Version HTML ?



Sur le chemin

L'homme s'arrêta et s'assit sur un petit rocher au bord de la route. Il pleuvait des cordes et le froid s'insinuait à travers ses vêtements mouillés pour venir déchirer son corps jusqu'aux entrailles. D'ordinaire, nul voyageur ne s'attardait par ici ; aucun d'eux ne souhaitait servir de cible aux gobelins de la région. Ces derniers utilisaient des sarbacanes et se dissimulaient si bien que personne ne les voyaient jamais. Leurs fléchettes empoisonnées venaient se ficher dans la peau aussi habilement et efficacement qu'une trompe de moustique, et l'infortuné voyageur s'endormait pour ne plus jamais se réveiller. Mais avec un temps pareil, même les gobelins restaient à l'abri.

L'homme frissonna. Un long spasme qui partait des épaules et descendait en agitant chaque muscle. Les vieilles femmes de son village prétendaient que, lorsque la mort venait, celui qu'elle cherchait se sentait soudain particulièrement bien. Une vague de chaleur apaisante traversait le corps et, lorsqu'elle le quittait, elle emportait l'âme avec elle. Mais c'était là une chance réservée aux enfants sages et aux hommes justes : les mécréants subissaient une chaleur plus forte, et ils se consumaient de l'intérieur dans une longue agonie. L'homme ne savait pas s'il était un juste ou un mécréant, en tout cas il était sûr que la mort était à des lieues d'ici.

L'homme regarda sur la droite. La route était bordée d'une forêt au sous-bois épais. Il faisait un peu plus clair, et le soleil commençait à darder quelques rayons discrets derrière les nuages. Malgré cela, il était impossible de voir très loin au-delà de la lisière des arbres. Cette forêt était à la fois crainte et respectée : les tribus de nomades pensaient qu'elle entourait la demeure du Dieu-Reflet, une divinité étrange entourée de miroirs dont chaque reflet correspondait à une vie en ce monde. Il n'y avait guère que les nomades pour croire à ces choses, mais la forêt étant sacrée pour eux, personne ne s'y aventurait. Ce n'était pas la peine de contrarier ces rudes gaillards pour un petit bois sans intérêt.

L'homme huma l'air. Les nuages avaient fini par s'en aller, et le froid se faisait de moins en moins mordant. La hausse de température apportait avec elle les relents nauséabonds du marécage qui se trouvait quelques centaines de mètres plus bas sur la route. Avant d'envoyer son messager en mission, le roi lui avait recommandé de ne point s'attarder en chemin. La missive était d'importance, à n'en point douter. Mais le roi en rajoutait toujours plus qu'il n'était nécessaire : c'était la marque des puissants. Il n'avait pas manqué de lancer une belle phrase pour l'occasion. " Prends garde, avait-il dit, car lorsque tout paraît aller mieux, c'est que nous ne voyons plus ce qui ne va pas ".

L'homme soupira. La pluie avait complètement cessé. Il faisait bon à présent. Les rayons du soleil donnaient au feuillage du bois sacré un aspect d'or. L'odeur du marais était repartie, oubliant derrière elle un moustique solitaire qui vint piquer l'homme dans le cou. C'était le temps idéal pour faire une petite sieste et se remettre d'une longue chevauchée. L'homme se laissa glisser de son rocher et, lorsque son corps toucha terre, il y eut comme un bruit de verre brisé.

© Telglin



Publication : Concours "L'Adieu à la Forêt Dorée" (Mars 2001)
Dernière modification : 07 November 2006


Noter cette page : Vous devez vous identifier pour utiliser le système de notation

A toi de choisir parmi les récits et illustrations sur le site

Didier
Dans le secret d'un bois
Elemmirë
Qu'arrive-t-il à l'Esprit de la Forêt ?
Fladnag
La Forêt des Autres : 'L'Adieu'
La Forêt des Autres : 'Renaissance'
Mathilde
Naissance
Narwa Roquen
Namarïe  
Scytale
Expurgation illustré par Colibri
Yasbane
Tic-Tac
Anaon
L'adieu aux bois dorés
Galadriel
Départ
Glorfindel
Souvenir du Futur...
Pluie
Sous un arbre
Syldorrynn
A l'agonie de l'innocence
Telglin
Sur le chemin  
Valdae
Qualin illustré par Colibri
Vifsorbier
Le Quêteur d'Ame
Yasbane
Gn3-23
ze-poete
L'adieu à la forêt dorée

signifie que la participation est un Texte.
signifie que la participation contient un Dessin.


1 Commentaire :

Netra Ecrire à Netra 
le 29-08-2006 à 22h35
Fin de la route...
Très beau texte, très poétique. Un style léger mais maîtrisé, qui dit juste le nécessaire. On devrait toujours croire les légendes...


Ajouter un commentaire

Pseudo
Mail
Titre ou commentaire concis
Commentaire détaillé
(Optionnel)



Page générée en 107 ms - 267 connectés dont 3 robots
2000-2019 © Cercledefaeries