Version HTML ?



Affaires de famille

Toute ressemblance avec des personnes existant
ou ayant existé ne serait que pure coïncidence...


Maîtresse Hautecour, sur sa chaire perchée, dominait de sa frêle silhouette le brillantissime auditoire réuni dans la Grande Salle de Réception pour l'entendre chevroter de sa voix tout aussi hautement perchée son immuable discours de bienvenue.
" C'est avec une joie fraternelle et sincère... "
En même temps, l'octocentenaire Présidente Suprême du Grand Conseil de l'Ouest, revêtue du Manteau de Commandement trois fois trop grand pour elle, recensait de son oeil toujours perçant les effrontés absents dont elle saurait se souvenir.
" ... la Vénérable Délégation de l' Est... "
Toutes les Grandes Familles de l'Ouest étaient là, les Ventemporte callipyges, les ridicules Dentepousse, les paresseux Chênedru, les arrogants Tourdorgueil, ces nullités de Crèvetambour, ces mijaurées de Melliflore... Son Excellence l'Ambassadeur à l'Est, Tilsitt Purchaudron, était accompagné de sa femme, Alyane Courtepointe, toujours trop élégante. Elle grimaça nerveusement en reconnaissant leur fille, Mélamine Courtepointe (1), encore habillée en vert !
" ... ce Symposium Quinquennal de l' Entente Cordiale... "
Elle n'aimait pas cette fille. Marginale, presque rebelle, et pourtant exceptionnellement douée et d'une intégrité irréprochable... Inclassable, elle était inclassable, et cela turlupinait la vieillissime Maîtresse qui n'aimait rien tant que ranger les gens dans des catégories - sinon peut-être en dire du mal... Et puis elle ressemblait trop à sa grand-mère, cette chipie de Corinanthe Courtepointe, son ennemie jurée depuis leur premier jour à l'école de Sorcellerie...

Un verre d'élixir de salamandre à la main, Mélamine Courtepointe jaugeait son propre reflet dans l'immense miroir qui recouvrait le mur nord. Son étole de soie noire aux reflets violets mettait en valeur son visage au teint clair de rousse, qu'illuminaient deux grands yeux verts, une vraie chance, sa couleur préférée. Hélas, son ensemble fluide couleur jade laissait deviner malgré tout ses formes généreuses de cordon bleu gourmand - mais non, cela n'avait rien à voir, elle avait déjà été un beau bébé joufflu... La bouche pleine d'un succulent pâté de fauvette, elle soupira devant le corps de rêve de sa puînée Déliria, moulée dans un fourreau violet d'une fausse simplicité, ses longs cheveux noirs retenus par trois rangs de perles fines, et qui écrasait de toute la hauteur de ses talons la cour empressée de ses admirateurs. Son mari, Charlemagne Tourdorgueil, qui éditait les journaux dont elle faisait la une, était pour sa part assailli par une cohorte de jeunes sorcières en fleur, aux décolletés plus que suggestifs.
" Une autre vie ", songea-t-elle.
Plus loin, sa soeur cadette bien-aimée, Walkyria, brunette aux allures de garçonne, ne lâchait pas la main de son Jaymmes Septbonds, comme elle Agent Très Spécial des Forces de Défense Violette. Et " l'autre " ? Balthazar Purchaudron, l'inénarrable petit dernier, pavanait son visage imberbe et sa calvitie débutante en arborant une longue robe violette étincelante de poussière de lune, pour mieux clamer à qui aurait voulu l'ignorer que Son Eminence le Grand Chaudron d' Ether était le seul génie du CNRS ( Centre National de Recherche en Sorcellerie).
" Encore trois petits fours pour la route, et je me dispense de la suite... "
Le buffet était excellent, mets exquis et liqueurs rares, sur un fond de musique classique (Antimonius, Tirelarigot, Pontaven...), joué par l'Orchestre Symphonique National Violet, sous la baguette du Maître Karavan en personne. Mais que la soirée eût été douce au coin du feu...

" J'ai été vivement intéressé par votre dernier article dans " Sciences Violettes ". Vous pensez vraiment réussir prochainement ?
- Mon cher Havresac, je crois l'avoir bien expliqué, encore quelques derniers réglages sur le programmateur...
- Vous savez que nous avons ici-même la plus vaste Bibliothèque du monde, avec en particulier les manuscrits originaux d'Az...
- Vous êtes fort aimable, mais toutes ces vieilleries me feraient perdre mon temps. Je travaille seul. "
Mélamine se glissait subrepticement vers la sortie quand cette dernière phase, prononcée d'une voix péremptoire, heurta sa sensibilité de bibliophile avertie ; s'arrêtant un instant, elle proclama :
" Il est bien sot celui qui prétend tout savoir, mais bien plus sot encore celui qui se prive de l'enseignement de ses aînés. "
Dans le silence gêné qui suivit, elle décocha à sa victime un sourire de Parthe et s'éloigna la tête haute.
Sa mère la rejoignit dans le hall.
" As-tu perdu l'esprit ? Sais-tu bien qui tu viens d'insulter ? C'est Iriador Kersigatt, LE ...
- Avec ou sans article, c'est un freluquet impudent et vaniteux !
- Nous risquons l'incident diplomatique !
- Justement... Je cherchais un prétexte pour m'installer dans le Désert du Sud, sous une tente avec des chameaux... "

" Entre, Frankie, je sors les gâteaux du four ! "
Mais au lieu de la grosse voix rauque du loup attendu, ce fut une petite chanson fluette qui interpella la joviale cuisinière.
" Euh... Je vous demande pardon... Maîtresse Courtepointe ? "
C'était une blondinette aux yeux verts étincelants, fine et pâle dans sa longue robe noire qui la faisait sembler encore plus fine et plus pâle... Cent ans, peut-être... La gamine, un bloc-notes à la main, prit son air le plus délicieusement charmeur, et avec une assurance qui tenait à la fois de l'impertinence et de l'espièglerie, déclara :
" Je fais un article pour " Sorcier Junior ". Accepteriez-vous de répondre à quelques questions ? "
Mélamine la regarda.
On peut laisser voguer ses yeux sur l'aile déployée d'un joli paysage ; on peut chercher une aiguille dans une botte de foin ; on peut guetter dans des sous-bois touffus la présence d'un ennemi cruel. Retenez bien ceci : Mélamine la regarda. Puis elle la laissa poser ses questions gentillettes autour d'une tasse de thé et des madeleines encore chaudes.
La plume téléscriptrice se mit à gratter sur le parchemin.
" Conseil de famille chez toi dans deux minutes ! Range un peu... W. "
Cette chère Walky ! Elle essayait toujours d'éviter à sa soeur aînée les foudres maternelles à propos de son style de vie plutôt anticonformiste...
" Je vais te cacher.
- Mais je sais me rendre invisible ! Je suis le plus jeune Chaudron d'Airain de ma génération ! "
Mélamine la foudroya d'un regard sardonique.
" Sûrement. Mais eux, ce sont les Courtepointe et les Purchaudron, et avec ton petit charme tu leur paraîtras aussi évidente qu'un éléphant dans un chaudron de douze ! Laisse-moi faire, tu pourras voir et entendre. Après tout, c'est ta famille. "
Et devant les yeux écarquillés interloqués désemparés de la fillette, elle ajouta :
" Emeraude Courtepointe, ne prends jamais ta mère pour une imbécile, même quand elle n'est pas encore ta mère ! "
Quatre claquements de doigts dans une brève danse sur place, un souffle long et trois mots :
" Izzi diathésis naï ! "
Un vertige, une sensation de chaleur, des picotements au bout des doigts, et la sorcière en herbe réalisa qu'elle avait pris l'épaisseur d'une feuille de papier et qu'elle était glissée entre le mur et une lourde tapisserie représentant des chats ; la trame était ajourée au niveau de leurs yeux, lui donnant une vision parfaite de la pièce. La porte s'ouvrit.

Alyane Courtepointe entra en premier, l'air farouche et accablé à la fois, avec dans son sillage une Déliria furieuse, une Walkyria résignée et un Balthazar totalement indifférent. Emeraude entendit dans sa tête une voix de guide touristique qui commenta :
" Ta grand-mère, toujours en pays conquis, comme son mari l'Ambassadeur, suivie de sa brillante et soumise progéniture... Pas mal, la mamie en plus jeune, hein ? Tu savais qu'elle avait été danseuse au Ballet National ? Si si... "
L'ex-danseuse au noir chignon agressif jeta un regard circulaire et critique.
" Je ne sais pas comment tu peux vivre dans... dans ce... Et fais sortir ces chats, je ne veux pas de poils verts (2) sur ma robe ! "
Jungle et Sapin se logèrent sur le haut du bahut, mais Feuille, jeune chatonne presque innocente, se blottit dans les bras de Mélamine, en dévisageant la douairière d'un air passablement effronté.
" L'heure est grave. Ta grand-mère Corinanthe a été enlevée par les Mangeurs de Temps. Avec ses idées stupides de tourisme exotique ! Aller se promener là-bas toute seule, à son âge ! Je lui avais bien dit que ça finirait mal, mais elle ne m'écoute jamais, et toi tu la soutiens toujours, c'est comme l'année où elle est allée faire cette croisière ridicule et où elle a failli... "
Mélamine fronça le sourcil.
" Au fait.
- Ne manque pas de respect à ta mère ! ", intervint Déliria, de colère drapée.
Mélamine lui jeta un regard amusé et haussa les épaules.
" Les Mangeurs de Temps ", enchaîna Walky pour faire diversion, " l'ont enlevée il y a deux jours. En fait, papa a des es...
- Informateurs ! ", reprit Alyane. "Nous avons essayé la voie diplomatique, mais tu sais qu'en ce moment à l'Est toutes les polices sont sur les dents...
- Je peux monter un commando avec Jaymmes...
- Et je m'y refuse ! L'Est pourrait prendre cela pour une agression, et ton père, dans sa position...
- Bref ?
- Eh bien mais tu ...C'est ta grand-mère ! Tu dois faire quelque chose !
- D'autant que tu n'as pas d'obligations sociales ", renchérit Déliria.
- " Ni scientifiques ! ", ajouta Balthazar, ravi de rappeler à qui aurait voulu l'ignorer...etc...
Pendant que planaient quelques mesures d'un silence tout à fait mélodramatique, avec une lenteur tranquille de cumulo-nimbus sûr de son fait, s'esquissa sur le visage de Mélamine un certain demi-sourire qui fit s'accrocher Walkyria au bras de son fauteuil.
" Donc, si je comprends bien, je suis censée extirper notre grand-mère des griffes des Mangeurs de Temps, sans violence, sans esclandre... et sans aide. Si je venais à être capturée ou tuée, le Conseil de l'Ouest nierait avoir eu connaissance de mes agissements... pendant que vous continuerez, vous, dans une intention purement diplomatique, à faire comme si de rien n'était... pour le plus grand bonheur de la carrière de Son Excellence... Au fond, ce que vous me demandez, c'est de faire de la magie... Non ? "
Walky eut du mal à contrôler un fou rire inopportun. Alyane, dont les barrières mentales s'effondrèrent au point que même Emeraude l'entendit penser "Nom d'un dragon borgne, elle est vraiment intelligente ! ", retourna sa colère contre ses autres enfants.
" Allez m'attendre dehors ! "
Mélamine gardait son demi-sourire glacé et attendait.
Alyane baissa les yeux et rendit les armes.
" Tu es la plus douée de nous tous, et tu le sais. Nous avons besoin de toi. S'il te plaît.
- Mais je n'ai jamais eu l'intention de fuir mes responsabilités, mère. "

" C'est quoi, les Mangeurs de Temps ?
- Ils ne vous enseignent plus rien, en géographie ? C'est une peuplade sauvage qui vit sur la Chronide, une île perdue tout au nord du Territoire de l'Est. Ils ont la faculté de se déplacer dans une dimension parallèle, d'où ils ont accès aux H et quelquefois aux V (3). Ils se nourrissent de ce qu'on appelle " le temps perdu ". Par exemple, tu vois, si tu restes sans rien faire quand tu attends ton tour dans une queue, ils dévorent ce temps-là, et après tu te sens fatiguée, sans savoir pourquoi. Mais si ton esprit est toujours en éveil - je parle d'un éveil calme, bien sûr, concentré- ils ne peuvent rien contre toi. C'est pour cela qu'ils préfèrent s'attaquer aux H, qui ont moins de maîtrise de leur mental. Quand ils arrivent à capturer quelqu'un, ils le laissent en isolation sensorielle, jusqu'à ce qu'ils puissent dévorer son temps à leur aise... et bien sûr, pour une personne âgée, cela peut être très dangereux...
- Quand partons-nous ?
- Je pars.
- Je t'accompagne ! Je ne suis pas venue par simple curiosité. Ce matin, j'ai été réveillée par un sorcier très vieux, portant des habits d'un autre âge; il avait l'Aura d'un Grand Maître... Il s'est penché sur moi et a murmuré doucement : "Ta famille a besoin de toi. " Il m'a dit qu'il y allait de ta vie... et de la mienne ! "
Mélamine garda le silence un instant, tout en rangeant sous une pile de revues, de manière apparemment machinale, le dernier " Bulletin Violet ", dont le gros titre était :"Iriador Kersigatt a disparu ! ".
" Eh bien mais... si outre mes pouvoirs tu as hérité de l'intrépidité de ton père...
- Tu sais qui c'est ?
- Vois-tu, j'ai la chance de posséder un don assez rare, l'aléthidégnosie.
- Tu sais tout de suite la véritable identité du sujet !
- Bon, bon, tu sais des choses, tout de même... "

L'île de la Chronide était battue par des flots violents, et entourée d'un orage permanent pour dissuader tout envahisseur. Un épaisse forêt d'arbres gigantesques semblait la recouvrir entièrement, mais en la survolant Mélamine découvrit une forteresse massive de pierres noires et luisantes, dont l'imposant donjon défiait fièrement le ciel, et que cernaient comme un serpent lové des douves abyssales. Mélamine zigzaguait entre les éclairs avec une dextérité magistrale. Emeraude, en croupe sur le balai, avait bien du mal à empêcher ses dents de claquer.
"Respire, ma puce, je m'amuse un peu, mais j'ai un pare-feu à toute épreuve.
- Tu es sûre ?
- J'ai été major de promo grâce au certif d'Electricité Magique. Mon pare-feu a été retenu pour équiper les bâtiments du Grand Palais, et je l'ai encore amélioré depuis... "
Le balai se posa en douceur au pied du mur d'enceinte.
" Les affreux ! Ils ont des protections de type III sur leurs murs, pour empêcher la traversée... Bon... D' abord localiser grand-mère... "
Elle sortit de sa poche une petite plaque métallique portant un clavier dont elle effleura quelques touches.
" Sixième sous-sol. On va faire une petite descente. Tiens ma main, reste silencieuse et concentre-toi. Visualise-toi comme un grain d'énergie qui tourbillonne sans cesse, élève tes barrières et ferme-toi à tout sauf à moi. C'est parti ! "
Emeraude se sentit aspirée dans un long vortex glacé. Energie, boule, calme, barrières, main, esprit... elle ressentait Mélamine comme un petit soleil vibrant de chaleur et d'assurance, force lumineuse et impavide...
Elles atterrirent dans un cachot humide et sans fenêtre ; à même le sol, pelotonnée contre un mur, gisait Corinanthe Courtepointe, sale, en haillons et les cheveux défaits. Emeraude fit tout naturellement jaillir une petite lumière rose au creux de sa main. Mélamine se pencha sur l'aïeule, l'appela, lui tapota les joues.
" Elle respire, mais elle est épuisée. Ils ont dû essayer de lui arracher quelque secret... "
Un bruit de pas dans le couloir les figea.
" Et maintenant, tu as une idée ?
- J'ai ! ", repartit fièrement la petite. " Mus ampho naï !
- Izzi ! ", ajouta Mélamine, et sa voix se perdit dans un decrescendo aigu..." Palindrome de conservation de structure ! Mais sinon c'était pas si ma... "
Deux créatures grises entrèrent dans la cellule, avec un grincement de clefs et de porte rouillées. Ils étaient petits, à peine plus hauts que des Nains, trapus et recouverts d'un pelage rêche et terne ; leur grosse tête poilue était surmontée de toutes petites oreilles noires, leurs yeux étaient minuscules et sans paupières, leur nez réduit à deux fentes ; les trois quarts de la face étaient occupés par une énorme bouche aux lèvres charnues mais dépourvue de dents, qui émettait des borborygmes rauques entrecoupés de volutes de fumée noire et fétide. L'un d'eux poussa du pied la vieille femme, et ils échangèrent quelques sons de connivence, sans jeter un regard aux deux petits mulots qui, assis sur leur train, les narguaient silencieusement.

Le vol de retour fut moins drôle. Mélamine avait attelé une civière à son balai, l'avait caréné magiquement et conduisait avec délicatesse en larges courbes et freinages progressifs. Emeraude pouvait voir les éclairs venir se briser sur la coque invisible comme, au dessous d'elle, les noirs dragons écumant de rage sur les crocs acérés des sinistres récifs.
" Je ne peux pas la transporter plus loin. Le voyage est long et une téléportation l'achèverait. Je vais aller lui chercher un remède. Tu vas monter un camp, la réchauffer, et lui donner à boire une infusion de millepertuis. Mais ce rivage n'est pas très sûr... Jusqu'où va ta pratique de l'invisibilité ?
- Pfui, facile ! ", se rengorgea la petite, "j'ai trente ans d'expérience !
- Tu n'es pas crédible quand tu parles ainsi... "
Emeraude se renfrogna. Puis son regard s'éclaira. Elle laissa sa bouche dessiner un demi sourire et murmura avec un zeste d'insolence contenue :
" Je me débrouille... "
Mélamine éclata de rire et lui ébouriffa tendrement les cheveux.
" C'est bien, tu apprends vite.
- C'est quoi, ton remède ?
- Eh ! Du temps, pardi ! Je vais me projeter dans le Futur, et avec la décompression chrono-matricielle...
- La quantité que tu ramèneras sera exponentialisée à ton retour. "
Elle fouilla dans sa poche.
" Tu la veux ? "
Elle lui tendit un petit objet pyramidal entouré d'une demi sphère de cristal ; sur les parois de la pyramide courait un liquide bleuté, dessinant une trame sinueuse et fluctuante ; un clavier recouvrait la base.
" Qu'est-ce que c'est ?
- L'invention de papa, la clef USB. Ca veut dire Ultraprogrammateur Supravectoriel Bathychronique, mais tout le monde l'appelle la clef " Un Seul Bond ". Tu la programmes là, et, passé ou futur, tu vas où tu veux. Bien sûr, " laissa-t-elle tomber avec une négligence calculée, " son usage est réservé à l'élite, il faut au moins être Chaudron d'Or, mais moi ça fait longtemps que je sais m'en servir... "
Mélamine marqua une pause.
" J'ai presque hâte de vieillir ! Je sens que je ne vais pas m'ennuyer avec toi... Tu vois, dans cette époque-ci, peu de gens ont la capacité de voyager dans le temps, et ton père est encore bien loin d'avoir abouti dans ses recherches. J'ai eu la chance de pouvoir décrypter un antique manuscrit d'Aztarek Phanigann...
- Celui du Théorème ?
- Exactement. Tu as dû voir son portrait dans la Salle des Illustres. Un grand maigre, roux comme le feu, avec des yeux verts... comme les tiens ! Il a vécu il y a bien 2000 ans, et il est mort à 700 ans passés, traîtreusement assassiné, dit-on, par des mercenaires à la solde du Conseil...
- Le sorcier ! Celui que j'ai vu ! Il avait les cheveux blancs, mais les yeux d'un vert...
- Je ne vois pas pourquoi il... Bref, sa magie s'est perdue... Enfin, Phanigann a emporté ses secrets avec lui, de peur qu'ils ne tombent en de mauvaises mains... Allez, je file. Je vais m'ancrer sur toi, tu me laisses une porte ouverte ?
- ... ?
- Oui, avec ta clef tu n'en as probablement plus besoin ; c'est le seul inconvénient de l'ancienne magie : il faut que quelqu'un accepte de t'attendre, quelqu'un en qui tu puisses avoir une confiance absolue... Tu sais te mettre en contact parallèle ?
- ... ?
- Ferme les yeux. Concentre-toi. Eveil communiquant. Cherche mon canal. Ca y est ? Maintenant tu clives et tu laisses ce contact en parallèle, ce qui te permet de continuer à fonctionner ici. Non, plus détaché... un peu moins... là ! Tu l'intègres ? Moi je le perçois très bien. Parfait. A tout à l'heure. "

" Effectivement, " se disait Mélamine en se laissant glisser dans le Non-Monde pour atteindre le Futur, " heureusement qu'elle est venue ! Peu de sorciers adultes sont capables d'une telle disponibilité mentale... et quant à trouver un ami doué, discret et fiable... Jusqu'ici, c'était grand-mère qui m'ancrait...Alors, le Futur... A qui vais-je bien pouvoir faire perdre son temps ? Oui oui... et en plus, ça reste en famille... "
Si les locaux du CNRS n'avaient guère changé, elle constata que Balthazar avait, dans ces derniers trois cents ans, pris une sacrée bedaine, perdu à peu près tous ses cheveux... et qu'il s'habillait en vert ! Mais elle ne s'était pas trompée sur la personne. Entouré d'une myriade de chaudrons et d'alambics, comme trois cents ans plus tôt, il distillait, il distillait... Glisser un instant d'inattention entre deux calculs de formule, éteindre quelques secondes la flamme sous le Vase Régulateur...
" Ah ! Quel Troll ! Il faut que je recommence... "
Un petit grain d'amnésie, une pause, emmagasiner le temps en dimension S, et refaire...
" Ah ! Quel Troll ! Il faut que je recommence... "
Elle s'arrêta à 180 unités TR (Temps Retrouvé) et se mit au calme dans le jardin derrière le laboratoire, pour préparer le retour, vérifier l'ancrage, identifier les stocks et les arrimer... Au moment où elle se préparait à claquer des doigts, quelle ne fut pas sa surprise d'apercevoir Iriador Kersigatt derrière un buisson, manipulant fébrilement un petit objet pyramidal dont elle supposa que c'était le prototype de la clef USB.
" Oh, bonjour, comment allez-vous ? Vous avez fait bon voyage ? "
L'étonnement de Mélamine n'était rien en comparaison de la stupéfaction du jeune homme qui pâlit rougit verdit et bafouilla :
" Mais je... Mais vous... C'est bien vous ? Comment êtes-vous venue ?
- Il y a de la bonne vieille magie dans les grimoires de la Bibliothèque, vous savez. Allez, il faut que je rentre. "
Devant sa mine un peu défaite, elle décida de lui laisser une chance.
" Tout va bien pour vous ?
- En fait ... Je suis coincé ici depuis deux semaines, je n'arrive pas à paramétrer le retour...
- Ah, c'est fâcheux... Voulez-vous que je vous dépose ?
- Que vous...
- Mais non, mais non, c'est un plaisir. Donnez-moi la main, mettez-vous en mode passif, et dans le Non-Monde, surtout, aucune réaction. Laissez-vous glisser souplement, là, c'est bien... "

" Vous voilà rendu. Je vous souhaite une bonne journée, excusez-moi, on m'attend.
- Comment pourrais-je vous remercier ? Vous m'avez sauvé la vie !
- Mais non ! Je vous ai servi de taxi, c'est bien peu de chose...
- Puis-je vous inviter à dîner ?
- Pourquoi pas ? Appelez-moi donc la semaine prochaine...
- Vous me reparlerez de cette ancienne magie ?
- Vous ne voulez plus travailler seul ? "
Le regard bleu intense d'Iriador Kersigatt, LE Kersigatt, le vainqueur des Géants de l'Est, s'illumina de mille étoiles céruléennes.
" Je veux travailler avec vous. Et je veux... Enfin, je voudrais... "
Une pensée parasite et stupide dansa la gigue dans l'esprit de Mélamine, heureusement soigneusement verrouillé.
" Il est cuit, il est cuit... C'est grand-mère qui va être contente ! Oups ! Au fait, grand-mère ! "

Il ne fallut que quelques minutes à Corinanthe Courtepointe pour retrouver toute sa conscience après le transfert de temps que Mélamine lui administra. L'aïeule voulait tout savoir.
" Emeraude ! Ca alors ! Et tu dis que tu as volé du temps à Balthazar ? Ma foi, tu as bien fait, il ne m'en a jamais donné beaucoup... Et le père d'Emeraude, tu...
- Chut ! Repérage effectué, sommes en approche, cible contactée et demandeuse... Laisse-moi profiter un peu de ces moments-là, grand-mère, mais il me semble bien que c'est un futur possible...
- L'amour, l'amour ! C'était un peu compliqué avec Aztarek, à cause de la différence d'époque, mais que de bons moments nous avons passé ! "
D'une même voix, la future mère et la future fille s'exclamèrent :
" Astarek ? Phanigann ? Celui du Théorème?
- Ah ", répondit Corinanthe, "vous l'avez connu ? "

La vie reprit son cours normal.
" Je savais bien que c'était facile ! ", déclara Alyane Courtepointe qui avait retrouvé toutes ses certitudes.
" Un dîner chez grand-mère ? Pas cette semaine, alors ", se défila Déliria, " je suis invitée au festival de Khan... "
" Je n'ai vraiment pas de temps à perdre ", s'écria Balthazar Purchaudron, " avec toutes ces distillations... "
Et c'est ainsi que le jeudi suivant Mélamine se retrouva seule sur la colline aux Colchiques, dans la chaumière de Corinanthe. Après un repas délicieux, devant un bon feu de bois perpétuel, la doyenne des Courtepointe s'adressa à sa petite fille :
" Je suis bien contente que tu sois venue seule, finalement. Tu vois cette bague ? A ma mort elle te reviendra. Non, non, ne proteste pas. Ce n'est pas un bijou d'apparat. Regarde. "
Elle tourna le chaton trois fois, souffla sur le feu... et au milieu des flammes apparut l'image d'un sorcier roux aux yeux verts...
" Phanigann ! Oh, pardon ! Maître Phanigann!
- Eh oui, c'est moi ! Celui du Théorème, comme vous dites ! Alors, Corinanthe ?
- Je t'attendais.
- Alors, l'heure est venue. Parle. "
L'aïeule toussota pour s'éclaircir la voix et sourit à l'apparition rougeoyante.
" Vois-tu, Mélamine, j'ai épousé Jolicoeur Crèvetambour à 215 ans, et très vite nous avons eu Alyane. J'étais jeune, il était beau... Mais c'était bien un Crèvetambour... Bref, nous nous sommes séparés, et j'ai vécu seule pendant de très longues années. Puis j'ai rencontré Aztarek, qui voyageait dans le temps...
- Nous nous sommes aimés passionnément...
- C'était une folie, mais nous voulions un enfant, même s'il devait rester clandestin...
- Notre relation violait presque toutes les lois transchroniques...
- Grâce à mes rondeurs, je pus dissimuler cette grossesse. Alyane était enceinte au même moment. J'accouchai quelques jours avant elle, d'une petite fille...
- Avec moi ! Ce fut un moment merveilleux !
- Et j'étais là pour aider ma fille... Son propre enfant, un garçon, ne survécut que quelques minutes. Je te jure, Mélamine, qu'Aztarek et moi avons utilisé toute notre science...
- Alors j'ai suggéré que...
- Je ne voulais pas ! Mais Alyane était très fatiguée...
- Et c'était une chance inespérée pour notre enfant, d'avoir une vie au grand jour...
- Tout en évitant un malheur à Alyane...
- Vous avez échangé les enfants, c'est ça ?
- Oui, mais... Mélamine ! Tu ne comprends pas ? Ma fille, c'est toi ! "
Le choc s'abattit sur elle comme la foudre. Elle regarda l'une et l'autre sans pouvoir articuler un mot.
" Ce fut un peu dur de ne pas te voir tous les jours ", reprit Corinanthe, " mais je ne l'ai jamais regretté.
- Tu as comblé nos voeux au delà de toutes nos espérances... "
Et tout à coup, les pièces du puzzle se mirent en place. Les cheveux roux, les yeux verts, l'humour, ces dons prodigieux, " Mélamine ne ressemble à personne ", " Tu ne pourrais pas vivre comme tout le monde ? "... et ce manuscrit, si facile à décrypter...
Au bord des larmes, elle murmura à grand peine :
" Mais enfin...l'aléthidégnosie... J'arrive toujours à voir chez les autres, et là...
- Et pourtant je te l'ai fait répéter souvent ! " Toute désublimation de l'énergie cognitive...
- " ...engendre un flux négatif qui oblitère les récepteurs alpha et oméga...
- " ...et de ce fait...
- " et de ce fait la présomption du savoir conduit à l'ignorance. " C'est le Théorème de... "
Elle se blottit très fort dans les bras de sa mère, sa vraie mère, celle à qui elle était fière de ressembler, sous le regard ému de son père, peut-être le plus grand sorcier de tous les temps...


N.d.A.

(1) : Dans le Monde Violet, les filles portent le nom de la mère, les garçons le nom du père
(2) : Tous les chats de Mélamine Courtepointe sont verts
(3) : Cette planète comporte plusieurs dimensions , chacune habitée par des êtres différents ;par exemple, les V (Violets) dont la plupart sont sorciers, les H (Humains), les T ( Turquoise).... Cf "Le chaudron d'or", in "Prédestinations"


Ecrire à Narwa Roquen
© Narwa Roquen



Publication : 13 June 2005
Dernière modification : 09 November 2006


Noter cette page : Vous devez vous identifier pour utiliser le système de notation

A toi de choisir parmi les récits et illustrations sur le site

Estellanara
Un conte de Laponie  
Narwa Roquen
Affaires de famille  
Trahisons
Fladnag
Résilience  
Lindorië
Emergence spatio-temporelle
La Forêt sans Retour  
Netra
La Ballade des Fées  

signifie que la participation est un Texte.
signifie que la participation contient un Dessin.


3 Commentaires :

une lectrice de ce site 
le 26-06-2005 à 12h55
un délice!!
autant j'ai un peu de mal à pleinement apprécier narwa , autant le personnage de mélanie est un véritable régal, quelle verve!!
passionnant et plein d'humour!
on attend avec impatience la suivante
Lindorië Ecrire à Lindorië 
le 15-06-2005 à 13h40
J'adore Mélamine Courtepointe
et ses aventures ubuesques. J'espère que nous la retrouverons dans un prochain récit dont tu as le secret
miri 
le 14-06-2005 à 01h30
j'ai beaucoup aimé
cependant, c'est vrai que c'est tres harry potteresque et surtout j'avoue m'etre parfois un peu emmelée les pinceaux dans cette histoire, mais j'en redemande lol


Ajouter un commentaire

Pseudo
Mail
Titre ou commentaire concis
Commentaire détaillé
(Optionnel)



Page générée en 145 ms - 169 connectés dont 3 robots
2000-2017 © Cercledefaeries