Version Flash ?

Messages FaeriumForum
 Ajouter un message Retour au forum 
 Rechercher un message Statistiques 
 Derniers messages Login :  S'inscrire !Aide du forum 
 Masquer l'arborescence Mot de passe : Administration
Commentaires
    Se souvenir de moi
Admin Forum 
 Derniers commentaires Admin Commentaires 

 Commentaire Elemmirë, exercice n°32, 2° partie Voir la page du message Afficher le message parent
De : Narwa Roquen  Ecrire à Narwa Roquen
Date : Vendredi 4 avril 2008 à 16:55:51
On retrouve la même petite musique que dans la première partie. Cette histoire est vraiment fascinante et attachante. Tu as trouvé le langage juste pour susciter l’émotion, sans emphase ni fioriture, mais avec beaucoup d’empathie. Tu ne peux pas t’arrêter là ! Prends ton temps, cette histoire est trop belle pour être bâclée ou laissée en plan. Ecris aussi longtemps que tu le sens, et ensuite publie l’ensemble en Participation libre, ou bien dans un prochain Concours si le thème s’y prête. Et je te prédis un franc succès !
Dans le détail, maintenant. D’abord sur le fond ; tu ne peux pas faire l’économie du contexte – pays, ou planète, époque. Même si tu ne donnes pas beaucoup de détails, et si dans le fond ça ne change rien à l’histoire, le lecteur a besoin de savoir que dans ta tête tout est clair et que tu sais de quoi tu parles. Je sais, c’est contraignant. Mais le jeu en vaut la chandelle.
L’agencement du texte est bien construit. Tu reprends l’alternance du texte précédent, parents, médecins, Entité, tout en faisant évoluer l’intrigue. Les caractères des parents sont bien différenciés. Je pense qu’il faudrait maintenant t’affranchir de la consigne de la WA et faire apparaître Kaëlin. La réunion médicale, qui occupe la place centrale, est bien décrite. Là, le lecteur est content. Il sent que tu t’es bien documentée, que ton histoire, même fantastique, tient la route. Puis on repart dans l’éthéré, le fantastique, le poétique, avec une autre réalité, celle de Vö. Là aussi, par delà le vocabulaire choisi et très bien adapté, l’évolution est palpable. Ce sont d’abord des sensations, puis l’Entité se complète d’une volonté (« elle ne veut pas ». Le lecteur la voit sous ses yeux prendre consistance, et finalement, après avoir joué avec son nom, dire « Je ». « Je suis un Tout depuis qu’il m’a nommée ». Oui oui oui oui !
Sur la forme :
- « on se fiche des médecins » me gêne un peu. « Au diable les médecins », ou « parlons-en, des médecins »...
- Une répétition « on ne pourra pas l’aider tant qu’on ne pourra pas... »
- « il a toujours été différent des autres enfants, à l’écart ». « A l’écart » est un peu bref pour dire ce que tu veux dire.
- « est-on sûrs » : « on » est suivi d’un verbe au singulier, même quand il désigne un pluriel. J’en suis la première choquée, mais c’est comme ça.
- « à guérir une tumeur aussi avancé » : -ée, bien sûr
- 2 fautes de frappe : « vérouillé » (verrouillé, écrit correctement plus bas), et « exprimer », où tes doigts ont fait des noeuds...

Le titre me pose également un petit problème. Les parents sont seuls avec leurs interrogations, les médecins seuls avec leur diagnostic, Këalin et Vô seuls à se comprendre...Mais c’est un faux débat, puisque tu trouveras un titre définitif pour l’ensemble de l’oeuvre quand tu l’auras finie...
Narwa Roquen, toujours sous le charme...


  
Ce message a été lu 2864 fois

Smileys dans les messages :
 
Réponses à ce message :
4 Eh oui, satané contexte...! - Elemmirë (Sam 5 avr à 10:43)


Forum basé sur le Dalai Forum v1.03. Modifié et adapté par Fladnag


Page générée en 106 ms - 288 connectés dont 3 robots
2000-2019 © Cercledefaeries