Version Flash ?

Messages FaeriumForum
 Ajouter un message Retour au forum 
 Rechercher un message Statistiques 
 Derniers messages Login :  S'inscrire !Aide du forum 
 Masquer l'arborescence Mot de passe : Administration
Commentaires
    Se souvenir de moi
Admin Forum 
 Derniers commentaires Admin Commentaires 

 Projet CCK (cuisine, chien, kidnapping) Voir la page du message Afficher le message parent
De : Estellanara  Ecrire à Estellanara
Page web : http://estellanara.deviantart.com/
Date : Mercredi 22 aout 2007 à 22:03:26
Tommy traversa le salon en courant, dérapa sur le carrelage et s'engouffra dans la cuisine. Il s'était levé de très bonne humeur, comme tous les matins et la journée lui semblait prometteuse, comme tous les jours. Avec un peu de chance, il irait se promener, mangerait, dormirait et s'amuserait et son bonheur serait complet. Pour Tommy, tous les jours se ressemblaient et étaient super. Il savait se contenter de joies simples comme se gratter l'oreille ou courser le chat des voisins. Oui, la vie était super. Il faut dire que Tommy était un chien, un labrador couleur sable de deux ans pour être précis. Il avait le poil luisant et la truffe humide, ce qui était signe de bonne santé. Son monde se résumait à son maître, sa gamelle et son panier. Son souci le plus grave était d'arroser tous les réverbères du quartier sans en oublier.

Mais pour l'heure, Tommy venait de débouler à grande vitesse dans la cuisine. La pièce était coquette et d'une propreté immaculée. Les meubles étaient rose pastel avec de petits motifs en forme de fraises. De jolis rideaux de dentelle froncée ornaient les fenêtres, laissant passer le soleil matinal. Un parfum de lilas synthétique flottait dans l'air. Tommy éternua vigoureusement. Le désodorisant lui cachait les effluves autrement plus intéressantes du frigo et de la poubelle. Dommage... Il se dirigea vers sa gamelle et y fourra son museau avec enthousiasme. Chouette, des croquettes ! Justement son plat préféré !

Il n'avait pas commencé à manger depuis plus de trois secondes quand une profonde obscurité tomba brutalement sur la cuisine. Le chien ne se déconcentra nullement. Il n'était pas au courant que le soleil ne s'éteignait pas comme ça. Il continua donc à fourrager allègrement dans l'écuelle rose marquée à son nom. S'il avait regardé par la fenêtre à ce moment, il aurait pu constater que l'obscurité s'étendait à tout le quartier et que chaque habitant s'était inexplicablement immobilisé, comme changé en statue. Les éboueurs s'étaient arrêtés en pleine course, leurs poubelles à bout de bras, les oiseaux restaient le bec ouvert sur leur gazouillis interrompu. Le seau d'eau savonneuse que la vieille voisine venait de lancer en direction de sa voiture était figé à un mètre du sol.

Tommy acheva de lécher consciencieusement sa gamelle et se dirigea vers la porte du jardin. Elle n'existait plus. Tout comme le mur de la cuisine d'ailleurs. L'ensemble des briques s'était proprement dématérialisé, laissant une ouverture béante. Le chien remua les oreilles et émit un wourf étonné. Il avait déjà vu les humains faire des choses extra-ordinaires comme changer la chaîne de la télévision simplement en tendant le bras ou transformer une simple boîte en fer en savoureux plat de raviolis. Aussi n'était-il que modérément surpris de ce nouveau prodige. Sans le mur, ce serait encore plus pratique de surveiller si le chat des voisins n'empiétait pas sur son territoire. Chouette alors !

Il sortit dans le jardin en trottinant et observa les alentours. De l'autre côté des troènes, un monsieur bedonnant était immobile derrière une tondeuse. Tommy remarqua qu'un curieux rayon de lumière rouge se déplaçait de bas en haut sur l'humain. Le rayon remonta jusqu'au crâne chauve et disparut. Le chien pencha la tête sur le côté. Son intellect était particulièrement lent à traiter les informations et il ne savait pas trop quoi faire de celle-ci. Un nouveau jeu ! Ca devait être ça : il fallait attraper le rayon de lumière. Chouette alors, il adorait les jeux ! Il se mit à courir le long du jardin en remuant la queue, cherchant sa proie. Il la retrouva sur l'un des éboueurs. Le rayon était apparu sur les chaussures de sécurité et avançait lentement vers le bleu de travail. Tommy gloussa de joie et bondit par dessus la barrière pour s'élancer dans la rue. Arrivé au camion-poubelle, il poussa un aboiement caverneux. Le rayon s'arrêta à mi-parcours, tremblota et sauta sur la fourrure du chien qu'il entreprit de parcourir. Tommy essaya de le saisir de sa gueule mais ne réussit qu'à se mordre les flancs.

Quand il releva la tête, il n'était plus dans la rue. Il n'était même plus à la surface de la planète. Il se trouvait dans une immense pièce ronde aux murs métalliques, violemment éclairée aux néons. Toutes sortes d'objets et de machines l'entouraient et la plupart clignotaient avec entrain. Tommy se sentit attiré vers le sol et poussa un nouveau wourf, avec beaucoup plus de conviction que le précédant. En effet, la gravité était bien plus forte ici que dans son quartier. La truffe en l'air, il entreprit de renifler les odeurs de ce nouveau lieu. Toutes étaient entièrement nouvelles et fascinantes. Il aimait bien cet endroit ! C'était vraiment une super journée !

Une porte s'ouvrit en coulissant -zwiiish !- et deux êtres entrèrent dans la pièce. Chouette ! Des nouveaux copains ! pensa instantanément Tommy. Les copains étaient des créatures gélatineuses, d'une couleur jaunâtre, à peu près aussi hautes que le chien. Elles se déplaçaient en reptant sur une sole pédieuse. Chacune était munie de trois yeux à long pédoncule et de deux tentacules préhensiles sur les flancs. L'une d'elle lança :
- Gùqtiq jf gnjlh ? sdbgdjjjj rgh yfgb nv mqkfhqksjdfz ozjhhkjjjj bq !
Ce qui, traduit du langage zirkonien, signifiait approximativement :
- Tu ne connais pas la dernière ? C'est le copilote qui me l'a racontée !
A quoi, l'autre copain répondit... Mais pour faciliter la compréhension du lecteur, qui peut ne pas être totalement à l'aise en zirkonien, nous poursuivrons ce dialogue en français. L'autre répondit donc :
- Non monsieur. Je ne suis pas au courant.
- Eh bien voilà : tu sais pourquoi les plutoniens n'utilisent jamais ce tentacule ?
Et l'être l'agitait mollement pour ponctuer sa question.
- Non, monsieur.
- Mais, parce que c'est le mien !
Et il se tordit aussitôt de rire, ce qui équivalait chez lui à virer entièrement à l'orange fluo. L'autre créature resta un instant perplexe puis jugea prudent de changer elle aussi de couleur.

Le diseur de blagues se nommait Zort'. Il était directeur des recherches scientifiques et était réputé dans tout le vaisseau-mère pour être un vrai boute-en-train. L'autre était son assistant-laborantin, le jeune Zikl'. Les deux êtres arrivèrent au niveau du chien qui les salua d'un jappement joyeux. Zikl' demanda avec inquiétude :
- Dites-moi, monsieur, il n'y a aucun danger ?
- Mais non, n'ai pas peur ! Le champ de convection parabolique à retardement nous protège. Le sujet ne peut quasiment pas bouger.
Et sur ce, il s'avança en glissant vers Tommy. Celui-ci, tout content, crut qu'il allait recevoir une caresse et s'approcha à son tour. Ces deux copains lui étaient déjà très sympathiques ! De toutes façons, il trouvait presque tout le monde sympathique... Il se heurta violemment à une barrière invisible et fut rejeté en arrière. Tommy poussa un pitoyable kiaii.
- Tu vois, reprit le professeur Zort', aucun problème. Ordinateur, commence l'enregistrement de l'étude. Ordinateur ? Ordinateur !!!
Une voix s'éleva dans la pièce, semblant provenir de partout à la fois. Elle parlait en détachant soigneusement ses syllabes, sur un ton précieux :
- Oui, professeur Zort' ?
- Je t'ai donné un ordre, il me semble.
- Il n'était pas suivi de la formule de politesse d'usage, il me semble, rétorqua l'ordinateur en parodiant le ton outré du zirkonien.
- Par les profondeurs du subespace, Zikl', cette crétinerie d'ordinateur de mes deux tentacules a encore bugé !
- Il semblerait, monsieur, répondit l'assistant avec circonspection.
Il était extrêmement prudent en tout et toujours respectueux de ses supérieurs.
- Tu vas obéir immédiatement, ordinateur, reprit Zort' sur un ton autoritaire, sinon, je te reboote, sacré nom de...
Suivaient un grand nombre de jurons que nous ne nous risquerons pas à traduire mais qui se référaient à la répugnante espèce des gnolgues du secteur de Centaurii II et à leurs moeurs sexuelles inhabituelles. L'ordinateur obtempéra non sans avoir ajouté :
- La violence ne résout rien...

Le professeur, qui avait viré au turquoise sous l'effet de l'énervement, reprit lentement sa couleur d'origine :
- Bon, commençons donc l'enregistrement. Le sujet est un habitant de la planète Sol III. Galipeur hyper atomique à ondes courtes !
Une trappe s'ouvrit dans le plafond et un engin ressemblant à une pieuvre en caoutchoucs descendit lentement au-dessus du chien. Tommy lui trouva une vague ressemblance avec son jouet qui fait pouet et essaya de l'attraper. Zort' continuait :
- Sa chimie est basée sur le carbone. Il a quatre membres, un squelette calcaire interne et un système nerveux centralisé. Le sujet pèse 217 florgs et mesure 33 mush de long. Prélèvement de fluide circulatoire et de tissu cutané !
On entendit un léger zonzonnement et plusieurs machines clignotèrent un peu plus vite dans la pièce.
- Son code génétique est porté par une hélice double. Je verse au dossier les images trid de ses cellules. Il maîtrise un artisanat évolué, comme le prouve l'ornement autour de son cou. Passons à l'analyse comportementale. Zikl' ?
- Tout de suite, monsieur.
Le jeune assistant lança à son maître un regard triple éperdu d'admiration et lui tendit un lot de cubes transparents. Le professeur Zort' les prit et activa le premier d'un effleurement de tentacule. Une image en relief et en couleurs très réaliste se matérialisa. Il s'agissait d'un tank terrien de couleur kaki. Zort' la tendit au chien.

Tommy, qui s'ennuyait ferme depuis le début de l'examen, bailla à se décrocher la mâchoire. Réalisant qu'on s'intéressait de nouveau à lui, il dressa les oreilles. Cependant, l'image du tank le laissa froid, tout comme les images de grenades, de mitraillettes, d'avion à réaction et de champignon nucléaire qui suivirent. Par contre, quand apparut un mignon petit chat gris, il se redressa brusquement et commença à aboyer. Sa queue fouettait l'air : enfin quelqu’un qui allait jouer avec lui ! Parce que les copains n'étaient pas très rigolos... De surprise, Zikl' avait basculé en arrière et il luttait pour se relever. Zort' lui tendit un tentacule secourable :
- Curieuse réaction, n'est-ce pas, mon jeune ami ? Le sujet ne s'intéresse absolument pas à la guerre comme on aurait pu s'y attendre. Mais ses ondes cérébrales montrent qu'il adore les animaux !
- Très curieux en effet, monsieur, acquiesça l'assistant, encore un peu secoué.
- Bon, sors le sparkler à technologie positronique giga-optimisée pour la mesure du taux d'agressivité.
- Bien, monsieur.
Le zirkonien approcha un engin muni d'engrenages triangulaires de toutes les couleurs. Il fit quelques réglages puis annonça :
- Taux d'agressivité du sujet : nul, monsieur.
- Comment ça, nul ? Refais une mesure.
- Toujours nul, monsieur.
- Fascinant...
Et Zort' croisa ses tentacules derrière son dos en prenant un air songeur.

Il réfléchit longuement et sa chair gélatineuse passa par le rose puis par le brun noisette. Enfin, il murmura :
- Envoyons une décharge au sujet, pour voir comment il réagit.
- Une décharge ? Tout de suite, monsieur.
L'air crépita brusquement à l'intérieur du champ de confinement et Tommy poussa un gémissement aigu. Il se réfugia le plus loin possible de la paroi invisible, la queue basse.
- Et maintenant, demanda Zort'.
- Agressivité toujours nulle, monsieur. L'appareil indique en revanche un taux élevé d'incompréhension.
- C'est vraiment bizarre... Mille milliards de trous noirs, je n'y comprends rien.
Il commença à faire les cent... enfin, à se déplacer de long en large en marmonnant. Tommy, qui avait déjà oublié sa mésaventure, le suivit de l'autre côté de la barrière en remuant la queue, les yeux brillants. Zort' s'exclama :
- En plus, il n'est vraiment pas rancunier ! Ordinateur, rentre les données dans le turbo-tricordeur à démodulation quantique et compute le profil psychologique complet.
La voix de l'ordinateur se fit à nouveau entendre. Il déclamait sur un ton rêveur :
- ... les slictueux toves
Gyraient sur l'alloinde et vriblaient:
Tout flivoreux vaguaient les borogoves;
Les verchons fourgus bourniflaient.
- Ordinateur, qu'est-ce que cela signifie ?
- Il s'agit d'une traduction d'un de leurs poèmes les plus connus, ignare créature de chair. N'est-ce pas magnifique ?
- Ordinateur, un peu de respect, enfin ! Ho et puis, j'en ai plus qu'assez !
Entrant dans une colère bleue, le professeur se dirigea vers une paroi métallique. Il pianota un code ultra-secret sur une console gravée de signes étranges. Un compartiment s'ouvrit dans le mur et une sorte de boîte noire et blanche, hérissée de fils, apparut. Zort' prit la boîte et lui asséna une claque. Puis, il la remit avec précautions dans le mur et referma le panneau. Enfin, il dit sur un ton mielleux :
- Ordinateur, es-tu à présent disposé à me faire ce profil psychologique ?
- A vos ordres, professeur, répondit une voix claire et froide, avec un rien de vibrato mécanique.
- Je préfère ça.

A ce moment, la porte coulissante s'ouvrit -zwiiish- et trois zirkoniens entrèrent. Il s'agissait d'êtres subtilement différents de nos deux scientifiques, comme en témoignaient les longs cils pailletés qui ornaient leurs yeux pédonculés. Nos notions de mâle et de femelle ne s'appliquent bien évidemment pas aux zirkoniens et, sous peine de mettre en surchauffe l'esprit de nos lecteurs, nous ne nous lanceront pas dans un laborieux exposé sur leur biologie. Mais admettons pour simplifier que les trois nouveaux venus étaient des filles. Et sexy de surcroît, selon des critères extra-terrestres. Elles entourèrent le professeur Zort' en le frôlant de leurs tentacules :
- Professeur, nous allions respirer un peu de sulfures. Voulez-vous vous joindre à nous ?
- Mais volontiers, mes jolies ! Mon petit Zikl', si je ne suis pas de retour dans cinq cycles... eh bien, attendez plus longtemps !
Ce trait d'esprit fit virer les trois filles à l'orange le plus vif et elles s'exclamèrent en minaudant :
- Que vous êtes spirituel, professeur !
- Nous ne nous ennuyons jamais avec vous !
Et ils partirent tous ensemble (-zwiiish, zwiiish-).

L'assistant demeura seul avec le chien et les cliquettements de l'ordinateur qui computait le rapport. Il n'avait bien sûr aucune raison de cliqueter, étant donné que tout son fonctionnement se faisait par échanges d'énergie sans aucune pièce mécanique. C'était uniquement pour le style. Cependant, Tommy avait fini de prendre connaissance des odeurs locales et il se sentait à présent comme chez lui. Afin d'entériner cet état de fait comme il se doit, il s'approcha du champ de contention et urina consciencieusement dessus. La barrière magnétique grésilla et fit quelques étincelles avant de rendre l'âme. Pétrifié, Zikl' laissa choir l'objet qu'il tenait, une sphère qui pulsait d'une douce lumière. L'assistant observa Tommy qui s'approchait de lui. La peur le tétanisait totalement et ses trois yeux étaient rivés à la mâchoire du chien, qu'il savait remplie de crocs acérés. Tommy ramassa la sphère et, se dirigeant vers le zirkonien, la lui présenta, la prunelle humide. Zikl', obéissant à un réflexe inconnu, la prit et flatta la tête de l'animal. Tous comptes faits, c'est un super copain, pensa Tommy. Il jette des balles !

Quand le professeur Zort' rentra dans son laboratoire –zwiish-, il trouva son assistant en train de lancer de toutes ses forces un communicateur infra-spatial à deux millions de crédits. Tommy traversa la pièce en courant, saisit la sphère luminescente au vol et la rapporta à Zikl'. Celui-ci ponctua l'exploit d'un "Ca, c'est un bon toutou !" en grattant furieusement l'animal derrière les oreilles. Tommy émit un borborygme de plaisir et renversa le zirkonien au sol pour le lécher copieusement. Si Zort' avait eu une gorge, il se la serait probablement raclée. Quoi qu’il fit à la place, cela eut le même effet. Zikl’ se redressa et prit un air gêné :
- Euh... monsieur, je crois que je viens de lier une relation inter-personnelle avec le sujet...
- C’est cela oui...
- Je vais de découverte en découverte ! Je lui ai donné un morceau de Virgluschmoll 200 et il adore ça !
- Vous avez là de curieuses méthodes scientifiques mais admettons...
Le professeur jeta un coup d’oeil au chien. Tommy contemplait l’assistant avec une adoration béate. Le labrador était aux anges. Il commençait à bien l’aimer, le copain ! Cela dit, il avait une tendance naturelle à aimer bien tout le monde. Zort’ dit d’une voix lasse :
- Ordinateur, quelles sont les conclusions du rapport psychologique ?
- Le sujet est gentil, naturellement bon et serviable. Il aime jouer, manger et dormir. Sa morale est inexistante et donc irréprochable. Il est extrêmement sociable et plein d’enthousiasme.
- Et donc absolument pas dangereux ?
- Sauf pour un Virgluschmoll 200.
- Parfait.
- Vous servir est un plaisir de tous les instants, professeur.
L’ordinateur avait prononcé cette dernière remarque sur un ton parfaitement neutre. Zort’ se demanda si ses nerfs lui jouaient des tours ou s’il avait perçu une touche d’ironie. Il décida de passer outre :
- Ordinateur, tu vas re-transférer le sujet de Sol III à l’endroit où il a été prélevé. Ah oui, tu penseras à remettre le mur de sa maison à sa place.
- Bien, maître vénéré.
Le professeur lâcha un profond soupir. Il se tourna vers Zikl’ qui se dandinait sur sa sole pédieuse :
- Mais qu’y a-t-il, mon jeune ami ?
- Euh, monsieur, pensez-vous que je pourrai revoir un jour le sujet ? Pour des raisons strictement scientifiques, bien sûr !
- Eh bien, vous n’avez qu’à demander Sol III comme stage de fin d’études...
- Ho, quelle excellente idée, monsieur !! Je ne manquerai pas de le faire.
- Bon, je vais voir le capitaine Zagh’ pour lui faire mon rapport.

Zort’ sortit du laboratoire –Zwiiish- et longea une coursive de métal poli. Il s’arrêta un instant pour contempler la planète bleue, loin en bas. Puis, il pénétra sur la passerelle. Au centre, sur un confortable coussin suspendu dans les airs, se prélassait un zirkonien impressionnant. Sa peau était recouverte de tatouages qui attestaient de son rang et des nombreuses batailles remportées pour l’obtenir. Le professeur salua en faisant deux tours sur lui-même :
- Directeur des recherches Zort’ au rapport !
- Parle.
- Capitaine, après des recherches approfondies, il s’avère que le sujet capturé n’est absolument pas dangereux pour nous.
- Quoi ?! Mais comment est-ce possible ?
- Capitaine, je suis formel.
Un zirkonien de la passerelle avait subrepticement tordu un oeil pour suivre la conversation et Zagh’ le foudroya du regard. Zort’ reprit :
- Les aldébarans ont du se tromper.
- Voyons, ils nous avaient dit que les habitants de Sol III étaient sanguinaires, perpétuellement en guerre sur leur propre planète, fanatisés par des religions archaïques, prêts à se déchirer l’un l’autre pour une simple différence de couleur de peau !
- Je sais tout cela...
- Ils avaient dit que les armes étaient en vente libre, que chaque jeune recevait une éducation martiale obligatoire, que ces êtres avaient même eu la stupidité de faire exploser des bombes atomiques !
- Je sais, je sais. Mais notre ordinateur a sélectionné cet individu qui d’après le calcul statistique est représentatif de l’espèce dominante.
- Eh bien, dans ces conditions, il ne nous reste plus qu’à partir. Mécanicien, débranchez l’hyper canon anti-matière à fragmentation mono-moléculaire ! Nous abandonnons la destruction de la planète !
- Bien capitaine !
- Pilote, cap sur Zirkon !




Est', il suffisait de demander.

PS : Cette histoire m'est venue d'un seul coup. Il est tout à fait possible qu'elle ne soit en fait qu'un immonde plagiat suggéré par un lambeau de mémoire incomplet. Si c'est le cas, je m'en excuse par avance. J'ai truffé le texte de références, tant à des sketchs de Pérusse qu'à de vieux bouquins de SF ou à des films divers. Bon courage pour les reconnaître !


  
Ce message a été lu 7913 fois

Smileys dans les messages :
 
Réponses à ce message :
9 Vous avez demandé un commentaire, ne quittez pas... - Narwa Roquen (Mer 5 sep à 19:27)
       10 Alors, ça, c'est de l'épluchage en règle ! - Estellanara (Ven 7 sep à 13:14)
       10 Surdoué?? :D - Elemmirë (Jeu 6 sep à 08:25)
9 Je sais que j'abuse... - Estellanara (Lun 3 sep à 17:22)
       10 Zut, je croyais l'avoir dit! - Elemmirë (Lun 3 sep à 21:51)
              11 Tu l'avais bien dit - Estellanara (Mar 4 sep à 13:29)
                   12 *Rougit* - Elemmirë (Mer 5 sep à 06:22)
9 Très joli texte... - z653z (Jeu 23 aou à 12:07)
       10 Etant donné... - Estellanara (Jeu 23 aou à 13:12)
9 mégadélirium - Netra (Jeu 23 aou à 11:44)
9 Bruce tout puissant - Maedhros (Jeu 23 aou à 10:40)
9 Eh ben - Mirmir (Jeu 23 aou à 00:41)
       10 Des détails, des détails !! - Estellanara (Jeu 23 aou à 13:10)
              11 Estallanara, explications sans animosité - Mirmir (Jeu 23 aou à 17:56)
                   12 Avec un métro de retard... - Narwa Roquen (Ven 24 aou à 18:54)
                       13 juste pour dire que les paroles... - z653z (Sam 25 aou à 02:38)
                       13 Bonsoir Narwa Roquen! - Mirmir (Ven 24 aou à 20:31)
                          14 De l'autoritarisme - Estellanara (Dim 26 aou à 20:15)
                             15 Beaucoup de confusions... - Mirmir (Dim 26 aou à 21:38)
                               16 Laissons tomber... - Estellanara (Lun 27 aou à 12:22)
                       13 Bien rentrée de vacances ? - Netra (Ven 24 aou à 19:03)
                   12 Glop ! - Estellanara (Ven 24 aou à 12:08)
                       13 Nous sommes d'accord sur pratiquement tout. - Mirmir (Ven 24 aou à 12:58)
                          14 Brouillard - Estellanara (Ven 24 aou à 19:26)
                             15 Quelques réponses - Mirmir (Ven 24 aou à 21:28)
                               16 Glop or pas glop, that is the question - Estellanara (Dim 26 aou à 20:58)
                                 17 réponse - Clémence (Lun 27 aou à 17:39)
                                   18 Les catholique et l'église... - Zogrot (Lun 27 aou à 21:31)
                                    19 Politesse, un bel exemple - Mirmir (Lun 27 aou à 22:15)
                                      20 ooo... - Clémence (Mar 28 aou à 09:12)
                                   18 Salut à toi. - Mirmir (Lun 27 aou à 20:46)
                                 17 Pour commencer - Mirmir (Dim 26 aou à 22:08)
                                   18 Eglise et déportation - Mirmir (Lun 27 aou à 22:55)
                                    19 Et hop ! - Estellanara (Mar 28 aou à 14:42)
                                      20 ... - Clémence (Mar 28 aou à 14:49)
                                   18 Pour conclure - Estellanara (Lun 27 aou à 12:26)
                                    19 Ah 2 - Mirmir (Lun 27 aou à 13:43)
                             15 Ah - Mirmir (Ven 24 aou à 20:33)
                               16 C'est peut-être limpide... - Estellanara (Dim 26 aou à 20:17)
                   12 La concision, ici, tout le monde s'en tamponne le champignon - Netra (Jeu 23 aou à 18:41)
                       13 Miroir mon beau miroir, fait ton ouvrage! CA VA SAIGNEEEEER, non je déconne! - Mirmir (Jeu 23 aou à 20:48)
                          14 Saigner ? Ah, bon ? - Netra (Jeu 23 aou à 22:02)
                             15 *lui fait un massage pour le/la détendre* - Estellanara (Ven 24 aou à 12:32)
                               16 *essuie un filet de bave* (ben quoi, j'aime les massages, moi !) - Netra (Ven 24 aou à 18:51)
                                 17 Huhuhuhu ! - Estellanara (Ven 24 aou à 19:42)
                                   18 meuh ze respecte mon nez-nez - Netra (Ven 24 aou à 19:59)
                             15 Avec un très graaaaaaaaaand sourire! - Mirmir (Jeu 23 aou à 22:48)
                               16 Mais nous ne nous affrontons pas, nous échangeons des propos légèrement vifs ! - Netra (Ven 24 aou à 00:04)
                                 17 Après la tempête... - Mirmir (Ven 24 aou à 00:59)
                                   18 J'ai retrouvé de qui était la citation. - Mirmir (Dim 26 aou à 16:43)
                                   18 Moi curieuse ? - Estellanara (Ven 24 aou à 12:35)
                                    19 C'est - Mirmir (Ven 24 aou à 13:02)
                                   18 Alexandrins... alexandra ! - Fladnag (Ven 24 aou à 09:10)
                                    19 T'exagères un peu non? - Mirmir (Ven 24 aou à 12:14)
                                      20 12,5 - Fladnag (Ven 24 aou à 13:24)
                                       21 tact et politesse - z653z (Ven 24 aou à 17:24)
                   12 Euh...? - Elemmirë (Jeu 23 aou à 18:40)
                       13 La mer et les petits poissons - Estellanara (Ven 24 aou à 12:20)
                          14 Héhé - Mirmir (Ven 24 aou à 13:01)
                             15 Dans l'hypothèse où il existerait... - Estellanara (Ven 24 aou à 19:35)
                               16 Pour le reste j'sais pas - Netra (Ven 24 aou à 19:56)
                       13 Ma réponse - Mirmir (Jeu 23 aou à 19:51)
                          14 J'adore les sujets glissants... - Estellanara (Ven 24 aou à 12:23)
                             15 Passe-moi le fart... - Maedhros (Ven 24 aou à 16:12)
                               16 Intelligent et sage - Elemmirë (Ven 24 aou à 21:01)
                          14 Hugo, mon premier amour de lycée... - Elemmirë (Jeu 23 aou à 21:10)
                       13 Est-ce que mon ami sur la toile... - Maedhros (Jeu 23 aou à 19:23)
9 Moi, les références... - Elemmirë (Jeu 23 aou à 00:13)
       10 De rien ! - Estellanara (Jeu 23 aou à 12:59)


Forum basé sur le Dalai Forum v1.03. Modifié et adapté par Fladnag


Page générée en 137 ms - 571 connectés dont 3 robots
2000-2018 © Cercledefaeries