Version HTML ?



L'Auberge

L'auberge se lovait au creux d'une vallée empierrée, bordée d'un bosquet de bouleau et d'un pré à l'abandon. Un jardin potager enclos de murs donnait une note rassurante. Tandis qu'une rivière, musardant dans les rochers, apportait un chant joyeux. Un vieux panneau de bois, pour enseigne, en était orné d'une jeune fille couronnée de fleurs printanières, dansant dans des herbes folles. En cette fin d'après-midi d'automne, une maigre fumée s'échappait du toit, les volets n'étaient point encore clos et la porte ouverte semblait n'attendre que le visiteur. Somme toute une image banale voire rassurante et pourtant...

Après bien des périples, l'habitude s'ancre de ne point se fier aux apparences. Me rassérénant, je descendis de mon mulet, l'attacha à un anneau fixé aux murs. J'approchais du seuil et entrais dans la demeure. Là tout était en ordre : tables et bancs en place. Sol de tomette ciré. Bûches dans la réserve, prêtes pour faire redémarrer le feu de la veille. La maison était somme toute bien tenue. Une épée d'un autre âge et un arc distendu au-dessus de la cheminée apportait l'impression que toutes violences ne pouvaient être que d'une autre époque.

Mais en ces lieux pas âme qui vive, le feu semblait s'éteindre. M'avançant dans la place, je visitais alors cuisine et réserves, rien de plus... si ce n'est la dépouille d'un lièvre sur la grande table et une belle miche de pain pas encore entamée. Du jardin, je fis le tour, il y avait choux et poix, potirons et simples. Mais point d'hôte.

Je décidais alors de monter sous la sous-pente. Un escalier de bois me conduisit dans un dortoir prêt à accueillir les visiteurs, les paillasses étaient dodues, des couvertures à la disposition des visiteurs, les cruches d'eau pleines et bassinets en attente d'utilisation. Je déposais alors mes affaires et m'en allais m'occuper de ma mule.

J'avais fini de panser ma bête quant, j'entendis un tintement de casseroles, suivi tout de suite d'un chant serin, guilleret. La voix était grave et fraîche. Je m'avançais rapidement, le soleil venait de trouver son lieu de repos.

"Bonsoir voyageur. Bienvenue en ma demeure"

La femme était si belle, la taille menue et pourtant un regard profond et gris, j'en perdis la voix et ne dis rien. Moi qui m'attendais à un vieux solitaire comme maître de maison et voilà une fille, que dis-je, une femme. Son caraco d'ocre aux broderies savantes, la jupe formant une corolle sur les jupons de dentelles, je ne les vis guère, plus que tout, c'est son sourire qui attirait mon regard. Très vite nous nous mîmes à parler comme si nous nous connaissions de toujours. En fait je crois bien que je lui racontais toute ma vie sans qu'un mot sur elle ne prononçât. Seuls nous restâmes toute la nuit. Puis comme déjà vous le présentiez, je passais la nuit dans ses bras. Au début je me retrouvais adolescent, osant à peine défaire son corsage et toucher cette peau si délicate. Mais je me sentais si confiant en elle que je redevins au mitant de la nuit, sûr, maître de moi voire fanfaron. Puis ce furent les caresses les plus intimes puis vint la tendresse avant que le sommeil ne me terrasse.

Ce n'est qu'au petit matin qu'une odeur lourde et prenante, me réveilla, un corps, à la chair molle et gâtée, à peine attachée aux os gisait dans mes draps... Plus jamais je ne revins dans cette vallée, plus jamais je m'y rendrai.

Quoique ?

Ecrire à Vifsorbier
© Vifsorbier



Publication : Concours "Les Portes du Rêve" (Janvier 2001)
Dernière modification : 07 November 2006


Noter cette page : Vous devez vous identifier pour utiliser le système de notation

A toi de choisir parmi les récits et illustrations sur le site

Syldorrynn
Naissance d'une Ombre d'Ame
Telglin
La Porte des Rêves illustré par Elemmirë  
Vifsorbier
L'Auberge
Maha-na-la illustré par Colibri
Yasbane
Restons-en aux lardons  
Chimik One
La Porte des Rêves
Everman
Mysthalos Cormyrian et les sept portes du Rêve
Melmiriel
Porte des rêves
Onirian
Conte
Syldorrynn
Illusion d'étreinte
ze-poete
Rêve ou réalité

signifie que la participation est un Texte.
signifie que la participation contient un Dessin.


Aucun Commentaire



Ajouter un commentaire

Pseudo
Mail
Titre ou commentaire concis
Commentaire détaillé
(Optionnel)



Page générée en 89 ms - 344 connectés dont 3 robots
2000-2018 © Cercledefaeries