Version HTML ?



Le chant du Fleuve

Présentation

Et une autre fois (...), Siddhartha lui dit : "N'est-ce pas, mon ami, que le fleuve a beaucoup, beaucoup de voix ? N'a-t-il pas la voix d'un souverain et celle d'un guerrier, celle d'un taureau et celle d'un oiseau de nuit, celle d'une femme en couches et celle d'un être qui soupire, et mille autres voix encore ?
- C'est la vérité ", acquiesça Vasudeva,"toutes les voix de la création se retrouvent dans la sienne. "
(Hermann Hesse)

N'avez-vous jamais rêvé, à l'heure où les loups viennent boire à la Waingunga, n'avez-vous jamais rêvé dans vos villes étroites sans arbre et sans oiseau, où le vent n'est que fumée, où la musique n'est que bruit, où la lumière n'est que brûlure, où les peaux sont si lointaines qu'elle ne se parlent plus, n'avez vous pas rêvé un soir au crépuscule de vous asseoir enfin au bord d'un large fleuve, dans la tiédeur apaisée du couchant, et de laisser doucement vos yeux se reposer sur le fil paisible de l'eau qui passe ? La terre bienfaisante vous donnerait son appui, l'eau sa force inexorable et sereine, le soleil son feu noble et puissant, et le ciel son souffle immense pour émerveiller votre esprit de toutes les splendeurs de l'Harmonie. Et c'est là, dans cette paix nouvelle et pourtant reconnue, c'est là que monterait du fleuve, bénédiction souveraine, le chant, mélodie accordée à votre coeur et à votre âme, musique fille du silence et mère du silence, votre dernière certitude et votre première évidence.

Un jour, vous le savez, vous trouverez votre Fleuve. Ce sera peut-être le Fleuve du Temps, toujours nouveau et toujours le même, le Fleuve de la Passion, qui emporte et bouleverse, le Fleuve d'Art, dont la magie brûlante peut transcender ou détruire, ou qui sait, un soir de mélancolie, si vous ne trouverez pas du charme au Styx lui-même... Ou ce sera peut-être un cours d'eau plus tangible, l'Anduin, artère battante au coeur d'Arda, le Rhin légendaire de la Lorelei, l'Amazonie aux mille sorciers, le Mississipi noir au milieu des champs de coton, ou peut-être à l'autre bout du monde un fleuve qui se nommerait Amour - mais comment un tel fleuve peut-il exister ?
Il y a mille et un fleuves, il y a mille et un chants.
Certains le trouveront très vite, mus par un instinct sans faille, d'autres s'épuiseront en longs voyages éreintants, d'autres prendront le parti de papillonner longtemps pour jouir sans jamais s'ancrer des plaisirs de la découverte.
Un tel se laissera prendre par un chant guerrier, symphonie de tambours et de cuivres d'un Seigneur Fleuve impétueux et altier, un autre sera ému par la ballade mélancolique d'un cours d'eau aux longs méandres accablés de fatigue et de chaleur, Ole man river. Celui-là succombera à l'appel des naïades, tel autre au chant d'une sirène brune, ou pourquoi pas au simple concert des grillons et des grenouilles dans une verte vallée...
Réel ou imaginaire, il y a en chacun de nous un Fleuve qui chante, qui nous berce, nous illumine et nous réconforte, tendresse infinie d'une Mère idéale qui ne nous manquerait jamais.

Amis Faëriens, quand vous aurez trouvé votre Fleuve, venez nous en décrire la magie ! Nous serons là, autour du Cercle, pour partager ensemble une fois de plus d'inoubliables extases... Mais prenez garde, le temps vous est compté ! Vous n'avez que jusqu'au 15 octobre...

Voila, tout peut commencer...

Participer

A toi de choisir parmi les récits et illustrations sur le site

Eltanïn
Dianun  
Maedhros
Le murmure du rocher  
Narwa Roquen
La porte du pénitencier  
Le Pacte  
Netra
L'adieu aux Loups  
shaana
La Parque  

signifie que la participation est un Texte.
signifie que la participation contient un Dessin.


Page générée en 40 ms - 755 connectés dont 4 robots
2000-2017 © Cercledefaeries