Version HTML ?



Au-delà des mers

Un petit oiseau aux couleurs argentées fendait l'air le long des côtes rocheuses. Il passa au-dessus de deux humains assis au bord d'un à-pic. Il y avait un vieil homme à la barbe et aux cheveux gris. A ses côtés se trouvait une jeune fille d'une douzaine d'années ayant de longs cheveux blonds qui couraient le long de son dos. Leur regard gris fixait l'horizon, loin vers l'ouest où se trouvait le soleil couchant. Le ciel, là bas, était bleu pâle alors que déjà, derrière eux, la nuit s'annonçait. Des reflets dorés pigmentaient les mèches qui étaient orientées vers l'astre alors que, de l'autre côté, l'ombre froide assombrissait leur clarté. Loin sous leurs pieds, les vagues déferlaient contre les parois abruptes. Par moments, des rafales de vent troublaient le calme apparent de la scène, transportant des grains de sel qui agressaient la peau et les yeux. Les deux êtres étaient silencieux et semblaient pensifs. Après un long moment, la jeune fille se tourna vers l'homme :

-Grand-père ? demanda-t-elle doucement.

Sa voix était claire et douce. Après un instant, le vieil homme se prit la parole en continuant de fixer l'horizon :

-Qu'y a-t-il, Lana ?

Elle soupira avant de déclarer un peu maladroitement :

-Et bien...C'est peut être idiot, ce que je vais te demander, mais...Il y a une chose que je voudrais savoir...Qu'y a-t-il au-delà des flots, de cette immense étendue d'eau...J'ai imaginé des tas de choses mais je n'ai jamais osé demander à quelqu'un s'il le savait...

Son grand-père posa un regard doux sur elle avant de répondre :

-C'est bien que tu t'intéresse à ça.
-Ah ? fit Lana.
-Je le pense vraiment. Certes, il est rare de voir quelqu'un d'aussi jeune se préoccuper de cela, mais tu as toujours été en avance sur les autres enfants de ton âge...Enfin, avant tout, pourrais-tu me dire ce que tu as imaginé. Si tu le veux bien évidemment.

Lana rougit un peu puis acquiesça d'un signe de tête. Elle pensait vraiment que son grand-père allait trouver ses idées ridicules. Mais, après un petit temps, elle prit son courage à deux mains et commença :

-Et bien, il y a une possibilité à laquelle je crois beaucoup. Je pense qu'au-delà des mers, se trouve le paradis dont tout le monde parle. Lorsque les gens meurent, un bateau fantôme apparaît et, tard dans la nuit, les emmène sur une terre inaccessible pour nous où règne la paix, la joie, l'amour...

Le visage de Lana s'était éclairé lorsqu'elle avait déclaré cela. Son grand-père la fixa avant de dire doucement :

-C'est une vision intéressante. Quelles-sont les autres ?
-Sinon, j'ai imaginé qu'il y avait au niveau de l'horizon une chute d'eau sans fond dans laquelle disparaissent les êtres morts dans l'eau, mais aussi tout ce qui n'a pas lieu de se trouver dans la mer. Ce serait une sorte de vide ordure géant...

-Ta première vision était plus poétique. Remarqua le vieil homme.

-Oui, je sais...Pour troisième possibilité, je dirai qu'il y a tout là-bas une frontière naturelle infranchissable qui délimite notre territoire. L'horizon n'est qu'un fond variant du bleu ciel au bleu nuit en passant parfois par le gris...

-Une sorte de tableau en toile de fond...qui changerait de couleur. Intervint le grand-père.

-Oui...fit doucement Lana...Je sais, c'est un peu stupide...Enfin, ma dernière idée, ce serait que la mer serait un passage entre deux ou plusieurs mondes. Il y a une sorte de porte qui se trouve quelque part et qui permet de passer de l'un à l'autre...

-...Et comment passe-t-on cette porte ? fit l'homme intéressé.

-En répondant bien à une question...Ou en donnant un mot de passe...Oui, il serait enfuit en nous, dans notre subconscient et il nous reviendrait en tête au moment de franchir cette porte...Enfin, je sais, tout cela semble un peu farfelu.

-Pas du tout, tu as beaucoup d'imagination, c'est bien.

-Oui, mais je suis loin de la vérité, n'est-ce pas ?

-Et bien, non, tu n'es pas si loin de la réalité. Et puisque tu es si curieuse, je vais te dire ce qui se trouve au-delà. D'abord, il faut que tu saches que lorsque nous atteignons l'âge de la maturité, nous comprenons pourquoi cette mer entoure notre seul continent, pourquoi aucune étendue de terre n'existe au milieu des flots...

-...C'est vrai ça. coupa Lana. Je ne m'étais jamais posée de question sur le sujet.

-Tu sais, ce n'est pas si important que ça.

-Attends. intervint de nouveau Lana. Comment sais-tu qu'il n'y a pas d'autre étendue de terre au-delà des flots. Ca veut dire que...

-...Du calme, jeune fille, du calme. Je vais tout te dire, sois un petit peu patiente.

-C'est que d'un seul coup, je ne sais plus si je veux savoir. J'ai une petite appréhension.

-Tu n'as rien à craindre, détends toi et écoute.

-Oui.

-Ton idée de passage entre deux mondes est très intéressante. En fait, tu as trouvé l'idée principale, mais la vérité est un peu plus compliquée. Pour commencer, chez tout être vivant, il y a le conscient et l'inconscient. La terre et la mer sont les deux images de ces deux états : le continent représentant le conscient, et l'océan l'inconscient. Nous connaissons tout ce qui se trouve sur la terre, il n'y a pas de secret. Alors que nous n'allons jamais ou presque sur la mer, ni sous, nous en avons même peur. Enfin ça, c'est un premier état de fait, l'état passif. La mer, inaccessible, forme l'ensemble de nos angoisses et de nos désirs refoulés. C'est ce que l'on ne veut pas montrer. Les rêves peuvent nous permettre d'en savoir un peu plus sur nous-mêmes. C'est pour cela que jusqu'à notre majorité, nous rêvons. En apprenant à nous connaître, nous pouvons mieux appréhender le passage de la majorité.

Il fit une pause avant de reprendre. Lana écoutait en silence, attentive :

-Avant cette date importante, nous n'avons pas de décision à prendre. Ce sont les adultes qui nous font passer les étapes, si il y en a. Mais après, une fois la maturité atteinte, c'est à chacun de faire ses choix. Lorsque l'on est confronté à un dilemme, à une décision qui peut changer notre vie, alors on se retrouve, comme aujourd'hui, face à la mer. Au-delà, c'est l'inconnu, l'incertitude en ce qui concerne les conséquences d'un choix. En prononçant une réponse, nous traversons la mer pour revenir à notre point de départ, avec pour conséquence un changement pour soi, mais aussi pour les interlocuteurs et même parfois certaines personnes de l'entourage. C'est pour cela que la mer nous fait peur, parce qu'elle est source d'inconnu.

Il s'arrêta de nouveau :

-Alors certaines personnes prennent la décision de ne jamais traverser, pour essayer de garder leur petit univers intact. Le problème, c'est que les autres autours évoluent par eux-mêmes. Et oui, les autres nous contraignent souvent, par leurs décisions, à en prendre., nous aussi. C'est ce qui fait la complexité de la vie, mais aussi son charme, car il y a du charme dans l'imprévu. Et puis, un choix n'a pas forcément des retombées immédiates. Il peut se passer un moment avant qu'il n'influe sur quelque chose ou quelqu'un. Et puis le fait de franchir la mer ne donne pas toujours le résultat escompté, ce qui peut faire regretter des choses. Mais souvent, après coup, on se dit qu'il vaut mieux avoir tenté sa chance plutôt que d'avoir traîné longtemps, des fois toute sa vie une incertitude qui peut s'avérer destructrice à force. Faire un choix, c'est difficile, il faut prendre son temps, peser le pour et le contre. Des fois, le temps est un bienfaiteur, d'autres fois, non. Et il n'y a pas de recette miracle, chaque cas est différent, car nous évoluons, et les autres aussi.

Il regarda sa petite fille dans les yeux :

-Lana, surtout, n'oublie jamais que prendre rapidement une décision entraîne des risques plus importants, car tu n'as pas, en général, toutes les cartes en mains. Les conséquences sont souvent plus dramatiques, pour toi, et pour les autres. Ceux qui ne réfléchissent pas vivent peut-être des moments plus intenses, mais après, il arrive que ce soit l'échec et la chute n'en est que plus terrible. Lorsqu'une fissure démarre, on ne sait pas jusqu'où elle va aller ni le nombre de personnes qu'elle va toucher. Traverser la mer, c'est important, c'est naturel. Si tu restes fidèle à toi-même mais aussi à ceux que tu aimes, alors, tout se passera normalement pour le mieux. Je ne dis pas que tu ne feras jamais d'erreur, moi-même, j'en ai commis, mais...

Il s'arrêta, pensif, regardant l'horizon. Lana le fixa puis se tourna vers le soleil orangé qui avait aux trois quarts disparu. Puis, elle déclara sans tourner la tête :

-Tu viens de traverser la mer, n'est-ce pas ?

-Oui. répondit doucement le vieil homme.

-Et tu m'as fait traverser avec toi, parce que je ne suis pas adulte.

-Tu as tout compris. Mais ce que j'espère, c'est que tout cela ne t'a pas troublé.

-J'ai voulu savoir, grand-père...Et je suis heureuse que tu m'ais apporté ton savoir. Même si cela ne me servira pas avant ma majorité.

Elle arbora un joli sourire puis posa sa tête sur le bras de son parent :

-Je t'aime, grand-père.

-Moi aussi. répondit-il doucement.

Le soleil disparut lentement dans la mer. Ils restèrent un moment ainsi, alors que le vent soufflait un peu plus fort. Au-dessus d'eux, deux oiseaux argentés passèrent, remontant vers le nord, le long des côtes rocheuses.

© Ronan



Publication : Concours "Par delà la Mer de l'Ouest" (Juillet 2001)
Dernière modification : 07 November 2006


Noter cette page : Vous devez vous identifier pour utiliser le système de notation

A toi de choisir parmi les récits et illustrations sur le site

Didier
Dons amers
Kendra
La fille de Ryan
Soub
L'île
Syldorrynn
La chute de l'Oiseau
Angerboda
Mer
Rivage
Arwen
Par-delà les mers de l'Ouest
Elemmirë
La colère d'Ossë
La dernière expédition  
Tentation
Fladnag
L'Attente
Mais que font les Anges ?
Kendra
Je l'avais déjà vu
Licorne
Par-delà la Mer de l'Ouest  
Narwa Roquen
Mortelles Chansons
Ronan
Au-delà des mers
Telglin
La mission Aldalamber
ze-poete
Par-delà la Mer de l'Ouest...

signifie que la participation est un Texte.
signifie que la participation contient un Dessin.


Aucun Commentaire



Ajouter un commentaire

Pseudo
Mail
Titre ou commentaire concis
Commentaire détaillé
(Optionnel)



Page générée en 148 ms - 522 connectés dont 4 robots
2000-2018 © Cercledefaeries