Version HTML ?



Le deuxième Seigneur de l'Anneau

Merci de bien vouloir lire la page d'introduction afin de se familiariser avec les univers de Marion Zimmer Bradley et de Tolkien que j'utilise dans cette nouvelle.

Le passage suivant est extrait du Seigneur des Anneaux, Livre III, chapitre : "La Montagne du Destin" :

A présent que les ténèbres nocturnes revenaient, Frodon était assis, la tête entre les genoux, les bras pendant avec lassitude jusqu'au sol, sur lequel ses mains se crispaient légèrement. Sam l'observa, jusqu'au moment où la nuit, les recouvrant tous deux, les cacha l'un à l'autre. Il ne trouvait plus rien à dire ; et il revint à ses sombres pensées personnelles. [...]
Enfin, lassé de ses soucis, Sam s'assoupit, abandonnant le lendemain jusqu'à sa venue ; il ne pouvait rien de plus. Rêve et réveil se mêlèrent de pénible façon. Il voyait des lumières semblables à des yeux avides, des formes noires et rampantes ; il entendait des sons comme de bêtes sauvages ou les cris affreux de créatures torturées ; et il se réveillait en sursaut pour trouver le monde tout enténébré et une obscurité vide tout autour de lui. Une fois seulement, comme il se tenait les yeux frénétiquement écarquillés, il lui sembla voir, quoique éveillé à présent, des lumières semblables à celles d'yeux ; mais elles ne tardèrent pas à clignoter et à s'évanouir.

***

Les techniciens étaient tous prêts. L'homme au centre fit un signe de la tête, et la cérémonie commença. Kadarin sentit la force des autres personnes du cercle le pénétrer, et il raffermit encore l'image qu'il avait de l'anneau de Mikhail... Tout marchait comme il l'avait prévu... et comme l'avait prévu Ashara... Il se concentra sur la matrice de Cherilly, écran bleu de matrice trônant au milieu de la pièce, et commença à parcourir le Surmonde...

Des matrices de toutes sortes étaient examinées par celle de Cherilly, mais aucune ne correspondait à l'anneau de Mikhail... et pour cause, une pierre-étoile était unique, la recherche de son double ne peut mener qu'à sa destruction.

Kadarin exultait. Il se rapprochait de la matrice de Mikhail... Soudain, il la trouva, et il la ramena avec lui du Surmonde... un vertige l'envahit... il la ramenait du Surmonde ? Mais c'était impossible ! Il ressentit l'effort que demanda le transfert de matière et sut qu'il avait ramené le propriétaire de la matrice avec le double de l'anneau de Mikhail...

L'image d'un personnage grotesque se forma au centre de la pièce et disparut presque aussitôt ! Kadarin n'était que confusion...

La fatigue du travail sur la matrice de Cherilly aidant, il pris de plein fouet le cri mental d'horreur et de peur de l'être qu'il avait ramené. L'écran de protection était toujours en place, mais il les protégeait des interventions extérieures seulement... Kadarin releva vivement ses barrières mentales mais les techniciens qui avaient élevé la barrière de niveau trois autour d'eux s'écroulèrent devant la force du désespoir de Frodon.

Kadarin percevait toujours vaguement la confusion mentale qui l'entourait, mais il entendit surtout les bruits de pas qui se rapprochaient... il ne pouvait rien de plus, et il devait fuir encore une fois.

Il s'approcha d'un mur et exécuta une série de mouvements devant lui. Le panneau coulissa et il fit signe aux techniciens encore conscients de le suivre... Le panneau se referma dans la pièce apparemment vide alors que la porte de celle-ci s'ouvrait à la volée et qu'elle était envahie de gardes...

Tout avait si bien commencé pourtant...

***

Il y a quelque temps, Kadarin avait reçu un message dans ses rêves... il était dans le Surmonde et une image floue de vieille femme apparut devant lui.

"Kadarin ! Mon nom est Sharra, me reconnais-tu ?"

Mais cela était impossible, Sharra avait été renvoyé de ce monde par Régis, qui gouvernait Ténébreuse maintenant.

"Mon plan vient d'échouer. Mon esprit s'attarde encore en ces lieux, mais il ne pourra survivre longtemps sans corps... écoute mes dernières paroles, et que ma vengeance s'exécute enfin !

Je sais que tu rêves toi aussi de pouvoir, et bientôt un anneau réapparaîtra sur Ténébreuse. Une matrice d'une puissance sans précédent, que je recherche depuis des années... Si un jour cette matrice réapparaît, son porteur sera trop puissant pour être renversé ou tué... et tes rêves de pouvoir ne se réaliseront jamais. Nos intérêts sont donc communs. Regarde bien ces instructions."

Kadarin vit alors apparaître dans le gris du Surmonde l'image mentale du Château Comyn... mais celui-ci était vu en coupe, et d'anciens passages secrets oubliés étaient dessinés et luisaient faiblement.

"Ta seule chance sera d'utiliser la matrice de Cherilly qui se trouve dans le Château Comyn. Comme tu le sais, la loi de Cherilly dit que chaque être et que chaque objet a un double parfait. Plus parfait encore que le lien qui unit deux vrais jumeaux. Tout a un double ; sauf les matrices, qui sont uniques. Et la recherche d'un double de Cherilly d'une matrice amènerait à la destruction de la matrice recherchée."

Kadarin écoutait... les informations sur ses ennemis étaient toujours bonnes à prendre... après tout, peut-être arriverait-il à récupérer cette fabuleuse matrice sans la détruire... il serait alors lui aussi le maître de Ténébreuse.

"Si je t'ai choisi, c'est parce que je sens la même flamme de vengeance en toi qu'en moi-même, et que ta longévité prolongera un peu ma quasi-immortalité. Je vais maintenant te donner l'image mentale de cet anneau. Surtout n'essaie pas de le récupérer. Détruis-le ! C'est ta seule chance d'arriver à prendre le pouvoir un jour... mais tu es raisonnable, et quand tu auras vu les pouvoirs de cette matrice, tu comprendras ton erreur...

- Mais non, je ne voulais pas..."

L'image mentale de l'anneau surgit dans l'esprit de Kadarin. Une matrice enchâssée dans un anneau. Une matrice telle qu'il n'en avait jamais vu. Qui pouvait à loisir modifier sa taille et son poids...

Cette vieille chouette avait raison, et il avait déjà joué avec le feu de Sharra... il ne prendrait plus de risque. L'idée de l'anneau s'estompa et l'image de la vieille femme se désagrégea lentement...

"Réalise la vengeance d'Ashara !"

Cette dernière phrase prononcée avec tant de fougue et d'énergie pour un esprit mourant avait tout de la Voix du Commandement.

Et c'était Ashara qu'il venait de voir et non Sharra comme il l'avait cru au début... Il avait entendu parler d'une rumeur concernant une léronis de ce nom vivant dans une haute tour du château Comyn depuis des années, et voilà qu'elle venait de lui parler...

Au château Comyn, Marguerida se remettait du choc de la matrice fantôme. Ashara était morte, et elle ne pourrait plus jamais faire de mal...

***

"O ELBERETH ! GILTHONIEL !"

Mikhail et Marguerida se réveillèrent en même temps. Le cri mental se répéta et ils élevèrent aussitôt une barrière pour se protéger...

Très vite, tout le château Comyn fut debout, et Mikhail envoya des gardes vers l'ancienne tour d'Ashara pendant qu'il allait chercher Régis. Celui-ci était déjà réveillé et il suivit Mikhail ainsi que Marguerida en direction de la Tour du château Comyn. Le cri mental continuait, et deux gardes étaient postés devant la porte de la matrice de Cherilly... celle-là même que Lew et Callina avaient utilisé pour ramener le double de Linnel Aillard et ainsi permis de récupérer l'épée d'Aldones.

"Que se passe-t-il ?" demanda Mikhail.
-"Nous avons entendu un bruit dans cette pièce et nous sommes entrés", répondit l'un des gardes.
-"Il y a trois techniciens à l'intérieur dom Mikhail", poursuivit l'autre. "Un des trois est mort, les autres semblent inconscients. Un des gardes a dit avoir vu un mur se refermer alors qu'on entrait."

Mikhail abaissa un peu ses barrières et entendit à nouveau le cri.

-"Mikhail ?"

C'était Marguerida.

-"Je sens une présence dans cette pièce... c'est de là que vient ce cri étrange."

Mikhail hocha la tête et le garde le regarda d'un air étonné :

-"Mais nous avons fouillé la pièce, il n'y a personne d'autre !"

Mikhail entra, suivi de son épouse et de Régis. Marguerida se précipita vers les techniciens à terre et les monitora rapidement.

"C'est... c'est incroyable ! On dirait qu'ils ont reçu une surcharge d'énergie... Leurs canaux psychiques sont complètement détruits ! Oh Mikhail... ils ne pourront plus jamais utiliser leur laran..."

Régis s'adressa aux gardes :

-"Transportez les à la prison, et enterrez l'autre. On ne peut plus rien faire pour lui. Marguerida ? Tu voudras bien t'occuper d'eux ?
- Oui, mais ils ne risquent plus rien maintenant, le mal est déjà fait..."

Les gardes transportèrent les corps des techniciens et Mikhail s'approcha d'un mur. Il tourna un bouton et l'amortisseur télépathique se mit en marche avec un léger bourdonnement. Si la présence qui était dans la pièce se camouflait grâce à une matrice, l'amortisseur télépathique empêcherait celle-ci de fonctionner. Le cri cessa et Mikhail, Régis et Marguerida laissèrent tomber leurs barrières mentales.

Dans le coin de la pièce, recroquevillé sur lui-même, un petit homme aux pieds velus apparut... Marguerida étouffa une exclamation de surprise, mais Mikhail ne regardait plus Frodon... Son regard était attiré par un éclat lumineux à la main de cet être étrange... Un anneau y pulsait doucement.

***

L'homme aux cheveux gris s'approcha de lui et lui parla doucement. Mais Frodon ne comprenait pas les mots. Toutefois, il le voyait... l'Anneau était inutile et il l'enleva. Il avait eu si peur ! Mais il n'avait pas senti la présence de l'Oeil quand il avait cédé à la peur et enfilé l'Anneau. Cet homme ne ressemblait pas à un Cavalier Noir... Peut-être était-ce un être bienfaisant, comme ce bon vieux Tom Bombadil, puisqu'il pouvait le voir quand il était invisible...

L'homme aux cheveux gris fit un geste vers l'autre homme, et celui ci tourna à nouveau le bouton camouflé dans le mur. Le vieil homme lui parla à nouveau :

"Bonjour, je m'appelle Régis Hastur."

Frodon compris ce qu'il avait dit alors que les mots lui étaient inconnus... Puis il réalisa qu'il avait entendu ça directement dans son esprit ! Il gémit de peur et bafouilla :

"Qui... qui êtes-vous ?"

Régis eut un sourire bienveillant et fit les présentations. Il y avait Mikhail et aussi Marguerida, et tous trois semblaient capables de parler directement dans sa tête... Epuisé et incapable de comprendre, Frodon s'évanouit...

***

Ils reprenaient leurs esprits... Mikhail et Marguerida étaient allés interroger les prisonniers tandis que Régis restait à coté du petit homme aux pieds velus.

"Que faisiez-vous avec la matrice de Cherilly ?
- Nous...", visiblement l'homme avait mal au crâne.
-"Kadarin...", dit l'autre.

Les sourcils de Mikhail se froncèrent.

-"Si vous nous dites ce que vous savez, nous vous relâcherons. Votre folie vous a conduit à perdre votre laran, et il me semble que c'est une punition déjà bien sévère."

Le deuxième homme resta ahuri un moment puis tomba dans le plus profond désespoir... il resterait aveugle mental toute sa vie. Que pourrait-il y avoir de pire ? Même si Kadarin les retrouvait et les tuait, ce serait presque comme une délivrance pour eux.

Le premier homme prit la parole :

"Nous avons été engagés par un certain Kadarin, qui avait besoin de nous pour élever une barrière de niveau trois. Nous sommes entrés dans le château Comyn par un passage secret connu de Kadarin seul... et c'est là que nous avons vu la matrice de Cherilly..."

L'homme fit une pause.

-"Je ne savais pas qu'il y en avait encore... Mais j'ai été encore plus surpris quand j'ai vu dans l'esprit de Kadarin l'objet à dupliquer... c'était..."

Le technicien baissa la tête et se tut.

Marguerida pris la main de Mikhail. Une sensation d'avoir échappé de peu à une catastrophe l'envahit.

Son compagnon reprit le récit.

-"C'était une matrice... or chacun sait qu'on ne peut dupliquer une matrice... et c'était la vôtre, dom Mikhail. Celle que vous portez au doigt."

Marguerida regarda Mikhail et ils s'entretinrent mentalement :

"Ainsi Kadarin voulait détruire ta matrice ?
- Mais s'il connaissait l'existence des passages secrets...
- C'est qu'il était envoyé par Ashara... Quand aura-t-elle fini d'essayer de nous nuire ?"

Mikhail ordonna aux gardes de relâcher les prisonniers, puis s'adressa à Marguerida :

"Pourrais-tu... utiliser ta matrice fantôme pour voir les passages secrets d'Ashara ? Nous pourrions alors les détruire ou les modifier afin d'être en sécurité au moins dans ce château.
- Oui, bien sûr... tu sais que j'ai en moi le plan du château Comyn tel que Ashara le connaissait."

***

Tandis que Marguerida sondait les murs et modifiait les clés psychiques des passages d'Ashara, Mikhail rejoignit Régis et Frodon. Ils étaient déjà en pleine discussion télépathique. Frodon était effrayé par le soleil rouge de Ténébreuse, mais il acceptait de se confier à Régis.

On lui apporta bientôt de la nourriture, et Frodon se jeta dessus. Il faut dire qu'il n'avait pas beaucoup mangé ces derniers temps... sur le long chemin de la Montagne du Destin.

Mikhail et Régis n'en revenaient pas de la quantité de nourriture que pouvait absorber un hobbit ! Et un hobbit affamé qui plus est.

Quelques lapins cornus plus tard, ce fut l'heure du repas, et il se joignit à Régis, Mikhail et Marguerida de bon coeur...

Frodon portait toujours son Anneau à une cordelette autour de son cou, mais devinant que c'était une matrice, Régis avait demandé à ce qu'on le recouvre d'une enveloppe de soie. Ainsi Frodon était-il un peu plus libéré du poids de l'Anneau.

***

Après le dîner, ils se dirigèrent tous vers une grande pièce agréable, avec un feu de bois et des murs couverts de livres. Une fois installé, Régis demanda à Frodon de raconter son histoire.

Et Frodon raconta... frémissant lors de l'évocation des cavaliers noirs, et des larmes dans les yeux au souvenir de ses amis qu'il doutait un jour de revoir. Frodon ne sentait plus l'oeil de Sauron peser sur lui, et il devait se confier à quelqu'un... aussi parla-t-il de l'Anneau, de Gandalf, de la Montagne du Destin.

Mikhail restait silencieux, tout comme Régis, mais à la fin du récit de Frodon, il prit la parole :

"Nous avons une décision importante à prendre. Dom Frodon possède un Anneau qui est le double de Cherilly de celui que j'ai au doigt. Si gouverner Ténébreuse est déjà difficile avec un tel pouvoir, je n'ose imaginer les conséquences si ce deuxième Anneau tombait entre de mauvaises mains.
Voici donc le principal choix que nous avons à faire : Dom Frodon peut-il rester sur Ténébreuse ? Nous savons déjà de quoi est capable une matrice maléfique comme cet Anneau... ou la matrice de Sharra.
A l'époque, nous avons exilé Lew, car nous ne voyions pas d'autres choix... mais..."

Mikhail prit un air grave et s'adressa à Marguerida :

"Crois-tu que l'on pourrait le renvoyer là où Kadarin l'a pris ? Il pourrait alors finir sa quête et détruire l'Anneau...

- Non !" le coupa Frodon. "J'aimerais revoir Sam, Merry et Pippin, mais je ne veux pas retourner sur cette route noire avec cet oeil et le poids de l'Anneau... Vous ne comprenez pas... je... c'est un poids trop lourd pour moi."

Frodon baissa la tête et son désespoir envahit toutes les pensées.

Un silence pesant retentit dans la salle. Si Frodon ne voulait pas repartir, le deuxième Anneau resterait sur Ténébreuse et le pouvoir de Mikhail serait constamment mis en doute. Comme celui de Régis l'avait été quand l'anneau de Varzil était réapparu.

Quelqu'un s'éclaircit la gorge, et une ombre bougea derrière Régis Hastur. Danilo Syrtis, garde du corps et ami de Régis parla :

"Dom Régis pourrait essayer de réduire l'influence de l'Anneau sur dom Frodon. Comme il l'avait fait pour Lew et la matrice de Sharra...

- Je peux essayer", répondit Régis. "Frodon, approche-toi..."

Le hobbit releva la tête et s'approcha de Régis. Frodon le voyait vieux et fatigué, mais il sentait qu'il se concentrait pour rassembler ses forces.

"Assieds-toi... et donne-moi ton Anneau."

La voix de Régis était neutre, amicale mais en même temps terrifiante. Frodon eut un mouvement de recul, mais bientôt ses mains se dirigèrent vers son cou, ouvrirent le sachet de soie dans lequel l'Anneau dormait et le déposèrent dans la paume tendue.

Régis sentit aussitôt le pouvoir de l'Anneau s'étendre vers lui. Tout en restant fermement accroché à Frodon. Celui-ci reprit soudain conscience et se jeta sur Régis :

"Voleur ! Rends-moi mon Anneau, mon trésor ! Il est à moi ! Je l'ai gagné !"

Danilo se précipita et sépara Frodon de Régis.

-"Faites vite dom Régis !", dit-il dans un souffle.

Le vieil homme porta son autre main à sa matrice et commença son travail. Des liens d'énergie liaient l'Anneau à Frodon. De grosses cordes noires qu'il n'avait jamais vues ailleurs. Il se focalisa sur une corde et entreprit de défaire l'écheveau compliqué. Les liens étaient puissants, et il renonça bientôt à s'attaquer aux plus grosses cordes. Il défit alors les plus faibles, celles qui se construisaient, et le lien diminua un peu.

Frodon se calmait, même si Danilo le tenait toujours aussi fermement. Mikhail et Marguerida suivaient la scène d'un air anxieux. Il fallait que cela fonctionne !

Régis rouvrit les yeux et rendit son Anneau à Frodon. Celui-ci le pris brutalement et lança un regard haineux à Régis. Mais dès qu'il l'eut à nouveau en sa possession, il se confondit en excuses, regrettant ce que l'Anneau avait fait de lui.

Régis sourit d'un air las et s'adressa à Frodon :

"J'ai réduit les liens qui te lient à l'Anneau, mais je ne pourrai pas recommencer. Son pouvoir est immense, et je ne m'y risquerai pas deux fois.
Cependant... l'Anneau recréera vite les liens que j'ai défaits. Tu dois aller le plus vite possible sur cette Montagne du Destin pour le détruire. Tu es presque en son pouvoir, et je m'étonne que tu n'aies pas déjà succombé. Tu as une énorme résistance en toi, mais tu ne dois plus te séparer de l'Anneau jusqu'à ce que soit arrivée l'heure de sa destruction. Si l'Anneau est passé à quelqu'un d'autre, le choc sera brutal, et les liens que créera l'Anneau sur son nouveau propriétaire risquent d'être encore plus forts... Tu dois rester le porteur de l'Anneau jusqu'au bout... tu dois..."

Régis avait presque crié la dernière phrase, et il s'effondra de fatigue.

-"Bredu !"

Danilo lâcha Frodon et s'élança vers son frère de sang.

Mikhail se leva et courut à la porte demander de la nourriture pour dom Régis.

Frodon s'écroula en pleurs...

-"Il est mort... par ma faute !"

Marguerida jeta un oeil inquiet à Danilo, mais celui-ci sourit, Régis était juste évanoui. Elle s'approcha de Frodon :

-"Non, il n'est pas mort, qu'Aldones éloigne ce jour de nous, il est juste épuisé et affamé après le travail qu'il a fait sur ta matrice.
- Ma matrice ?
- Oui, ton Anneau. Nous appelons ça une matrice, et presque chaque personne ayant des pouvoirs psychiques en possède une sur Ténébreuse. Utiliser sa matrice consomme de l'énergie, et nous avons après besoin de nous restaurer."

Frodon regarda Régis ouvrir un oeil et se mit à courir partout :

-"Régis est vivant ! Régis est vivant !"

Une fois le calme revenu, Régis dévorant des fruits secs et un morceau de lapin cornu qui restait en cuisine, ils décidèrent de renvoyer Frodon sur la Terre du Milieu dès le lendemain, avant que l'Anneau ait le temps de renforcer ses liens.

***

La lumière filtrait à travers le carreau grossier de la fenêtre. Des rayons rouge orange éclairaient le pied du lit. Frodon était réveillé ; il n'avait pas beaucoup dormi cette nuit, et contemplait les reflets et le mélange de couleurs de la lumière avec le motif de ses couvertures.

Aujourd'hui, il allait repartir sur le chemin de la Montagne du Destin. Cette idée s'imprégnait doucement en lui, et il essaya de se rappeler l'oeil rouge de Sauron... si semblable aux rayons tombant à quelque distance de ses pieds. Mais ici il était en sécurité, Régis le lui avait dit, et il le croyait. Maintenant qu'il y pensait, Régis avait quelque chose de Gandalf... Ce devaient être les yeux. Ou alors la sagesse que l'on pouvait lire sur un visage qui a longtemps vécu. La tristesse l'envahit à la pensée de Gandalf. Il avait disparu dans les profondeurs de la Moria depuis ce qui semblait être une éternité.

On frappa à la porte et Frodon sursauta.

Régis apportait ses vêtements, ceux avec lesquels il était venu... Frodon les revêtit et ils se dirigèrent ensemble vers la salle de la matrice de Cherilly. Là où tout avait commencé.

Mikhail et Marguerida les attendaient déjà.

Mikhail exposa son plan :

"Voilà... nous avons réfléchi avec Marguerida ce matin, et nous sommes arrivés à la conclusion qu'il faut replacer Frodon sur la Terre du Milieu juste après que Kadarin l'ait enlevé... Si nous le replaçons maintenant - en supposant que nous trouvions la Terre du Milieu - son ami Sam ne sera probablement pas là, et Frodon n'aura avec lui ni eau, ni nourriture, ni soutien moral... et donc bien peu de chances d'arriver à détruire l'Anneau."

Marguerida poursuivit :

-"Nous devons donc remonter le temps."

Elle s'arrêta un moment pour que l'idée pénètre dans leurs esprits.

-"En remontant le temps dans cette pièce, nous arriverons au moment où Kadarin a pris Frodon. Nous pourrons alors le suivre et découvrir où Frodon a été enlevé. Il ne restera plus qu'à le remettre là où il se trouvait."

Mikhail continua :

-"Quand nous serons dans le passé, nous ne devrons pas émettre de pensée ou Kadarin pourrait sentir notre présence."

Régis parla enfin :

-"C'est de la folie, Mikhail ! Il doit y avoir un autre moyen !
- Nous n'en avons pas trouvé d'autre, hélas..."

Puis Mikhail se tourna vers Frodon :

-"Nous allons te ramener, mais tu dois promettre de ne jamais parler de nous sur la Terre du Milieu. Si celui que vous appelez Sauron vient à savoir qu'il existe un autre Anneau, ni vous, ni nous, ne serions en sécurité.
- Je promets", répondit solennellement Frodon.
-"Bien... as-tu encore quelque chose sur toi qui vient de notre monde ?
- Non... à part le sachet de soie qui recouvre l'Anneau.
- Enlève-le, rien ne doit rester qui puisse nous trahir."

Frodon rendit le petit sac à Régis qui le mit dans sa poche.

Mikhail s'adressa à ceux qui étaient dans la pièce :

" Bien !
- Vous (il désigna quatre techniciens), vous élèverez une barrière de niveau quatre. Marguerida et moi serons au centre. Vous projetterez votre énergie sur moi, et je lui transmettrai la mienne et la vôtre dans un premier temps. Frodon sera à coté de moi. Régis ? Pourrais-tu monitorer Frodon ? Tu le connais mieux que quiconque ici, et il a confiance en toi."

Régis acquiesça.

Ils prirent position et la cérémonie commença...

***

Marguerida n'était pas rassurée... Elle ne savait pas si elle pourrait utiliser sa matrice fantôme pour retourner une nouvelle fois dans le passé, même avec la puissance de Mikhail.

Sa main gauche dénudée luisait d'une lumière bleutée. Son autre main tenait celle de Mikhail et leurs catenas s'entrechoquaient doucement.

Lentement, Marguerida les emmena dans le Surmonde. Mikhail et Frodon étaient là, à coté d'elle. Ils se ressemblaient tellement ici ! Dans le Surmonde l'image de quelqu'un était le reflet de sa puissance psychique, et Frodon et Mikhail avaient presque la même aura...

Elle réfléchit à toute vitesse sur la prochaine étape : remonter le temps. Varzil les avait emmenés à la Tour de Hali pour cela, peut-être était-ce impossible ici... Ses connaissances sur les matrices et sur la physique temporelle se mêlèrent. Le Surmonde était un espace à deux dimensions. Seuls les êtres ou les objets possédant une énergie psychique y apparaissaient en trois dimensions. Elle essaya par la pensée de saisir le temps qui passe... de rester immobile, de se détacher du cours normal du temps.

Tout d'abord, rien ne se passa... puis soudain elle ne sentit plus le sol du Surmonde ! Elle regarda autour d'elle et vit qu'elle planait à quelques pouces au-dessus du sol. Elle comprit alors... le temps était symbolisé par l'altitude. Et les autres ayant continué d'avancer dans le temps, elle-même faisait maintenant partie du passé. Elle sentit le Surmonde réapparaître sous ses pieds et elle eut un moment de panique.

Elle devait retourner à sa place dans le temps, le Surmonde qui apparaissait maintenant était un Surmonde du passé. Elle se concentra et imagina une marche descendante dans le Surmonde. Elle la franchit et retrouva Frodon et Mikhail.

Bien... Elle devait donc imaginer une sorte d'escalier montant pour accéder au passé. Mais si elle l'empruntait, comment retrouver son origine ?

Elle matérialisa l'escalier et parla à Mikhail :

"Monte pour remonter le temps... je dois rester ici pour maintenir la forme de l'escalier. Quand tu auras fini, redescend lentement jusqu'à ce que tu sentes ma présence... soit prudent mon amour...
- D'accord... je reviens tout de suite... ne t'inquiète pas."

Mikhail lâcha la main de Marguerida et contacta les techniciens pour leur dire d'envoyer maintenant leur énergie directement vers Marguerida. Dans le passé, il ne pourrait plus la recevoir. Il entreprit l'ascension avec Frodon. L'escalier était par endroits inconsistant, et ils devaient parfois sauter des marches. L'escalier semblait vivant, et Frodon avait parfois du mal à suivre.

Afin de rester au même endroit, Marguerida avait matérialisé un escalier en colimaçon, sans véritable rampe à droite, mais avec une grosse colonne centrale à leur gauche.

Soudain Mikhail et Frodon furent frappés par un cri de désespoir. Mikhail foudroya Frodon du regard mais il se reprit... ce n'était pas lui... ou plutôt si, mais c'était son double dans le temps. Ils étaient presque arrivés.

Maintenant, ils devaient garder un silence mental constant, et si cela était plus ou moins facile pour Mikhail, Frodon n'en avait pas l'habitude...

Mikhail continuait de monter. Soudain le cri disparut et Mikhail s'arrêta. Il attendit que le Surmonde se reforme autour de lui, et il posa un pied au dehors de l'escalier.

Ils étaient à l'intérieur du cercle de matrice de Kadarin ! Mais Kadarin n'était déjà presque plus visible, entraîné à l'horizon par la matrice de Cherilly sur la trace du double de l'anneau. Mikhail se lança à sa poursuite, traînant Frodon derrière lui. Mais Frodon n'avançait pas assez vite, et Mikhail dût rompre le silence mental en espérant que Kadarin ne les entendrait pas :

"Prends ta matrice !" pensa-t-il.

Frodon serra son Anneau dans sa main, mais sans le passer au doigt, comme il avait vu Régis le faire, et il fut soudain plus grand, et plus fort.

Ils rattrapaient Kadarin maintenant, mais ils restaient à distance pour ne pas se faire repérer. Soudain, Kadarin disparut et ils surent qu'il avait trouvé Frodon. Ils attendirent que Kadarin eût reparu et se soit éloigné avec son fardeau pour se positionner dans le Surmonde à l'endroit où il avait disparu.

Là, Mikhail parla à nouveau à Frodon :

"Te voilà arrivé. Je te souhaite de réussir... concentre-toi sur ta matrice - enfin, ton Anneau - et pense que tu dois te réveiller, pense à l'endroit où tu dormais...
- Merci pour tout, dom Mikhail. Dites au revoir à Régis pour moi. C'est un homme bon... comme vous", ajouta rapidement Frodon.

Mikhail eut un petit rire, et acquiesça de la tête :

-"Va maintenant"

Frodon se concentra, et il sentit bientôt un souffle d'air sur son visage. Il entendit la respiration familière de Sam à coté de lui et il dut faire un énorme effort pour ne pas le réveiller. Il avait promis. Il n'en parlerait à personne. Il s'allongea en pensant au lendemain... Régis l'avait aidé en diminuant le pouvoir que l'Anneau avait sur lui... mais malheureusement, le travail qu'il avait dû réaliser pour suivre Kadarin avec son Anneau l'avait affamé... Pas autant que quand Kadarin l'avait pris, mais assez pour que les yeux fatigués de Sam ne remarquent rien le lendemain... Cela valait peut-être mieux...

***

Mikhail vit Frodon disparaître, et il reprit le chemin inverse. Il n'avait aucun repère, mais il se guida dans un premier temps au cri de Frodon qui résonnait dans le Surmonde. Puis, quand il sentit sa propre présence, il la suivit pour retrouver le chemin du château Comyn. L'escalier était toujours là, mais de moins en moins visible... Marguerida faiblissait.

Mikhail monta quelques marches pour faire disparaître le Surmonde qui l'environnait et fit demi-tour en descendant les marches de plus en plus vite. La colonne centrale disparut, et Mikhail faillit tomber... Mais il se rattrapa et continua... Il sentait la présence de Marguerida, mais elle semblait si lointaine ! Il dévala les marches et ressentit la présence de sa bien-aimée qui se rapprochait... il y était presque...

Puis soudain, elle fut là, et l'escalier cessa d'exister. Marguerida sortit brutalement du Surmonde, épuisée, et Mikhail en fit autant. Les moniteurs avaient eu du travail, et quand Marguerida avait arrêté le temps pour elle, ils crurent qu'elle avait arrêté les battements de son coeur. Tout le monde était épuisé, mais ils savaient qu'il fallait manger avant toute autre chose. Les aliments circulèrent, et quand ils eurent repris des forces, Mikhail leur raconta comment ça s'était passé. La montée des marches, la poursuite de Kadarin...

"Penses-tu qu'il y arrivera ?", demanda Régis.
-"Dans le Surmonde, j'ai vu l'esprit de son ami Sam qui dormait. C'est un hobbit lui aussi, et il est très résistant. Ses pensées étaient toutes tournées vers Frodon. Ensemble, ils s'en sortiront."

***

Le passage qui suit fait immédiatement suite au premier passage du Seigneur des Anneaux cité au début de cette nouvelle :

Cette détestable nuit passa avec lenteur et sembla ne disparaître qu'à contrecoeur.[...]. Frodon était étendu sur le dos, immobile. Sam se tenait debout à coté de lui, hésitant à dire quoi que ce fût, bien qu'il sût qu'à présent la parole était à lui : il devait mouvoir la volonté de son maître pour un nouvel effort. Enfin, il se baissa et, caressant le front de Frodon, il lui parla à l'oreille.
- Réveillez-vous, maître ! dit-il. Le moment est venu de repartir.
Comme tiré du sommeil par une soudaine sonnerie de cloche, Frodon se mit vivement debout et regarda au loin vers le sud; mais, à la vue de la Montagne et du désert, il flancha de nouveau.
- Je ne peux pas y arriver, Sam, dit-il. C'est un tel poids à porter, un tel poids !
[...]
- Alors laissez-moi le porter un peu pour vous, maître, dit-il.[...]
Une lueur féroce parut dans les yeux de Frodon.
- Arrière. Ne me touche pas ! cria-t-il. Il est à moi, dis-je. Va-t'en !
Sa main s'égara vers la garde de son épée. Mais alors sa voix changea rapidement.
- Non, non, Sam, dit-il avec tristesse. Mais il faut comprendre. C'est mon fardeau, et personne d'autre ne peut le porter. Il est trop tard maintenant, mon cher Sam. Tu ne peux plus m'aider de cette manière-là. Je suis presque en son pouvoir, à présent. Je ne pourrais y renoncer, et si tu essayais de le prendre, je deviendrais fou.
[...][Frodon et Sam se débarrassent alors du surplus de matériel qu'ils transportent et reprennent leur marche]
Ce jour-là, il sembla à Sam que son maître avait trouvé une nouvelle force, plus grande que ne pouvait l'expliquer le petit allégement du fardeau qu'il devait porter.

Ecrire à Fladnag
© Fladnag



Publication : Concours "La Montagne du Destin" (Décembre 2001)
Dernière modification : 07 November 2006


Noter cette page : Vous devez vous identifier pour utiliser le système de notation

A toi de choisir parmi les récits et illustrations sur le site

Fladnag
Le deuxième Seigneur de l'Anneau
Kendra
La colline aux pommiers
Vifsorbier
L'histoire de Johan Tourvel
Yasbane
Le condor et le serpent
Arwen
Montagne fatidique
Persévérance
Narwa Roquen
Le creux céleste
Telglin
Cycle d'Eternité
Vifsorbier
Au 12 de la rue des escarts
ze-poete
Au sommet

signifie que la participation est un Texte.
signifie que la participation contient un Dessin.


Aucun Commentaire



Ajouter un commentaire

Pseudo
Mail
Titre ou commentaire concis
Commentaire détaillé
(Optionnel)



Page générée en 275 ms - 198 connectés dont 2 robots
2000-2020 © Cercledefaeries