Version HTML ?

Messages FaeriumForum
 Ajouter un message Retour au forum 
 Rechercher un message Statistiques 
 Derniers messages Login :  S'inscrire !Aide du forum 
 Afficher l'arborescence Mot de passe : Administration
Commentaires
    Se souvenir de moi
Admin Forum 
 Derniers commentaires Admin Commentaires 

 WA - Participation exercice n°46 Voir la page du message Afficher le message parent
De : Maedhros  Ecrire à Maedhros
Date : Jeudi 16 octobre 2008 à 14:19:48
Le sommeil des Tardigrades


Je suis pressé. C’est aujourd’hui le grand jour. Le plus grand depuis la dernière migration. La promesse d’un nouveau départ. La promesse d’une nouvelle existence. Peut-être simplement quelque chose qui nous rattachera à nouveau à la vie et aux étoiles, quelque chose qui fera scintiller brièvement notre gloire enfuie. Quand je me suis réveillé, il m’a semblé que je ne me réveillais pas d’une nuit courte et agitée, entortillé dans des draps fermés comme un suaire, respirant difficilement un air insipide à force d’être recyclé. J’ai eu l’impression que je sortais d’une longue torpeur qui aurait duré plusieurs siècles. Un sommeil de conte de fées. Mais les fées sont parties laissant le cercueil de verre à l’abandon. Jusqu’à aujourd’hui.

Quand j’émerge du boyau principal, je ne fais plus attention à la lumière pâle et jaunâtre du petit matin, comme si un voilage sale et impalpable était tendu dans le ciel vide. Un voilage pisseux. Cette lumière de perpétuel crépuscule nimbe ce bout de terre du matin au soir et du soir au matin; donne à toute chose une teinte particulière, décalée et étrange. Anachronique. Moi, je suis le Bibliothécaire. Le Gardien du Patrimoine. Formé par mon prédécesseur et choisi dès la couveuse pour mes prédispositions à cette fonction. J’aime le passé. Quand je regarde le futur, je ne vois que les ombres du passé. Elles me sourient tristement. Nous marchons vers elles, quoi que nous fassions. Inéluctablement. Elles nous y attendent depuis si longtemps.

Je suis un scribouillard. Chaque jour, je parcours les longues galeries de stockage. Je parle tout bas à mes gentils fantômes. Ils ne bougent plus. Ils ne me répondent jamais. Ce sont toutes ces machines inertes qui dorment sous un drap immaculé, au fond des salles silencieuses. Elles ont des touches et des poussoirs, des écrans et des becs holographiques. Je connais tous les termes qui les désignent mais beaucoup plus sommairement leur vraie signification. Ne suis-je pas le Gardien de la Mémoire? Le Bibliothécaire. Plus assez d’énergie, plus assez de savoir pour les faire fonctionner. Quelle frustration quand je songe à tous les trésors enfouis, inaccessibles, au coeur de ces entrailles métalliques. Je pleure quand je ramasse un drap étalé sur le sol. Celle quu'il recouvrait est partie, réquisitionnée pour que soit récupéré ce qui peut être réutilisé. La déchirure devient imperceptiblement plus profonde, plus indélébile. Une fraction de notre passé définitivement oblitérée. Mais comment puis-je m’opposer aux pillards qui portent le brassard rouge et blanc de la garde du Laboratoire. Le Laboratoire, c’est l’endroit où sont usinés les maigres produits manufacturés indispensables ; ceux-la mêmes qui nous permettent de ne pas nous enfoncer trop vite dans les ténèbres. Régression.

Mais je radote. Je ressasse. Je rabâche les mêmes mots. Les mêmes concepts surannés. Cette folie n’est pas une maladie, elle fait partie de ma fonction. Elle est même nécessaire. Quand je marche, je ne peux contenir le flot de pensées qui me submerge alors. Autrefois, les déserts qui nous encerclent étaient des immensités marines. Il y avait de l’eau, beaucoup d’eau. Sur la terre et dans le ciel. Cela fait longtemps que les nuages ont disparu. Il y avait de la glace aussi, cette forme d’eau pétrifiée qui recouvrait la Terre Verte, notre bout de terre, sur une épaisseur inimaginable. Maintenant, il ne reste que du sable grège à perte de vue.

Mais aujourd’hui...je me hâte vers le Palais, le siège de l’Administration, un bâtiment boursoufflé qui s’enroule sur lui-même comme un gigantesque coquillage dominant Godthab, la capitale. Malgré son nom, elle ne nourrit aucune espérance. La planète est moribonde. J’emprunte l’avenue principale bordée de baraques d’adobes plus ou moins bien alignées, rarement hautes de plus de deux étages. A cette heure matinale, il y a beaucoup de monde qui se dirige comme moi vers le Palais. Quand le soleil mangera le plus gros du ciel, plus personne ne sera à l’extérieur. Depuis que les derniers générateurs continentaux sont tombés en panne, les radiations ne sont plus filtrées par les écrans exosphériques et les tenues de protection sont bien trop lourdes. Là-haut tournent aussi de grands cercueils vides, les stations orbitales rouillées et désertées, pitoyables anges aux ailes immenses qui se désagrègent peu à peu.

Je passe devant la Couveuse et son dôme translucide qui coiffe un profond puits central d’où rayonne une multitude de galeries. Là sont confinés les berceaux autonomes. La plupart sont hors service : il y a de moins en moins de naissances. Les Adeptes de la Spirale se font rares également. Quelques vieillards irascibles aux mains tremblantes qui se courbent encore au-dessus de la piscine remplie de la soupe primordiale. Malgré les perfusions interdites qu’ils s’administrent, ils déclinent lentement. L’éclat qui brillait au fond de leurs yeux se ternit irrémédiablement. C’est avec eux que travaille Daphné qui rosit quand je m’approche et qui pâlit quand je m’éloigne. Cela ressemble fort à un réflexe archaïque. Elle ne prononce jamais un mot, se contentant de me fixer de son regard délavé comme le ciel. J’éprouve une curieuse sensation le long de la colonne vertébrale, enfin une amorce de sensation, comme si quelque chose d’atavique essayait de se frayer un chemin à travers des strates calcaires ; une sorte d’ondulation agréable qui vrille de haut en bas. Il faudrait que je cherche des informations là-dessus.

Je frissonne malgré moi quand je traverse la passerelle qui enjambe la faille. Je maudis le jour où le Grand Anthroposophe a décidé qu’il fallait construire la fosse aux damnés ici, au coeur de la ville : au plus près de chacun d’entre nous. Sous mes pieds, sous les planches, bien plus bas, vivent les monstres. Nos frères. Nos soeurs. Ceux qui ont subi une mutation foudroyante. Une altération physique et mentale consécutive au dérèglement inopiné des nanos. Effet domino. Des jets de chairs incontrôlés, des résurgences glauques et vitreuses, des membres surnuméraires au développement anarchique, des perceptions excédant les capacités cognitives... Cela peut arriver à tout moment à chacun d’entre nous. Nul n'est à l'abri. Ils sont nombreux à être précipités du haut de la passerelle. Ils tournoient un instant puis sont avalés par le néant. Le fond est si lointain qu’il semble qu’ils ne finissent jamais de tomber. Mais la mort n’a pas de prise sur eux. Où qu’ils soient, quel que soit leur état, ils ont survécu. Les microscopiques merveilles qui nagent dans nos artères peuvent devenir folles mais ignorent toute défaillance.

Je retrouve mon calme quand je parviens à l’autre bout. Les gardes en uniformes rouge et blanc me dévisagent nerveusement. Ils sont alignés sur le périmètre du parvis du Palais, tenant fermement leur hallebarde. Une petite foule se presse déjà aux portillons d’entrée, essayant de faire partie des privilégiés admis à prendre place dans la grande salle capitulaire.. J’aperçois des représentants des communautés éloignées : de Tasiilaq, reconnaissables à leurs bonnets multicolores, de Scoresbysund avec leur haute et maigre stature et de Qaanaaq dont le symbole ailé scintille sur le surcot jaune ou bleu. Le message des étoiles a été reçu par tous. Je présente à un guichet isolé mon insigne, deux courbes qui partent du même point, se croisent et se fuient. Le symbole du poisson, cet être légendaire qui représente la sagesse, la connaissance et l’immortalité. Quel meilleur symbole pour ma mission ?

Les sentinelles me cèdent le passage. J’emprunte un chemin dérobé pour gagner ma place. Sous le regard blanc et impassible des hautes statues installées sur la corniche qui épouse sa circonférence, la salle est déjà bien remplie : des pleureurs qui se serrent les uns contre les autres et des fermiers aux longues chasubles blanches qui cachent leurs yeux derrière une visière dépolie ; des magiciens aux chapeaux pointus qui tournent comiquement leur baguette de plastique et des rêveurs aux longs cheveux blancs qui protègent leur peau d’albinos sous une épaisse couche de crème ; des insomniaques sinistrogyres qui vitupèrent en oscillant dangereusement et des chasseurs de monstres qui se poussent du coude, fiers et menaçants. Des nageurs des sables et des marchands de corps. Ils sont tous là, hommes, femmes, enfants... attendant qu’il apparaisse.

Des murmures accompagnent le Grand Anthroposophe quand il pénètre à son tour dans l’hémicycle. Malgré les gradins et les coursives, il parvient à dominer naturellement l’assistance du haut de ses trois mètres. Il est nu et gras. Ses bourrelets de graisse forment d’interminables plis sur son ventre. Ses bras et ses jambes ont des proportions hors normes, aux veines apparentes qui forment un réseau bleu et rouge. Il paraît que cet étrange motif cacherait la route empruntée par les fuyards. Mais aucun Scrutateur des Cieux n’a jusqu’à ce jour percé son secret. Il contemple ses sujets avec un air de mépris souverain. Il est laid et sale mais son esprit est vif et brillant. Sous un front dégarni, un regard rouge et inquisiteur fouille les coeurs et les reins bien plus efficacement que les sièges infernaux de la Cohorte, la sinistre police secrète aux méthodes expéditives. Dans son sillage suivent, également nus, quatre hauts dignitaires de la secte religieuse dominante. Celle des Illuminés. Ils sont tatoués de la tête aux pieds de glyphes ésotériques multicolores qui forment la spirale galactique originelle dont le motif se referme sur leur pubis.

Tout cet équipage prend place dans la tribune qui fait face aux gradins. Une puissante trompe retentit, interrompant le brouhaha général. Chacun se tait pendant que les gardes referment les portes. L’hémicycle est scellé. Alors, la voix forte du Grand Anthroposophe s’élève. Moi, je vois son image qui tremblote sur le seul écran géant qui daigne encore fonctionner.

« Mes enfants, je ne ferai aucun discours. Les étoiles se sont souvenues de nous et leur messager est là. Sa venue était paraît-il, écrite en lettres de feu dans le ciel. Ecoutons-le !» Il se tourne vers les Illuminés qui ferment doucement les yeux tout en souriant.

Je le vois surgir d’une porte latérale. Seul. C’est un homme élancé, à la fois semblable et différent. Il est vêtu d’un étrange vêtement aux reflets d’argent qui déconcerte les regards. Une sorte de tunique ajustée qui souligne sa haute taille et le port altier de ses épaules. Ses yeux sont gris et pénétrants. Il marche sans crainte jusqu’au centre de la salle capitulaire. Il se dégage de sa personne une puissance apaisée et une intelligence bienveillante. Il marque une légère pause pour mieux captiver l’attention. Sa voix est fluide et musicale, douce et harmonieuse. J’entends chanter un rossignol sur les plus hautes branches d’un arbre légendaire. Il prononce quelques mots mais je reconnais cette voix. Nous la reconnaissons tous. Inconsciemment. C’est la voix du passé qui nous ouvre la voie de notre avenir :

« Mon nom est Oromë ! »

M


  
Ce message a été lu 3000 fois

Smileys dans les messages :
 
Réponses à ce message :
z653z  Ecrire à z653z

2008-10-21 12:55:17 

 tardigradesDétails
J'ai cherché sur wikipédia et je suis tombé sur un animal assez particulier.

Ton monde ressemble à la Terre dans le futur.
Et il est bien décrit par un personnage qui a beaucoup d'importance.

Quelques petits détails :
Celle quu'il
c’es l’endroit
il y a de moins en moins de naissance -- "s" à la fin
Nul n'st à l'abri
les siègesinfernaux
"Moi, je vois son image qui tremblote sur le seul écran géant qui daigne encore fonctionner". Pourquoi as-tu utilisé un "moi, je" ?

J'attends la suite :)

Ce message a été lu 2885 fois
Narwa Roquen  Ecrire à Narwa Roquen

2008-10-22 17:39:07 

 Commentaire Maedhros, exercice n°46Détails
Tu nous entraînes dans un Monde très Maedhrosien, post-apocalyptique ou presque, à un moment-clé de son histoire. Le choix du narrateur te permet de décrire ce Monde et de donner quelques repères sur son passé et son présent. Bien sûr tu nous allèches avec des mystères que nous n’avons pas encore les moyens d’élucider : qui sont les Tardigrades ? Comment connaître les prédispositions d’un sujet dès la naissance ? Qu’est-ce qu’un pleureur ? Un insomniaque sinistrogyre ? Un marchand de corps ? Toutes ces inconnues renforcent l’atmosphère étrange et glauque, mais n’oublie pas de donner les réponses dans la suite !
J’adore la phrase « qui rosit quand je m’approche et qui pâlit quand je m’éloigne », suggestion délicate d’une émotion « archaïque » dont le sujet ne sait trop que faire, mais qui rassure le lecteur quant à son humanité.
Après Zeus, voici maintenant Bouddha dans le rôle du Chef Suprême, mais c’est un Eveillé qui n’a pas l’air franchement bienveillant...
Tes monstres me font penser à « Trahison », de O. Scott Card, une merveille que je conseille à tout le monde...
Quant à la fin... Mon coeur a eu un raté, j’ai éclaté de rire et j’ai dit tout haut « il est gonflé ! ». Spectaculaire et inattendue, cette fin !
Ce qui m’émerveille, c’est que tu as écrit ce texte avant de savoir quelle serait la contrainte de l’exercice suivant, et ça va tomber pilepoil... Télépathe ?
Quelques petits détails :
-« celle qu’il recouvrait est partie ». « Celle » représente « machine », mais le mot est trop loin dans le texte (8 lignes), et le lecteur ne s’en souvient plus...
- « la déchirure devient plus imperceptiblement... » Ce « plus » est superflu, et même gênant avec les 2 « plus » qui suivent.
- un petit t oublié 3 lignes plus loin, et un accent sur « ceux-là », un s à calcaires (strates), un espace entre « sièges » et « infernaux » (de la Cohorte), et enfin un petit e à « une puissante trompe ».


Je n’ai pas trop vu de politique dans cette histoire... On a un Chef, une Police, une Administration, des religions. Mais on ne sait pas comment ça fonctionne, quelle est la hiérarchie, comment est choisi le Grand Anthroposophe. Tu as l’air de suggérer qu’il est là depuis toujours, et que même le Gardien de la Mémoire ne se souvient pas d’autre chose... Oui mais la consigne c’était quand même la politique...
Je ne doute pas que tu retomberas sur tes pattes de télépathe dans le prochain épisode...
Narwa Roquen, impatiente!

Ce message a été lu 2943 fois
Maedhros  Ecrire à Maedhros

2008-10-22 22:04:34 

 J'ai enfin vu de la lumière...Détails
Pour les tardigrades, il y a bien un lien entre le petit ours d'eau et l'histoire ... la suite arrive!

sinon, j'ai utilisé une syntaxe qui souligne l'opposition entre l'apparente réalité du grand timonier, forte et immuable, et la fragilité que pressent le bibliothécaire et symbolisée par l'image vacillante, cette fragilité qui naît de l'arrivée d'Oromë.

Mais bon, c'est très "affectif"

M

Ce message a été lu 3305 fois
Onirian  Ecrire à Onirian

2008-10-24 11:13:21 

 Ambiance.Détails
L'ambiance est glauque à souhait, mais j'ai tout de même une remarque.
Le tout premier paragraphe est franchement "joyeux", ou à tout le moins, remplis d'espoir (Le plus grand depuis la dernière migration. La promesse d’un nouveau départ.)
Et presque aussitôt, on sombre dans la vision déprimée que le bibliothécaire à de son monde, décadent à l'évidence.

Je trouve le paralèlle étrange, l'impression que tu as écrit sans tenir compte de l'état d'esprit affiché du narateur, où plus probablement que tu as commencé le texte dans une direction, qu'il est parti dans une autre très vite, parce qu'un texte, ça ne se laisse jamais vraiment faire, et tu n'as pas repris les premières lignes pour les accorder avec le reste.

Après, c'est peut-être aussi volontaire pour marquer un malaise. Je ne sais pas.

Bref, à part ce décalage légèrement incongru, l'ambiance est très bien rendu et le texte se lit franchement tout seul.

--
Onirian, pré-apocalyptique.

Ce message a été lu 2876 fois
Estellanara  Ecrire à Estellanara

2008-12-12 17:02:45 

 Exercice 46 : Maedhros => CommentaireDétails
Waaah !! Génial, un texte sur les tardigrades ? Des animaux méconnus mais sympathiques ! A moins que ce ne soit métaphorique. En tous cas, ce titre éveille ma curiosité.
Il y a dans ce texte une très chouette ambiance de fin du monde, de post-apocalyptique, dans un camaïeu de jaune, orange et sable, poussière et cendres.
Habile la manière dont tu suggères les raisons de cette fin du monde, notamment avec « Quand le soleil mangera le plus gros du ciel ». Subtile aussi la façon dont tu révèles la raison du conseil, le message des étoiles.
Pittoresque le passage sur l’amour qui a disparu et le narrateur qui ressent un truc inconnu de lui.
J’ai bien compris en quoi consistaient les nanos mais comment les nouveaux habitants peuvent-ils en avoir si la population a perdu le contrôle de la technologie ? Ils se reproduisent d’eux-mêmes dans les berceaux ?
Bonne idée que ces mutants. Ca fait froid dans le dos.
Super foule bigarrée avec des noms évocateurs et exotiques dans la salle du conseil. Tout cela fleure bon Dune ou les Derniers hommes, avec un ptit côté Mad Max aussi. J’aimerais bien revoir ces tribus dans la suite pour en apprendre plus sur elles. Certaines ont des noms qui mettent l’eau à la bouche. Tu nous écris quand un roman de SF ?
Excellente la description du Grand Anthroposophe ! J’adore l’ambiance de cette nouvelle ! Inattendue la fin ! Vivement la suite !

Est', en pleine lecture.

Ce message a été lu 2908 fois


Forum basé sur le Dalai Forum v1.03. Modifié et adapté par Fladnag


Page générée en 115 ms - 277 connectés dont 3 robots
2000-2018 © Cercledefaeries