Version HTML ?

Messages FaeriumForum
 Ajouter un message Retour au forum 
 Rechercher un message Statistiques 
 Derniers messages Login :  S'inscrire !Aide du forum 
 Masquer l'arborescence Mot de passe : Administration
Commentaires
    Se souvenir de moi
Admin Forum 
 Derniers commentaires Admin Commentaires 

 WA-Exercice 128 - traduction Voir la page du message Afficher le message parent
De : Onirian  Ecrire à Onirian
Page web : http://oneira.net
Date : Mercredi 5 mars 2014 à 14:27:14
Une occasion de faire des fautes, ce serait dommage de ne pas en profiter non ?
--
Le justice


Je rentre les épaules dans le manteau, il pleut les cordes comme ils disent, je crois. Je peur, un peu, parce que ils courent après moi. Pas ils courent, ils cherchent. Je bien caché, avec le déguisement. Trois mois que je cache ici. La langue difficile, mais je comprends bien maintenant. Je parle, je compris.
Le histoire simple pourtant, simple, mais compliquée. Je pas tuer le fils de l’ambassadeur, mais je mauvais endroit mauvais moment. Et le besoin de coupable fait le reste. Alors depuis je cours pour que ils cherchent là où moi pas.
Mais moi aussi je cherche un autre qui court. Le vrai coupable. Et moi je plus doué qu’eux, parce je fini de courir. Je le vois. Je sais.

Un jour, je entendu parler du mot justice. Je pas bien compris la notion. Sur ma planète celui qui peut gagner, gagne. Celui qui ne peut pas, perd. Ce pas voler si quelqu’un ne sait pas garder. Ce pas tuer si quelqu’un ne sait pas rester vivant.

Ici, sur la planète bleue, les habitants croient en justice. Ils inventent notions avec le bien, avec le mal. Voler être le mal, tuer être le mal, mais tuer celui qui tue ou qui vole être le bien.
Et puis avec justice vient le besoin de coupable, même s’il pas être le vrai. Même s’il être moi.
Trop compliqué, pas cohérent.

Moi, je chasse, je trouve. Petit homme avec petit yeux musard a tué l’ambassadeur de ma planète, petit homme utilise la justice pour que la justice me tue. Je peux pas tuer justice, parce que justice pas vivante. Mais je peux tuer petit homme.

Je souris, parce que je sais que justice ne va pas se dresser pour sauver lui. Justice ne pas exister. Je vivant et lui ne pas savoir encore, mais lui vivre les derniers instants. Je aimerai bien lire dans le tête du petit homme, mais difficile, très difficile, parce que les idées sont compliquées. Je appris beaucoup pourtant déjà, comme le mot voler par exemple. Voler n’existe pas sur ma planète. Ce qui être, être. Pas être à quelqu’un. Le air appartenir à celui qui respire ? Le eau à celui qui boit ?
Je appris vengeance aussi. Avec vengeance je comprends justice. Vengeance existe sur ma planète, mais différente, parce que crime n’existe pas. Si je pas aimer beaucoup quelqu’un je tue. Si quelqu’un pas m’aimer, lui tenter de tuer moi. Si quelqu’un tue quelqu’un que j’aime, je pas aimer lui beaucoup, je tue. Si lui trop fort, il me tue.

Tête des hommes compliquée. Un homme beaucoup de mots dans le tête et un autre homme, beaucoup de mots aussi, mais pas les mêmes. Some people think with other words. Difficile de trier. Les notions, bien, mal, justice, existent avec tous les mots, mais bien et mal être diffèrent dans chaque tête. Et tous croire le notion unique, le mal et le bien universel.
A force de lire le tête des hommes, je tombe malade. Je ne peux plus lire. Je douleur qui souffle. Bientôt, je ne peux plus rester vivant. Je perdre. Ce pas justice qui me tue. Ce pas dieu. Ce pas petit homme avec petit yeux musards.

Le musard être petit animal sur ma planète, petit yeux qui regardent partout. Le petit homme me fait penser à Musard, parce qu’il même yeux, même tête aussi. Je plus jamais revoir musard. Je plus jamais en manger non plus. Le goût bon.

Les cordes s’arrêtent. Je toujours pas compris pourquoi cordes. Dans d’autres têtes, les cordes deviennent les chiens et les chats qui tombent le ciel. Sur ma planète, je montre l’image de l’eau qui tombe à mes frères, ce pas être chiens, chats, cordes.

Finalement, je approche le petit homme, il ne me reconnait pas, parce que je prendre le peau d’un autre homme. Ce pas voler si on ne sait pas garder. Je rien dire, juste je m’approche, et quand je suis tout collé, je attrape le gorge et je serre. Yeux musard partir dans la grande boucle du monde.

Ce pas tuer si on ne sait pas rester en vie.

--
Onirian, qui a fait plein de fautes.


  
Ce message a été lu 2283 fois

Smileys dans les messages :
 
Réponses à ce message :
3 Commentaire Onirian, exercice n°128 - Narwa Roquen (Jeu 20 mar à 22:13)
       4 Le article - Onirian (Ven 21 mar à 10:16)


Forum basé sur le Dalai Forum v1.03. Modifié et adapté par Fladnag


Page générée en 98 ms - 223 connectés dont 2 robots
2000-2018 © Cercledefaeries