Version Flash ?

Messages FaeriumForum
 Ajouter un message Retour au forum 
 Rechercher un message Statistiques 
 Derniers messages Login :  S'inscrire !Aide du forum 
 Afficher l'arborescence Mot de passe : Administration
Commentaires
    Se souvenir de moi
Admin Forum 
 Derniers commentaires Admin Commentaires 

 WA, exercice n°49 Voir la page du message 
De : Narwa Roquen  Ecrire à Narwa Roquen
Date : Jeudi 13 novembre 2008 à 16:06:54
Nous allons cette fois travailler le style. Vous allez écrire l’histoire que vous voulez, avec toute liberté de situation et de personnages. Mais le style sera incisif, concis, direct, fait de phrases courtes voire tronquées. Pas de digressions philosophiques, pas de descriptions interminables... Des émotions, des faits, de la violence, sous la forme que vous préférez : passion, combat, colère, hallucination, terreur... Autant vous dire que ce n’est pas l’endroit pour caser des points-virgules !
Restez calmes. Respirez profondément. Ce n’est qu’une histoire... Mais vous avez le droit d’en profiter pour régler vos comptes, à condition de changer les noms...
Vous avez deux semaines, jusqu'au jeudi 27 novembre (et que l’absence transitoire de Fladnag ne vous fasse pas oublier le Concours, qui arrivera bientôt à échéance...)
Surbookés ? Petits veinards, écrire est une chance !
Narwa Roquen, une bonne grosse colère, parfois, ça détend...


  
Ce message a été lu 4710 fois

Smileys dans les messages :
 
Réponses à ce message :
Netra  Ecrire à Netra

2008-11-18 23:12:34 

 WA-participation-exercice n°49Détails
Bon, heu, j'ai pas vraiment respecté la consigne, c'est pas vraiment une histoire, plutôt une scène... Mais je me suis bien marré !!!

Whiskey !


Oh, bordel, mon amour ! Je t'aime, tu vois. Quand tu pénètres en moi... Ah, le ciel n'est rien !
Ah, Dieu !
Regarde ! Les étoiles, tant d'étoiles, allez, viens, descends, descends en moi !
Rah !
ça brûle, c'est bon, c'est si bon ! Oh, tu vaux mieux que les putes, ça !
Aaaaaaah !
Allez ! A la Seine ! Je vais remettre ça, tiens ! Je vais toutes me les faire ! Toutes me les taper ! Ah, je t'aime, je vous aime !
Oh, oui !
Descends, brûle ! Tue ! Le septième ciel, et par l'ascenseur !
Ah, oui !
Mon Dieu, oui, ouiiiiiiiii !
Oh, mais tu vas me tuer, toi, ma jolie, hein ? Me tuer, salope ! Eh ben qu'est-ce que t'attends ? Trucide-moi, bordel !
AAAAAAAAAAH !
Vois plus rien. Trop bon.
Rah !
Ah !
Vois plus rien...
Rien...
Fait froid...
Ah....
Ah...
Ah...
Netra, méga méga motivé

Ce message a été lu 2449 fois
z653z  Ecrire à z653z

2008-11-19 14:37:23 

 Fallait pas l'inviter !Détails
"Vous allez écrire l’histoire que vous voulez, avec toute liberté de situation et de personnages...."

....

Ce message a été lu 2018 fois
Maedhros  Ecrire à Maedhros

2008-11-21 23:05:46 

 WA - Participation exercice n°49Détails
Une courte histoire de terreur...

___

Leçon de chant



Là où je vis, il fait sombre mais j’aime ça. Là où je vis, cela empeste mais cela ne me dérange pas. Là où je vis, cela suinte mais cela ne me gêne pas. Car là est mon royaume. L’endroit où je me sens bien. Où je me sens chez moi. C’est au-delà de ton imagination. Au-delà de tes rêves les plus noirs. Les plus horribles. Ceux dont tu refuses de te souvenir quand tu te réveilles en sueur, baigné par la clarté fantomatique de la lune descendante. C’est pourtant bien réel. Juste en dessous. Sous tes pieds. Là où vous enterrez vos morts. Dans le froid et la terre. Je suis là et je vous observe. Toi et tous les autres. Je suis là et je vous hais. Le sais-tu ? Une haine bien pâle au regard du feu qui brûle dans mes yeux quand je vous épie, sous la fenêtre de la cuisine, à la nuit tombée. Car j’aime vous regarder. Vos gestes les plus anodins et vos gestes les plus intimes. Je suis un esprit qui hante les lieux, parmi vous et caché à vos yeux. Un visiteur nocturne.

Je vais te raconter mon histoire. Pourquoi ? Je n’en sais rien. Il ne doit pas être tout à fait l’heure. J’étais poursuivi par les hommes du shérif et par des infirmiers de l’hôpital psychiatrique de Danvers. Là-bas en Nouvelle-Angleterre. J’étais l'habitant du dernier sous-sol. A l’écart de tous. J’ai fait une promesse. Jamais je ne reviendrai vivant dans le grand bâtiment aux briques rouges. Jamais. Jamais. Tu ne supporterais pas ma confession, comment je me suis échappé. Les cris et le sang. L’air de la nuit et les clameurs des anciennes sorcières. Car c’est à Danvers qu’elles furent toutes brûlées. Les sorcières. A Danvers. Ou plutôt à Salem, son ancien nom. J’ai du sang de sorcière qui coule dans mes veines.

J’ai fui devant les chiens et leurs maîtres. Lancés sur ma piste, ils humaient ma trace. Je leur ai échappé. Une fois. Dix fois...Mais ils me traquaient toujours. Un jour, en voulant me cacher, je suis entré dans le cimetière. J’ai trouvé par hasard une ancienne galerie creusée sans doute par ceux qui vivaient là bien avant vous. Longtemps avant vous. Des créatures étranges et cruelles qui adoraient des divinités encore plus cruelles et encore plus étranges. Une civilisation disparue et toujours inconnue. J’ai trouvé l’autel où ils sacrifiaient leurs victimes, au pied d’un gigantesque bloc de pierre noire et brillante. La vasque rituelle est tellement patinée que son contact paraît soyeux. Enchâssés dans la pierre noire, j’ai découvert leurs dieux. Des dieux de cauchemar aux becs monstrueux et aux griffes acérées. Des dieux d’une mythologie ignorée et inhumaine. Des runes incompréhensibles déroulaient leurs symboles ésotériques tout autour. J’ai passé et repassé mes doigts le long de ces signes sinueux. Une étrange magie s’en est alors dégagée. Une magie malsaine et irrésistible. Une magie qui m’a enivré. Des images orgiaques et bestiales. Des formes incompréhensibles s’enroulant comme des serpents interminables autour de piliers de chairs décomposées. Des cantiques obscurs, psalmodiés par des gorges ouvertes et sanglantes. J’ai vu un chaos pulser tout au fond de la noirceur minérale, un chaos diabolique et tellement séduisant. Un chaos qui battait comme un coeur malade. Un vortex merveilleux et carnassier qui tendait ses tentacules barbelés jusqu’à l’autel, pendant que le Grand Sorcier levait ses bras en signe d’offrande extatique. Une main tenant la lame sacrificielle, l’autre tenant un coeur humain encore palpitant. Il avait tant faim, l’être sans nom qui émergeait du chaos. Il était furieux et avait immensément faim. Il lui en fallait encore et encore et jamais il n’était rassasié. Encore et encore.

J’ai su que ce n’était pas le hasard qui m’avait conduit jusque là. Non. Ma course avait finalement un but. Elle m’avait dirigé là où était ma place. Les voix dans ma tête m’avaient appelé longtemps mais je ne parvenais pas à comprendre ce qu’elles me disaient. Ce qu’elles me voulaient. Des voix stridentes et grinçantes. Des voix qui murmuraient pendant que je dormais. Quand je me réveillais, j’avais oublié et je sentais bien que je n’aurais pas dû. Alors j’ai refusé de dormir pour mieux les écouter et mieux me souvenir. Depuis, je n’ai plus sommeil. J’ai traqué les petits revendeurs dans les ombres des ruelles de derrière. Ils m’ont supplié mais j’ai fait ce que je devais faire. J'ai arraché mon trésor, mes petites pilules blanches. Elles m’empêchent de dormir. J’ai laissé par contre les bleues et les jaunes.

Alors peu à peu, les voix sont devenues mes amies. J’ai commencé de comprendre ce qu’elles voulaient me dire. Elles m’ont ordonné de me glisser dans les maisons quand la lune descend dans le ciel. Il faut que la lune soit descendante. Ni ronde ni montante. Toujours descendante. Les voix m’ont dit d’ouvrir le tiroir où reposaient les lames brillantes. Les voix m’ont accompagné quand j’ai gravi les marches de l’escalier, sans faire craquer le bois. Elles ont bruissé de plaisir quand j’ai doucement poussé la porte de la chambre des parents à l’étage. En m’approchant du lit, les voix sont devenues hystériques. Même si je ne comprenais pas encore tout, les images qui se formaient dans ma tête m’ont suffi. J’ai levé le long couteau que je tenais à deux mains.

Quand tout est fini, quand tout redevient silencieux, je suis quelques fois assis sur un autre lit, dans une autre chambre. Il y a, dessinés sur les murs au-dessus des lits, d’étranges signes barbares qui bavent en sinistres larmes rouges. Ce sont les mêmes runes que celles du temple souterrain. Personne, homme, femme ou enfant, n’a pu prononcer à voix haute les incantations que forment ces runes. Le gosier humain n’est-il tout simplement pas capable de reproduire de telles sonorités? J’ai essayé encore et encore. Je n’y suis pas arrivé. Morts. Ils sont tous morts avant, leurs cordes vocales mises à nu. C’est au-delà du hurlement, au-delà du râle de l’agonisant, au-delà du cri primordial. Je me suis bouché les oreilles certaines fois mais je n’ai pas réussi à reproduire le son que j’éntends pourtant dans ma tête. Chaque nuit quand la lune descend. Je sais que le jour où j’y parviendrai, alors elles descendront lentement du bloc de nuit. Elles reviendront, les créatures aux becs de cigogne et aux griffes démesurées, rappelées à la vie par la magie des runes. Il viendra lui aussi. Etirant ses tentacules et déployant ses ailes d’écailles. Réclamant sa nourriture. Encore et encore. Pour elles, pour lui, je tiendrai le couteau d’os au-dessus de la vasque et le fleuve tari coulera à nouveau. Sans fin. Mon bras ne faiblira pas. Jamais.

Il faut donc que je persévère. Ainsi, chaque fois que la lune descend sur l’horizon, je me faufile dans les ombres qui s’étendent sur mon terrain de jeu. Mon terrain de chasse. Toute la ville. Toutes ses banlieues. Je suis à la recherche de quelqu’un de spécial. Celui qui sera capable de rappeler à la vie les dieux prisonniers de la pierre noire. Celui qui pourra articuler d’une façon ou d’une autre les prières runiques. Les cordes vocales ne suffiront pas. Il faudra que je les aide à sortir, encore et encore. Avec ce couteau que tu vois là.

N’essaie pas de te libérer. Les noeuds sont solides. Ne tourne pas la tête. Elle est bien à tes côtés mais ce n’est pas son tour. Ni leur tour non plus. C’est ça, écarquille les yeux ! Prépare-toi. Seras-tu celui que je cherche ? Nul ne t’entendra. Nul ne vous entendra jamais. Est-ce un cauchemar. Qui le sait ? Personne ne viendra à votre aide. Il n’y a que moi, la lune derrière la vitre et le couteau qui réfléchit son rayon argenté. Vous deux et les petits, à côté. Seras-tu enfin le bon? Je ne suis pas fatigué. La quête est ma vie. Les dieux attendent au fond de la pierre. Alors crie, hurle et je t’aiderai.

M

Ce message a été lu 2470 fois
Netra  Ecrire à Netra

2008-11-21 23:59:07 

 Adorablement glauque...Détails
Texte délectable, abominablement noir sur toute sa longueur, que clôt une délicieuse salve de sadisme...
Je me suis beaucoup plu à faire défiler les images que tu évoques, avec assez de précision pour les rendre vivantes et assez de rapidité pour qu'elles demeurent floues comme les rêves, bref un excellent équilibre, des mots justes, bien choisis et qui sonnent bien à l'oreille.
Tu n'as pas autant martyrisé le français que moi, mais la consigne n'en est pas moins parfaitement respectée.
Si j'avais un chapeau, je me découvrirai.
Netra, qui aime les ambiances noires

Ce message a été lu 2354 fois
Narwa Roquen  Ecrire à Narwa Roquen

2008-11-26 23:06:42 

 WA n°49, participationDétails
Avertissement
Ce texte, dont le thème est la violence, peut, par ses descriptions, choquer les sujets sensibles et les jeunes lecteurs. Il s’agit néanmoins d’une pure fiction et en aucun cas je ne cautionne le comportement des personnages.




Stabat Mater





Je suis seule. Il ne reste que moi. Seule. Debout, au milieu de cet immonde charnier fait de tous ceux que j’ai aimés. J’ai allumé le feu, et dans ce funeste bûcher les âmes des miens s’envolent vers Aüitak, le vert paradis des braves et des innocents. Je tremble de froid. L’odeur des chairs brûlées est insoutenable. Je vais vomir. D’impuissance. De rage. De haine. De chagrin. Pourquoi suis-je encore là ?


Quand les étrangers ont commencé à tirer sur nous avec leurs éclairs rouges, j’ai serré Belch contre mon sein, et j’ai couru vers les bois. Belch, mon tout petit, à peine âgé de deux lunes... Il a été blessé à la jambe. Même quand le silence est revenu, je n’ai pas osé rentrer au village. J’ai marché. La neige s’est mise à tomber, et je marchais. Peut-être un chasseur de Niovansk aurait pu m’aider. Mais leur village était encore loin, et les bois déserts. Belch s’est endormi dans mes bras, livide de froid, sa petite jambe noircie par la brûlure des étrangers. Alors je suis retournée sur mes pas. Pour qu’il soit dans la mort avec sa famille. Ou peut-être resterait-il des survivants ? Le silence froid, rompu seulement par les cris des corbeaux, m’a prévenue qu’il n’y avait plus d’espoir. J’ai posé mon fils au pied du grand totem, sur la place, et je les ai cherchés. Oryax, mon vaillant époux... Sa poitrine avait éclaté ; son visage portait une telle expression d’horreur que la peur m’a saisie de nouveau. Aldiaa, sa mère, était recroquevillée autour du corps sans vie de Nediocha, ma jolie princesse brune à la peau si claire, qui n’avait que quatre cycles. Et Elwan, mon aîné, au seuil de l’adolescence... serrant dans sa main l’inutile poignard offert par son grand-père à la dernière Fête de la Lune, pour célébrer son entrée dans le Clan des Chasseurs. La foudre a déchiqueté son ventre avant qu’il ait eu le temps de vivre sa première chasse. Et Telch, mon père, et Waïna, ma mère, tombés l’un près de l’autre et se tenant encore par la main... Et tous les autres... Mes cousins, mes amis, tous ceux avec qui hier encore je me chamaillais pour un seau d’eau ou un quartier de viande... Denoria, si belle, le visage explosé, un trou sanguinolent à la place de son nez si fin, un oeil pendant sur la joue... C’était mon amie. C’étaient mes amis. Ma famille. Ma chair. Pourquoi suis-je encore là ?



Je suis restée debout devant l’image de Yahak, le Dieu Guerrier, transie de froid et d’horreur. Figée comme le totem de bois. La mort autour, la mort dedans. Comme un arbre desséché qui attend qu’on l’abatte. La gorge en feu, les dents serrées, sans pouvoir pleurer. Je ne suis plus que mort, et la mort n’a pas de larmes. Quelque chose est tombé de ma main. Le poignard d’Elwan, au manche d’ivoire sculpté. Je l’ai ramassé. Je l’ai brandi au dessus de ma poitrine. La mort est la seule place qui me reste. Mais le vent s’est levé et toutes les âmes de Farwen, mon village assassiné, ont chanté vers moi.
« Nous ne trouverons pas le repos si les corbeaux nous dévorent. Nous ne trouverons pas le repos si nos meurtriers peuvent encore chanter et rire. Nous ne trouverons pas le repos si le sang de notre ennemi ne se répand pas sur notre terre. »
Sur la place où nous célébrions les Unions et les Fêtes, j’ai dressé un grand bûcher, avec toutes nos réserves de bois. Puis j’ai traîné les corps, en pleurant des larmes de sueur sur chaque parent et chaque ami.
Il y avait un ennemi mort, empalé sur une lance juste au niveau du coeur, son étrange habit argenté le moulant de manière impudique comme une seconde peau. J’ai poignardé son cadavre quarante-trois fois, mutilé son visage, lacéré ses membres, éventré ses entrailles, arraché son coeur de barbare afin que jamais son âme ne s’envole vers le Pays Vert. Je l’ai tiré loin du bûcher. Que les corbeaux se régalent !
Avant d’allumer le feu, je suis entrée dans la tente de Miktow, et dans le coffret de bois noir j’ai pris l’amulette rouge, la pierre étincelante que porte le Chef pour partir à la Chasse – ou au Combat. Je ne suis pas sacrilège. Je porte en moi l’âme de tous les Chasseurs morts, et leur force est ma force.



Le feu préviendra les autres villages. Bienheureuse Naalia, fais que ce message leur permette de se mettre en sécurité ! Il alertera aussi les ennemis, mais qui sait s’ils sont encore sur nos terres. Ils sont arrivés dans une sorte d’oiseau de métal, rond et plat comme un galet, un galet volant. Et ils volaient plus vite que l’aigle... Ils étaient une dizaine. Que vais-je pouvoir faire, seule, face à ces monstres puissants et à leurs armes terribles ? Je devrais aller chercher du secours à Niodansk et dans les autres villages, nous nous unirions, et nous pourrions peut-être... Non. Je ne peux plus vivre sans tous les miens. La mort est ma seule délivrance. Mais avant, juste avant, je veux retrouver ces assassins et libérer mes âmes en souffrance. Yahak m’inspirera.


Dans la fumée noire et nauséabonde qui monte endeuiller le ciel blanc de la neige à venir, je lance ma prière, l’amulette serrée contre mon coeur.
« Yahak, Guerrier Tout-Puissant, aide-moi à faire justice ! Ton peuple assassiné crie vengeance ! Guide mes pas, arme mon bras, souffle-moi la bonne ruse et le moment propice ! Yahak, par le Ciel de Lumière et la Terre qui nous porte, je t’en conjure ! »
Yahak m’a répondu. Dans ma tête. D’une voix impérieuse et consolante à la fois.
« Fille de Farwen, mon bras sera ton bras, mes yeux seront tes yeux. Je guiderai ton pas. Dans le socle de mon totem tu trouveras un petit sachet de cuir. Prends-le, ne l’ouvre pas. Il contient un poison puissant. Dirige-toi vers l’ouest. Prends la cape de fourrure de Miktow, il n’en aura plus besoin. Tu es le Chef, le Chasseur et le Guerrier, et je serai à tes côtés. »
J’ai obéi. J’ai pris le poison, j’ai trouvé la cape dans la tente, et c’est là que j’ai vu l’Arc Sacré, celui réservé à la première Chasse du cycle. J’ai compris. J’ai enduit de poix la pointe des flèches, et je les ai recouvertes de poison. J’ai rangé les flèches dans le joli carquois en peau de daim que mon père avait offert à Mirkow. J’ai enfoui ma peine au plus profond de moi et je suis partie. Vers l’ouest. Je suis le Chef, le Chasseur et le Guerrier, et Yahak m’accompagne. Leur mort d’abord, avant la mienne. Tous.



J’ai marché trois jours et trois nuits, sans manger et sans boire. Yahak me porte et mon pas est rapide et facile, silencieux comme celui du loup. Mes seins lourds, gonflés d’un lait désormais inutile, pleurent en silence mon nourrisson perdu. Mes yeux sont secs, mais je sens par moments un ruissellement tiède descendre jusqu’à mon ventre qui ne portera plus d’enfant. Le sein d’une mère ne connaît ni la vengeance ni la colère, seulement le manque et le chagrin.
Au milieu du quatrième jour, j’ai atteint la colline aux Trois Arbres, qui domine la plaine de Venorka. Nous y avons chassé il y a deux cycles. Le galet volant était là, et trois étrangers ramassaient de la terre dans de petites boîtes rondes et transparentes. Ils étaient loin, très loin de moi, mais Yahak m’a prêté ses yeux et j’ai pu distinguer leurs visages et même la couleur de leurs yeux, clairs comme de l’eau. Maudits ! Une bouffée de haine a soulevé mon coeur et je me suis mise à trembler. Mais Yahak veille sur moi et ses paroles douces me calment. Je ne commettrai pas d’erreur. Leur mort d’abord. Leur sang sur ma terre. Leurs coeurs aux corbeaux.



J’observe. Les étrangers sont dans le galet. Il y a une porte sur le côté. Parfois l’un d’eux passe devant, silhouette fugitive que je ne peux viser. Grâce aux oreilles de Yahak je peux les entendre rire et chanter. De quelle fibre sont-ils faits ? Ils tuent, ils massacrent, et ils rient. Aucun animal sauvage n’a cette cruauté impudente. Ils tuent des innocents et ils chantent. Quel Dieu vénèrent-ils ? Quel Dieu peut approuver un tel carnage dénué de sens ? Mon ventre se tord au souvenir fulgurant de tous mes morts, leur sang, leurs corps tordus et mutilés, leurs yeux pleins d’effroi, quand la mort ne devrait être que passage serein vers les Prairies Sacrées, au milieu des chants et des sourires de la famille réunie... Mon lait coule encore de ma poitrine douloureuse. Je soulève ma tunique et je presse un peu pour m’apaiser. Je me demande quelles fleurs pousseront ici au printemps prochain. Bienheureuse Naalia, notre Grande Mère à tous, prends pitié de ce corps déchiré ! Donne-moi la force d’aller jusqu’au bout...
La porte s’est fermée, le galet rejette une fumée noire, et je le vois se soulever au dessus du sol. Ils vont m’échapper ! Je prie Yahak de toutes mes forces, et le galet retombe lourdement sur la terre gelée. Les étrangers hurlent à l’intérieur. Je ferme les yeux. Yahak me les a livrés. Il faut que je trouve la bonne ruse, le moment propice. Leur mort. Leur sang. Leurs coeurs.



Je laisse monter en moi la douleur de mon peuple, la rage des parents, la terreur des enfants, la souffrance des corps et la colère des âmes. Un long cri sauvage naît de mon ventre, traverse ma gorge, explose dans l’air immobile. Ce n’est pas moi qui crie, ce sont toutes les âmes de Farwen qui réclament leur dû ! Yahak me sourit dans ma tête, j’encoche ma première flèche. Tous les enfants de Yahak savent chasser.


Une porte s’ouvre dans le galet cloué au sol, et une échelle de métal se déploie; une tête apparaît, puis un corps. Ma flèche silencieuse et précise lui traverse le cou. L’étranger s’appuie un instant à la balustrade, puis bascule lentement par-dessus. Je prépare une autre flèche.
Un autre est sorti, il a crié, il a tiré sa foudre rouge, mais il a reçu ma flèche aiguisée en plein front. Ils se sont bousculés derrière lui, essayant de dégager le corps en travers de la porte, qui empêche sa fermeture. J’ai tué tous ceux qui se sont montrés, et malgré leur feu nourri ils ne m’ont pas touchée. Je ricane. Ils ne me voient pas. Yahak m’a peut-être rendue invisible, ou bien ils sont très maladroits. Les rescapés se terrent au fond de leur cabane volante. Il y a cinq corps sur la passerelle. Combien sont-ils maintenant ? Trois, quatre ? Il me reste quinze flèches. Je frémis d’impatience, mais j’attendrai. Leur mort. Leur sang. Leurs coeurs.



Je suis immobile. J’attends. La cape de Mirkow me protège du froid. Je n’ai ni faim ni soif. Seulement faim de ma vengeance et soif de leur douleur.
Mon lait ne coule presque plus. Petit à petit Yahak met de l’ordre sur sa terre.



La nuit est tombée. J’attends. La lune est enfouie sous les nuages, et quelques flocons paresseux planent paisiblement. Yahak, que ta terre est belle ! Pourquoi a-t-il fallu... Une forte lumière sort de la porte. Leurs lampes sont puissantes, mais mon arc est précis. Une petite fenêtre coulisse à l’avant, et un faisceau lumineux balaie la plaine à mes pieds. Je suis trop loin pour qu’ils me trouvent ! Ils ne savent rien de nous, ils ne connaissent rien de la portée de nos arcs, et l’Arc Sacré est le plus fort de tous ! J’attends. Une tête se montre furtivement, puis se cache. Elle revient, plus longtemps. L’étranger porte un casque rond qui entoure tout son visage. Je ne bouge pas. Il revient, et deux autres derrière lui. Ils portent aussi un autre habit, blanc, étincelant dans la nuit sombre, sans doute une armure. Ils déplacent les corps. Il faut que je trouve le défaut, la faille... Malgré l’immobilité prolongée, mes doigts sont agiles et mon bras vigoureux. Trois flèches s’envolent à la suite, visant le cou. Ils sont tombés. J’attends. Un linge blanc s’agite à la porte. Deux étrangers enjambent les corps, les bras levés, criant des mots que je me moque bien de ne pas comprendre. Ils jettent ostensiblement leurs bouches de foudre dans la neige, et descendent l’échelle. Je les laisse s’avancer vers moi, et j’ajuste mon tir. Béni soit Yahak.



Le galet est vide. Il est éclairé par d’étranges étoiles sur les murs qui illuminent plus que le soleil d’été. Ils ont des tables blanches portant d’étranges runes, et des plaques verticales où l’on voit la plaine comme en plein jour. . . Magie maléfique qui profane la nuit ! Un à un, je transporte les corps et je les jette sur la terre froide. Pour chacun, quarante-trois coups du couteau au manche d’ivoire, du couteau d’Elwan, mon aîné, la fierté de son père et mon premier bonheur. Je venge ma propre mort, outre celle des quarante-deux âmes de mon village. Mais cela ne pourra pas suffire. Ce qu’ils m’ont fait endurer est pire que la mort. J’arrache les onze coeurs de leurs poitrines silencieuses. J’ai trouvé un seau dans le galet, un seau noir fait d’une étrange matière, sans odeur, plus léger que le métal. Je jette les coeurs dedans, tripes animales impures que je jubile de mépriser. Le jour se lève. L’odeur du sang a attiré les corbeaux qui planent déjà au dessus de moi. Venez, mes chéris. Venez vous repaître de cette vermine malfaisante. Yahak par ma main vous offre ce festin inespéré !


J’ai regagné le village, le coeur en paix, en chantonnant de vieilles berceuses. Je vais bientôt retrouver Belch, et Oryax, et tous les miens. L’air est glacé mais je baigne dans une douce chaleur. Nuit, jour, nuit, jour, le temps pour moi n’a plus d’importance. Je suis déjà dans l’éternité.


Farwen n’est plus qu’un tas de cendres froides, mais l’amulette rouge pulse contre mon coeur dans la cadence vive d’un chant de joie. J’ai vidé mon seau au pied du totem. Puis, dans une dernière danse guerrière, j’ai piétiné soigneusement les coeurs de nos ennemis, afin que leur sang imprègne notre terre. Dans le vent du soir j’ai entendu les âmes de mon peuple soupirer de bonheur, et la voix d’Oryax, dominant les autres, m’a appelée. J’ai souri.
Sur les cendres, j’ai entassé des paillasses, des couvertures, et ce qu’il reste de bois. Dans la tente de Mirkow, j’ai retrouvé la petite boîte à feu là où je l’avais laissée, derrière le rabat de la porte. Je me suis assise, et j’ai léché une bonne dose de poudre empoisonnée dans la paume de ma main. Juste avant de perdre connaissance, j’ai renversé la boîte à feu, et les flammes ont dansé pour moi.
Leur mort. Leur sang. Leurs coeurs. J’ai fait mon devoir.
Narwa Roquen,paix sur la terre...

Ce message a été lu 2221 fois
Narwa Roquen  Ecrire à Narwa Roquen

2008-11-27 23:36:19 

 Commentaire Netra, exercice n°49Détails
Ravie de te retrouver dans la WA! Même si, effectivement, tu as juste un peu flirté avec la consigne...
Certes, c'est rythmé, les phrases sont courtes, syncopées... est-ce que c'est vraiment violent? C'est trivial, euphorique, déjanté... violent peut-être, par l'issue fatale. Il y a tellement d'onomatopées qu'il ne reste pas beaucoup de texte!
Maintenant, si comme j'ai cru le comprendre, ton héros est un SDF, le whisky n'est pas très plausible: c'est cher! Mais bon, le texte est tellement court qu'on peut lui faire dire ce qu'on veut...
J'espère que tu seras aussi prolixe dans l'exercice suivant que tu as été concis dans celui-ci!
Narwa Roquen,quand même un peu perplexe...

Ce message a été lu 2377 fois
z653z  Ecrire à z653z

2008-11-28 00:40:36 

 Vive wikipedia !Détails
Qui m'a aidée à comprendre le titre...

"Je ne suis plus que mort" -- J'aurais mis un M majuscule.

L'avertissement m'a fait sourire mais je n'ai pas envie de relancer ce débat.....

Par contre, je trouve bizarre que les étrangers se fassent si facilement éliminer, qu'ils n'aient aucun moyen de la repérer (malgré les "plaques verticales où l’on voit la plaine comme en plein jour") et de lui tirer dessus à l'aide d'une tourelle à visée infrarouge par exemple... Alors qu'ils viennent de décimer un village (1 mort contre 42), ils me semblent soudain si peu efficaces ; ou encore, qu'ils ne puissent pas s'enfuir, ou enfin, attendre patiemment que l'autochtone se rapproche suffisamment pour la tuer.

Ce message a été lu 2281 fois
Netra  Ecrire à Netra

2008-11-28 14:51:23 

 Un clodo ???Détails
Un clodo ???
Mais j'ai jamais dit que c'était un clodo !!!
Un clodo qui se paye des putes et du whiskey, c'est louche !!!
Contrairement à une idée reçue, les clodos ne sont pas les seuls à boire, d'ailleurs ils ne boivent pas tous, et mon perso peut tout aussi bien être un jeune cadre ou un commercial ou qui vous voulez, peu importe, il peut très suer de l'or et être tout à fait malheureux... Simplement, c'est plus difficile d'imaginer torché sur un pont un beau gosse bien rasé en costard qu'un clodo dégueulasse... A dire vrai, elle était plutôt là, la violence.
Tu revois la scène, maintenant ?
Netra, qui interroge.

Ce message a été lu 2433 fois
Narwa Roquen  Ecrire à Narwa Roquen

2008-11-28 23:03:49 

 Erreur d'équationDétails
Bon d'accord, beuverie + Seine n'est pas forcément égal à clochard... Mais le costard-cravate, franchement, je ne l'avais pas vu! Il devait être bien caché entre les lignes...
Narwa Roquen,meilleure en français qu'en math!

Ce message a été lu 2342 fois
Narwa Roquen  Ecrire à Narwa Roquen

2008-11-28 23:09:17 

 Oui maisDétails
Merci pour la Majuscule, tu as raison.
Pour le reste, je comprends tes réticences; en fait j'ai voulu rester ambigüe, pour que le lecteur se demande s'il y avait vraiment eu intervention de Yahak, comme elle le croit, ou simple hasard ( la panne, la maladresse etc...)
Merci en tout cas de tes commentaires toujours attentifs
Narwa Roquen,y a pas de raison que ça soit toujours Maedhros qui fasse travailler Wikipédia!

Ce message a été lu 2232 fois
Narwa Roquen  Ecrire à Narwa Roquen

2008-11-28 23:24:07 

 Commentaire Maedhros, exercice n°49Détails
Courte mais bonne! Un joli moment d'horreur! La consigne est parfaitement respectée, l'histoire est violente, l'expression rythmée, syncopée, forte. Le titre ironique convient très bien à ce délire obsessionnel où le héros trouve néanmoins une satisfaction évidente. La scène dans la crypte est une merveille! Obscure, exotique, envoûtante...
Le héros, malgré sa folie meurtrière, est néanmois attachant. Cet homme errant, perdu, traqué, trouve enfin un sens à sa vie et se sent investi d'une mission, maléfique certes, mais qui provoque chez lui un enthousiasme régénérant. Les humains sont totalement instrumentalisés au profit de sa quête, psychopathie oblige. Et sa quête est incertaine, car le son dont il rêve n'existe peut-être pas. L'idée est originale... Mais où est passé le miroir?
Quelques détails:
- "Là où je vis...": Il me semble que dans la progression "empeste" est plus fort que "suinte"
- "ceux que tu refuses de te souvenir": "dont": ou bien "ceux que tu refuses de te rappeler"
- "il avait tant faim": oui, s'il est québéquois... Sinon, c'est "tellement"
- "ce couteau que tu voies": "vois"


Encore un texte bien agréable à lire et qui sonne (eh eh...) tout à fait juste. A lire le jour, de préférence...
Narwa Roquen,même pas peur!

Ce message a été lu 2315 fois
Netra  Ecrire à Netra

2008-11-29 11:21:27 

 Il est pas obligatoireDétails
Mais le but était justement que le type qui a l'attitude d'un clodo n'en soit pas un, et que ça fasse c*** tout le monde ^^
Netra, chieur presque professionnel ^^

Ce message a été lu 2533 fois
Netra  Ecrire à Netra

2008-11-29 11:26:59 

 J'ai relu le texte...Détails
... Avec l'accent québécois, et sérieusement, c'est horriblement drôle. Je vous le conseille, surtout à voix haute.

PS : Narwa, pas beau !!! On écrit québécois, pas québéquois !!! Moralité, on fait tous des fautes !
Netra, qui va essayer avec l'accent marseillais, et puis le belge, et le suisse, et le chti, et...caetera

Ce message a été lu 2226 fois
Elemmirë  Ecrire à Elemmirë

2008-11-29 12:06:58 

 Alors...Détails
Il aurait peut-être fallu que tu le précises, un petit détail, une phrase, je sais pas moi, au hasard "meilleur que les putes, meilleur que ma secrétaire", n'importe quoi qui fasse comprendre de quel monde il est. Sinon, bien mais, comme Narwa, je reste dans l'attente car tu nous jettes là l'impression jouissive de l'ivresse, ok, et puis rien. Des "Ah", des "Oh", et voilà... J'aime beaucoup le rythme, mais il aurait mérité d'être un peu plus long ce texte, pour prendre de l'ampleur au-delà de la sensation immédiate.

Mais je suis contente aussi que tu reviennes participer! Bon moi je suis pas loin, j'essaie encore de finir la WA 47.... ^^

Elemm', membre très actif de la FDEER!

Ce message a été lu 2341 fois
Elemmirë  Ecrire à Elemmirë

2008-11-30 14:35:24 

 Commentaire WA 49 NarwaDétails
Bon, en ce qui me concernent les commentaires sont toujours de l'ordre du ressenti, pour le côté pragmatique, technique et logique, voir avec Z ^^

J'ai adoré ton texte. L'émotion mêlée de haine, de désespoir, de douleur, de vide, est très bien décrite. On ressent bien le désir de destruction absolue comme la seule issue possible, avec des détails (le couteau, le lait maternel, ...) qui renforcent l'humanité du personnage (humanité dans le sens d'émotions, enfin je ne suis pas très claire mais j'me comprends ^^).

C'est vraiment un très beau texte, on ne sait pas quoi penser des étrangers, on ne connaît rien de leurs raisons, de leurs émotions à eux, de leur vie, ils sont des assassins puis des proies, c'est tout. Ce qui renforce encore le ressenti. Clap clap.

Elemm', 'achement constructive!

Ce message a été lu 2374 fois
Elemmirë  Ecrire à Elemmirë

2008-11-30 14:40:49 

 Comm 49 MaedhrosDétails
Eh ben moi, j'ai pas réussi à "rentrer dedans". Pourtant tu sais à quel point j'adore tes textes, ton écriture d'habitude, mais là j'ai trouvé le personnage froid, à l'inverse de celui de Narwa sur le même exercice qui est plein d'humanité, le tien je n'arrive pas à le saisir, je passe à côté. Ca, c'est sur le plan émotionnel, mais ce n'est qu'un ressenti, par définition très subjectif!

Par ailleurs, l'idée du motif des meurtres est excellente, très originale, avec un titre très bien trouvé. La trame est bonne, c'est glauque à souhait, c'est noir, c'est bien écrit... à part effectivement ces quelques fautes qui ne te ressemblent pas: vite écrit? C'est des petits détails de rien mais ça coupe le rythme (et pourtant j'en fais aussi, mais moi je ne m'appelle pas M :p)

Ca reste un très bon texte, hein, quand-même :)

Elemm', 'achement constructive!

Ce message a été lu 2101 fois
Maedhros  Ecrire à Maedhros

2008-11-30 18:53:05 

 La douleur d'une mère.Détails
Une implacable vengeance qui abolit l’écart technologique qui aurait dû avantager ces étrangers que l’on soupçonne de se comporter comme toutes les cultures dites « avancées » envers celles considérées arriérées. Si l’on s’en réfère à la controverses de Valladolid, jusqu’au milieu du XVIème siècle les indigènes mexicains n’avaient pas d’âme. La description de ces étrangers m’a fait curieusement penser aux films « PREDATOR » dans lesquels une espèce extra-terrestre se livre régulièrement à des chasses sur notre bonne vieille planète (bon, à ceci près que la courageuse et désespérée héroïne ne peut être confondue avec le gouverneur de la Californie).

D’ailleurs tu ne dis pas grand-chose sur ces mystérieux étrangers hors qu’ils détiennent un véhicule sophistiqué et des combinaisons intégrales. Mais sans doute que là n’est pas l’essentiel de l’histoire. Cette jeune mère n’attend plus rien et son lait coule en vain. Il est indéniable que sans l’aide du dieu, elle sera impuissante à venir à bout de ses ennemis. Une forme de magie est à l’oeuvre.

La violence ici n’est pas gratuite ni pathologique. Elle est nécessaire et constitue la seule réponse à la douleur, l’exutoire quasi mystique pour combler le néant et la solitude. J’ai l’impression que tu t’es efforcée de pousser le plus loin possible la description du caractère inéluctable de la vengeance, des rites sauvages d’apaisement et d’oblitération. L’autodestruction est la seule issue admissible pour cette amazone. Elle a équilibré la balance d’une façon ou d’une autre.

La consigne a été évidemment respectée. Le rythme suit la progression émotionnelle du récit. Tu alternes ainsi les images cliniques (claniques) et les digressions quelques fois décousues de la vengeresse. Il n’y a pas de temps mort, tant son esprit est obnubilé par ce qu’elle doit faire et les flash-back ne font que renforcer l’horreur qu’elle ressent.

requiescat in pace

M

Ce message a été lu 2178 fois
Maedhros  Ecrire à Maedhros

2008-11-30 19:25:35 

 Binge drinkingDétails
Cette éructation exaltée a provoqué de ma part deux réactions qui sont sans doute aux antipodes l’une de l’autre.

La première je la dois à mes réminiscences de lectures classiques. Sans doute la conjugaison de certaines images (la Seine, la beuverie, cet élan sauvage et outrancier...) m’a rappelé un des premiers poètes maudits, je veux parler de François Villon, ce trublion qui a fulguré quelques années au firmament comme une comète trop vite brûlée dans un ciel d’été et puis s’en est allé. Relisez ses vers, ils expriment un amour de l’humanité rarement atteint. Et versez une larme pour celui qui a écrit :

Frères humains, qui après nous vivez,
N'ayez les coeurs contre nous endurcis,
Car, si pitié de nous pauvres avez,
Dieu en aura plus tôt de vous mercis.
Vous nous voyez ci attachés, cinq, six :
Quant à la chair, que trop avons nourrie,
Elle est piéça dévorée et pourrie,
Et nous, les os, devenons cendre et poudre.
De notre mal personne ne s'en rie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !


La seconde impression m’a été dictée par un reportage récemment diffusé sur l’ivresse des jeunes voire des très jeunes. Leur addiction à jouer avec le feu de l’alcool, à se brûler les ailes et à finir au mieux en se vomissant dessus, l’estomac à l’envers. Là naît la violence. Netra a parfaitement décrit la violence des émotions que frelate la divine ivresse. Et celle-ci a déserté les caniveaux où dormaient les poivrots et les soirées défouloirs de nos jeunes élites en mal de franchir la ligne jaune (faut bien qu’ils oublient le stress de leurs études les pauvres chéris à leur maman...) pour élire domicile dans les après-midis d’anniversaire où des minots se torchent à la vodka en trouvant ça merveilleux !

En écrivant ça, je le répète, relisez Villon et priez Dieu pour qu’il veuille bien nous absoudre !

M

Ce message a été lu 2246 fois
Netra  Ecrire à Netra

2008-11-30 20:40:12 

 Merciiiii ^^ Détails
Bon, ben merci, Maedhros, d'avoir compris mon texte ^^
Et pour le coup, je vais lire Villon !!!
Netra, chouette alors

Ce message a été lu 2291 fois
Estellanara  Ecrire à Estellanara

2008-12-19 11:32:45 

 Exercice 49 : Narwa => CommentaireDétails
Magnifique titre ! Et superbement en rapport avec le texte ! Mais comment fais-tu pour trouver des titres pareils ?!
On dirait des indiens tes indigènes (avec les tentes, le totem...) mais je suppose qu’il s’agit d’une peuplade extra-terrestre. Je suppose également que les envahisseurs meurtriers sont des humains car aucune autre race ne saurait être aussi cruelle que la notre.
Ce texte est vraiment poignant, avec des émotions à vif, presque pénibles. L’espoir en est absent. Il ne reste que la vengeance et la mort comme possibilités. L'avertissement me paraît néanmoins superflu. Il est bien évident que l'auteur n'est pas ses personnages.
J’ai mis deux lignes à comprendre que le bébé était mort. La façon dont il a été blessé n’est pas très claire.
« en pleurant des larmes de sueur » : c’est beau, ça.
Les dieux semblent exister réellement dans ton monde et ils sont puissants, à moins que ce ne soit le désespoir et la vengeance qui déversent des flux d’adrénaline dans le sang de la mère. L'ambiguïté est intelligement laissée. Je penche pour l'existence de Yahak car le dieu lui indique l’emplacement du poison qu’elle ne peut savoir et par la suite empêche la soucoupe de décoller.
« J’ai poignardé son cadavre quarante-trois fois » on devine que le chiffre a une signification bien que tu ne dises pas tout de suite laquelle.
Bien vu les mots comme « cycle » pour année. Ca fait sci-fi.
« Mes seins lourds (...) pleurent en silence mon nourrisson perdu » : c’est beau aussi, ça.
Il n’y aucune explication sur la raison du massacre. Si la mère s’était souvenue d’avoir entendu rire les étrangers, par exemple, cela aurait donné un indice sur le fait qu’ils tuent pour le plaisir. Mais cette absence de raison est peut-être délibérée. Pour ren forcer l'inhumanité du carnage.
Le style est sobre et sûr, comme le voulait ta consigne.
Les étrangers ont l’impudence d’agiter le drapeau blanc ! Cela les rend encore plus haïssables.
Il y a comme toujours de la recherche dans les noms, dans le rituel de mort aussi, qui contribuent à rendre crédible le texte.
La mère ne devrait-elle pas laisser un message pour les autres tribus, afin de les prévenir de ce qui s’est passé, afin qu’ils sachent quoi faire si d’autres galets viennent ?
Un texte très fort, et très dur, en tous cas.

« Peut-être un chasseur de Niovansk aurait pu m’aider » : j’aurais écrit « aurait-IL pu m’aider ».
« éventré ses entrailles » ne se dit pas me semble-t-il, car les entrailles n’ont pas de ventre. « répandu ses entrailles ? »
« j’ai entendu les âmes de mon peuple soupirer de bonheur » : est-ce vraiment de bonheur ? Ils ne m’ont pas l’air du genre à se réjouir de la mort de qui que ce soit, plutôt du soulagement ?

Est', presque en vacances.

Ce message a été lu 2213 fois
Estellanara  Ecrire à Estellanara

2008-12-19 11:36:27 

 Exercice 49 : Maedhros => CommentaireDétails
Sympa, le premier paragraphe.
« J’ai du sang de sorcière qui coule dans mes veines. » : je trouve la phrase un peu lourde. J’aurais mis « du sang de sorcière coule dans mes veines. »
Agréablement lovecraftienne, la description du culte maléfique ! J’aime.
« Il avait tant faim » sonne bizarrement, j’aurais mis « si faim ».
« Etirant ses tentacules et déployant ses ailes d’écailles. » : Iä Iä Cthulhu ftaghn ! si tu me passes l’expression !
La fin est sympa aussi et le titre prend tout son sens. Ca manque peut-être un brin d’histoire mais les descriptions des créatures sont plaisantes.

Est', qui aime les tentacules.

Ce message a été lu 2166 fois
Estellanara  Ecrire à Estellanara

2008-12-19 11:42:39 

 Exercice 49 : Netra => CommentaireDétails
Euh... je ne sais trop quoi en dire de celui-là... J’ai lu. Le style emphatique est bien rendu. C'est vivant. On croirait l'entendre délirer d'une voix molle. Ca mériterait d'être plus long. Il pourrait faire des allusions à sa vie, parcellaires et dans le désordre. Peut-être pourrait-il nous suggérer pourquoi il boit. Je ne sais pas non plus en lisant s'il s'agit d'une ode à la consommation d'alcool ou une façon de fustiger des excès. Ca manque un peu de ... de pas mal de choses en fait. D’histoire, de personnages... Enfin, c’est sympa de te lire ! Reviens nous voir avec un texte plus long !


Est', hips !

Ce message a été lu 2018 fois
z653z  Ecrire à z653z

2009-01-06 23:05:52 

 "aucune autre race ne saurait être aussi cruelle que la notre"Détails
Permets-moi d'en douter....
De mon point de vue, les humains sont encore des animaux pour céder aussi facilement à leurs pulsions.
Bref, on pourrait en parler des heures.

PS : bonne année à tous et toutes :)

Ce message a été lu 2162 fois


Forum basé sur le Dalai Forum v1.03. Modifié et adapté par Fladnag


Page générée en 121 ms - 332 connectés dont 1 robot
2000-2017 © Cercledefaeries