Version Flash ?



L'adieu aux bois dorés

De hautes et majestueuses tours blanches, telles d'incommensurables colonnes de glace scintillant de mille feux dans le bleu céleste veillaient sur les vastes et infinies étendues gelées. Le vide glacé s'étendait à perte de vue, courbé sous le poids d'un silence séculaire.

Pourtant, dans ce néant neigeux, inspirant la plus profonde innocence, un faible murmure se souleva comme une plainte amère, et de ce fébrile souffle anodin jaillit sans attendre et avec impétuosité une suite assourdissante de vents puissants et de litanies stridentes, balayant orgueilleusement et avec violence toute la surface du manteau glacé maintenant noyé dans les brumes grises et étouffantes. Le monde fut alors pris de vertige et se fracassa de mille éclats dans un tourbillon de confusions où les sons, hystériques, s'entremêlèrent aux visions bouleversées dans un chaos indescriptible, faisant vaciller le corps minuscule d'Annuminor pris au piège dans cette tourmente irraisonnée, faisant perdre tout sens à la réalité. La dernière chose qu'Annuminor put apercevoir avant de s'effondrer de toute sa hauteur fut une faux disgracieuse et fantomatique happant l'air dans un mouvement lent et macabre juste au-dessus de lui.

Annuminor se réveilla alors, transpirant de sueur dans son lit rudimentaire, les mains écrasant ses oreilles et hurlant à en perdre la voix. Ses yeux envahis des affres d'une peur humaine s'ouvrirent, étourdis et terne, pour apercevoir avec frayeur, que la chambre modeste qu'il avait loué était recouverte de givre.

Il sortit sans attendre de l'auberge dans laquelle il avait pris asile pour une courte nuit et s'avança d'un pas pressé dans les ruelles tortueuses et pavées de la ville, enveloppé dans un ample manteau d'étoffe noire. Seul le bruit de ses pas résonnait dans la nuit silencieuse qui recouvrait le monde de ses longues ailes ténébreuses. Anuminor s'engagea alors dans une mince venelle sans lumière et au bout de quelques pas agités, s'arrêta face à une porte basse construite dans un solide bois de chêne, qu'il tambourina violemment de ses mains pourtant fatiguées. Un petit volet s'ouvrit promptement et se referma aussitôt. Puis, un bruit de serrure qu'on déverrouille se fit entendre et la porte s'entrouvrit faiblement. Un homme de faible mesure, malingre et aux yeux enfoncés l'accueillit avec médiocrité et lui montra la direction à prendre en levant l'une de ses mains décharnées, mais Anuminor n'en tint pas compte et se dirigeait déjà à vive allure vers l'arrière-pièce dans laquelle il avait déjà si souvent pénétré.

" Il m'en faut, encore, toujours, j'en ai grandement besoin... "

La jeune dame qui se tenait derrière le comptoir sur lequel reposait presque autant de fioles et d'artefacts que dans les étalages situés derrière elle eut un regard de compassion sur le jeune homme au visage creusé par la fatigue qui se présentait à elle.

" Encore, répondit-elle, cela ne vous suffit-il pas? Désirez-vous encore vous jouer des périls qui vous guettent, la mort elle-même peut vous imposer rendez-vous, le savez-vous seulement ?

- Peu m'importe, dit-il dans un soupir désintéressé, ma vie n'est que plainte et souffrance et mon coeur ainsi que mon âme sont captifs de l'étreinte de la peine. Ouvrez-moi encore, par pitié, la porte des songes, que je puisse m'échapper des damnations infernales qui me hantent et quitter à jamais cette vie sordide et puante. Montrez-moi une fois de plus où se dissimulent les passerelles qui mènent au rêve afin de m'y engager et y demeurer éternellement.

- Ce sont là bien des mots tourmentés par le désespoir et la désolation, rétorqua la dame tout en plongeant son regard pris de pitié dans les yeux éteints d'Annuminor, qu'il en soit donc selon votre volonté, ajouta-t-elle finalement dans un profond soupir, voici le breuvage que vous désirez si ardemment, la potion des Semences de Rêves, qui vous guidera jusqu'à la lisière des limbes de chimères ou peut-être au seuil des abysses glacés et funèbres de l'agonie. Mon dernier conseil sera celui de la modération, cher Annuminor, vous avez déjà emprunté de sombres chemins parmi les songes, et sachez que ceux-ci peuvent également les emprunter pour venir jusqu'à vous ".

Annuminor se retira alors, et disparut, noyé dans l'aube d'une journée déjà bien animée...

Le temps passa et la nuit tomba sur les turpitudes du monde gagnant en même temps le coeur meurtri d'Annuminor, à nouveau solitaire dans une chambre, écarté du monde. Cependant ses yeux brillèrent paradoxalement d'une intense lueur. Il tenait fiévreusement entre ses mains tremblantes la coupe remplie du breuvage incolore, le fixant d'un regard enflammé, immobile et imperturbable.

Au bout d'un long moment, il se décida enfin à la porter à ses lèvres, mais au cours de ce même geste, un vent glacial soufflant de nulle part s'immisça de son chant funèbre dans la chambre jusqu'alors silencieuse et une faux à l'apparence fantomatique s'esquissa fugitivement dans le liquide pour disparaître aussitôt.

" Ce sera mon dernier rêve ", pensa Annuminor, d'un ton las.

La flamme de la bougie éclairant de sa faible lueur la solitude d'Annuminor vacilla dans une dernière danse pour s'éteindre silencieusement.

Dans l'obscurité ainsi apportée, les souvenirs enfouis sous une profonde tristesse peuplèrent la mémoire d'Annuminor et l'animèrent d'une joie depuis longtemps oubliée, celle que lui inspirèrent le songe des bois dorés. Ainsi dans ses derniers moments se réveillèrent en son esprit la béatitude des promenades le long des sentiers joyeux, parsemés de fleurs multicolores, se dispersant à travers la multitude des arbres majestueux, les frondaisons subtilement animées de bruissements harmonieux par les vents doux et gracieux, le réconfort d'un repos bienfaiteur adossé contre l'écorce de solides troncs, porteurs privilégiés d'innombrables et merveilleuses feuilles d'argent reflétant la brillance du feu céleste... " Oh ! Bois doré, terres enchantées, ode à la félicité, accueille moi de nouveau en ton sein, car désormais, toi seul peut raviver le tas détestable de cendres que je suis devenu, brûlé dans le brasier insoutenable du tourment qui m'habite et me dépérit, fais moi renaître de ma déliquescence tel le légendaire phénix, unique de son espèce, ou si tu persévères dans ton refus, laisse moi te faire mes humbles adieux, toi, rêve perdu dans les limbes brumeuses de mon esprit, espoir évanescent, fragilité... ".

Et il but le breuvage, encerclé par le froid d'un rire mortuaire...

© Anaon



Publication : Concours "L'Adieu à la Forêt Dorée" (Mars 2001)
Dernière modification : 07 November 2006


Noter cette page : Vous devez vous identifier pour utiliser le système de notation

A toi de choisir parmi les récits et illustrations sur le site

Didier
Dans le secret d'un bois
Elemmirë
Qu'arrive-t-il à l'Esprit de la Forêt ?
Fladnag
La Forêt des Autres : 'L'Adieu'
La Forêt des Autres : 'Renaissance'
Mathilde
Naissance
Narwa Roquen
Namarïe  
Scytale
Expurgation illustré par Colibri
Yasbane
Tic-Tac
Anaon
L'adieu aux bois dorés
Galadriel
Départ
Glorfindel
Souvenir du Futur...
Pluie
Sous un arbre
Syldorrynn
A l'agonie de l'innocence
Telglin
Sur le chemin  
Valdae
Qualin illustré par Colibri
Vifsorbier
Le Quêteur d'Ame
Yasbane
Gn3-23
ze-poete
L'adieu à la forêt dorée

signifie que la participation est un Texte.
signifie que la participation contient un Dessin.


Aucun Commentaire



Ajouter un commentaire

Pseudo
Mail
Titre ou commentaire concis
Commentaire détaillé
(Optionnel)



Page générée en 56 ms - 525 connectés dont 2 robots
2000-2018 © Cercledefaeries