Version HTML ?

Messages FaeriumForum
 Ajouter un message Retour au forum 
 Rechercher un message Statistiques 
 Derniers messages Login :  S'inscrire !Aide du forum 
 Afficher l'arborescence Mot de passe : Administration
Commentaires
    Se souvenir de moi
Admin Forum 
 Derniers commentaires Admin Commentaires 

 Commentaire Maeglin, exercice n°109 Voir la page du message Afficher le message parent
De : Narwa Roquen  Ecrire à Narwa Roquen
Date : Jeudi 27 septembre 2012 à 23:56:40
Comm Maeglin 109




Revoici le Margrave dans une nouvelle aventure. Ca faisait longtemps, mais rien à dire, il se ressemble ! Ton héros cultive l’ambiguïté comme d’autres le cannabis. Désabusé jusqu’à la limite de l’humour ( la politesse du désespoir), il se laisse mener par le hasard dans une quête qu’il n’est pas sûr de pouvoir nommer. Il a le côté romantique des dandys du XIX° siècle, entre Baudelaire et Oscar Wilde, partageant avec eux une forme de spleen raffiné et oisif où le sexe et la mort se partagent la scène.
L’histoire est métaphorique à souhait, mais la boucle se referme sur elle-même. Le sang, omniprésent, frais ou cuit, humain ou porcin, image de vie ou de mort, est soustrait ou ajouté pour que les comptes s’équilibrent au zéro, que seuls les comptables vénèrent. Et tout est à recommencer.
Le 2° paragraphe est géant ! Ton style y atteint son apogée, en particulier avec cette « postérité charcutière », association improbable qui va une fois de plus régaler tes lecteurs.


Bricoles :
-sans que les villageois ne reportent une disparation : faute de frappe
- lorsqu’il les invoquait de manière trop pressantes : idem
- mes soeurs ne t’en connaissent pas d’autres : autre
- rassemblent ses esprits... rassembla ses affaires : répétition
- où je serai confronté : serais
- qui cuisait au soleil et de des lèvres humides : faute de frappe
- quand tu t’épuises à remonter sa source : à sa source



Ce texte est excellent. Autant par ton style si personnel que par ta manière de présenter l'intrigue, et aussi par ton art subtilement félin de manger la crème sans te salir les moustaches. Et je ne doute pas qu’il soit méritoire. J’espère que tu as pris autant de plaisir à l’écrire que nous à le lire. Le plaisir est une source de joie, mais il est éphémère, il peut nous asservir et nous endormir. Mais le désir, lui... c’est l’essence même de la vie. Et je suis sûre que tous les Faëriens ont comme moi le désir intense de te lire à nouveau !
Narwa Roquen, être en retard et avancer quand même, c'est de la magie!


  
Ce message a été lu 2649 fois

Smileys dans les messages :


Forum basé sur le Dalai Forum v1.03. Modifié et adapté par Fladnag


Page générée en 106 ms - 534 connectés dont 2 robots
2000-2018 © Cercledefaeries