Version HTML ?

Messages FaeriumForum
 Ajouter un message Retour au forum 
 Rechercher un message Statistiques 
 Derniers messages Login :  S'inscrire !Aide du forum 
 Masquer l'arborescence Mot de passe : Administration
Commentaires
    Se souvenir de moi
Admin Forum 
 Derniers commentaires Admin Commentaires 

 Commentaire Onirian, exercice n°18, texte 1 Voir la page du message Afficher le message parent
De : Narwa Roquen  Ecrire à Narwa Roquen
Date : Lundi 8 juin 2009 à 22:29:22
Une ambiance doucement faërique pour ce texte tout à fait intriguant. La consigne est parfaitement respectée, tu prends le temps de faire des descriptions qui ont du sens, et tout ce qui n’est pas descriptif pique agréablement notre curiosité. Et bien sûr, on meurt d’envie de connaître la suite !
Ton mystérieux personnage attire la sympathie, même si sa démarche intrusive reste un peu suspecte. On le sent attentif, respectueux de l’autre, et son côté « débutant » s’étonnant lui-même de ses capacités, lui donne une petite note juvénile tout à fait plaisante.
Quelques remarques de style :
- maison individuelle : c’est le terme qu’emploient les vendeurs. Parce qu’en fait, une maison non individuelle, c’est un immeuble...
- impression : employé 3 fois en 10 lignes
- les pots étaient vides : quels pots ? Les vases ?
- le parquet au sol ( du sol, un peu plus loin) : en général, le parquet est au sol...
- le siècle des Lumières mérite bien une majuscule, de même que les Templiers


L’orthographe : je regroupe
- manquent de « s » : tout en courbe, rideaux grisonnant, auteurs récent, journaux étaient posé, vieux d’une dizaine d’année
- verbes : tandis que je traversais lentement (on peut dire « je traversai lentement », mais pas « tandis que je.. » ; je sais que ça a l’air absurde, mais ça ne l’est pas), m’envahit, j’aurais pu allumer, je pus distinguer, je me retrouvai, le vieil homme n’avait pas dû, je touchai le journal, je risquais de rencontrer, qui avait connu l’amour, j’aurais aimé devenir, je posai alors ma main, je les repoussai doucement
- et en vrac : une personne âgée, cette nuit-là, évidemment, la tranche des livres, maints secrets, j’éprouvais déjà une certaine amitié, cartons de nourriture préparée, en train de pleurer, je souris en songeant


Bon, et maintenant, la suite !
C’est toujours très long de te commenter, mais je m’accroche parce que tu le mérites. Fais-en autant !
Narwa Roquen,presque débordée!


  
Ce message a été lu 2093 fois

Smileys dans les messages :


Forum basé sur le Dalai Forum v1.03. Modifié et adapté par Fladnag


Page générée en 100 ms - 341 connectés dont 2 robots
2000-2018 © Cercledefaeries