Version Flash ?

Messages FaeriumForum
 Ajouter un message Retour au forum 
 Rechercher un message Statistiques 
 Derniers messages Login :  S'inscrire !Aide du forum 
 Masquer l'arborescence Mot de passe : Administration
Commentaires
    Se souvenir de moi
Admin Forum 
 Derniers commentaires Admin Commentaires 

 Répondre à : WA 95 : participation 
De : Estellanara  Ecrire à <a class=sign href=\'../faeriens/?ID=69\'>Estellanara</a>
Page web : http://estellanara.deviantart.com/
Date : Mercredi 24 aout 2011 à 09:39:28
Un peu de temps libre et je fais un passage parmi vous. J’espère que vous allez tous bien. Je pense bien à vous malgré mon peu de présence.
J’ai fait un rêve étrange il y a quelques semaines et j’ai eu envie de l’écrire. J’aurais souhaité en faire un poème mais je suis trop mauvaise pour écrire des vers... Il n’y a pas vraiment d’histoire, juste des impressions.




Je pars avec eux







Ma place n'est plus ici. Je m'en vais, ma toute belle. Pourras-tu me pardonner ? Ma plume court en silence sur le vélin. La nuit est tombée sur la ville. Je n'ai jamais vraiment appartenu à ce monde. Ce soir, je l'abandonne. Je t’abandonne.
Je pars avec eux.

Adieu, ma soeur bien-aimée, ma tourterelle. J’ai pris ma décision. Ce soir, je sortirai et, quand la Cohorte passera, je me joindrai à elle. Je marcherai enfin parmi les miens. Ce soir, j’accepte ma vraie nature. Depuis que je suis née, on m’a appris à les craindre, à les haïr. «Ferme bien les volets quand le Voile s’effiloche.» «Ne sors pas dans les rues à la lumière de la Lune Ombreuse.» «Ne les regarde pas passer sinon ils t’emporteront.» Je les ai regardés, ma toute belle. J’ai vu leur étrange et fantastique beauté. A chaque fois, j’ai écarté les planches de bois et je les ai contemplés en secret, prudemment, du coin de l’oeil, sans m’attarder sur aucun d’entre eux. Je les connais. Ils sont moi. Je l’ai toujours su mais je ne voulais pas te laisser. J’ai longtemps hésité. Jusqu’à ce soir.
Je pars avec eux.

Je les entends. Encore une fois, le Voile se déchire et nos deux mondes se rapprochent, se mêlent. Ils ont franchi les portes de la ville. La Cohorte arrive ! J’entends sa musique, baroque et saugrenue, les éclats de silence, l’harmonie d’un désordre joyeux. Ne peux-tu l’entendre dans ton sommeil tranquille ? Ils chantent et leurs voix sont d’eau et de ténèbres. Ils jouent et leurs notes explosent et se figent et caressent mon coeur. Bientôt, mon chant se mêlera aux leurs. Ah ! que ces derniers instants d’attente me semblent longs ! Pardon, ma soeur adorée, j’ai hâte de quitter cette maison, de te quitter. Les larmes ruissellent sur mon sourire radieux et viennent tâcher mes derniers mots. Tu es forte. Tu survivras sans moi. Je ne manquerai à nul autre. Maman me hait depuis le premier jour. Je hurlais, couverte de sang et de fluides, je cherchais son sein mais elle a vu la marque sur mon épaule. Quand aux autres, ils me craignent et se signent sur mon passage. Je n'ai jamais vraiment appartenu à ce monde. Mon vrai peuple approche, dans la lumière de la Lune Ombreuse.
Je pars avec eux.

Des volets claquent, des clés tournent précipitamment, on mouche les chandelles. Cachez-vous, honnêtes gens, car la Cohorte arrive ! Tremblez, fermez les yeux ! Leur regard peut vous envouter, vous subjuguer, et vous persuader de les suivre. Ils approchent. A leur tête, je le sais, marche un enfant infiniment vieux. Sa peau est lisse comme le tronc d’un arbre et ses yeux brillent comme nuages d’orage. Il tient une lumière magique qui projette des étincelles de bronze et d’ambre. Tant de fois, je l’ai contemplé ! Qu’il me tarde donc de le suivre ! Derrière lui avance un être aussi gigantesque que le temps, aussi doux que la solitude, aussi terrifiant que la vie elle-même. A sa gauche, clopine toujours cet autre aux membres de fumée. Sa main qui n’en est pas une brandit un flambeau à l’éclat d’encre. Ils avancent, troupe formidable, mosaïque d’êtres splendides et biscornus, irradiant de magie. Je suis l’une d’eux. Ma soeur, toi seule connais mon pouvoir. Toi seule as vu les fleurs de lumière sucrée et entendu le discours des chats. Je ne veux plus me cacher. Je sais que tu comprends, ma toute belle, ma tourterelle. Ta main n’a que cinq doigts et le lait n’a jamais tourné sur ton passage. Mais je sais que tu comprends. Me pardonneras-tu ?
Je pars avec eux.

Je les sens dans mes os ; ils sont dans l’air que j’inspire. Ils sont moi. Je l’ai toujours su. Tant de fois, je les ai vus passer. Tant de fois, j’ai résisté à l’impulsion de les suivre. Pour toi, ma soeur bien-aimée. Ce monde de haine et de peur, ce monde de froid et de douleur, de gris, d’ennui, de désespérance... ce monde n’est pas le mien. Ce soir, je l'abandonne. Je t’abandonne. Lorsque le Voile se reformera, lorsque nos deux mondes se sépareront, alors tu seras seule. Penseras-tu à moi ? Me haïras-tu ? Et lorsque reviendra la Lune Ombreuse, me guetteras-tu par la fenêtre ? Ils sont là à présent. Ils passent devant notre porte ouverte. Ma toute belle, tu dors innocemment, notre mère tremble et se recroqueville sous les draps et moi, je les regarde enfin librement. Ils avancent, tous à leur manière singulière, flottant, glissant, tombant, vibrant... Ils sont environnés de lumières aux couleurs indéfinissables, inconnues de ce monde. Il y a dans leurs rangs des êtres à tête de pluie et à queue de phénix, des monstres superbes et des dryades inquiétantes. Une femme à neuf bras, belle comme le poison, ondule une danse immobile. Une chimère translucide, le corps caché sous une toge de cendre, exhale des parfums tranchants. Il est temps.
Je pars avec eux.

Adieu, ma soeur, ma tourterelle. Je lâche la plume et je sors dans la rue. Je me mêle à la Cohorte. Enfin... enfin ! Un sphinx sans visage se retourne et me sourit. Une créature aux cheveux de foudre et aux yeux de brume prend ma main et la serre doucement. Je suis chez moi.

Estellanara, a ghost in the shell

Ce message a été lu 4465 fois

 Répondre

Titre
Auteur
Email
Page Web
Signature
Couleur:  
Mise en forme fine du texte :

Autres options :

 
 
Message
Icônes
 Défaut 
 Question 
 Remarque 
 Avertissement 
 Réaction 
 Idée 
 Plus 
 Nouvelles 
 Ok 
 Triste 
 Colère 
 Accord 
 Désaccord 
 Amour 
 Brisé 
 Fleur 
   Me prévenir par mail en cas de reponse a ce message

    
Liste des Smileys


Forum basé sur le Dalai Forum v1.03. Modifié et adapté par Fladnag


Page générée en 35 ms - 316 connectés dont 3 robots
2000-2019 © Cercledefaeries