Version HTML ?

Messages FaeriumForum
 Ajouter un message Retour au forum 
 Rechercher un message Statistiques 
 Derniers messages Login :  S'inscrire !Aide du forum 
 Masquer l'arborescence Mot de passe : Administration
Commentaires
    Se souvenir de moi
Admin Forum 
 Derniers commentaires Admin Commentaires 

 Répondre à : Les anges n'ont pas de sexe 
De : Maedhros  Ecrire à <a class=sign href=\'../faeriens/?ID=196\'>Maedhros</a>
Date : Vendredi 1 septembre 2006 à 17:31:18
A lire toutes les contributions sur ce thème, je me suis dit que la brièveté, finalement, avait ses limites.

Pour reprendre l'exemple de T. Cruise ou de M. Gibson, à mes yeux, deux bons acteurs dans leur genre, je ne souscris pas à leur vision du monde. Mais finalement, qu'en ai-je à faire?

Il paraît que le "dernier samouraï " était une insidieuse apologie des valeurs scientologues. Quand je l'ai vu, l'histoire était bien racontée et les valeurs que j'y ai reconnues m'ont semblé anodines et relativement universelles (la rédemption, le dépassement de soi, l'héroïsme, l'amitié, l'humanisme et même la tradition opposée au progrès unilatéralement industriel). Les rapprochements avec la secte de scientologie m'ont paru capillotractés pour le moins. A ce moment, tout est dans tout et vice et versa). Que dire alors de Dune, de F. Herbert?

Maintenant, j'imagine que l'église catholique, dans ses origines, a certainement dû être aussi assimilée à une secte. D'où une question : à partir de quel point de pouvoir, de puissance ou de propagation, une secte se métamorphose en église?

Les auteurs, les acteurs donnent chair à leurs personnages, sans plus. Je dirais même que ce qu'ils sont en dehors de leur cadre (papier ou toile) me laisse complètement indifférent.

In fine, je ne suis pas naïf au point de ne pas avoir, comme Flad' d'ailleurs, des critères de choix , voire à écarter aussi tel ou tel en raison de ses professions de foi!

Mais dans le lot, je suis à coup sûr certain que j'ai dû lire, écouter ou regarder des oeuvres d'auteurs, acteurs/cinéastes ou interprètres avec lesquels je ne partage pas les "mêmes valeurs".

Si j'écoute Pain of Salvation ou Vanden Plas, (Sylvan en ce moment) , je peux aussi me plonger dans un quatuor à cordes ou dans la mélancolie de Smetana et y retrouver les mêmes sources de sensations

Dans l'histoire initiale, rien ne m'a surpris au point de m'interroger sur les motivations de son auteur.

Pour en terminer, ce qui m'accroche dans toute histoire, c'est la mise en perspective, la narration, les images véhiculées par le verbe, au-dessus même de la construction formelle du récit. Je relis régulièrement Malaparte, un des rares auteurs non SF de ma bibliothèque et un ciseleur d'images sans pareil!


Maedhros

La pluralité divine remet l'homme au centre.
Et puis ne sommes-nous pas dans un cercle de féérie?

Ce message a été lu 4672 fois

 Répondre

Titre
Auteur
Email
Page Web
Signature
Couleur:  
Mise en forme fine du texte :

Autres options :

 
 
Message
Icônes
 Défaut 
 Question 
 Remarque 
 Avertissement 
 Réaction 
 Idée 
 Plus 
 Nouvelles 
 Ok 
 Triste 
 Colère 
 Accord 
 Désaccord 
 Amour 
 Brisé 
 Fleur 
   Me prévenir par mail en cas de reponse a ce message

    
Liste des Smileys


Forum basé sur le Dalai Forum v1.03. Modifié et adapté par Fladnag


Page générée en 39 ms - 454 connectés dont 3 robots
2000-2018 © Cercledefaeries