Version Flash ?

Messages FaeriumForum
 Ajouter un message Retour au forum 
 Rechercher un message Statistiques 
 Derniers messages Login :  S'inscrire !Aide du forum 
 Masquer l'arborescence Mot de passe : Administration
Commentaires
    Se souvenir de moi
Admin Forum 
 Derniers commentaires Admin Commentaires 

 Chapitre neuvième où l'on peut noter quelques modifications,mais rien de méchant. Voir la page du message Afficher le message parent
De : Lairello atan  Ecrire à Lairello atan
Date : Vendredi 26 septembre 2003 à 12:23:31
Conte de la folie
heroïco-fantaisiste
9

Helcewen se retrouvait à présent seule. Les orcs demandèrent ce qu'elle faisait avec ces humains dans les plaines. Elle leur expliqua sa mission, et quand elle fit mention du sabre maudit, les orcs émirent un murmure. Comment les elfes avaient-ils pu laisser faire une chose pareille. Le sort du monde était entre les mains d'un des peuples les plus abjects. Helcewen ne put se défendre, elle disait seulement que le destin en avait voulu ainsi. Les orcs ne croyaient pas au destin, selon eux, ils régissaient leur propre vie, et pas même le plus puissant de tous les seigneurs ne pourrait y changer quoi que ce soit. Toutefois, ils étaient sensible au fait que les fils de Fenrir tiennent le monde au creux de leur main.
Nazg (parce qu'il est né avec un anneau dans le nez) proposa son aide à l'elfe pour retrouver Gungnir.

Après quelques heures de marche, l'elfe et l'orc arrivèrent aux portes d'un village dévasté. Nazg, étonné, dit "Tiens c'est bizarre, on est pas passés par là aujourd'hui...
-Comment ça? Demanda l'elfe.
-Ben pour subvenir à nos besoins, on est bien obligés de se servir, non?
-Mais de là à piller des villages... je sais pas, moi... Installez vous, faites pousser un potager...
Sur ces mots l'orc cracha par terre pour montrer son dégoût
-Des légumes... Ben voyons... Nous on veut de la viande, on se contenterait bien des bêtes si ces satanés fils de Fenrir nous les laissaient. On doit bien se rabattre sur les réserves des hommes, et...
-Et?
-Et si notre faim est trop grande on enlève un enfant ou deux... Les adultes ont une viande trop dure... Le stress sûrement." Ajouta l'orc en toute simplicité.
Ils traversaient le village, et l'orc s'étonna de plus en plus. Selon lui, il ne s'agissait pas là du passage d'un groupe d'orcs, mais bel et bien d'Hommes-Loups. Ils se risquèrent un peu plus loin dans le village quand la chute de quelques casseroles entrainées inéluctablement vers le sol, car n'ayant plus de point de support, elles furent attirées par la force gravitationnelle, et par un déplacement de molécules provoquèrent un bruit parvenant aux oreilles des deux compagnons. Tiens d'ailleurs, à vous cher lecteur qui se demanderait pourquoi l'elfe a accepté l'aide de l'orc alors que les deux races entretiennent une haine viscérale, les orcs tenant ici un rôle neutre (mis à part leurs quelques massacres) j'ai prié à l'elfe et à l'orc, à l'entracte de ce chapitre et du précedent, de laisser de côté leurs différends (moyennant bien sûr une somme d'argent, mais ne nous étalons pas sur ce sujet ayant les même vertus qu'un lit de grenailles.)

Revenons au village.
Intrigués par le bruit, Helcewen et Nazg entrèrent dans la maison d'où il proviendrait. Quelle ne fut pas leur surprise de découvrir une enfant, des cascades de larmes coulant sur ses joues, laissant deux traces propres sur son visage crasseux. L'orc se mit à baver avant d'avancer vers l'enfant qui sanglotait. L'elfe attrapa le bras de l'orc et le tint fermement pour lui intimer l'ordre de remettre son repas à plus tard, avec de préference d'autres aliments. A ce moment, la porte vola en éclats, et un homme entra dans la maison. "Reste à l'écart, orc si tu ne veux pas te retrouver avec une flèche entre les deux omoplates. J'ai entre mes mains le pro-model de Legolas, et selon la réclame des colporteurs Sepácher, avec cet arc les flèches ne ratent jamais leur cible." C'est qu'il monopoliserait la conversation, le bougre... Avec de la publicité, en plus...
Nazg porta la main à son cimeterre, mais l'elfe s'interposa entre l'homme et l'orc.
"Ce combat est inutile, tant de violence gratuite devant les yeux d'un enfant innocent..."
L'homme décrocha sa machoire inferieure pour la poser par terre, ébloui par la beauté de l'elfe. L'enfant se jeta dans les bras de l'homme. Après avoir remis sa machoire, ils s'expliquèrent sur la situation, et l'homme, qui s'appelait Thrangbrand, invita Helcewen et Nazg au refuge des villageois.

Servent-ils de la garbure dans le refuge? Thrangbrand, en diminuant ça fait Thrang, on dirait le méchant des tortues ninja, non? Et au fait Yann, que devient-il? Est-il possible de mélanger des agrumes avec des crustacés? Es-tu détendu? Détendu? (Plaggiat de la stratégie de l'échec de Dominique Farrugia.)
Un passant.


  
Ce message a été lu 1930 fois

Smileys dans les messages :
 
Réponses à ce message :
10 Un chapitre avec des monstres et des arbres. - Lairello atan (Ven 26 sep à 12:26)
       11 Dernier chapitre, avec même une histoire d'amour, si, si, c'est vrai. - Lairello atan (Ven 26 sep à 12:30)
              12 Bravo ;o) - Fladnag (Lun 29 sep à 11:03)
                   13 ouais mais euh - Lairello atan (Mar 30 sep à 20:51)


Forum basé sur le Dalai Forum v1.03. Modifié et adapté par Fladnag


Page générée en 108 ms - 217 connectés dont 3 robots
2000-2018 © Cercledefaeries