, taciturne et secret. Ses parents n’ont rien demandé. Ils ont juste noté la rage sourde avec laquelle il labourait les champs, comme s’il avait voulu enterrer, dans le sillon fraîchement retourné, ce qu’il avait vu là-bas. Aujourd’hui, le centre est fermé depuis presque dix ans. Les baraquements, les silos et les laboratoires souterrains sont désormais vides et silencieux. Il n’y a ni moulin ni église. Juste un long muret de marbre noir où sont calligraphiés des centaines de noms. Aucune tombe. A son retour, Anis a fait un cauchemar récurrent. A genoux près du muret, il déchiffre son nom parmi les autres tandis qu’une voix ironique l’appelle tout bas dans le noir. "Qu’as-tu fait, Anis ? Qu’as-tu fait de ton âme ? "

La monotonie plonge Anis dans ses souvenirs. Ce n’est pas chose aisée, les fantômes hantent leurs allées obscures. Le dessein de la Dame Blanche demeure impénétrable, tissé de cette matière qui constitue l’avenir.

Une pancarte militaire de signalisation renversée parmi les mauvaises herbes indique le ciel. Pourtant, le C28 n’était qu’une version moderne et médicalement aseptisée de l’enfer. Anis fait un effort pour suivre la voie. Il est midi. La montre émet un léger bip. Anis extirpe d’une de ses poches un flacon sans étiquette contenant des comprimés pas plus gros que des grains de riz. Il en avale deux en grimaçant. Si la pollution n’est plus visible, les rayons du soleil sont des tueurs implacables. On peut vivre sans trop de contraintes à la surface du globe du moment qu’on accepte quelques désagréments et qu’on a les moyens de payer. C’est tragique mais banalement économique. Les autres, au Sud, vivent moins longtemps, c’est tout. Cela sera ainsi tant que les routes de l’espace resteront fermées. Et jusque là, les remparts protègeront la Confédération, à l’instar de ceux de la Russie, de l’Empire du Milieu ou de la Sainte Amérique.

La clôture barbelée est toujours là, avec ses griffes et ses miradors. Elle délimite une vaste clairière façonnée par l’homme. A gauche, plusieurs baraquements alignés, aux étroites fenêtres barreaudées, enfermés par une enceinte intérieure. A droite, deux silos imposants où étaient entreposés les matériaux et les consommables. Anis se rappelle que les accès aux niveaux souterrains étaient situés à l’arrière, près du poste de commandement. Beaucoup y descendirent, peu remontèrent, hormis les techniciens et les militaires du régiment de Dragons à l’oriflamme de feu et de sang. Anis n’y est jamais descendu. Affecté aux cuisines, il a failli plusieurs fois se faire prendre à donner un peu plus de nourriture aux prisonniers infectés.

Anis sait où trouver la grotte dont elle a parlé. Il attache la longe de la vache à la rampe du PC. Dans sa tête chantonne une petite voix fluttée : « Ecoute le diable, écoute le diable...écoute bien ! » Si les portes extérieures sont étrangement ouvertes, l’ascenseur ne fonctionne plus. A côté, la cage d’escaliers s’enfonce progressivement dans l’ombre. Tous les sens en alerte, Anis s’immobilise : une sorte de sanglot s’élève du trou noir. Anis n’est plus croyant. Il fréquente l’Eglise Gorienne plus par prudence que par conviction.

Il place son pied droit sur la première marche : ce qui doit arriver ne peut pas manquer.

à suivre...

M


  
Ce message a été lu 2307 fois

Smileys dans les messages :
 
Réponses à ce message :
Elemmirë  Ecrire à Elemmirë

2007-05-28 21:12:31 

 Assombrissement (ça se dit ça??)Détails
Autant le n°1 commençait de façon sympathique, autant plus on avance, et plus ça sent les ennuis sérieux... C'est angoissant comme ambiance, dépêche-toi de le faire devenir riche!!

Elemm', qui met la pression ;)

Ce message a été lu 2240 fois


Forum basé sur le Dalai Forum v1.03. Modifié et adapté par Fladnag


Page générée en 115 ms - 463 connectés dont 4 robots
2000-2017 © Cercledefaeries