Version HTML ?



Thaïs en faërie

Après le choc, enfin la révélation qui en découlait plutôt, Thaïs avait décidé de rester en Faërie. Elle découvrait d'heures en heures des choses nouvelles et incroyables, splendides et merveilleuses, ahurissantes, admirables et magnifiques. Pour tout dire ici, c'était le bonheur. Il lui semblait avoir su quand et comment elle était arrivée là, mais il ne lui en restait à présent qu'une vague intuition qui s'effilochait de jour en jour, lui laissant parfois une drôle d'impression indéfinissable, rapidement effacée par la curiosité que suscitait en elle une nouvelle découverte. Ici, elle s'était très rapidement liée d'amitié avec une dryade qui lui faisait visiter le pays, rencontrer les gens qui l'habitaient et qui lui donnait un aperçu des us et coutumes de cette singulière contrée. C'était nettement plus intéressant que..., elle ne savait plus, là bas, enfin, elle croyait..., c'est à dire qu'il lui semblait bien que, ailleurs, enfin..., elle ne savait plus trop. Et finalement qu'importe ! , puisque le meilleur était ici. Et elle repartait alors de plus belle, courant aux côtés de la dryade, chevauchant un centaure quand elle était lasse, et dans ces moments là, l'air qui lui frappait le visage était d'une fraîcheur enivrante, elle se sentait comme libre et sereine. Le soir, elle écoutait les légendes que racontait un faune, entouré de tout un groupe d'auditeurs captivés et quand lui-même sentait un relâchement de l'auditoire, il proposait mille amusements jusqu'alors inconnus à Thaïs, et qui les entraînaient dans des fous rires jusqu'à des heures tardives, où chacun regagnait son logis, Thaïs ayant pour sa part reçue l'hospitalité de la dryade, en attendant que soit achevée la maison que lui construisaient les bonnes âmes des alentours. Les journées passaient sans fin et elle trouvait sans cesse de nouvelles occupations : nager avec les sirènes (tout en se méfiant un peu : la dryade lui avait dit que parfois, elles savaient se montrer expertes dans l'art de la fourberie), et il est vrai qu'entre les éclats de rire et d'eau, elle sentait parfois l'une d'elle la piquer subrepticement, pourquoi, elle ne le savait pas exactement; abîmer sa peau pour leur assurer une supériorité esthétique, lui montrer leur autorité, cruauté naturelle... Mais mis à part ce détail, sa vie n'avait jamais été plus belle et comme elle aimait passer de longues heures à parler avec les faunes, qui lui enseignaient les secrets de la forêt...

Espoir d'un éveil pour la famille Ménanteau

Thaïs Ménanteau, 14 ans, habitant le bourg de Saint-Julien, dans l'Oise, a été percutée il y a maintenant 2 mois par un chauffard, tandis qu'elle revenait du collège, séparé de sa maison de moins d'un kilomètre. Le conducteur a pris la fuite et a disparu dans la nature. La famille éplorée a porté plainte, laquelle n'a pour lors vu aucune suite positive. Thaïs est depuis suivie dans le service pédiatrique de l'hôpital de la région, où les membres de sa famille viennent la voir tous les jours en espérant une amélioration de son état qui reste actuellement stationnaire.

Plongée dans le coma, l'adolescente n'a plus eu la moindre réaction au monde extérieur depuis son accident, bien que son état de santé soit excellent, puisque toutes les fractures ont été soignées et qu'aucune séquelle sur le plan physique ne soit à déplorer. C'est donc un travail psychologique qui a été mis en place par la cellule familiale, aidée dans sa tâche par le personnel hospitalier.

En effet une infirmière spécialisée passe plusieurs heures par jour au côté de la jeune fille, lui parlant de tout et de rien, pour lui permettre de garder un contact avec la réalité tout en lui offrant une nécessaire chaleur humaine. Chaque soir par ailleurs, les membres de sa famille viennent lui annoncer les nouvelles, le quotidien, et depuis peu, son grand frère qui a un emploi du temps moins contraignant, lui fait lecture de contes et légendes du monde, espérant à travers cette passion qu'il connaissait à sa soeur, lui donner le goût d'un retour parmi eux. Parfois, il fait le pitre, pour détendre l'atmosphère, " plus pour lui-même que pour sa soeur sans doute ", nous déclare-t-il, mais cela lui remonte le moral, d'autant plus qu'à raison de 3 fois par semaine, il a reçu l'autorisation de faire le clown pour les enfants du service pédiatrie, qui se réunissent pendant une petite heure autour du joyeux drille qui enchaîne jeux, et saynètes pour le plaisir de tous, et surtout pour celui de sa petite soeur.

Clouée au lit, le seul déplacement de Thaïs se résume au bain hebdomadaire qu'on lui fait prendre, afin de créer un décalage sensoriel, mais également pour que son corps soit pendant quelques minutes affranchi de son poids réel, créant alors un sentiment de détente, en vue de provoquer en elle le réveil tant espéré. Cette manipulation fait l'objet de discussions au sein du corps médical, les uns voyant les bienfaits de la relaxation, les autres la contrainte infligée au corps d'être à chaque fois désappareillé puis rappareillé, au prix de douleurs difficilement quantifiables pour la patiente.

La famille et les médecins gardent cependant espoir que Thaïs reviendra un jour à la vie, " ce n'est plus qu'une question de volonté ", affirme son frère, en allumant le ventilateur avant de sortir doucement de la pièce.

Article de Mara Rogue,
Tiré du Matin Oise, le 24 janvier 2006

Ecrire à Mahora
© Mahora



Publication : 08 April 2006
Dernière modification : 07 November 2006


Noter cette page : Vous devez vous identifier pour utiliser le système de notation

A toi de choisir parmi les récits et illustrations sur le site

Bluelantern
La Reine des Elfes  
Elemmirë
L'écriture ou la vie !  
Fladnag
Le lai de Beren et Lúthien  
Maedhros
Magicien  
Mahora
Ma communauté  
Tableau de Mai  
Thaïs en faërie  
Narwa Roquen
Le fils du Loup  
Elemmirë
Rencontre  
Lindorië
Le coeur de Féerie  
Maedhros
Princesse-Corail  
kitana
Amour légendaire  

signifie que la participation est un Texte.
signifie que la participation contient un Dessin.


2 Commentaires :

Narwa Roquen Ecrire à Narwa Roquen 
le 19-04-2006 à 18h20
Et après?
Dans l'état actuel de cette histoire, je ne pense pas qu'il aurait été possible de faire des scènes parallèles sans vendre la mèche trop tôt. Par contre, ce qui aurait été intéressant, c'est une suite! en effet, nous avons la description d'un état - mais il ne se passe rien. Et la question à laquelle on attend une réponse c'est : comment cette situation va-t-elle évoluer avec le temps? Et là, les...

Voir la suite de ce commentaire

Estellanara Ecrire à Estellanara 
le 10-04-2006 à 16h08
Parallélismes
L’histoire de départ est bonne et les détails foisonnent d’idées mais il me semble qu’une construction des scènes en parallèle les auraient mieux fait ressortir. La partie « réelle » devrait rester après son pendant féerique mais je crois que les deux en alternance donneraient un rythme intéressant. Il faudrait cependant veiller à ménager les effets pour préserver le suspense. Qu’en pensent les au...

Voir la suite de ce commentaire



Ajouter un commentaire

Pseudo
Mail
Titre ou commentaire concis
Commentaire détaillé
(Optionnel)



Page générée en 121 ms - 333 connectés dont 4 robots
2000-2017 © Cercledefaeries