Version HTML ?

Messages FaeriumForum
 Ajouter un message Retour au forum 
 Rechercher un message Statistiques 
 Derniers messages Login :  S'inscrire !Aide du forum 
 Masquer l'arborescence Mot de passe : Administration
Commentaires
    Se souvenir de moi
Admin Forum 
 Derniers commentaires Admin Commentaires 

  WA - Participation exercice n°7- A Voir la page du message Afficher le message parent
De : Maedhros  Ecrire à Maedhros
Date : Samedi 9 decembre 2006 à 21:17:01
Une petite nouvelle pour une rapide mise en bouche. Bâtie avec deux fois rien et pas vraiment dans le style coutumier. Mais elle m'a plus dans son concept. Et encore sans doute rebelle comme un Noldor.

_______________________

Le général américain mâchouille une sorte de machin informe qui a dû être un cigare avant Thanksgiving. Mais cela fait près d’une année que le massacre sacré de la dinde a eu lieu pour rappeler le don de Samoset! C’est un cinquantenaire à la bedaine naissante, sanglé dans son bel uniforme rutilant de médailles gagnées pendant la campagne d’Italie et en Corée. Il a un faux air de Burt Lancaster, mâchoire virile et testostérones à la demande.

Dans la salle de commandement enterrée sous les Rocheuses, l’atmosphère est tendue. Les écrans géants s’illuminent de points brillants. Les estafettes vont et viennent, portant des télex urgents aux officiers de permanence. La grande mappemonde représente l’équilibre des forces en présence. Le monde est d’ailleurs en équilibre instable. Le survol d’installations cubaines a révélé des batteries de SS-4 à tête nucléaire sans compter les rampes de lancement, les missiles, les bombardiers.

Depuis trois jours, un blocus de Cuba est opérationnel. Or près de 30 navires soviétiques transportant des ogives nucléaires voguent vers l'île. Le monde retient son souffle et les joueurs du crépuscule se regardent droit dans les yeux. Ils bougent chaque pièce avec une infinie prudence, la maintenant dramatiquement immobile au-dessus de l’échiquier avant de la poser délicatement sur le plateau sans quitter l’adversaire du regard. Aucune prise n’est annoncée, juste des positions qui se renforcent. Si échec il y a, cela sera mat en un coup !

Le général, appelons-le Burty, s’éponge le front. Une douleur sourde lui taraude le crâne, l’éclat d’obus allemand inopérable se rappelle à lui. Un souvenir de plomb d’une saison de feu. Il connaît parfaitement la procédure. Le NORAD est une machine de survie. La survie américaine en tous cas, ou plutôt la conception américaine de la survie. Les gyrophares rouges projettent des lumières rouges tournantes tandis que des ordres sont aboyés dans les haut-parleurs scellés dans les murs.

Un téléphone rouge est silencieux sur le bureau en simili teck du général. Il est posé juste à côté des photographies du bonheur américain : une femme d’âge mûr souriante sous une savante composition capillaire, un grand étudiant dégingandé souriant en toge universitaire, une jeune femme blonde et svelte qui sourit aussi en tenant une raquette de tennis. La famille est bien là, à près de cent mètres sous les roches du Colorado.

Burty a mal digéré l’épaisse tranche de steak de son déjeuner au mess des officiers. Il se demande parfois si les tonnes de viandes à peine cuites qu’il a ingurgitées depuis son adolescente, ne sont pas directement tombées au fond de son ventre. Il se promet d’en parler à un oncologue de ses amis lorsqu’il pourra regagner la surface, après cette crise. Juste à droite, un clavier d’apparence inoffensive est protégé par un capot transparent. C’est le clavier d’armageddon. Il pense soudain qu’étymologiquement, armageddon signifie « montagne de Meggido ». Et où est-il sinon au coeur des plus hautes montagnes du monde puisque américaines ! Il détient le feu nucléaire après la validation du Président bien sûr. Burty est un texan et un fervent républicain qui lutte pour Dieu et l’Amérique. Il grince des dents chaque fois qu’il pense à ce foutu démocrate assis dans le bureau oval. Ses idées progressistes vont ruiner le pays. Il lui reconnaît cependant le mérite d’avoir coiffé au poteau les russkofs dans la course aux étoiles !

Les systèmes d’aération sont poussés au maximum mais il a chaud, très chaud en ce vingt-septième jour d’octobre. Il ne sait pas qu’à quelques 3.500 kilomètres de là, sur une île de musique et de filles torrides, un adepte de la philosophie jeffersonienne a convaincu un enfant de Kalinovka de frapper en premier pour éviter une invasion imminente des troupes américaines. Il ne sait pas que l’enfant a fait sa moue boudeuse et a rageusement lancé la série d’ordres secs à ses généraux aux visières de casquettes démesurées, enclenchant par là même le mécanisme infernal. Les démons ont frappé : un ange américain est tombé du ciel, touché en plein vol. L’ange s’appelait Enderson. Pour Burty, Enderson est maintenant chez lui, dans les cieux où il a toujours voulu être. Son oiseau noir aux ailes immenses ne l’empêchait pas de voler. Plus haut, toujours plus haut, toujours plus près des étoiles, si près des étoiles. Il rêvait de tendre la main pour toucher leur coeur de glace.

Dans quelques jours c’est la fête des sorcières mais avant cette nuit de citrouille, l’humanité aura connu son matin des magiciens, car la frontière est ténue entre le visible et l’invisible, le réel et l’irréel, la guerre et la paix. Burty soupire en repensant à la mort de la sublime résidente de Brentwood : cela l’a jeté dans un abîme de perplexité. C’est la faute des frères Dalton de la Maison-Blanche et sûrement leur plus sordide méfait. « Happy birthday, mister président » !

La sonnerie du téléphone rouge est assourdissante comme les clameurs des trompettes de Jéricho. Il doit se maîtriser pour ne pas plaquer les mains sur les oreilles. Il a horreur de ces exercices d’alerte. Il y en a eu plusieurs dans les dernières 48 heures, uniquement destinés à maintenir la chaîne de commandement en vigilance maximale. Il aperçoit derrière la paroi de plexiglas de son bureau les visages qui se lèvent vers lui. Il se force à paraître naturel mais personne ne lui a dit que ses traits n’ont jamais dissimulé sa nervosité maladive.

Il prend le combiné d’un geste olympien qui apparaît presque déplacé dans le contexte. Il le porte à son oreille et prend son air le plus pénétré. Mais au fur et à mesure qu’il écoute, ses traits se décomposent, masque de désolation. Il marmonne deux ou trois syllabes et raccroche le téléphone en le regardant comme s’il tenait un serpent. Il jette des regards désemparés par-dessus le bureau et croise ceux de ses subordonnés qui l’interrogent silencieusement. Un lieutenant laisse tomber ses dossiers. Les feuilles glissent au sol comme les pétales d’une fleur multicolore.

Alors il soulève le capot transparent et glisse dans une fente cruciforme une petite clé qu’il garde toujours autour du cou. Puis d’un doigt tremblant et hésitant, il compose la série de chiffres qu’il a tirée d’une grande enveloppe sans signe particulier. Il pousse deux boutons. A cet instant, de puissantes alarmes résonnent dans toute la base secrète. Enfin, il enfonce un gros bouton ressemblant à un champignon écarlate...C’est la fin du monde : dans quelques minutes, des centaines d’ogives nucléaires vont se croiser au-dessus de l’Atlantique pour s’abattre sur leurs cibles prédéfinies. Demain, il ne restera rien.

La guerre, c’est l’impasse de la vie. Aucune poésie, aucune grandeur là dedans. Il n’y aura pas d’anges descendant des cieux, pas de nobles chevaliers luttant avec honneur et courtoisie. Non, simplement quelques militaires qui suivent d’un regard de myope les prescriptions d’une fiche de procédure. Il n'y aura rien à voir sinon tous ces corps qui brulent et tous ces morts qui ne le savent pas encore.

M


  
Ce message a été lu 4175 fois

Smileys dans les messages :
 
Réponses à ce message :
3 Exercice 7 : Maedhros => Commentaire - Estellanara (Jeu 14 jun à 17:14)
3 Commentaire Maedhros ex7A - Narwa Roquen (Ven 5 jan à 18:49)
3 WA 7 - Commentaire Maedhros - A - Fladnag (Ven 5 jan à 11:28)
       4 Moi non plus.... - Maedhros (Sam 6 jan à 11:17)


Forum basé sur le Dalai Forum v1.03. Modifié et adapté par Fladnag


Page générée en 110 ms - 166 connectés dont 2 robots
2000-2019 © Cercledefaeries