Version HTML ?

Messages FaeriumForum
 Ajouter un message Retour au forum 
 Rechercher un message Statistiques 
 Derniers messages Login :  S'inscrire !Aide du forum 
 Afficher l'arborescence Mot de passe : Administration
Commentaires
    Se souvenir de moi
Admin Forum 
 Derniers commentaires Admin Commentaires 

 Participation WA62 [explicit content] Voir la page du message Afficher le message parent
De : Maeglin  Ecrire à Maeglin
Page web : http://Maeglin
Date : Mardi 23 juin 2009 à 13:11:11
Monologue comme si t'avais quelque chose à te dire et qu'en même temps tu le dises aux autres c'est tordu fourbe limite ce que tu veux mais c'est pas de l'écriture votre truc si j'avais un peu d'humour je dirais que je suis pas trop joyce pour donner en spectacle le fond de mes pensées genre mauvais poète soliloque humaine tu écris ce que tu ne penses pas et inversement tout pareil pour garder un semblant de contenance ça ferait trahi par l’essentiel j’ai fini par n’aimer que le dérisoire ou l’utile tous deux plus proches de l’évidence alors qu'il faudrait lire pain chocolat déodorant courgettes PQ Javel chocolat beurre chocolat acheter des clopes et repasser au pressing ah mais je vous avais prévenu se mettre en prise directe avec le reptilien ça peut décevoir l'auditoire et je vous épargne le pire du style seins lourds vulgaire excitante finalement pourquoi pas la trousser surprise entre deux rayons quand le poète aurait plutôt chié un possible équivoque au détour du néant qui sonne quand même un peu mieux excusez-moi merci et j'en ai plein d'autres je suis disponible faut juste me chercher un peu et puis arrêter de m'amputer de la ponctuation quand je réfléchis c'est vrai quoi je pense plutôt par saccades qu'en continu c'est plus du sperme que de l'urine ce que je vous balance à la gueule symboliquement parlant alors rendez-moi mes virgules mes exclamations mes points et le plus important mes interrogations et j'arrêterais de faire de l'inconvenant à moins que vous vouliez qu'on se glisse deux minutes dans mon esprit sale vindicatif brillant résigné en lutte et je serais là à te donner une petite leçon d'existence pour qu'enfin tu me détestes presque autant que tu m'aimes c'est-à-dire sans savoir donc sans tricher tout dans l'émotion le ressenti le non-dit qui en dit long sur ce qu'on ne parviendra jamais à atteindre oui je te cause regarde-moi j'ai besoin que tu sois là pour me parler c'est donnant-donnant ce petit exercice de non-style tu poses les règles je les transgresse et on se prend au jeu tu n'imaginais tout de même pas un monologue tranquille calibré homme seul face à l'océan ou une connerie dans le genre pour midinettes tu sais bien que je ne donne plus trop dans la pige fadasse sauf si une gentille demoiselle me le demande et je vous dois bien quelques débuts d'histoires pour le temps où je m'étais absenté alors ne m'en voulez pas de monologuer à tort sur mes travers pour l'égoïste pervers raffiné plaisir de vous y trouver en face juste vérifier encore une fois qu'on s'aime je sens ton parfum sur moi désirable après vous de l'écrire aubergine sans remord une étoile et je file.

  
Ce message a été lu 3044 fois

Smileys dans les messages :
 
Réponses à ce message :
Netra  Ecrire à Netra

2009-06-23 19:13:46 

 Ah vouiDétails
Ben vu comme ça... Ah c'est respecté, y'a rien à dire, et t'es plutôt original, tu nous causes pas de la Mort ^^
ça m'a bien fait marrer, tes parallèles de la mort qui tue, c'est un texte drôle à lire, à défaut de grande poésie
Netra, enfin en vacances !!!

Ce message a été lu 2813 fois
Narwa Roquen  Ecrire à Narwa Roquen

2009-06-23 23:29:22 

 Commentaire Maeglin, exercice n°62Détails
Surréaliste... On pense tout de suite à André Breton et à l’écriture automatique... Avec une touche de Prévert ( sans raton laveur), la fierté presque douloureuse d’un danseur russe dont le salut ne se prosterne jamais, même devant le tsar, et la pudeur sauvage du chat, si je veux quand je veux je ronronne mais j’ai la griffe prête...
C’est un texte attachant, comme tout ce que tu écris ; les mots appellent les mots, la pensée court, fluide malgré les apparentes ruptures, et même sans ponctuation l’émotion est présente dans chaque ligne...
Quelques babioles ( je suis là pour ça) :
- soliloque humaine : humain
- j’arrêterais de faire... et je serais là... : logiquement ça devrait être au futur
- ne m’en voulez pas : ne m’en veuillez pas
- remord : remords, même au singulier


Quand je trouve une mouche qui se cogne sans arrêt contre la vitre, je lui ouvre la fenêtre. Tu as trouvé la sortie tout seul comme une étoile filante, et c’est un soulagement.
Narwa Roquen,qui aime bien les aubergines

Ce message a été lu 2803 fois
Maeglin  Ecrire à Maeglin

2009-06-24 08:42:59 

 BabioléicultureDétails
1) Fiche de révision impérative sur l'emploi du futur et du conditionnel
2) Merci pour les retouches... sur remords c'est un vrai rappel, sur "ne m'en voulez pas" c'est une petite découverte!
3) Soliloque humaine: j'irai jusqu'à la faute d'accord pour justifier mon calembour (pas le meilleur ceci dit)...

Ce message a été lu 3001 fois
Narwa Roquen  Ecrire à Narwa Roquen

2009-06-24 13:22:00 

 Désolée...Détails
... j'ai complètement raté le calembour! Mais tu as raison de le garder, dans le contexte il est parfait!
Narwa Roquen,mais où avais-je la tête?

Ce message a été lu 2834 fois
Elemmirë  Ecrire à Elemmirë

2009-06-28 09:21:38 

 Commentaire MaeglinDétails
J'adore.
Que dire d'autre? Connexion directe avec le reptilien, ça ressemble à ça, en effet, et le résultat est excellent! Par ailleurs, j'aime beaucoup le "monologuer à tort sur mes travers" :)

Elemm', quand c'est bon, faut pas en parler, faut en manger!

Ce message a été lu 2912 fois
Estellanara  Ecrire à Estellanara

2009-10-09 10:24:14 

 Exercice 62 : Maeglin => CommentaireDétails
Bien vu le gars (pratiquement l’auteur) qui s’adresse au lecteur du faerium en une logorrhée à moitié cohérente, qui saute du coq à l’âne pour mieux figurer le chaos des pensées humaines. Quelques métaphores réjouissantes (« c'est plus du sperme que de l'urine » ) émaillent un texte assez provocateur Très jolie fin. On dirait limite de la poésie en prose par moments. Tu as réussi à contourner l’absence de ponctuation, même si c’est au final assez fatiguant à lire, comme style de texte. Impossible de s’arrêter pour respirer mentalement. Un bel exercice de style.

Este, en pleine lecture.

Ce message a été lu 2711 fois


Forum basé sur le Dalai Forum v1.03. Modifié et adapté par Fladnag


Page générée en 109 ms - 235 connectés dont 4 robots
2000-2018 © Cercledefaeries