Version HTML ?

DOSSIER 4202B

1. Ouverture du dossier
Depuis quelques heures déjà, Scytale arpentait nerveusement le bureau du FBI (Faeries Bureau of Investigation) en quête de réponses que seule l'arrivée imminente de ses " invités " pourrait lui fournir. Son regard se fixa sur la porte, qui s'ouvrit à ce moment précis, cédant le passage à un vieux Mage à l'envers et un Courant Electrique.
- Fladnag, z653z, soyez les bienvenus dans mon antre, lança le maître des lieux avec emphase. Je vous offre un apéritif ?
Fladnag jeta un oeil perplexe aux oreilles d'Elfe grillées salées qu'on lui présentait et déclina poliment. Il décida de ne pas perdre de temps : " Nous avons reçu votre rapport concernant les activités de 4202B et je suis ici sur l'ordre de Dame Galadriel comme émissaire de la guilde de Lorien.
- Joli discours, railla Scytale. Mais j'ai cru comprendre que la Dame se mourait...
- C'est un peu prématuré, s'immisça z653z, confortablement installé dans un câble de gaufrier. Il s'agit juste d'une petite intoxication alimentaire. Des... fraises Tagada pour être précis.
- Je vois. En effet, les premières pages du Faerium confirment que Telglin avait été nommé Cuisinier Royal avant de devenir archiviste. En vérité, je pense qu'il n'avait jamais quitté cette fonction.
- Exact, et sa position d'archiviste lui permettait d'effacer ses méfaits au fur et à mesure qu'il les commettait. Ce qui explique les disparitions mystérieuses de plusieurs membres notoires de la Communauté, comme Alia ou encore ZePoete.
Du fond de la pièce, le Melon que personne n'avait pris la peine de remarquer, choisit ce moment pour intervenir :
- C'est monstrueux ! lâcha-t-il, aussi laconique qu'à son habitude.
- Du nouveau Menelon ? l'interrogea Scytale.
- Rien de bien neuf, on dit que depuis sa fuite, il se serait retranché sur le forum de Kilgaladriel.tdm. Il reste intouchable pour le moment.
Fladnag bailla bruyamment et céda finalement à la tentation en croquant une oreille d'Elfe.
Le problème est suffisamment pressant pour mériter d'être éliminé au plus vite, marmonna le vieux mage à l'envers entre deux bouchées. D'autant plus que Lomega semble menacé ; ses interventions se font rares et il a tendance à divaguer à propos d'extraterrestres... Il faut intervenir.
- Certes. Je vais faire mander une équipe de nettoyeurs, et advienne que pourra ", répliqua Scytale en effleurant quelques touches de son panneau de commandes. L'instant d'après, un Minotaure et un Orc débarquaient dans le bureau, de plus en plus encombré.
- Sugirva, Zogrot, vous savez ce qu'il vous reste à faire ? lancèrent les quatre conspirateurs.
- Le cas Telglin est une priorité absolue, continua Scytale. Il devra nous être ramené... mort ou vif dans les délais les plus speeds. Vif serait préférable, mais comme on dit : " Un chien vaut mieux que deux kilos de rats. "
- Bonne chance les gars, conclut Scytale. Et méfiez-vous, il est désarmé et dangereux.

© Par Scytale le Mardi 18 Décembre 2001 à 12H15

2. Nouveaux éléments
La porte du bureau s'ouvrit avec grand fracas. Scytale qui étudiait sereinement les rapports alarmants concernant les frasques de 4202B sursauta et manqua tomber de son énorme fauteuil en cuir de Nazgul. Ses yeux se posèrent sur un homme au visage émacié, à la chevelure en désordre, aux yeux fatigués et à la langue pendante et aussi sèche que la planète Arrakis avant l'avènement de Paul Atréides. Il avait les mains liées par de lourdes chaînes, et ses habits n'étaient plus qu'un infâme amas de lambeaux crasseux.
- Scytale... lâcha l'inconnu en un souffle.
- Mais qui êtes-vous ? s'indigna le maître des lieux. Comment êtes-vous arrivé jusqu'ici ? Où sont les gardes ?
Malgré son état de décrépitude, l'homme se permit un sourire. " L'esprit... L'esprit est facilement contrôlable. Et je n'avais pas le temps de me faire reconnaître.
- Lo... Lomega ? se risqua à demander Scytale.
- Lui-même.
- Par tous les Anciens ! Mais que t'est-il arrivé ? ! Voilà des jours que nous te cherchons ! Ta présence se fait si rare ! Tes quelques messages étaient si étranges sur le forum... laisse-moi t'aider.
Scytale s'approcha de Lomega, et l'aida à s'asseoir sur un fauteuil à suspenseur. Il était horrifié par l'aspect cadavérique de cet être si massif d'habitude. Mais il reprit son calme intérieur et ne fit rien paraître de ses émotions. Trois respirations plus tard, il finit par dire :
- Je vais demander des soigneurs sur-le-champ !
- Oui et appelle un Nain pour qu'il m'enlève ces horribles chaînes. Elles sont aussi lourdes que l'air du Mordor ! ajouta Lomega dans un sourire sarcastique. Donne-moi donc à boire et je t'expliquerai mon état de délabrement. Je me suis fait peur tout seul en me voyant dans le reflet d'une vitre.
Quelques instants plus tard, Estellanara entra en compagnie d'un Nain affublé d'énormes lunettes de soudeur et d'un chalumeau deux fois plus gros que lui. La guérisseuse ferma la porte et s'approcha de Lomega. Elle sortit de son sac, diverses décoctions aux substances connues d'elle seule et les lui fit boire. Elle ausculta ses yeux et fit la grimace.
- Manque de sommeil... dit-elle simplement. Fatigue extrême. Croquez cette pilule.
Lomega s'exécuta, et quelques secondes plus tard, ses épaules se redressèrent, ses joues reprirent des couleurs et les cernes de ses yeux disparurent presque totalement.
- Je crois que ça suffira pour aujourd'hui, conclut Estellanara. Mais ne faites pas d'effort pendant quelque temps, et vous serez frais comme un gardon pour les fêtes de Noël.
La soigneuse repartit en saluant Scytale d'un hochement de tête, et le Nain s'approcha de Lomega.
- Pas la peine d'utiliser votre instrument de torture, fit remarquer celui-ci en désignant l'énorme chalumeau. Vous allez incendier le FBI que vous n'aurez pas fait fondre ses chaînes.
Le Nain grommela, et entreprit de crocheter les menottes. Après un bon quart d'heure, Lomega était enfin libre. Le Nain quitta la pièce à son tour en maudissant la moquerie de l'Homme.
- Vas-tu enfin me dire ce qui t'est arrivé ? s'impatienta Scytale tandis que la porte se refermait en claquant.
- Telglin m'avait invité chez lui pour que nous discutions de quelque affaire concernant le silence d'Alia. C'est alors qu'il m'a fait manger des fraises Tagada, et j'ai perdu connaissance. Je me suis retrouvé dans une petite salle sombre, humide et froide comme la mort. D'abord j'ai longtemps pensé qu'il nous avait trahis. Mais en essayant de lui parler, je me suis aperçu qu'il avait perdu l'esprit. C'est comme si, à l'instar d'un Sméagol, il avait une autre entité en lui. Il y a quelqu'un de très puissant derrière toute cette machination. Et Telglin en est tout comme nous la victime.
- Comment as-tu fait pour t'enfuir ?
- Ca n'a pas été simple de dominer l'esprit de Telglin. Le pouvoir qui l'a ensorcelé est très puissant. Finalement il a accepté mes ordres et il m'a ouvert. J'ai couru le plus vite possible pour fuir avant que Telglin - du moins l'Entité qui est en lui - ne se rende compte de ce qu'il avait fait. Dans la panique, je ne sais pas trop où je me trouvais. Tout ce que je peux dire c'est que c'est dans le secteur H207P.
Scytale parcourut nerveusement la pièce, et s'assit sur le coin de son imposant bureau. " Nous sommes en pleine crise alors. Dire que j'ai envoyé Sugirva et Zogrot à la poursuite de Telglin... Miséricorde.
- Contacte-les et dis-leur de revenir, dit Lomega qui peu à peu reprenait toutes ses forces, tant mentales que physiques. Ils n'ont aucune chance. Leurs muscles ne leur seront d'aucune aide. Il faut juste retrouver la cachette de Telglin et l'espionner pour connaître l'identité de notre ennemi. S'il daigne se montrer...
Un silence inquiétant s'insinua dans la pièce.
- Oh ! J'oubliais ! s'écria Lomega. Dans les autres cellules, j'ai entendu Alia et Zepoete. Pour ce dernier... je... Son état est critique.
Soudain le grille-pain, dernier modèle de la planète Ix, qui se trouvait non loin du séant de Scytale, se mit à grésiller et explosa en échappant une épaisse fumée blanche.
- Désolé, intervint z653z. Dès que je suis énervé, je provoque des surtensions dans les appareils. Une fois je me souviens avoir privé toute une cité d'électricité en ayant lâché mes nerfs dans une centrale électrique.
Scytale observa le grille-pain sans rien dire, d'un air bougon.
- Alors que faisons-nous ? demanda z653z, pour changer de sujet et ainsi peut-être éviter un blâme.
Le maître des lieux se leva, alla s'asseoir sur son fauteuil en cuir de Nazgul, posa ses coudes sur la table et croisa ses mains. " Rappelons Zogrot et Sugirva, en espérant qu'il ne sera pas trop tard. Ma précipitation était malvenue.
- Mieux vaut un excès de prudence qu'un excès d'assurance, récita pensivement Lomega. Scyt' mon ami, prépare une réunion afin que nous reparlions de tout ceci plus calmement. J'aimerais revoir ce vieux Fladnag d'ailleurs.
Lomega se leva, salua solennellement Scytale et z653z, confortablement installé dans le fil du grille-pain fumant. Assurément le Courant Electrique devait se prélasser dans la chaleur circulant dans le fil. A cette pensée Lomega eut un sourire.
- Ne vous inquiétez pas mes amis, nous sommes du bon côté et nous ne pouvons que gagner, conclut-il gaiement. Après tout, ici le destin ne nous guide pas. Il n'a aucune influence sur nous. Nous créons nous-même notre avenir. Il suffit simplement de réfléchir à la situation et de choisir la bonne solution !

© Par Lomega le Mardi 18 Décembre 2001 à 16H28

3. L'histoire se précise
La porte du bureau s'ouvrit une fois de plus... Trois fois en si peu de temps, ça n'était pas arrivé depuis... depuis, ma foi, si longtemps que Scytale n'osait pas se souvenir, mais il pressentait que le combat à mener serait bien plus difficile qu'il ne l'avait présumé.
- Onirian ? Décidément, mes gardes ne sont plus ce qu'ils étaient... Qu'est-ce qui t'amène ici ?
- J'ai entendu parler de ce qui est arrivé à Telglin... Comment Lomega a été pris, puis s'est enfui. Je ne connais pas ce Lomega, mais du peu que j'en ai entendu, il ne doit pas être de ceux qu'il est aisé de séquestrer. Enfin, toujours est-il que cette fois-ci nous devons tous nous serrer les coudes. De plus, j'ai en ma possession certains éléments qui me font craindre le pire.
- Le pire ? Quelle merveilleuse nouvelle nous attend encore ?
Scytale semblait de plus en plus abattu, la fatigue commençant déjà son oeuvre. Le grille-pain était froid, et le Melon écoutait, sans rien laisser transparaître de ce qu'il pensait, comme à son habitude.
- Je ne sais pas qui est derrière tout ça, mais récemment, et c'est d'ailleurs pour ça que je suis venu ici, j'ai eu à combattre l'Entité qui a vaincu Telglin. Mon habitude des illusions et ma prudence naturelle qui fait que je ne me balade jamais sans quelques enchantements sur moi, m'ont permis d'éviter le pire. Mais j'ai senti derrière l'attaque une force bien plus grande, contenue presque avec peine. Une force telle que même chez moi et bien préparé... Lomega a eu de la chance... Et l'esprit de Telglin ne doit pas être tout à fait mort, il a dû l'aider. La seule chose que je n'ai pas comprise, c'est pourquoi cette Entité n'a pas essayé de forcer plus avant avec moi... Si ce que j'ai senti est vrai, elle peut tous nous maîtriser.
- Ma foi mon cher Onirian, effectivement, cela ne me dit rien qui vaille... Et dire que je n'ai toujours pas de nouvelle de Zogrot et Sugirva...
L'air devenait pesant dans la pièce, et les cernes sous les yeux de Scytale annonçaient d'ores et déjà que la semaine serait longue...
Quelques heures plus tard, Scytale repensait encore à ce qui avait été dit, mais surtout ce qu'il avait vu dans le regard d'Onirian... Le combat avait été beaucoup plus dur qu'il n'avait bien voulu l'admettre, et le simple fait que le joueur d'Illusions ait laissé voir une part de ce qu'il voulait cacher, était un avertissement bien plus alarmant que tout ce qui était consigné dans ce maudit dossier 4202B.

© Par Onirian le Mercredi 19 Décembre 2001 à 10H57

4. La mission
- Ma foi, il faudrait arriver à piéger cette satanée chose, intervint Menelon.
- Je pourrais m'insinuer dans la maison sans me faire voir, ajouta z653z.
- Mais oui ! s'écria Lomega. Il pourrait envoyer une décharge électrique contrôlée dans le corps de Telglin pour lui rendre tous ses esprits.
- Ce pourrait être très dangereux, objecta Fladnag. " Ses épais sourcils étaient froncés et de petites rides se dessinaient entre ses yeux.
- Au point où nous en sommes... dit Scytale.
Le maître des lieux tapota sur le clavier de son ordinateur plusieurs instructions et un hologramme apparut au centre de la table.
- Voici l'antre secret de Telglin. Nous l'avons retrouvé cette nuit. Sur la droite cette espèce d'énorme réservoir rond que vous voyez, c'est là que se trouve la réserve de fraises Tagada empoisonnées.
Lomega secoua violemment la tête. " Quel gâchis toutes ses bonnes fraises ! L'Entité va le payer !
- C'est inadmissible en effet, renchérit Onirian. Mais soyons extrêmement prudents. Elle est très puissante.
- Et plus puissante encore quand on ne la connaît pas, ajouta Fladnag.
- Ecoutez, moi je suis un Courant Electrique, doué d'une conscience, certes, mais il ne peut pas m'atteindre. Je suis quelque chose d'immatériel. Une sorte de spectre.
- Tu es un esprit et cela suffit, dit Onirian.
- Je veux quand même tenter ma chance, opina z653z.
- Il a raison et je suis sûr qu'il fera du bon travail, intervint Lomega.
- Alors regardez cette fichue carte ! s'impatienta Scytale. " Quand tout le monde fut attentif, il continua. " z653z, nous te débarquerons ici devant le générateur de l'installation. Tu pourras ainsi te déplacer discrètement. Nous t'enverrons à l'aide d'un drone miniaturisé. Tu ne devrais pas être trop serré dedans.
Les rires fusèrent dans la salle, et un néon explosa à l'autre bout de la salle de réunion.
- Il est susceptible, excusez-le, dit Lomega.
- Je ne contrôle pas toujours mes émotions, il est vrai, ajouta le Courant.
- Il va falloir, bougonna Menelon en fronçant les pépins. " Il était agacé de ne pouvoir voir celui à qui il s'adressait. Il regardait partout en espérant le trouver.
- Ici, dit z653z comme s'il lisait dans les pensées du Melon. Dans la lampe de bureau. Attendez, je vais sortir.
Un vrombissement électrique s'éleva dans la pièce et une lueur informe et bleutée sortit de la lampe. Elle avait à peu près un mètre de diamètre. Son flot de lumière formait des vagues lumineuses de toute beauté.
- Excusez-moi, mais je suis très pudique, je n'aime pas me montrer tout nu, dit z653z.
Il s'approcha de l'hologramme et l'air vibra à son passage. Je suis d'accord pour être débarqué ici. Mais si j'arrive à sauver Telglin, comment nous sauverons-nous ?
- Tout est prévu. Lomega ne sera pas loin. Dès que tu auras accompli ta mission, tu le contacteras mentalement.
- Je ne sais pas faire ! protesta le Courant.
- Tu n'as rien à faire sinon m'appeler mentalement, intervint Lomega. Et je ferai le reste. " Un sourire carnassier s'inscrivit sur ses lèvres. " Oh ! Par contre, ajouta-t-il, je serais d'avis que tu court-circuites la climatisation de l'entrepôt de fraises Tagada. Je compte sur toi pour une magnifique explosion.
- Oh oui ! s'extasia z653z.
L'air se mit à vrombir et la lueur grossit, pour revenir à sa taille normale.
- Mais attention ! Tu détruiras l'entrepôt seulement après m'avoir contacté. Ensuite nous viendrons avec le vaisseau pour te prendre toi et Telglin. De toute manière, je te donnerai le signal.
- Très bien... Mais il y a une chose que je ne comprends pas. Pourquoi ne libérons-nous pas Alia et Zepoete ?
- J'allais y venir, expliqua Scytale. Je crois que la fuite de Lomega a mis en colère l'Entité, et elle n'a sans doute pas apprécié l'incompétence de Telglin. Elle a dû les évacuer dans un autre repaire secret, pendant que nous essayions de localiser cet endroit. Quoiqu'il en soit, les caméras thermo-infrarouges n'ont signalé aucune présence de nos deux amis, mis à part celle de Telglin. A présent, il est temps pour nous de préparer notre mission. Y a-t-il des questions ?
Devant le silence de l'assistance, Scytale fit évacuer la salle.
Une fois seul, il se leva et prit un verre d'eau au distributeur.
- Pourvu que nous réussissions ! Nous vous retrouverons Alia et Zepoete. Je vous le promets.

© Par Lomega le Mercredi 19 Décembre 2001 à 13H20

5. Un léger contretemps
Quand la porte de ses quartiers s'ouvrit une nouvelle fois, quelques heures plus tard, Scytale hésita un instant entre hurler un chapelet d'injures et se rouler sous le bureau en bavant. Au lieu de ça, il se recomposa une apparence normale - mis à part les sourcils qu'il n'était pas parvenu à défroncer depuis le matin - et lança un pathétique sourire au nouveau venu.
Il s'agissait de Fladnag, qui semblait si retourné qu'il en était presque à l'endroit. Le Tleilaxu cessa de sourire, psychologiquement préparé au pire.
- Heu... hmm houm houm...
- Un problème Flad' ?
Le magicien paraissait anormalement fébrile.
- La reine va venir ! lança-t-il dans une lamentable tentative de voix enjouée.
Scytale ne chercha même pas à les retenir quand les bras lui en tombèrent.
- Et que vient-elle faire ici ? Je pensais qu'elle vous avait envoyé comme émissaire responsable de cette affaire, se reprit-il en un instant.
- Et bien à vrai dire, elle ne semble pas satisfaite par la tournure que prennent les évén...
C'est ce moment que choisit le Melon pour rouler gracieusement jusqu'au centre de la pièce. Les deux lui lancèrent un regard perplexe.
- Notre équipe de nettoyeurs est revenue de mission monsieur, ils sont en salle de repos chez Estellanara, dit-il avec une moue indéfinissable.
- Bien Menelon, va-me les chercher au plus vite, nous avons besoin de nouveaux éléments.
L'instant d'après, le comité d'urgence était de nouveau réuni. Il n'avait d'ailleurs pas été bien dur à trouver, tout occupé qu'il était à planifier la prise d'assaut du Telglin's Nest.
Sugirva et Zogrot le rejoignirent au bout de quelques minutes ; l'épaisse fourrure du Minotaure ruisselait et, plus étonnant encore, l'Orc semblait presque propre.
Devant les regards intrigués de l'assemblée, Menelon décida de vendre la mèche :
- Ils étaient dans la piscine avec 'Stella..., lança-t-il avec une impudeur qui fit défaillir les plus sensibles - les plombs sautèrent.
- Bien, reprit Scytale sans se démonter. Nous n'avons pas besoin de lumière pour continuer je pense... Chers Orc et Minotaure qu'avez-vous à nous apprendre ? J'ose espérer que vous avez échoué dans votre mission d'élimination.
Deux paires de genoux cessèrent de trembler à cette question et Sugirva répondit fièrement :
- Nous avons échoué lamentablement monsieur !!
Leur incompréhension atteignit son comble lorsqu'une nuée d'applaudissements et de cris de soulagement accueillit une nouvelle qui les aurait fait fusiller en temps normal.
- Que s'est-il passé ? les pressa Lomega.
- Nous avons appréhendé le suspect monsieur, répondit Sugirva, mais il a lutté comme un Shaï-Hulud en rut et nous a échappé. On a pris deux trois pains, mais Zogrot a eu le temps de lui mettre quelques balles dans la peau et sa hache de guerre +3. Moi, je crois que je lui ai pété les deux jambes mais il courait toujours comme un enragé même avec une fourche plantée dans le dos, et un piège à ours à chaque jambe.
- Surprenant ! souffla Lomega. Ca ne ressemble pas à Telglin ; lui qui mourait à la première occasion lors de nos duels amicaux...
- Et il y a autre chose... murmura Sugirva, avec un sérieux qui allait mal avec ses yeux bovins.
- Zog Zog, Urghrot Udatok Tagada ! coupa Zogrot, sans aucun tact.
Un vent d'effroi parcourut l'assistance et Scytale reprit la parole, le temps de retrouver l'usage de ses fonctions vitales :
- Des fraises Tagada, dis-tu ?
- Oui, deux plantées dans le dos, répondit Sugirva en dansant, pour essayer de détendre l'atmosphère. Il est mal mais il vivra.
- Pauvre Melkor... " marmonna Fladnag dans sa barbe, tandis que Menelon manquait s'étouffer de rire en voyant la mine constipée de Zogrot, tout honteux d'être si propre.
Scytale l'assomma à coups de pudding aux marrons et reprit avec un calme typiquement Fremen :
- La situation part vraiment en...
- Messires, bonsoir.
Même z653z sursauta dans son câble coaxial à la vue de la nouvelle venue.
- Dame Galadriel ! s'exclama Onirian dans un souffle rauque et onirique.
- Elle-même, répondit la Dame de Lorien.
- Je ne vous avais pas prévenu ? demanda innocemment Fladnag sur qui l'ombre du pudding aux marrons planait déjà.
Galadriel s'assit, étendant autour d'elle ses somptueuses dentelles blanches et commença d'une voix douce et hypnotique :
- Nous allons en rester là pour cette affaire.
- Bien madame ! répondirent les autres en coeur.
- Telglin est parti en vacances et rien d'anormal ne se produit sur le forum.
- Bien madame, reprit l'assemblée, comme sous l'effet d'une puissante cuite à la bière d'épice.
- Je ne suis pas là, je ne suis jamais venue.
- Bien m...
- Oh que si ! lança Lomega en se levant d'un bond. Croyais-tu vraiment qu'un Mentat Télépathe Radioactif tel que moi ne résisterait pas à tes artifices de sale Elfe de mes deux tentacules ?
- Aucune importance ! hurla-t-elle d'une voix déformée par la haine que jamais Lomega n'aurait cru pouvoir voir franchir d'aussi douces lèvres. J'ai des solutions de secours !
Mais la reine était déjà sur lui, lui brisant la nuque d'un geste précis. Il poussa un bref cri de douleur et porta la main à son cou, roulant de côté assez prestement pour éviter l'attaque suivante et remit Galadriel à sa place d'un direct bien placé. Hélas, elle encaissa le coup à la perfection, ne paraissant même pas percevoir le superbe bleu qui lui trônait maintenant au milieu du front, et fondit comme une furie sur son adversaire.
A travers ses paupières closes de terreur, Lomega n'entendit que quelques bruits de lutte : un cri de femme, un hurlement de guerre Orc, un " meuh " de Minotaure en colère et un " bip " de lave-vaisselle en fin de cycle.

© Par Scytale le Mercredi 19 Décembre 2001 à 21H54

6. Intermède
Pendant ce temps, dans un sombre manoir délabré accolé à un immense silo en forme de fraise Tagada, Telglin se tenait assis et immobile dans un large fauteuil. Les plombs avaient sauté quelques instants plus tôt sans que l'origine de la panne ait pu être déterminée. Une silhouette inquiétante arpentait la salle en laissant échapper un sinistre ricanement :
- Ah ! Les idiots, je les tiens. Ils sont tombés à pieds joints dans mon piège sans se douter de rien.
Telglin, bien que d'apparence impassible, scrutait la pénombre pour tenter de discerner les traits de son mystérieux vis-à-vis. Il sentait l'énorme puissance de l'esprit de cette Entité peser sur lui et c'est à peine s'il arrivait à préserver sa conscience.
Il devait résister malgré tout et tenter de percer les secrets de l'inconnu qui s'acharnait avec tant de haine sur les habitants de Faeries. Quel sinistre dessein était donc le sien ?
Telglin avait réussi à découvrir le sort ignoble réservé à Alia, perfusée en permanence de bière d'épice, ses yeux bleus devenus fluorescents servant à transformer une clepsydre en montre à quartz géante. Zepoete, dont le nom secret était Dragonheart, semblait servir de sous-titre pour un film depuis longtemps sorti en salle. Quant aux autres... impossible de savoir.
Telglin devait absolument avertir les autres du danger qu'ils couraient, mais en agissant, il risquait de rendre vulnérable le peu de conscience qu'il avait conservée. Déjà, assurer la libération de Lomega avait été dangereux et l'Entité semblait nourrir quelques appréhensions.
L'Elfe changea de posture. La fourche plantée dans son dos lui causait quelques désagréments. Au moins elle servait d'épouvantail contre ces damnés corbeaux qui voulaient sans arrêt picorer les fraises Tagada que l'Entité lui avait implantées entre les omoplates. Ah, si seulement Estellanara était là, elle apaiserait ses douleurs et le réconforterait. Même ce sale Orc putride de Zogrot lui manquait.
Dans tout ce malheur, il y avait pourtant quelques bonnes nouvelles : Onirian constituait la prochaine cible de l'Entité, mais ce vieux routard de Joueur d'Illusions avait de la ressource et tenait l'Entité en échec. Pour combien de temps ? Déjà les rêves perturbés témoignaient de l'affaiblissement d'Onirian.
Et puis il y avait Galadriel qui gardait forcément un oeil sur tout cela. Nul doute qu'elle préparait quelque chose dans l'ombre, entourée de ses deux éminences grises si discrètes et pourtant si efficaces.
Oui, tout allait s'arranger et l'Entité serait vaincue. Telglin se sentait soudain revigoré et prêt à en découdre. Mais, au moment d'agir il eut soudain une folle envie de fraises Tagada...

© Par Telglin le Mercredi 19 Décembre à 22H31

7. L'antre de la folie
- Hmm... étrange, dit Lomega en grattant son menton mal rasé.
- Très bizarre en effet, ajouta Telglin en grattant ses oreilles en pointe mal lavées.
- C'est même inquiétant, continua Lomega en se grattant une joue mal rasée.
- Tout simplement incroyable ! renchérit Telglin en grattant sa chevelure mal lavée.
- Aberrant ! dit Lomega, en se grattant le torse mal rasé.
- Saugrenu ! s'exclama Telglin en se grattant son cou mal lavé.
- Abracadabrantesque, ajouta Lomega en imitant un certain président.
S'en suivit toute une liste d'adjectifs que les deux compères déballèrent durant une heure.
- J'ai beau réfléchir, je ne comprends plus rien, expliqua finalement Lomega.
- Oui, un vrai capharnaüm. J'ai l'impression que cette histoire est aussi bien ordonnée que la chambre de Zogrot... Et c'est peu dire, la dernière fois que j'y suis entré, j'ai cru que je ne retrouverais plus la sortie. " L'Elfe gratta son bras mal lavé.
- Et ces maudits moustiques qui ne nous lâchent pas d'une semelle ! s'exclama Lomega en grattant son nez mal rasé. ( euh ! ) T'aurais pu construire ta base ailleurs que sur un marécage putride.
- Bah ! C'est ce maudit promoteur immobilier qui m'a assuré que le terrain était en or.
- Tu sais quand tu vois de l'eau qui stagne un peu partout faut te dire que c'est mauvais signe. Encore heureux que t'aies pas construit dessus...
- J'aurais bien voulu un manoir sur pilotis, dit rêveusement Telglin.
Lomega soupira tout en grattant sa main mal rasée. ( Geuh ? ! ! )
- Heu au fait tu m'en veux de t'avoir étranglé quand je me suis évadé ?
- Non ça va.
- Et tu m'en veux que z653z ait fait péter ton entrepôt ?
- Non, mais six mois de boulot en moins. En plus elles étaient même pas empoisonnées.
- Pff ! Scytale et ses satanés ordinateurs ! Il m'avait assuré que les analyses biochimiques des drones espions étaient fiables.
Telglin partit dans un rire qui n'en finissait plus.
- Scytale a acheté tout cet attirail pour être à la pointe de la technologie mais il ne sait pas s'en servir, même avec le manuel sous les yeux. C'est à peine s'il sait se prendre un café au distributeur.
- Je vois... Et c'est quand que tu remets la lumière ? s'impatienta Lomega.
- Ben ça déconne depuis quelques heures...
A cet instant quelqu'un se racla la gorge dans un coin de la pièce. Le fil d'un grille-pain s'agita dans l'ombre.
- C'est ma faute, répondit une voix familière...
- z653z ! s'exclama Telglin. J'aurais dû m'en douter. Détruire mon entrepôt de fraises ne t'a pas suffi, il faut que tu viennes me casser les pieds !
- Ben j'ai une mission quoi, s'excusa le Courant du mieux qu'il put.
- C'est un fiasco la mission... dit Lomega. Je t'avais dit d'attendre avant de tout faire exploser ! J'ai même pas eu le temps de venir. Tssss !
- Ben ouais quand ça a pété j'me suis enfui, expliqua Telglin. Et tu m'as suivi jusqu'ici z653z ?
- Oui. Bon pour me pardonner je vais remettre le courant.
Quelques instants après, la lumière était revenue. Z653z sursauta dans son fil de grille-pain - décidément qu'est-ce qu'il les aimait ! - et Telglin manqua tomber par terre.
- Mais qu'est ce qui t'est arrivé Lomega ? demanda l'Elfe en voyant les bleus de Lomega.
- Bof c'est au FBI. Y a eu une baston. Ils sont tous devenus hystériques. Je m'en sors avec quelques bleus quoi. Le pire, c'est pour Scytale. Dans l'action, il a complètement perdu les pédales et son visage se transformait constamment. Depuis il ne peut plus le faire. Mais vous ne le reconnaîtrez pas... Il a un oeil d'Orc, l'autre c'est celui d'un elfe. Ensuite il a le nez d'un nain, il a un côté du visage qui est poilu et l'autre et un mélange ignoble de plusieurs créatures qu'on a pas pu déterminer. Autant dire qu'il a une sale gueule. Mais bon il a peut-être une chance de retrouver son pouvoir. Souhaitons-lui parce que depuis il se cache, il fait peur à tout le monde.
- Il s'en passe de drôles de choses, intervint z653z, toujours aussi perspicace.
- Bon mais heu qu'est ce qu'on fait pour l'Entité ? questionna Lomega. Je crois qu'elle a réussi à prendre les esprits de nos camarades ; ils sont complètement chtarbés. Me demande encore comment j'en ai réchappé. Peut-être le coup de poing de Galadriel...
- Lomega comment se fait-il que tu sois ici, s'étonna soudain le Courant.
- Ben je savais que tu avais réussi à rendre sa conscience à Telglin alors je suis venu lui parler dès que j'ai pu partir de la salle d'audience. La bagarre a duré longtemps.
- z653z tu crois que tu pourrais infliger une forte décharge à chacun d'entre eux pour les faire redevenir comme avant ? s'enquit Telglin.
- Héhé pas de problème ! s'exclama le Courant en tressautant dans son fil.
- Oui mais heu... Vas-y mollo, ajouta l'Elfe. Tu m'as filé une de ces décharges ! J'ai vu trente-six chandelles !
- Si on peut plus rigoler...
- Bon tu nous en offres de tes fraises ? demanda Lomega en se frottant les mains.
- Ouais ok, dit Telglin. Elles sont succulentes et... pas empoisonnées. Alors Z... tu ne fais pas tout péter.
- Ouais, ouais...
Telglin revint avec une assiette remplie de Tagada rouges comme les lèvres pulpeuses d'Estellanara, selon z653z, et se rassit.
- Bon vous ne m'avez pas répondu, intervint Lomega en se servant une bonne poignée. Qu'est-ce qu'on fait pour l'Entité ?
Telglin haussa les épaules et z653z sifflota comme si de rien n'était.
- Je vois, continua Lomega. Visiblement nos amis ont écouté ce que j'ai dit. Le destin n'a pas de prise ici et c'est nous-même qui construisons notre histoire. Il suffit de réfléchir pour faire en sorte que ce ne soit pas le bordel. Mais y a des malins qui s'amusent à le faire. Je me demande même si ce ne serait pas cette Entité. " Lomega se racla la gorge avant de poursuivre. " J'ai consulté le dossier secret de Scytale et c'est pas joli joli. Il a un passé trouble de présentateur de show télévisé à l'américaine. Il était corrompu et a viré tout le monde avant de prendre l'argent. L'affaire a été étouffée naturellement, et tout le monde a vite oublié.
- Tu crois que de par ce passé il pourrait être l'Entité en question ? répliqua Telglin avec effroi, et sa question était plus une affirmation.
- Oui. Au cours de cette affaire, il a appris à manipuler les esprits des gens. Peut-être s'est-il perfectionné depuis, expliqua Lomega en avalant trois fraises d'affilée. Elles sont bonnes, ajouta-t-il subrepticement.
- C'est une hypothèse à garder en effet, dit le Courant qui se prélassait dans une vague d'ions négatifs. Je l'ai vu étudier les comportements de jeunes à plusieurs reprises et il prenait beaucoup de notes. A chaque fois que je le surprenais, il paraissait très gêné.
z653z sortit de son fil et s'approcha du plat de fraises Tagada. A son contact une bonne dizaine fondit sous la chaleur de ses ions, et il absorba le liquide gluant ainsi obtenu.
- Très bonnes dit-il.
- Bon et bien je crois qu'il va falloir mettre tout cela au clair. Avant que toute cette étrange histoire n'empire, conclut Lomega.
Non loin d'un marécage putride rempli de moucherons, de moustiques, et de grenouilles qui croassaient, des rires s'élevèrent d'un étrange manoir avec son entrepôt en forme de fraise géante. Et des voix gaies disaient entre deux rires : " Elles sont succulentes tes fraises Telglin !

© Par Lomega le Jeudi 20 Décembre 2001 à 00H10

8. Révélations
- Tu es sûr que nous sommes seuls ? demanda Lomega.
- Oui, répondit laconiquement Telglin.
- Bon... Voilà, il y a un événement qui n'est pas clair. Je crois que l'Entité peut jouer avec nos souvenirs. Mais j'ai réussi à déjouer ce pouvoir par une grande concentration. Je voulais me souvenir plus en détails de la baston au FBI, mais je n'y arrivais pas. C'est alors que j'ai compris que quelqu'un avait masqué certains souvenirs. Maintenant je peux te dire avec certitude que z653z était dans la pièce avec nous !
- Et alors ? demanda Telglin perplexe.
- Et alors ? Mais rappelle-toi ! s'exclama Lomega en tapant du poing sur la table. Pendant que nous nous battions z653z était en train de remplir sa mission ! Le z653z qui était avec nous au FBI était un faux !
- Mais je ne comprends pas, tu as réussi à t'enfuir du FBI sans que l'Entité ne prenne possession de ton esprit. Comment aurait-elle oblitéré une partie de tes souvenirs de la baston ?
- Pour ne pas se faire démasquer ! Mais j'ai été plus fort ! s'exclama Lomega avec fierté. L'Entité sème de fausses pistes pour qu'on ne la découvre pas. Elle m'a laissé partir parce qu'elle le voulait bien. Elle a fait d'abord croire que c'était Galadriel, l'Entité. Et j'ai été le premier à tomber dans le piège. C'est de là que la bagarre a commencé. Tout le monde a perdu l'esprit.
- Mais alors ce n'est plus Scytale le coupable ! s'écria Telglin. C'est z653z.
- Non, ni l'un ni l'autre. L'Entité s'est matérialisée en z653z, et nous n'avions même pas remarqué que le vrai z653z était en mission. L'Entité nous a possédés et a essayé de nous monter les uns contre les autres.
- Holala ! On se croirait dans un mauvais thriller à l'américaine, s'indigna l'Elfe.
- Oui. " Lomega releva la tête et observa silencieusement le visage de Telglin. " Et toi ton dos comment ça va ? s'enquit-il.
- Je dérouille.
- Bon les implants ont été extraits c'est déjà ça. Heureusement que Zogrot et Sugirva ne t'ont pas tué.
- Tout ça n'a pas de sens, lança Telglin sans ambages.
- L'Entité nous perd, lui répondit Lomega en soupirant. Elle nous implante de faux souvenirs, nous monte les uns contre les autres, et arrive à se matérialiser en l'un de nous. Elle est très puissante. Qui sait ? Peut-être est-elle en train de jouer avec nous en ce moment même...
- Non ne dis pas ça, c'est déjà assez dur. Tu crois que nous devrions dire tout ça à z653z ?
- Il le faut bien. L'histoire tourne très mal. Plus nous serons nombreux plus nous aurons de chance de démasquer l'Entité. Il nous faut revenir au FBI afin de vérifier que nous ne soyons pas les seuls à avoir échappé à l'Entité.
- Et bien advienne que pourra...
Les deux amis se levèrent et sortirent prendre l'air. Leurs visages étaient ravagés par l'incertitude et la désillusion. Arriveraient-ils à tout ramener dans l'ordre ? Ils l'espéraient chacun du fond de leur coeur.

© Par Lomega le Jeudi 20 Décembre à 03H05

9. Face-à-face
Arrivés au FBI, Lomega et Telglin furent désagréablement surpris par le désordre qui s'y trouvait. Les gardes de Scytale avaient disparu, on ne sait où, et son bureau était dans un état de délabrement tel que Zogrot lui-même aurait pu le trouver mal rangé et sale, c'est dire. Mais de trace de Scytale, nulle part, ni de personne d'autre d'ailleurs...
- Que fait-on maintenant ? demanda Telglin, les yeux tristes d'avoir été le premier à tomber.
- Ecoute, tu as réussi à survivre, et pour l'instant je ne suis pas encore tombé, bien qu'il y ait des chances que je sois le prochain sur la liste, à moins qu'Onirian ne soit encore des nôtres, ce dont je doute à vrai dire...
- De qui doutes-tu cher Lomega ?
Lomega et Telglin se retournèrent d'un même mouvement. " Onirian ?
Sur un amoncellement de pierres, se tenait le Joueur d'Illusions, avec une mine à faire pâlir un troll en rut.
- Les autres sont à l'intérieur, dans une antichambre de secours. On vous attendait. Suivez-moi.
Scytale, Fladnag, z653z, Onirian, Lomega, Telglin, Zogrot, Sugirva, tout le monde était là. Dans un coin, Menelon et quelques autres pensaient qu'il était bien dommage que le narrateur les oublie... C'est vrai quoi, c'est pas parce qu'on est petit et rond... enfin...
Scytale, qui avait son véritable visage, prit la parole.
- La dernière réunion a été désastreuse, et je pense qu'aucun de nous ait même des souvenirs quant à son déroulement. A ce moment précis, nous avons tous failli perdre la raison. Enfin, toujours est-il que même si la situation est au plus bas, il y a tout de même un espoir. Onirian, tu veux bien continuer ?
Le Joueur semblait avoir pris dix ans en quelques jours, et était manifestement sous le coup d'une fatigue extrême.
- Effectivement, tout espoir n'est pas perdu. Lorsque tout a commencé à partir à la dérive, j'ai réussi à entrer en contact avec l'Entité, et je me suis battu avec elle dans le Sur-monde. Ceci explique mon état. Les blessures mentales sont parfois bien plus violentes qu'une fraise Tagada plantée dans le dos, et je ne pense pas que Lomega ni Telglin ne me contrediront.
" Toujours est-il que j'ai affronté cette Entité et je connais maintenant l'étendue de sa force. Je... Je ne pense pas que j'arriverai à la vaincre seul, surtout affaibli comme je le suis maintenant, mais je sais qu'il est possible de la vaincre. J'ai... presque réussi... Lomega aurait été présent... Mais finalement c'est elle qui a gagné, et j'ai à peine eu le temps de m'enfuir... Le prix à payer a été plus élevé que prévu. Si elle m'attaque de nouveau, avec autant de violence et que je suis seul, je tomberai, je suis si fatigué... si faible...
- Sais-tu qui elle est ?
- Son esprit m'a semblé familier, soit c'est quelqu'un du FBI, soit elle nous connaît tellement bien que c'est tout comme. Mais dire qui elle est serait m'avancer beaucoup.
- Et que peut-on faire ? demanda Scytale. Quelqu'un a une idée ?

© Par Onirian le Jeudi 20 Décembre 2001 à 13H13

10. Quelques instants plus tard
Quand Scytale retrouva ses esprits ou du moins ce qu'il en restait, il était emprisonné dans un gigantesque entrepôt rempli de fraises Tagada. Il secoua la tête, miaula, remit sa montre à l'heure et entreprit une rapide inspection des lieux. Il n'y avait pas grand-chose à en dire, si ce n'est les tonnes de sucreries rouge vif entassées dans de gigantesques containers de cuivre antiradiation. En tendant l'oreille, il perçut des voix dont l'accent ne laissait aucun doute sur l'origine... Cet endroit était donc le point névralgique d'un trafic de fraises Tagada russes génétiquement modifiées ! Scytale devait coûte que coûte avertir les autres des desseins machiavéliques de l'Entité.
Tendant l'épaule en guise de bélier, il se ménagea quelques mètres d'élan et, d'un geste souple et puissant, s'élança pour défoncer une porte ouverte. Celle-ci opposa forcément beaucoup moins de résistance que prévu, et le malheureux finit sa course, assommé dans le mur d'en face et maudissant la fourberie de ses ravisseurs.

********

Une fois Galadriel maîtrisée à grands coups de hache Orc +3, le comité d'urgence entreprit de faire l'inventaire des pertes. Lomega avait fui comme un dément, Scytale avait été enlevé par l'association étonnante d'un câble d'aspirateur et d'un lave-vaisselle, sûrement commandés par z653z qui ne répondait pas non plus à l'appel.
********

Menelon fixa Galadriel avec une moue toujours aussi indéfinissable - le visage d'un melon n'étant pas particulièrement expressif - et se tourna vers Fladnag :
- Je comprends maintenant pourquoi tu étais si retourné ce matin grand chef ! Tu savais pour la possession de Galadriel, mais tu n'en as rien dit. Sugirva, Zogrot, fusillez-le !
L'Orc sourit de toutes ses dents pourries et balança une bonne salve de hachettes de guerre. Fort heureusement, un cascadeur se jeta dans la pièce à ce moment-là et s'interposa pour sauver le vieux mage.
- Tu aimes à ce point tuer Zogrot ?! s'écria Onirian dans un soudain accès de mélodramatisme.
- Oh oui ! répliqua celui-là dont la syntaxe s'enrichissait de jour en jour. Parfois, cela me rend si euphorique que je suis comme sur un nuage, et les rires jaillissent de ma gorge comme une fontaine gazouillante au grand soleil.
Le maître des lieux n'essaya pas d'en savoir plus sur la psychologie des peuples sous-terrain et reprit avec sérieux, plagiant une expression fétiche de Scytale :
- Mes amis, la situation part vraiment en...
- Misérables larves ! intervint une Galadriel fermement enchaînée, mais dont le bâillon venait de lâcher. Vous avez peut-être capturé cette hôtesse, mais jamais vous ne trouverez l'entrepôt 125N dans lequel je stocke mes fraises Tagada mutantes... Niaaaahahahark !
- En effet, lâcha Fladnag, nous sommes perdus.
- Cela ne te sauvera pas vieux fou, lança le Melon en roulant jusqu'au fauteuil central qu'il ne réussit bien sûr pas à atteindre. Pourquoi ne pas nous avoir fait part de la trahison de Dame Galadriel ?
- Je ne dirais pas trahison mais possession, rectifia le vieux Mage.
- 'pas le moment de jouer avec mes nerfs vieux fou ! J'ai la tête comme une pastèque ce soir. Réponds à la question ou tu seras fusillé, hurla-t-il à voix basse.
- Je connais les méthodes... radicales de Scytale, et je n'avais pas envie qu'il décide de stériliser les bois de Lorien de l'improbable présence de l'Entité à coups de Napalm.
- " Radicales ", " radicales "... Pourquoi pas brutales tant que tu y es ? Sache que je ne prendrai aucun plaisir à bombarder la Lorien ce soir même, mais puisque c'est mon devoir...
- Alors c'est l'adieu à la Forêt Dorée ? murmura tristement Fladnag.
- Mais pourquoi pas la Montagne du Destin ? hasarda bêtement Onirian qui avait toujours trois concours d'avance.
- Mais bien sûr ! s'écria Sugirva dans un éclair de génie aussi fulgurant qu'inattendu, compte tenu de sa masse cérébrale de bovidé. La montagne, l'entrepôt 125N des quais de Faeries City ! C'est sûrement là qu'à lieu le trafic de fraises Tagada et qu'ils retiennent Scytale !
- Attention, suggéra Menelon. Désormais, dans un souci de confidentialité, nous ne dirons plus " Tagada " mais " Tsoin tsoin ". Vous êtes bien d'accord ?
- Parfaitement, les pressa Fladnag, mais il faut libérer Scytale. Qui sait ce qu'il peut advenir de lui, seul dans un entrepôt de fraises Tsoin tsoin ?
© Par Scytale le Jeudi 20 Décembre 2001 à 20H37

11. Projection mentale
- Alors Lomega, tu penses que c'est grave ? On va réussir à le sortir de là ?
- Je ne sais pas Onirian, même les décharges répétées de notre grille-z653z-pain préféré n'ont pas eu d'effet...
Personne n'avait compris... Alors que tout le monde était réuni pour trouver une solution, Scytale avait été pris de tremblements et était tombé en catalepsie. Grâce à l'action conjointe d'Onirian et Lomega, les pensées du Tleilaxu avaient pu être projetées sur un mur, afin de comprendre ce qui s'était passé. Et apparemment il revivait en boucle la même scène, continuation de la première chimère de l'Entité.
- Il n'a probablement pas tenu la pression...
Menelon, qui n'avait pas dit grand-chose jusqu'à présent, prit la parole :
- Je pense qu'il est possible de lui faire recouvrer ses esprits... Chacun de nous a des pouvoirs bien spécifiques. Je pense qu'une bonne utilisation conjointe devrait suffire. Onirian, place-toi derrière-lui ; tu vas lui projeter des images de son vrai " moi ". Lomega, devant ; c'est à toi qu'il va appartenir de ramener l'étincelle qu'Onirian va tenter d'éveiller. Les autres, avec moi, autour, on va former une chaîne de catalysation. Fladnag, tu te charges de diriger l'amplification. Tout le monde est ok ?
Une série de " prêt ! " fut lancée à l'unanimité, et l'incantation commença...
" Oyen tin mi delam nos terrim sacrif tuni elin moyin maelos tenamok...
Le corps de Scytale fut pris d'une convulsion soudaine. Heureusement Zogrot, qu'étrangement personne n'avait songé à mettre dans la chaîne d'amplification, sauta sur lui pour le maintenir. Toujours aussi étrangement, mais quelques secondes plus tard, malgré ses convulsions, Scytale ne pouvait plus bouger.
La ronde des souvenirs commença à affluer... Le visage de Scytale se transformait sans cesse, passant d'une hideuse expression de souffrance à la béatitude d'un sourire.
" ... fleuriste ... Alia ... épice... Arrakis ... FBI ... Galadriel ... le peuple ... concours ... bienvenue ...
- Ca y est je l'ai ! s'écria Lomega.
Son visage se plissait d'une intense concentration, tandis que celui d'Onirian témoignait de l'effort qu'il venait d'accomplir, surtout à la vue de son passable affaiblissement. Chacun espérait... de plus en plus.
Un cri inhumain sortit soudain de la gorge de Scytale.
- Hiiiiiiiiiiiiiaaaaaaaarrrrrrrrkkkkkkkkkkkkkkkkklfjdsgfzejohjfzlkejhfzklefjz !
Une ombre sortit de Scytale, laissant un corps inerte sur la table.
C'était fini.
Le Tleilaxu ouvrit lentement les yeux...
- Où suis-je ? dit-il d'une voix faible... et que faites-vous ici ?
- Tu es revenu de loin, répondit Menelon, un sourire aux lèvres.

© Par Onirian le Vendredi 21 Décembre 2001 à 10H51

12. A propos du scénario
L'éditeur releva la tête avec un air soupçonneux. Au milieu de son salon se tenait un jeune sorbier qui avait la fâcheuse tendance à bouger beaucoup plus que ne le ferait un arbre normal en pareille situation.
L'éditeur avait senti que la journée serait très longue dès qu'il avait vu débarquer dans son bureau cet arbre parlant venu lui présenter un manuscrit rédigé par des auteurs qu'il représentait. C'était assez étonnant de voir un arbre défendre un bout de papier. Peut-être qu'il pensait déjà à ses vieux jours et à son nécessaire recyclage. Enfin, passons.
L'homme soupira :
- Dites, monsi... euh, enfin vous, là. Je ne comprends rien à ce manuscrit. En gros c'est l'histoire d'un type qui se shoote aux fraises Tagada et qui devient fou. A partir de là, il a des visions hallucinatoires peuplées de melons. Mais que vient faire le danseur d'opéra sur le retour qui s'est converti en sculpteur de masques de cire ? Et pourquoi engage-t-il un Minotaure et un Orc contre un paysan Elfe pour lui piquer sa fourche ?
- Euh, hum, ahoum, houm, hum, c'est vrai que c'est un peu brouillon par endroits. Houm, houm. Mais reconnaissez que ça fusionne d'idées et qu'avec un petit peu de réécriture, ça va faire un best-seller !
- Moui bof, à force de parler d'Anti-thé, on va s'attirer les foudres de tous les buveurs de tisane. Puis maintenant pour vendre faut du sexe ou de la violence. Si possible les deux.
- Ahum houm, mais il y a les deux ! Vous avez lu le passage où le Minotaure, l'Orc et la masseuse se retrouvent dans la piscine ?
- Ah non tiens, c'est où ? Il y a une gravure ?
- Et puis pour ce qui est de la violence, vous avez deux scènes terribles : le combat entre Sugirva, Zogrot et Telglin, qui aborde la thématique du sacrifice de l'amitié pour le besoin d'une mission dont dépend le sort de toute la filière de production des fraises Tagada. Sans parler de LA scène d'action où la plupart des protagonistes s'affrontent dans un maelström apocalyptique qui fait craindre la fin du monde.
- Moui, bof. Pas très visuel comme scène ; on voit rien.
- Oumf ahoum houm, c'est normal : z653z a fait sauter les plombs et l'absence de visibilité accentue la peur et la confusion.
- Plutôt obscur comme argumentation.
- Ahum, houm, hum. Je vous avais prévenu que cette histoire était sombre.
- Bon admettons. Qu'est-ce qui se passe maintenant ? Qu'est-ce qu'on fait ?
- Je vous serais très reconnaissant de m'arroser un peu la plante des pieds. J'ai fait un long voyage et je n'aime pas prendre racine chez des étrangers.
L'éditeur haussa un sourcil. Bah, après tout, il n'était plus à ça près. Il saisit le petit arrosoir vert qu'il gardait toujours dans le tiroir du haut pour les occasions de ce genre, et alla verser un peu d'eau sur les racines de l'arbre. Le sorbier s'ébroua de contentement et laissa tomber au passage quelques fraises Tagada de ses branches.
- Bon donc, reprit l'éditeur, qu'est-ce qui se passe ensuite ?
- Ahoum, houm, hum, oumf, houm, ahum, houm, houm, umf, Aho...
- Bon ça suffit vos bruitages !
- Excusez-moi j'ai un moineau dans le tronc.
- Eh bien faites-le sortir !
Le sorbier hoqueta et un moineau sortit du trou qu'il avait au milieu du tronc.
- Voilà voilà. Donc pour résumer le groupe est maintenant réuni et va tenter une action concertée contre l'Entité.
- Ah tiens ! Je serais curieux de voir ça.
- Tout va dépendre des plombs...

© Par Telglin le Vendredi 21 Décembre 2001 à 22H17

13. Nouvel objectif
Avec des yeux qui ne seraient plus siens que pour l'infini, l'auteur de ce début de phrase constata qu'elle était très mal partie.
Quand Telglin entra dans le bureau de Scytale pour s'informer de son état de santé, celui-ci contemplait avec horreur la date limite de conservation de son cerveau.
- Ne te tracasse pas pour ça, lança Telglin en souriant de toutes ses dents elfiques. On a tous nos petits moments où ça ne passe pas la barre. " Il pria pour que son interlocuteur ne cherche pas de sens à ce qu'il venait de dire et enchaîna rapidement : " Tout va bien donc ?
- J'ai l'impression que ça va aussi mal que quand je ne vais vraiment pas bien, répliqua-t-il en notant sur son agenda de ne pas payer le dialoguiste ce mois-ci.
- Je suis venu récapituler les récents événements avec toi, dit l'Elfe qui avait finalement décidé de ne plus lire son texte.
- Bien, Telglin, c'est un véritable bonheur que de t'accueillir en ce lieu de joie insondable après les insidieuses douleurs et les pertes t... Content de te voir vieux.
- Un litre de lait, deux boîtes de raviolis, des asperges et de la soude.
- Tu te trompes de texte Telglin ! ricana Lomega qui entra en claquant la porte, suivi du Melon, du magicien retourné, d'un rêve et d'une reine Elfe.
Zogrot et Sugirva sortirent à leur tour des placards dans lesquels ils s'étaient cachés pour veiller sur le sommeil du Tleilaxu, et prirent place avec les autres autour de la majestueuse table tournante en chêne massif d'Arrakis. ( planète sur laquelle il est suffisamment rare de voir pousser un arbre pour qu'on l'abatte tout de suite en guise de souvenir - ce qui, avouons-le, ne favorise pas sa prolifération. Note du planétologue )
- Bien. Mes amis, commença Menelon, mettons les choses au point. En tant que Conseiller Stratégique et bras-droit du président du FBI, momentanément affaibli, je prends les commandes et vais tâcher d'éclairer vos lanternes défectueuses. Madame, si vous le permettez...
Galadriel acquiesça, et sortit son miroir pour se repoudrer le nez. Fladnag regarda par-dessus l'épaule de la Dame dans ledit miroir, constata que l'avenir ne lui réservait rien de palpitant pour les dix minutes à venir, s'enroula le visage dans la barbe et s'endormit.
Le cucurbitacée reprit : " Malgré sa semi-inconscience, Scytale n'a pas raté grand-chose de ce qui s'est produit ce matin. Mis à part la fuite de z653z à l'aide de la machine lav...
- Du lave-vaisselle, rectifia Sugirva en grattant la bosse qu'avait laissé la poignée du compartiment en heurtant son crâne.
- Bref, suite à l'interrogatoire de Fladnag, nous avons réussi à exorciser Galadriel à grands coups de pieds dans le... Avec beaucoup de persuasion. Lomega nous avait retrouvés avec Telglin qu'il avait libéré grâce aux courts-circuits de z653z. Quand nous nous sommes écriés que ce dernier ne pouvait pas être ici et là-bas, la nuit est tombée, un orage a grondé et les deux z653z ont refusionné dans un éclair aveuglant, caractéristique des résolutions de paradoxes spatio-temporels. En ce qui le concerne, la situation est donc réglée mais nous n'avons pas encore eu signe de vie du lave-vaisselle...
Scytale et Lomega avaient depuis longtemps décroché et étaient lancés, comme d'habitude, dans un grand débat mystico-cinématographique. Telglin délogea z653z du téléphone et appela le service de théologie pour se faire livrer huit infusions à domicile. Onirian fit comme si de rien était et enchaîna :
- Mis à part la lamentable expression de ses fantasmes de séquestration, le cauchemar de Scytale nous aura au moins appris une chose : l'emplacement de la base secrète de l'Entité, là où se livre le trafic de fraises Tagada russes. En prenant le contrôle du cerveau torturé de notre pauvre Danseur-visage, cette chose a sous-estimé nos capacités et n'avait sans doute pas prévu que nous parviendrions à percer à jour les pensées de sa victime.
Galadriel choisit ce moment pour sortir de son mutisme et se leva :
- Je vous remercie pour cette salutaire mise au clair. A partir de maintenant, je prends les choses en main.
Alors que des protestations allaient s'élever, elle les fit taire d'un sourire radieux dont même Lomega ne parvint à se protéger, et se rassit avec grâce.
- Bien sûr, je peux compter sur votre soutien..., susurra-t-elle avec une sensualité qui déclencha l'alerte incendie. Ce n'était même pas une question. " Menelon, il n'est bien entendu plus question de bombarder la Lorien mais j'aurais besoin de votre esprit aiguisé pour planifier notre action. Je vous écoute.
- Pour ce travail, nous avons besoin d'une experte, répondit-il. Je suggère d'envoyer Estellanara en reconnaissance à l'entrepôt. Si elle est capturée, je lui fais confiance pour amadouer une armée de marins russes sevrés de chair fraîche.
L'intéressée entra à ce moment précis et se fit justice elle-même en tranchant vicieusement un quartier de Menelon. Ne pouvant toutefois résister à ses pulsions de médecin, elle stérilisa la plaie d'un doigt de Porto. L'incident fut oublié et la nouvelle venue prit place à la table.
La réunion prit fin sitôt les objectifs fixés et l'assemblée se dispersa joyeusement aux quatre vents.
Estellanara se rendit à l'entrepôt et collecta un grand nombre d'informations stratégiques vitales concernant les systèmes de défense de l'Entité, ses points faibles et la prophétie de destruction du monde prévue pour le surlendemain à 8h00 précises, mais fut repérée par une bande de marins qui sortirent aussitôt katanas, fusils d'assaut AK47 et pâtes de lapin. Après une haletante scène d'action que n'aurait pas renié John Woo dans ses meilleurs moments, pleine d'héroïsme et de sueur, de ralentis et autres effets de stop motion que la direction ne pourra, hélas, vous diffuser pour cause de restrictions budgétaires, Estellanara fut capturée, au son d'une musique dramatique, sous les yeux humides de son mari, ses enfants et d'un lave-vaisselle qui passait par là.
Quand elle regagna le siège du FBI, Estellanara fut accueillie à bras ouverts par Zogrot, qui avait craint de ne plus jamais revoir sa masseuse préférée. Scytale l'accueillit de façon plus professionnelle et fit mine de ne pas avoir remarqué la fraise Tagada qu'elle avait maintenant plantée au milieu du dos. Il l'envoya en salle de repos et réunit un petit comité d'urgence.
- Il faut l'éliminer tant que nous le pouvons, suggéra Lomega.
- Pas question ! " objecta Sugirva, sans autre but que de contredire quelqu'un. Sa position d'exécuteur lui donnait le privilège de ce genre de remarque.
- Il a raison, appuya Menelon. On ne va quand même pas fusiller Estellanara à la hache avant de savoir ce qu'elle a appris là-bas !
Onirian se prit la tête dans les mains, maudit ce monde de violence et de haine et replongea dans un rêve doux et bucolique, peuplé d'anges tout nus et de petites filles en robes roses. Galadriel fit alors jouer sa nouvelle autorité et affirma d'un ton qui n'appelait aucune objection :
- Tant que l'Entité est en Estellanara, nous sommes assurés de ne pas être possédés en même temps. Laissons-lui croire que nous n'avons rien vu et poursuivons le déroulement des opérations.
- Réjouissez-vous, si elle m'avait possédé, vous ne seriez sûrement que poussière à l'heure actuelle, ajouta Lomega avec une modestie qui ne surprit personne.
- z653z, tu te glisseras dans sa montre pour ne pas la perdre de vue, conclut la Dame de Lorien. Souvenez-vous messieurs, rien ne doit entraver la bonne marche de la V.3. Si nous ne récupérons pas ces Tsoin tsoin contaminées au plus vite, c'est l'équilibre cosmique du Multivers tout entier qui est en jeu !!
Un brusque et fortuit fracas de tonnerre vint appuyer son propos.

© Par Scytale le Samedi 5 Janvier 2002 à 23H14

14. Conspiration
L'ambiance de la salle secrète était des plus joyeuse. Une musique entraînante et rythmée qui provenait d'une radio s'élevait dans toute la pièce. Sugirva, Scytale et z653z étaient en train de danser joyeusement le Twist, tandis que Lomega les regardait se démantibuler le corps dans une chorégraphie endiablée, tout en mangeant des toasts et des fraises Tagada à s'en attraper la colique. Le Courant Electrique s'était matérialisé sous la forme d'une énorme sphère lumineuse qui jetait des reflets bleutés dans toute la salle secrète, à tel point qu'on se serait cru dans la fièvre du samedi soir avec John Travolta. D'ailleurs Scytale n'avait pas pu résister à l'envie de ressortir sa chemise pelle à tarte et son pantalon patte d'éléphant. Ayant le rythme dans la peau, z653z avait fini par prendre l'apparence d'une silhouette humaine lumineuse et translucide, pour pouvoir se trémousser sur la musique envoûtante de Thierry Azard.
" Et on a dansé le Jerk ! ! ! "
Et voilà Sugirva qui improvisait une danse érotique n'ayant aucun rapport avec le thème de la chanson. Parfois il poussait un rire niais, presque hystérique, lorsqu'il apercevait Scytale à travers le corps transparent et immatériel du Courant Electrique en transe.
Soudain la musique s'arrêta et la page de publicité succéda aux informations :
- Bonsoir Mesdames et Messieurs de toutes races, amis de la Terre du Mélange. Ce matin un crime odieux a été perpétré dans la Forêt Hypersombre. Un Nain aurait assassiné un Elfe parce que celui-ci chantait trop fort et empêchait ledit Nain de réfléchir. Après enquête, il s'avère que l'Elfe du nom de Lagodasse avait effectivement chanté trop f... Bam !
- MUSIQUE ! cria rageusement le Minotaure en désintégrant le poste à grands coups de sabots. MOI, JE VEUX DANSER ! ! !
- Du calme Sug', lui dit Scytale. Ne gâche pas notre fête.
- Désolé. Mais c'est chouette quand même, c'est nous les plus méchants HAHAHAHA !!!
- Ouais ! C'est vrai ! s'extasia le Courant Electrique en reprenant la forme d'une simple sphère.
- J'avoue que l'on forme une bonne équipe de méchants ! ! ! renchérit Scytale en se recoiffant.
- C'est quand même bien d'être le plus Méchant, ajouta pensivement Lomega en gobant une fraise Tagada.
Soudain le Tleilaxu en mode années 70, le Courant Electrique, et le Minotaure se retournèrent vers Lomega qui montrait un visage surpris.
- Qu'est-ce qui se passe les gars ? s'enquit-il.
- Tu oses dire que c'est toi le plus méchant ? ! s'écria z653z. C'est moi qui me suis dédoublé et qui ai réussi à faire croire que c'était Galadriel la coupable ?
- Hep Hep vieux courant débile ! intervint Scytale. D'abord tout le monde a compris que ce n'était pas elle et d'une, et puis moi j'ai réussi à faire croire que l'Entité m'avait pris aussi, sauf que c'était pas vrai. Donc c'est moi le plus méchant !
- Heu moi j'ai tapé Telglin et j'ai tapé Fladnag aussi, dit fièrement Sugirva. Et... Euh... En fait j'ai tapé tout le monde, donc c'est moi le plus méchant ! HEUHEUHEU !
- Non toi t'es bête, lança Scytale avec dédain. Un Minotaure ça ne comprend rien.
- Oh du calme les gars j'ai jamais voulu dire que je SUIS le plus méchant. Quoi que... Je pense que ça doit être vrai. C'est qui le premier à avoir foutu le bordel dans l'histoire que du coup plus personne ne sait où on en est ?
Soudain un Elfe auquel plus personne n'avait fait attention, sortit de sous la table et roula jusqu'aux pieds du Minotaure, une bière à la main. " Hips ! Faites excuse... Hips ! Mais c'est moi que je suis le plus mézant... méssant... léchant... Hips ! Heu... vilain. RHÔ ! Pardon Hips ! Parce que c'est moi que j'ai fait les fraiches Tazaza... Adada... Hips Tabada... Bref les tzzzzzzoin tzzzoin... RHÔ ! Hips Repardon.
- Non c'est moi ! ! s'exclama Lomega en tapant nerveusement du pied.
- Bah on est tous les cinq les plus méchants, conclut le Courant Electrique. C'est vrai quoi. Personne ne nous soupçonne, et en plus on fait partie du FBI, donc on sait tout ce qui se passe. Scytale a pu ainsi monter de fausses opérations et faire croire que l'on a tout tenté pour sauver la Terre du Mélange. Si tout ça c'est pas méchant...
Soudain des sanglots s'élevèrent dans la salle. " C'est beau c'que t'as dit z653z, dit le Minotaure en séchant ses larmes. T'es un poète.
- Hips ! Refaites excuse, mais qu'est-ce qu'on fait maintenant... Hips ? Y a plus de bière dans la maijon... Hips ! Pardon. La maison.
- Encore pété l'Elfe ? demanda Scytale. Quelle décadence. Si Galadriel te voyait...
- Elle me Hips !... Pardon. Botterait le ful... le cul... Hihihi...
- Bon si on reprenait notre fête des méchants ? proposa Lomega qui en avait marre de ne pas arriver à être le plus méchant.
- Ouais Ouais ! s'exclama le Minotaure, et là-dessus il fit des claquettes avec ses sabots pour montrer sa joie.
Scytale alla chercher sa chaîne Hi-fi dernier cri avec ses 600 Watts de puissance, et mit la Lambada.
Tous se mirent à danser avec sensualité, tandis que Telglin, toujours allongé sur le sol, semblait apprendre à nager plutôt qu'à danser.
Lomega dans son coin, ruminait sa vengeance. " Un jour je montrerai à la Terre entière que c'est MOI le plus perfide et le plus méchant du monde ! ! MOUHAHAHAHA ! ! Non mais faut pas déconner !

© Par Lomega le Mercredi 9 Janvier 2002 à 16H40

15. La bataille
Lomega se releva en criant.
Il avait le visage aussi rouge qu'après une séance d'abdos-fessier et suait à grosses gouttes. " N...Non " articula-t-il, en faisant un effort conscient pour délivrer sa langue de l'étreinte implacable de sa mâchoire.
Si elle avait eu des yeux, il aurait juré que l'Entité le regardait en ce moment même, le fixait même. Il sentait l'invincible volonté dans son esprit, l'intrus dont il ne pouvait se défaire - à l'affût.
Tout avait mal tourné après le conseil stratégique improvisé en comité restreint. z653z avait soudain disjoncté, et tous étaient tombés par terre en se tordant de douleur, la tête entre les mains.
Tous sauf Onirian, comme subjugué... Non, possédé était le terme qui convenait le mieux. Le Maître des Illusions se tenait debout entre ciel et terre, rigide comme un concombre gelé - qui sait pourquoi c'est cette métaphore qui lui était venue - et semblait clairement en transe.
A la douleur fulgurante qui lui avait alors traversé le cerveau, Lomega avait compris qu'Onirian était à son tour possédé, et les halètements d'angoisse qui venaient de ses compagnons tombés ne laissaient aucun doute sur le supplice qu'il leur faisait endurer. L'Entité se servait du Seigneur des Rêves pour confronter les Faeriens à leurs pires frayeurs et cauchemars secrets. Pris par surprise, Lomega ne put s'esquiver mentalement et encaissa de plein fouet l'assaut télépathique. L'effet ne se fit pas attendre...
Ainsi, lorsqu'il émergea quelques secondes plus tard, dans un terrible effort de volonté qui lui tordit les tripes, lui fit bouillonner le sang dans la face et suer comme un Orc, Lomega avait encore la tête pleine de variété des années 70 et se remémorait, bien malgré lui, les visions d'horreur qu'il avait dû affronter, à base de Danseur-visage en pantalon pattes d'éléphant, de danse sexy bovine et de concours de gobage de fraises Tagada. Il se demanda avec anxiété si c'était là le contenu profond de son inconscient, mais préféra porter son attention sur des problèmes plus urgents. Pour l'heure, il s'était libéré de l'emprise de l'Entité, mais il ignorait combien de...
Une nouvelle vague d'énergie mentale pure balaya son esprit et lui retourna cruellement le psychisme... Il banda les muscles virtuels de son lobe télépathique, serra les dents et s'apprêta à riposter mais l'ennemi, conscient de ses moindres pensées, intervint dans le bref laps de vulnérabilité et le toucha si durement qu'il s'écroula face contre terre.
" Un nouveau cauchemar, un nouveau cauchemar, un nouveau cauchemar... " se répétait-il inlassablement tandis qu'il traversait les brumes impalpables de l'inconscience vers les strates mystérieuses de son intimité cérébrale.
- Non ! C'est réel ! " Bien qu'il s'entendît hurler, aucun son ne sortit des lèvres de sa dépouille charnelle évanouie.

********

Lomega se releva péniblement. Il faisait si clair ici, et quel bruit ! Il recula vivement en contemplant le panorama qui s'offrait à lui, constitué de majestueux grand huit et autres attractions infantiles, mais le murmure d'admiration qu'il s'apprêtait à émettre s'étrangla dans sa gorge, au moment où il vit une meute de gamins de deux à huit ans se précipiter vers lui en riant. Il suivit leur regard, ce qui l'amena à se contempler lui-même (chose facilement réalisable dans un rêve) et constata avec horreur qu'il était désormais recouvert d'une épaisse fourrure brune et soyeuse. Il devait bien se rendre à l'évidence cette fois : il était Bisounours, l'ami des tout-petits, le calinou des bouts de chou, pour le bonheur des enfants et des parents. Il voulut reculer vivement pour esquiver l'étreinte d'un des marmots, mais son corps lui désobéit effrontément et enlaça chaleureusement l'enfant.
- Raah ! Lâche-moi, pourriture infecte ! " lâcha-t-il, mais à sa plus totale stupéfaction, il s'entendit prononcer avec une atterrante niaiserie : " Moi aussi, je t'aime !
- Je vais t'écraser petite ordure ! " cracha-t-il, ce que sa bouche d'ours interpréta librement en : " On va bien s'amuser !
- Nooonnnn !... " Lomega ne savait plus quoi faire, il était clair qu'il ne désirait pas s'enfuir mais partager des moments de tendresse unique avec... " Mais non, je suis Méchant ! Le PLUS Méchant !! " Lui qui était désormais si gentil et mignon.
Cette fois, il s'entendit hurler.
********

Scytale s'avança à travers les murs antiques du château, en réfléchissant insouciamment à ce qui passait par la tête d'un photon durant les huit minutes quarante de voyage qui séparaient le soleil de la terre.
De ce lieu vénérable semblait s'élever un parfum unique de sérénité, un calme si reposant, si ressourçant...
- Allez m'sieur, on y va, lui lança une voix guillerette, un mètre plus bas que la normale.
Il baissa les yeux et tomba genoux à nez avec un petit être souriant qui lui tendait un trousseau de clefs. " Venez m'sieur, le karaoké va commencer sans nous et le fort est grand. On va encore devoir courir comme des abrutis. Allez, on y va, et n'oubliez pas votre brosse à dents.
Le Nain partit en trottant, suivi du Tleilaxu qui se demandait tout de même où cela allait le mener. Ils traversèrent une cave pleine d'araignées, une salle au trésor, bousculèrent un vieillard avant qu'il ait le temps de les énigmer et passèrent le pont-levis qui, au lieu de les mener directement en pleine mer, les transporta au beau milieu d'un Loft où se déroulait une sacrée soirée.
Il répondit à quelques questions ardues sur la couleur des schtroumpfs et les dates d'éclosion de la pintade sauvage, tourna une énorme roue bariolée et voulut gagner des millions.
" Une glorieuse carrière de présentateur vous attend mon ami ", lui glissa la doublure d'Arthur, qui était entrée en sautant sur des échasses et des ballons remplis d'eau.
Scytale sourit, arborant une dentition impeccable qui lui avait valu le prix Colgate 2001 et s'apprêta à...
Dehors, la foule grondait. D'un murmure croissant et obsédant. La porte fut forcée et le malheureux Danseur-visage fut saisi par le Public, le Vrai cette fois, et immolé sur la place publique. Personne ne se soucia de ses hurlements.
********

Quand Galadriel voulut se connecter à Faeries par son client FTP pour effectuer la mise à jour tant attendue, elle fut surprise et contrariée de se voir refuser l'accès pour cause de login et mot de passe erronés. Toutefois, ce ne fut rien en comparaison du choc qu'elle éprouva en lisant sur le Faerium :
" Forum créé et administré par Sauron "
********

Zogrot fut lavé, gratté et récuré jusqu'à ce qu'il soit " plus blanc que blanc ", sans la moindre petite touche du vert qui le rendait si fier. Son clan le rejeta, Estellanara fit vider la piscine et ses mouches le quittèrent pour un hôte plus odorant.
********

Sugirva fut rasé de haut en bas, on lui peignit des taches noires et on lui greffa un pis et une cloche. Pour la première fois, il éprouva une sérieuse appréhension en voyant avancer le taureau...
********

Victime d'une surtension, z653z se retrouva prisonnier dans le vibromasseur de Jeanne Calment. Dans l'espace, personne ne l'entendit crier.
********

Fladnag, toujours aussi à l'envers, réalisa avec effroi qu'il avait mis sa culotte à l'envers, c'est-à-dire à l'endroit.
********

Le Telglin s'écoula lentement près des berges de la Faeries Bay et finit lamentablement dans une station d'épuration dont il ne ressortit rien.
********

Menelon, enroulé dans une jarretelle, se retrouva au milieu d'une salle de cinéma, bombardé d'eau et de riz.
********

Pour Onirian, l'effort était intense, mais il ne fut pas vain. Alors que l'Entité était occupée à orienter ses victimes dans des cauchemars sordides, le Maître des Rêves reprit soudain le contrôle et concentra toute sa volonté dans un effort désespéré pour s'abolir de l'emprise de la chose. Il parvint à bouger le bras, à le diriger même, et arracha soudain la fraise Tsoin tsoin qui lui avait été implantée. Cela lui causa une douleur si vive qu'une brusque poussée d'adrénaline psychique déferla en lui et lui permit de chasser définitivement l'intrus de son esprit. Cela eut pour effet immédiat de faire revenir tous les dormeurs à eux, mais c'est aussi ce moment que choisit Estellanara pour attaquer.
Presque dans le même mouvement, d'une incroyable célérité, elle shoota dans le Melon, balança un vicieux coup de genou dans l'entrejambe de Scytale, retourna Fladnag et assomma Lomega. Au même moment, le lave-vaisselle fit irruption en traversant une cloison pourtant à l'épreuve des poignées de compartiment, et engloutit Galadriel, le temps d'un claquement de couvercle.
- Tu dis de la merde ! s'exclama z653z dans un grésillement de câble de lave vaisselle en fusion.
L'assaut électrique fut fatal à l'appareil ménager qui émit un borborygme digestif peu ragoûtant avant de s'affaisser sur le parquet. Scytale se releva souplement, visiblement nullement affecté par le coup qu'il venait de recevoir.
- Tu oublis que je suis asexué ! s'écria-t-il en sautant à la gorge d'Estellanara.
Mais l'irréparable était déjà commis et Sugirva... enfin disons que... Sugirva... serait un problème à régler d'urgence à l'issue du conflit.
Tandis que l'Elfe possédée se débattait comme une démente, Telglin surgit de nulle part avec ce qui ressemblait bigrement à un fusil à fraises Tagada. Il tira, toucha, et la jeune femme s'écroula en poussant un petit soupir Lara-Croftien.
- Tu l'as tuée ! brailla Zogrot, prêt à la venger sur-le-champ.
- Non non !! s'empressa de dire Telglin. Ces fraises sont juste polarisées positivement, elles contrecarrent les effets néfastes des fraises russes modifiées !
- Mais l'Entité nous échappe une fois de plus... soupira Scytale. Tant qu'elle aura un abri dans cet entrepôt, nous serons impuissants et...
Un léger grattement métallique se fit entendre et tous les regards valides se portèrent sur le lave-vaisselle.
© Par Scytale le Mercredi 9 Janvier 2002 à 21H32

16. Nous interrompons nos programmes
- Ils ont pas l'air bien, dit Sugirva en regardant d'un air bovin Scytale et Lomega tranquillement assis devant le poste de télévision.
- Ca devrait passer, rassura Estellanara en prenant songeusement le pouls des deux téléspectateurs. Ils ont simplement succombé à un syndrome bien connu : l'intoxication par l'image.
- Quand même, tomber en extase devant le Gluon de Télé-chat en plein milieu d'une bagarre, ça fait désordre, commenta Zogrot qui moulinait l'air de son arme avec un air évident de frustration.
- Bon, qu'est-ce qu'on fait maintenant ? demanda Telglin avec son fusil Tagada encore fumant sur l'épaule.
L'Elfe avait à peine eu le temps de finir sa phrase qu'une ampoule éclairée se matérialisa en plein centre de la pièce :
- J'ai une idée ! s'exclama z653z.
- Ca on avait vu, rétorqua le Melon en sortant ses lunettes de soleil, son short hawaïen et sa planche de surf.
- Et si, continua z653z, nous courrions tous dans les chaumes avec de grands dragons mouillés ?
- Ca y est, il a encore disjoncté, soupira Galadriel en débranchant la prise.
L'ampoule s'éteignit dans un grésillement, suivie par la télévision.
Scytale restait toujours prostré devant la télévision éteinte ; son visage changeait sans arrêt de forme, prenant souvent l'aspect d'une sorte de chat noir. Sans doute un effet secondaire chez les Danseur-visage de la persistance rétinienne.
Lomega quant à lui se réveilla et repartit à la conquête de son titre de Méchant sérieusement mis à mal par l'Entité. Il décida de frapper un grand coup et saisit la planche de surf du Melon pour la lancer sur Galadriel.
Mais, comme par enchantement, planche de surf et Lomega disparurent d'un coup sous les yeux ébahis des personnes présentes.
- Ca alors ! s'écria Sugirva.
- Ca alors ! s'écria Sugirva.
- Ca alors ! s'écria Sugirva.
- Ca alors ! s'écria Sugirva.
- Ca alors ! s'écria Sugirva.
( Zogrot donna un coup de massue sur le prompteur pour le remettre en route, ce qui eut pour effet de le casser et de priver Sugirva de la suite de son texte )

********

- Euh qu'est-ce qu'on fait maintenant ? redemanda Telglin.
- On n'a qu'à improviser, répondit le Melon en tournant sur lui-même - émettant ainsi une circulaire.
- D'accord, obtempéra Sugirva. Alors Zogrot, j'ai besoin de toi parce que tu es un pro.
- Hein ? Pourquoi ? Tu vas pas me faire un autre enfant dans le dos au moins ?
- T'occupe. Mets-toi au milieu, voilà. Maintenant, tous les autres mettez-vous en rond autour de lui avec chacun un objet dans la main.
- Ouah, cool, on va faire un jeu, s'enthousiasma Estellanara. Qu'est-ce qu'on gagne ?
- Un Zogrot en kit, répondit Sugirva.
- Ben moi je l'ai en entier, soupira Estellanara.
- Plus pour longtemps, ricana Sugirva. Allez-y, lancez ce que vous avez dans les mains sur ce foutu Orc !
Les autres s'exécutèrent en se disant qu'en cas d'accident, ils mettraient tout sur le dos du Melon qui, après tout, avait eu le premier l'idée de viser un pro.
********

Le prompteur s'étant remis en marche, les héros purent reprendre le cours normal de leur histoire (il était temps) et commencèrent par s'interroger sur la nécessité de s'inquiéter de la disparition de Lomega. Etant tombés d'accord sur le principe que Lomega, à force de vouloir être le Méchant, était forcément de mèche avec l'Entité maléfique, ils décidèrent de s'inquiéter pour... le Melon.
Celui-ci commençait à virer pastèque parce qu'il s'était fait piquer sa planche de surf.
Une nouvelle quête se profilait donc à l'horizon : il convenait à présent de trouver la clé qui ouvrait le coffre qui contenait la carte, qui indiquait la maison, qui renfermait la malle, qui cachait le trésor, qui financerait l'achat d'une nouvelle planche de surf pour dédommager le Melon.
© Par Telgin le Jeudi 10 Janvier 2002 à 22H49

17. Bas les masques
Le scénariste se prit la tête dans les mains en maudissant la perfidie de Telglin, qui avait pris un malin plaisir à foutre la trame en l'air. Il décida alors de s'en tirer par un rebondissement scénarique aussi lâche que douteux.
Le lave-vaisselle émergea de son cauchemar en hurlant - d'un hurlement de lave-vaisselle bien entendu, à savoir un simple "Bip".
Sa porte s'ouvrit à la volée, libérant un flot d'eau sale et une reine de Lorien.
Aux pieds de Scytale, reposait la dépouille d'un Sugirva en piteux état. Il se releva péniblement et capta le regard paniqué du Tleilaxu avec une incompréhension toute bovine.
- Bah... Pourquoi t'as rasé tes poils ? demanda Onirian qui venait de revenir à lui et n'avait pas encore saisi l'horreur de la situation.
Sugirva le fixa avec une intensité qui aurait presque pu passer pour de l'intelligence et pensa enfin à regarder son bras. Il était nu. Zogrot eut juste le temps de rattraper le Minotaure et le coucha par terre.
- J'ai tout vu ! intervint Lomega. Quand il a vu Estellanara lui foncer dessus, les yeux rouges et flamboyants comme des fraises Tagada incandescentes, il a eu comme un choc émotionnel et ses poils sont tous tombés... réaction épidermique courante chez les Minotaures en captivité, je le crains.
Tous louèrent son érudition, mais s'accordèrent sur le fait que la situation devenait de plus en plus merdique.
Estellanara émergea enfin de la torpeur dans laquelle l'avait laissé le fusil de Telglin, et réclama aussitôt la piscine. On la lui amena donc en urgence et elle fut remise d'aplomb en quelques brasses.
Nounou entra à ce moment-là, cracha son dédain ainsi que quelques parasites bactériologiques à l'assemblée et jeta une missive à la figure de Scytale.
- Hum... fit-elle sobrement avant de tourner les talons.
Tandis que les autres s'approchaient, Scytale choisit de lire la lettre à voix haute avant d'être comprimé sous une marée non-humaine.
- C'est une lettre anonyme ! s'exclama-t-il. Elle a été écrite par un collage astucieux de plein de lettres du forum découpées çà et là dans les messages.
- Il a dû y passer la journée... murmura Lomega.
Après un petit couinement du Melon sur lequel Galadriel venait de marcher et un grognement abdominal de Zogrot qui avait manifestement manqué un repas le temps de la scène d'action, Scytale reprit :
- Je lis :
" Hahaha... Bande de niais, v... vous ne pou...vez rien contre mon pou...voir, je vais...vous... écra... "
Le Tleilaxu avait manifestement beaucoup de mal à prononcer les "V".
Excédée, Galadriel lui arracha la lettre des mains et poursuivit :
" ...écraser comme de misérables blattes larvaires et impotentes, nourries à la farine de viande, tout juste bonnes à récurer... "
- Je vous passe les insultes, coupa-t-elle.
" Vous ne pourrez jamais me démasquer, je vais liquider toutes mes fraises Tagada dans le monde entier et prendre le contrôle de la planète.
Bien à vous,
Yasbane. "
- Le con !... s'exclama le Menelon.
Lomega ne put réprimer un sourire acerbe mais revint vite à la réalité :
- Il va donc falloir le liquider, annonça-t-il froidement.
- On n'a qu'à faire comme pour le suicide de JFK, proposa Scytale. Avec des Sniper et...
Personne ne releva, mais Onirian le coupa brutalement :
- Je crois que je sais où le trouver, dit-il.

© Par Scytale le Vendredi 11 Janvier 2002 à 20H30

18. La lutte
Les préparatifs furent faits avec la précision et la technicité sans faille d'une grande et ancestrale organisation, et MithrandiL, qui avait perdu à la courte Papaye, fut envoyé en mission de reconnaissance suicide.
Il revint le lendemain, deux fraises Tsoin tsoin plantées dans le dos que personne ne remarqua et fit son rapport à l'ultime assemblée pré-assaut :
- La cible est bien à l'entrepôt maritime messieurs, je l'ai trouvée complètement bourrée dans un sauna, avec une prostituée, ainsi que onze mineurs, et deux évadés de prison, trois kilos de cocaïne, douze mitraillettes de contrebande et le tout dans un appartement payé à même les fonds publics, dans le quartier le plus cher, propriété de la mafia, des nazis, et des terroristes, dans l'exercice de ses fonctions, stationnée en zone interdite à cinq reprises. Il a l'air aussi possédé que moi, euh... Je veux dire : il a l'air totalement possédé.
Scytale le remercia, le congédia poliment et reprit avec application :
- Messieurs Dames, Elfes, Orc, Minotaure et Courant Electrique, l'attaque finale est maintenue pour ce soir sans faute. Je ne pense pas que nous ayons affaire à un simple possédé mais à l'Entité elle-même cette fois.
- Alors Yasbane est vraiment un génie du mal ? demanda Onirian, visiblement incrédule.
- Je le crains... Souvenez-vous de la lettre anonyme signée, appuya Menelon, du haut de sa chaise rehaussante.
Quelques regards pathétiques furent échangés, des mots d'encouragements plus angoissants qu'autre chose, quelques grigris Orc et le grand-conseil du Faeries Bureau of Investigation se dispersa en attendant l'heure fatidique.
Arrivés à l'entrepôt, l'assaut fut fulgurant et d'une rare inefficacité ; les coups répétés dans une porte plus blindée que prévu ayant eu dix fois le temps de donner l'alerte.
Mais ce ne fut qu'un Yasbane sans arme personnelle qui vint leur ouvrir, en peignoir, les yeux hagards, visiblement passablement explosé au Kir royal.
- C'est quoi ce bordel ? lança-t-il en contemplant ce qui aurait éventuellement pu passer pour un commando, une nuit sans lune, dans le brouillard, à travers un épais mur de briques.
- Nous sommes venus te faire répondre de tes crimes ! plasmodia Menelon avec une emphase qui lui fit vibrer les pépins.
- Ah ouais... Tu veux me faire souffler dans le ballon ou tu préfères la prise de sang ? répondit l'autre avec une haleine qui en disait long sur son début de soirée.
Dans le salon, la prostituée, les onze mineurs et les deux repris de justice attendaient en maugréant. Menelon reprit un peu son sang froid et annonça avec une voix qu'il ne réussit qu'en partie à rendre inquiétante :
- Nous savons que tu es l'Entité, Yasbane. Rends-toi ou meurs sur-le-champ !
- Mais oui, bien sûr, je suis une entité... houuuhou ! Je hante les entrepôts. Tu n'as rien trouvé de mieux ?
- Tu avoues crapule ! répliqua Menelon.
- Mais oui, j'ai toujours voulu dominer le monde et écraser les faibles. Chouette passe-temps non ?
D'un geste du Melon, Zogrot et Sugirva furent sur lui, toutes lames dehors, ne lui laissant aucune chance. L'acier teinta et le sang gicla abondamment.
- Victoire ! beugla le Minotaure.
- Murder, death, kill kill ! renchérit l'Orc.
Mais quelque chose clochait...
- Attendez ! cria Scytale. Il était en mode second degré...
- Oh mon dieu ! se lamenta Galadriel. Est-ce qu'il est...
- Oui, il en a un, répondit Sugirva qui avait une réplique d'avance.
- Non... Je veux dire...
- Tout va bien, la rassura Onirian, il a un pouls.
- Il lui faut un massage cardiaque, ordonna Menelon. Zogrot...
- Zog zog, j'y vais... Respire vieux humpf ! humpf ! Respire... RESPIRE !
- C'est normal ce craquement ? hasarda Lomega.
Une petite voix se fit alors entendre.
- Salut tous, je suis le Gluon de la côte de Yasbane qui vient de lui rentrer dans le poumon, c'est plutôt sérieux, il lui faut un électrochoc.
- Contre une hémorragie interne ? réagit Estellanara.
- 'pas le moment de finasser, coupa Menelon. z653z, au boulot !
La décharge fit sursauter le corps et une infâme odeur de cochon grillé se répandit dans la pièce.
- Je crois que tu l'as achevé Z... murmura Lomega.
- Des suggestions ? demanda le Melon.
Fladnag ouvrit son grimoire et suggéra :
- Je peux voir si j'ai des sorts de nécromancie...
- Pas de cadavre à ma table, trouvez autre chose, objecta Scytale avec humeur.
- Je vais l'embrasser pour le réveiller, proposa Galadriel.
Lomega s'interposa :
- Et puis quoi encore, c'est une nouvelle tout public.
- Il respire ! s'écria Onirian.
- Le malheureux, il grelotte... souffla Estellanara.
- Tiens, prends mes poils, dit Sugirva en entreprenant de le recouvrir de fourrure.
Mais Menelon n'avait pas encore son compte de cadavres :
- Bon, il est sauvé, mais qui est l'Entité alors, puisqu'elle a été assez maligne pour nous faire accuser ce crétin de Yasbane ?
- Ne sois pas trop dur avec lui, relativisa Scytale. Il n'a fait que se faire un peu de fric avec des trafiquants russes en faisant passer des fraises Tagada en contrebande. Il est évident que ce n'est pas lui qui les modifiait génétiquement.
Lomega sourit, mais ne fit aucun commentaire.
- Nous n'avons plus aucune piste, se lamenta Fladnag, toujours aussi optimiste. Quant à ZePoete et Alia, ils sont sans doute perdus à jamais, saturés d'épice et de bonbons...
- Ben non, pourquoi dites-vous ça ? intervint Nahril qui venait de rejoindre le groupe. Ils sont simplement enfermés dans le bureau de Lomega, je les ai vus la semaine dernière en cherchant des documents compromettants.
- Hein ? Mais tu... tu... tu... " D'un geste, Menelon le livra à la hache de Zogrot et reprit son calme.
Tous les regards étaient désormais dirigés vers Lomega, toujours impassible. Ce dernier prit enfin la parole :
- Il fallait bien que ça arrive, lança-t-il avec un sourire moqueur. Mais je me suis bien amusé avec vous, bande d'abrutis. " Et en disant cela, Lomega-le-Méchant laissa s'échapper un long rire sardonique, caressa le superbe anneau qui lui pendait au cou et disparut.

********

Le conseil qui eut lieu ce soir-là fut le plus tendu depuis bien longtemps.
- Lomega n'est qu'une victime de plus, affirmait Onirian. Je l'ai senti se faire prendre par ses cauchemars lorsque j'étais possédé à mon tour. Il les a subis autant que nous.
- Et que fais-tu de cet Anneau Unique ? C'est le signe de sa corruption, rétorqua Galadriel.
- Toi aussi tu en as un et on ne te fait pas de remarques désobligeantes, glissa Scytale.
Le gluon de la côte de Yasbane qui lui rentrait dans le poumon, intervint à son tour. ( il avait insisté pour prendre part à la réunion, aussi le corps du blessé traînait-il négligemment au milieu de la table )
- Laissez tomber cette babiole, il l'a ramassée dans un vieux cratère en Mordor, ça ne vaut pas grand-chose, mais il y tient beaucoup.
Fladnag s'agita sur sa chaise :
- On est pas plus avancé...
© Par Scytale le Samedi 12 Janvier 2002 à 10H39

19. L'Intrus
Telglin tremblait comme un vieillard atteint par la maladie de Parkinson. ( C'est gore, je sais. ) Il se tournait et se retournait dans son lit Ikea maintes fois rafistolé à coups de colle à base de bave de Troll. Un silence pesant, presque surnaturel, régnait en maître dans la pièce plongée dans une pénombre inquiétante. Depuis plus de trois semaines, Telglin était pris d'une peur inextinguible dès que la nuit étendait son voile sombre sur la Terre du Mélange. ( On pourrait dire la Terre du Bordel, non pas pour des événements salaces qui auraient eu lieu entre les protagonistes de cette histoire fortement alambiquée - quoique - mais parce que depuis que je me suis absenté, quelques-uns dont je tairai les noms, ont pris un malin plaisir à étoffer cette passionnante aventure - bientôt en vente chez vos marchands de livres ( libraires quoi ) - de divers dénouements, à tel point que l'on ne sait plus trop où nous allons. Bref je continue le récit )
Telglin qui avait la pétoche donc, comme un enfant à qui on aurait raconté l'histoire de l'Ogre pour le calmer parce qu'il avait qu'à pas être aussi têtu aussi ! Non mais ! C'est vrai quoi ! On lui dit de pas regarder la télé car demain il a école et bien non, monsieur en fait qu'à sa tête. Bien fait. Pourtant Telglin, un Elfe qu'a-pas-peur-qu'est-toujours-courageux, avait de bonnes raisons d'avoir les grelots, ce qui lui détraquait complètement le transit intestinal si cher à ses yeux, et lui procurait une turista plutôt carabinée.
En effet, tout avait commencé il y a trois semaines à peu près. La première victime fut Menelon alias le Melon. Tandis qu'il s'endormait paisiblement dans son cageot, un bruit l'avait alerté dans le couloir du FBI. Puis soudain sa porte s'était ouverte avec grand fracas et une silhouette plus sombre que la nuit, apparut. Elle s'avança au centre de la chambre - ou plutôt du placard car un melon se contente de peu de place - et étendit semble-t-il de longs bras au-dessus du cageot. D'une voix caverneuse, l'Intrus avait parlé en ces mots :
- AHAHAHAHA ! ! ! Je suis votre pire cauchemar, je suis le mal incarné, une concentration de terreur que nul ne pourra faire vaciller. Tremblez membres du FBI tous autant que vous êtes, je vous aurai tous. Je rentrerai dans vos bureaux quand bon me semblera. La peur s'installera en vous et vous sentirez une main terrifiante qui resserrera vos entrailles. AHAHAHAHAHA !
- Et ta soeur ! avait cru bon de plaisanter Menelon.
Que n'avait-il dit notre Melon ! L'Intrus - appelons-le ainsi, ça tombe bien les tarés, pardon, les agents du FBI le nommeront par cet énigmatique sobriquet - n'avait semble-t-il pas tellement apprécié le trait d'humour de Menel' ( petit diminutif affectif de notre cher ami ), avait envoyé son pied droit dans le pauvre Melon, et s'en était allé rageusement en faisant claquer les semelles de ses lourdes bottes sur le riche pavage du couloir du FBI. ( à prononcer à la française d'ailleurs )
- Ve frois qu'il n'a pas aimé ma foutade, s'était dit Menelon une fois seul, tout en recrachant quelques pépins. ( Traduction de la phrase par une bouche qui a toutes ses dents ou ses pépins : Je crois qu'il n'a pas aimé ma boutade )
Plus tard, l'Intrus avait frappé à nouveau. Cette fois le Minotaure avait été pris pour cible. D'ailleurs celui-ci, avec honte, avoua qu'il avait fait pipi dans son foin...
Tout le monde à ce moment pensait qu'il s'agissait de l'Entité. Mais bien vite les agents du FBI, commandés d'une main trop douce par Scytale surnommé John Detraviolta, comprirent qu'il n'en était rien. La prochaine victime fut Fladnag qui eut la présence d'esprit de demander si l'Intrus était bel et bien l'Entité.
- Non mais ça va pas non ! avait répondu celui-ci toujours d'une voix grave que même Barry White avait l'air d'un castra à côté, c'est dire. Comment, petit magicien au chapeau tordu et qui ne sait même pas s'habiller à l'endroit, comment oses-tu m'insulter en me comparant à cette pseudo-Entité qui ne ferait même pas peur à un Bretzel ? Cette chose insignifiante, ce bouffon raté ce... cette... Enfin tu vois quoi ! Non appelez-moi l'Intrus, c'est très bien comme nom. J'agis pour mon propre compte, je suis vil, je suis méchant, et je vous le prouverai à tous ! HAHAHAHA ! ! !
- Mais puis-je voir votre visage, ô Maléfique Intrus ? avait demandé le Mage.
- Euh... Pas maintenant, j'ai pas encore trouvé de déguisement. Mais la prochaine fois, promis, j'en trouve un, avec jeu d'éclairage et tout le tintouin.
- Cool ! s'était exclamé le Mage. Faudrait que vous me le montriez la prochaine fois !
- Ben oui tête de Minotaure ! Je vais pas le mettre pour les murs. Tsss...
- En tout cas qu'est-ce que vous êtes Méchant, j'avoue. Regardez, je tremble, avait ajouté Fladnag en tendant ses mains. Pitié laissez-moi maintenant.
- Je suis magnanime pour cette fois, dors en paix Mage Avisé. Je t'épargne.
- Merci beaucoup, Vil Intrus.
A peine le Mage avait-il achevé sa politesse que l'Intrus, plus noir que la pénombre environnante, avait tourné les talons et avait disparu à une intersection du couloir.
Telglin se rappelait de tout cela. Presque tout le monde avait rencontré l'Intrus. Et comme promis, il avait pris un déguisement terrifiant. D'ailleurs Fladnag n'était pas content car l'Intrus lui avait dit qu'il reviendrait le voir déguisé mais il ne l'avait toujours pas fait. " C'est pas juste ! " s'évertuait à crier le Mage à qui voulait l'entendre. Il était bien le seul à vouloir le rencontrer... Le fou. Il faudrait l'examiner prochainement, ça semble pas normal ce comportement.
Telglin, lui, avait vraiment peur, et il entendait sa tripaille gargouiller affreusement dans son ventre. Heureusement les toilettes n'étaient pas loin. Cette nuit il était encore plus effrayé que les autres fois. Quelque chose lui disait que ce serait son tour ce soir. Et ben il s'était pas gouré l'Elfe !
Le silence fut interrompu par des pas lourds dans le couloir, qui se rapprochèrent irrémédiablement de la chambre de Telglin. Soudain la porte s'ouvrit.
- AHAHAHAHA ! ! ! Je suis l'Intrus !
- B... Bonjour... Euh bonne nuit Monsieur l'Intrus, dit Telglin en se redressant dans son lit Ikea un peu bancal. Vous me faites horriblement peur, vous savez.
L'Intrus s'avança au centre de la pièce et ajouta d'une voix plus naturelle, presque familière aux oreilles de Telglin :
- Permettez que je change les ampoules de votre lustre ? C'est pour mettre un éclairage spécial qui va avec mon costume, dans le but de vous faire très peur.
- Faites comme chez vous.
- Oh ! et je vais brancher une machine à faire de la fumée aussi.
- Allez-y.
Une fois que l'Intrus eut installé et branché tout le matériel nécessaire pour faire une apparition magistralement terrifiante, il s'approcha de l'interrupteur tandis que de la fumée commençait à s'élever, et appuya. Alors une lumière rouge rubis et diffuse envahit la chambre. L'Intrus revint au centre de la pièce et étendit ses bras. Au bout, de grandes mains griffues apparaissaient. Le haut de la tête, cauchemardesque, supportait deux cornes longues d'une bonne trentaine de centimètres ; le visage n'était pas visible, car plongé dans l'ombre à cause de l'astucieux éclairage mis en place. Telglin commençait sérieusement à avoir les foies.
- AHAHAHAHA ! ! Je suis l'Intrus ! cria l'Intrus en reprenant une voix caverneuse.
- Oui vous l'avez déjà dit, fit remarquer l'Elfe.
- Exact ! ! AHAHAH ! ! Mais c'est pour être sûr ! Aie peur de moi vil pourceau ! Retourne dans ta bauge crasseuse vieil Orc putride !
- Heu moi c'est Telglin, je suis un Elfe.
- Ah ? demanda l'Intrus de sa voix familière, je ne suis pas au 156bis ?
- Non c'est le 156 tout court.
- Et vous n'êtes donc pas Zogrot.
- Non plus. C'est à côté.
- Bon tant pis, maintenant que j'ai mis le matos, je continue. Je ferais l'Orc demain alors. Zut j'ai pas préparé de réplique pour toi... Tant pis j'improvise. On reprend. " L'Intrus reprit sa voix caverneuse et continua : " AHAHAHA ! ! Vieil Elfe prétentieux ! Sans sexe ! Euh... Vous êtes rien que des gens suffisants vous les Elfes. Vous vous prenez pour ce que vous n'êtes pas ramassis de lopettes, Confrères de la Jaquette, Travioques ! Folles ! Chevaliers de l'anneau ! Je suis vil, je suis méchant et tu as peur ! ! ! AHAHAHAHA ! ! !
Telglin avait effectivement très peur. Allait-il se chier dessus ? ( Intervention intempestive du CSA : Monsieur, cette aventure bien que discutable dans son intérêt ludique, doit rester tout public. Là vous dépassez les bornes, la prochaine vous êtes bon comme la romaine. La censure frappera un grand couUUUAÏE ! ! ( onomatopée intempestive due à un coup de pied placé pile poil à un endroit qu'il serait malséant de dévoiler ) Lomega : no rules ! ! Va-t'en vilain censeur ! )
Soudain, l'Intrus cessa net son pamphlet anti-elfe et renifla une drôle d'odeur.
- Qu'est-ce que ça sent ? demanda-t-il de sa voix familière.
- Heu les fraises Tagada, répondit Telglin. J'aime parfumer la pièce av...
- Non il y a une autre odeur sous-jacente et agressive à mes narines.
- Heu, ça vient des toilettes. J'ai pas fermé la porte. Et en ce moment j'ai très peur à cause de vous et moi quand j'ai peur ça me détourne l'estomac.
- Ah je vois.
Telglin observa l'Intrus, du moins sa silhouette qui se détachait dans la lumière rouge et diffuse et dont les jambes se perdaient sous un épais nuage de fumée tout aussi écarlate. L'Intrus semblait indécis. Puis il dit de sa voix familière :
- Bon je crois que je vais rentrer. Tout se passe mal cette nuit.
Il se dirigea d'une démarche empreinte de lassitude vers une prise électrique et arrêta les fumigènes. Il éteignit les lumières et remit les ampoules d'origines. Telglin ne savait plus quoi faire ; en tout cas la peur diminuait en lui, en même temps que ses troubles gastriques. Ce ne devait pas être son jour à l'Intrus.
- Bon ben, fit celui-ci de sa voix familière, la machine à fumée sous le bras. Je repasserai une prochaine fois, parce que là j'ai vraiment pas la forme.
- Ben heu ok, dit Telglin, béat.
Soudain, il lui sembla voir l'Intrus trébucher sur quelque chose, suivi d'un grand choc.
- Et merde ! Me suis pris les pieds dans cette foutue cape ! s'exclama l'Intrus de sa voix familière.
- Vous allez bien ? " demanda Telglin, puis il se leva et alla aider l'Intrus à se relever après avoir allumé la lumière, redevenue normale et chaleureuse, sécurisante.
L'Intrus épousseta son costume et réajusta ses cornes en mousse sur sa tête.
- Bon sang ! fit-il. Je savais que j'avais fait l'ourlet trop long !
- Vous l'avez fait en point de croix ? s'enquit l'Elfe intéressé par la couture de toute évidence.
- Oui. Et je l'ai doublé.
- Cool. Je savais pas que tu t'intéressais à la couture Lomega.
Soudain Telglin pris un air dubitatif, indécis. Il se gratta le menton.
- Ben ça alors ! s'exclama-t-il. Content de te revoir ! Ca faisait un bail ! Mais que fais-tu là ?
- Mais c'est moi l'Intrus espèce de niais suralimenté de séries américaines ! râla Lomega.
- Ah ouais j'avais pas pensé, ajouta Telglin en gloussant. Alors c'est toi l'Intrus. Mais pourquoi ?
- Pour que vous compreniez que c'est moi le plus Méchant. Je suis parti deux mois en Sibérie septentrionale, loin de tout pour m'entraîner comme un damné à être le parfait Méchant. J'avais presque réussi et voilà que je foire tout ce soir.
De colère, il enleva son serre-tête piqué à Estellanara auquel il avait collé deux grandes cornes en mousse, et le jeta violemment par terre. Puis il ôta ses faux doigts griffus qu'Enfant Mélophage aurait trouvé fort à son goût, en les balançant un par un à travers la pièce toujours d'un geste rageur. Enfin il retira la cape.
- Des jours d'entraînement intensif pour rien tiens ! ajouta-t-il presque en sanglotant.
- Mais non, le consola l'Elfe en lui tapant amicalement l'épaule. On a tous eu les pétoches, j'te jure. Allez va te reposer, on expliquera tout aux copains et on reprendra la traque de l'Entité, le véritable ennemi, comme de vrais copains.
- Ouais t'as raison. Merci vieux. Allez bonne nuit et à demain. Oh ! Une dernière chose, aère ta chambre franchement.
Puis Lomega regagna sa chambre, du moins Telglin le crut. Celui-ci avait le sourire aux lèvres. Il était vraiment content de lui et profita de cet instant d'autosatisfaction qui gonfla son ego d'Elfe d'une proportion démesurée.
Mais pendant ce temps, Lomega se frottait les mains en souriant malicieusement tandis qu'il quittait le FBI par un passage secret.
- AHAHA ! Le niais ! se dit-il. Il ne se doute de rien. Je suis vraiment très Méchant. Bientôt l'Entité leur apparaîtra comme une vulgaire rumeur. Mais moi ils me craindront. AHAHAHA ! ! !
Le rire résonna à travers le tunnel secret. Quelque part dans une chambre, un Minotaure crut qu'il s'agissait d'un fantôme et urina copieusement sur son foin.

********

Le lendemain, Scytale partit réveiller ses troupes en claironnant dans tout le couloir. Oui, depuis quelque temps il s'était mis en tête qu'il deviendrait un grand trompettiste, et de ce fait chaque matin pour réveiller les agents lève-tard il leur jouait un petit morceau. Le commencement de ses leçons coïncidait d'ailleurs avec l'apparition du mauvais temps. N'y voyons là qu'une malencontreuse réunion de circonstance...
Tous les agents se réveillèrent en trombe et se mirent au garde-à-vous. Seul Telglin manquait à l'appel. Avait-il encore bu plus que de raison ? Scytale fit envoyer Zogrot en reconnaissance. Bien vite, l'Orc revint à toutes jambes d'un air affolé.
- L'Intrus c'est Telglin ! ! s'écria-t-il en faisant son rapport. Il dort à poings fermés pour le moment. Mais son costume traîne dans sa chambre ! Je l'ai vu. Pour plus de sûreté j'ai quand même assommé le dormeur avec un gourdin.
Ni une ni deux, les agents agirent avec la soudaineté d'une voiture sans permis, autrement dit une caisse à savon, un pot de yaourt, et autres qualificatifs éloquents.
Dans la journée, lorsque Telglin se réveilla, il se trouvait dans un cachot style Moyen-âge, situé en plein coeur des locaux du FBI. Il n'attendit pas longtemps avant qu'on lui en explique la raison. Il s'époumona des heures à expliquer que c'était Lomega le véritable Intrus, mais personne ne l'écouta ; au contraire, chacun prit un grand plaisir à lui rire au nez. Même Zogrot et son haleine fétide.
En vérité, Lomega, avant de partir de la chambre de l'Elfe, avait jeté une micro-capsule de somnifère ultra-puissant et biodégradable à 150 % ( ? ? ? ) afin que Telglin n'ait pas le temps de cacher le costume de l'Intrus. A présent, seul Telglin savait, du fond de son cachot humide et sale, que Lomega était vraiment Méchant et qu'il agissait pour son propre compte.
© Par Lomega le Mardi 3 Septembre 2002 à 14H16

20. Préparatifs pour l'assaut final
Estellanara laissa tomber son peignoir de soie, dévoilant son tatouage sur la fesse gauche : " Zogounet d'amour pour toujours ". Elle défit sa longue chevelure mauve et glissa dans l'eau tiède de la piscine qui occupait le centre de son loft. Elle fit quelques brasses, repassant mentalement les terribles événements récents.
Tout avait commencé quand la reine avait été intoxiquée par des fraises Tagada. Le FBI avait pris l'affaire en main et longtemps suspecté Telglin d'avoir enlevé Alia et Zepoete. Depuis le départ, Lomega, le névropathe laveur de cerveaux avait joué double jeu. Une Entité manipulant les esprits, cherchait à contrôler le monde avec des fraises Tsoin tsoin russes et infiltrait le FBI. Seul Onirian avait réussi à lui faire un instant obstacle. L'Entité avait tour à tour contrôlé Galadriel, Scytale, z653z, et Onirian. A ce moment, les souvenirs de la sorcière d'Aldebaran devenaient un peu confus. Elle se souvenait vaguement d'une histoire de Bisounours dans un lave-vaisselle et de Minotaure rasé. Le FBI avait alors suspecté Yasbane et l'avait mis hors d'état de nuire. Mais le seul et unique Méchant de l'histoire s'était logiquement révélé être Lomega qui terrorisait actuellement les investigateurs en apparaissant la nuit.
Telglin avait été innocenté après le supplice du parpaing lancé par la fenêtre et celui du hamster dans un sac plastique. ( Communiqué du CSA : dans un souci de décence et afin que le présent ouvrage reste lisible de tous, nous avons oblitéré l'explication concernant les supplices suscités )
Estellanara se laissait flotter sur le dos. Une voix de basse résonna dans la pièce :
- Kestufais, Stellou ?
- J'arrive, chou !
Une silhouette puissamment musclée, couleur petit-pois surgelé, s'avança sur le carrelage turquoise. Le crâne plat, la mâchoire saillante, l'Orc en caleçon éponge mâchouillait un reste de glouglou farci à l'ours. Estellanara se sécha rapidement et rejoignit Zogrot sur le lit.
- Dis, Zog chéri, tu pourrais regarder, j'ai comme un truc qui me gratouille dans le dos...
- Bouge pas. Ch'vois rien... Koikcé ?
- C'est space, ça fait plusieurs jours que ça me fait tout bizarre... Par moments, j'ai comme des envies de... DOMINER LE MONDE ! HAHAHA ! TREMBLEZ D'EFFROI PAUVRES MORTELS ! (rire machiavélique 3.1) CAR BIENTÔT, VOUS TOUS M'APPELLEREZ MAIT... squiiiz... Ben, pourquoi tu me regardes comme ça ?
Zogrot écarquillait les yeux. Un os d'ours tomba de sa bouche ouverte.
- Houlala, ma puce, kesketas ?
Estellanara s'était raidie et ses yeux en amandes brillaient d'une lueur diabolique. Les doigts de Zogrot avancèrent vers son oreiller et il saisit le manche de sa hache. A présent, la fraise Tagada fichée dans l'épaule de l'Elfe était bien visible. Elle émettait une lueur glauque et une vibration sourde. Estellanara se rejeta brusquement en arrière et feula. Elle s'éleva lentement au-dessus du lit. Ses cheveux ondulaient autour d'elle comme des serpents, des éclairs zébraient l'atmosphère surchauffée, une aura rouge sang l'entourait.
- Putain d'effets spéciaux ! pensa spontanément Zogrot. Tenant fermement sa hache, il se leva et se jeta sur Estellanara en poussant un terrible grognement.
Roulement de tonnerre - explosion de lumière - claquement de mâchoire - draps déchirés - lutte acharnée - cri d'agonie.
- Glouk !
Zogrot avala la fraise Tagada et rattrapa Estellanara au vol. Il la déposa précautionneusement sur le lit.
- Zog... tu m'as sauvée la vie !
- Chomp chomp. Urgh ?
- Cette fraise Tsoin tsoin mutante génétiquement modifiée par les russes allait encore me posséder ! Pfouhh... J'ai encore un goût de napalm dans la bouche... Je dois avoir la tête de Steven Tyler...
- Erk ?
- Heureusement que t'étais là ! Snif...
Elle fondit en larmes. Zogrot lui tendit son peignoir de soie et elle se moucha bruyamment.
- Un Orc protège sa femelle, dit laconiquement la montagne de muscles en se grattant la tête.
- Tu te souviens quand je t'ai adopté pour l'opération fraternité orco-elfique ?
- Ouaich'. T'as voulu m'laver...
- Oui. Et tu m'as mordue. Ce jour-là, j'ai enfin su ce qu'était l'amour. Fini les tapettes des bois en collants verts moule-stouquette ! Terminus les harpes, les petits oiseaux cui-cui et les fleurs nunuches ! Tu te rappelles quand t'as bouffé le York de la concierge ?
- Arf arf ! Pas mauvais !
- Et quand t'as bouffé la concierge ?
- Berk ! J'ai été malade...
Estellanara posa la tête sur le large torse de l'Orc et soupira de contentement.
- Pour notre premier oeuf, je verrais bien Charles-Edouard...
- Plutôt Smulcroeug...

********

Le lendemain matin, Zogrot et Estellanara se hâtèrent de se rendre au FBI pour la réunion. Toute l'équipe de courageux investigateurs du paranormal les attendait déjà. Scytale, assis dans son fauteuil en cuir de Nazgul, lisait la notice en japonais de sa nouvelle cuve axlotl. Galadriel devisait avec Telglin du destin des Ents femelles. Chapeau son de pointe la sur l'envers à reposait Fladnag. Onirian méditait sur sa dernière vision presciente. Sugirva passait une énième couche de Minoflash sur sa peau nue. z653z attendait tranquillement dans le ventilateur. Quant au Melon, il affichait une impassibilité légumineuse. Estellanara s'assit et sa robe, qui eut été bien trop petite pour une souris du Biafra, émit un sinistre craquement. Zogrot et Sugirva échangèrent un vigoureux coup de boule de bienvenue.
Scytale lança un regard désapprobateur et chargé de menaces aux deux retardataires et alluma le projecteur. Une carte détaillée des quais de Faeries City s'afficha sur la toile blanche.
- Mes amis, le projet 4202B touche maintenant à sa fin. Ce soir aura lieu l'assaut final contre l'entrepôt 125N où se terre l'abominable Entité mégalomane mieux connue sous le nom de Lomega. " Le Tleilaxu eut un sourire à faire fuir les loups. " Il faut en finir le plus vite possible. Nous allons déterminer un plan d'action. Quelles sont vos suggestions ?
Un petit ballon rose traversa la pièce en émettant un sifflement strident et vint éclater sur le mur de crépis blanc. Scytale sentit sa santé mentale vaciller. Il se tourna vers Sugirva et Zogrot qui pouffaient de rire.
La matinée avait commencé calmement pour le président du FBI. Il avait tout d'abord écouté son répondeur. Zogrot avait trouvé opportun d'y enregistrer les gargouillements de son estomac. Puis il avait visionné les bandes des caméras de surveillance pour y découvrir un florilège de grimaces Minotaure. Il avait alors convoqué le fauteur de trouble bovin dans son bureau pour pouvoir le tenir à l'oeil jusqu'à la réunion. Histoire de se détendre un peu, le Tleilaxu avait allumé la radio. Dès les premiers sons de France-Culture, Sugirva s'était recroquevillé au sol en position foetale en s'écriant : " Ah non ! Pas encore ces voix dans ma tête ! " avant d'éclater d'un rire gras. Il avait ensuite rodé en regardant partout et en sifflotant le générique de Mission Impossible. Scytale avait du parler de corned-beef pour le faire taire.
- J'attends vos suggestions, répéta le Danseur-visage apoplectique, luttant contre le lancement du mode frénésie.
Le carillon de la porte d'entrée tinta.
- J'y vais, dit obligeamment Zogrot en se levant. Il revint un instant après et se rassit.
- Qui c'était ? s'enquit Fladnag.
- Z'on dit ki venaient de la part de Jéhovah.
- Ah bon ? Et tu les as déjà renvoyés ?
- Je les ai assommés avec ma hache.
- Ah... Avec le plat de la lame.
- Le koi ?
- Aaaagl... commenta sobrement le vieux Magicien.
- Finalement, j'abandonne le Bureau et je reprends ma carrière de gogo danseuse, lâcha Scytale en sortant un string imprimé léopard du tiroir de son bureau...
© Par Estellanara le Lundi 9 Septembre 2002 à 20H18

21. Folle course sur les quais
Onirian, assis seul quelque part dans les locaux du FBI, venait de se remémorer tous les événements ce ces derniers jours/mois, et en était arrivé à plusieurs conclusions du plus haut intérêt pour la suite des événements, à savoir :
1 : J'ai mal à la tête.
2 : J'ai rien compris.
Ca n'a l'air de rien mais... euh... bon, OK, ça n'a l'air de rien.
Il avait tout de même réussi à se souvenir que l'attaque prévue contre l'entrepôt de fraises Tagada était pour dans... euh... pas de montre. Enfin, toujours est-il que les quais de Faeries devaient quand même être sacrément grands, vu le nombre d'attaques à coups d'explosions et d'effets spéciaux à faire passer Matrix pour un film amateur français.
- Etrange ça... Bon, ça doit être l'heure H.
Onirian se rendit donc sur les lieux de l'attaque. Un grand entrepôt gris, en tôle. Rien d'impressionnant quoi... Un peu déçu quand même, il décida d'attendre les autres. ( oui, depuis qu'il savait que notre Courant Electrique national pouvait se cacher dans les montres, il avait décidé de regarder l'heure à la position du soleil, et présentement, le ciel était couvert )
- Tiens, puisque je suis en avance, et vu que l'Entité est persuadée qu'on va attendre ce soir pour attaquer, je vais attaquer de suite.
- ... ( réflexion intense )
- J'suis pas sûr que c'est un bon plan... Bon, j'vais juste espionner un peu.
Onirian rentra en douce dans l'entrepôt en se faisant passer pour un des poseurs de pièges anti-attaque-du-FBI-prévue-pour-ce-soir.
Dans l'un des supers-passages-secrets-qu'on-trouve-que-quand-on-est-dans-les-films, Onirian surprit Lomega en transe, assis sur une chaise de dentiste, avec du sirop de fraise Tagada russe en perfusion...
- Ainsi c'est donc ça... L'Entité peut nous contrôler même sans les fraises plantées dans le dos... C'est comme ça qu'elle a eu Lomega... J'me disais bien qu'il avait mauvaise mine ces derniers temps...
Onirian repensa à tout ce qu'il venait de penser depuis le début de ce post. Il trouva cela médiocre, mais décida qu'il allait mettre ça sous le coup de... euh... du stress tiens.
Onirian claqua donc des doigts pour se téléporter dans le bureau de Scytale et...et reçu un télégramme express :
" Désolé Budget dépassé
PS : Fais jouer les autres, tout faire en solo, ça plaît pas au public "
Encore ? Grumph, c'est ça de bosser avec des amateurs enfin bon... Il rentra donc à pied et pour les besoins de la production, croisa Sugirva qui lui non plus n'avait pas de montre. ( pas par paranoïa, juste parce qu'il ne savait pas lire l'heure )
- Sug, j'ai des nouvelles infos sur le dossier ! s'exclama Onirian.
- Moi aussi ! répondit le Minotaure, un sourire aux lèvres et deux fraises Tagada dans le dos...
Onirian réfléchit quelques instants, regarda l'étendue impressionnante des pouvoirs qui lui restaient... Haussa un sourcil, regarda ensuite le montant de son assurance-vie, haussa l'autre sourcil et... courut à toute vitesse en proférant ce cri de guerre :
- Et meeeeerrrrrrrdddeeeeeeuuuuhhhhhhh !!
Est-il utile de préciser qu'il courait en direction de... euh... à vrai dire, on s'en fout. Comme dirait Rincevent : " Peu importe où, tant que c'est Ailleurs ! " ( c'est-à-dire loin de la hache du Minotaure )

© Par Onirian le Mercredi 11 Septembre 2002 à 18H52

22. En route pour l'assaut final
- Pas la peine d'en arriver à de telles extrémités ! dit Galadriel de sa voix douce et posée. Lâche ce string à présent, ajouta-t-elle sur un ton qui aurait convaincu Vlad Tepes de se mettre au Coca-Cola.
Scytale interrompit sa métamorphose en Loana et se laissa tomber dans son fauteuil.
- Bien... Très bien... Bon garçon... susurra la reine. A présent, exposez-moi chacun votre tour vos idées pour l'opération de ce soir.
- On appelle la Fox sur son Nokia ? hasarda Estellanara.
- Bourrine, bourrine, casse, bute ! affirma Zogrot.
- Peut-être qu'un petit creo ignem... murmura Fladnag.
- Deux Valium et au lit, proposa Onirian.
- S'il aime les omelettes, on lui casse les oeufs ! pouffa Sugirva.
- Scytale, dit Galadriel, tu n'aurais pas un deuxième string léopard ?
- Squernt... gémit celui-ci du fond de son désespoir. Faisons une pause avant d'aller plus loin.
Il actionna une sonnette et Norgong, le Nain soudeur-fondeur du chapitre deux, entra avec deux caisses de bière fraîche et un décapsuleur à deux mains.
- Le roi est de retour ! " claironna-t-il avec sa modestie habituelle. Il distribua le contenu d'une caisse et entreprit de siffler la deuxième.
- L'essentiel dans cette affaire, dit Telglin entre deux gorgées, c'est de savoir si Lomega est bien l'Entité ou s'il est simplement possédé comme les autres...
- Vrrroupppp ! Tout le monde connaît les pouvoirs de Lomega pour contrôler les cerveaux ! " objecta Z653z depuis son ventilateur. Sa remarque jeta un froid.
- De toute façon, conclut le Melon, on l'attrape et Onirian le maîtrise. S'il s'agit de l'Entité, un lavage de cerveau et tout rentre dans l'ordre. Si ce n'est pas lui, il y a peut-être un moyen de l'empêcher de quitter l'esprit de Lomega.
Tous approuvèrent sa sagesse potagère.
- Mais il va falloir agir en finesse et utiliser la ruse, ajouta le Tleilaxu à nouveau maître de lui.
- Houlala... fit le Minotaure, visiblement déçu.
- Pas de quoi fouetter une crème ! s'exclama Estellanara. On y va à la nuit tombée, on le capture et on fait tout sauter.
- S'il faut réfléchir, je vais chercher un truc, lâcha Zogrot.
- Je t'accompagne, chéri ! " Et ils sortirent.
Quelques couloirs plus loin s'alignaient les casiers des membres du Bureau. Estellanara s'arrêta devant le sien, une armoire customisée d'autocollants Totoro et d'une photo d'Arnold Schwarzenegger. Elle composa le code de la porte, fouilla un instant dans les bocaux d'Edrasibas et d'huile de massage waterproof, écarta un porte-jarretelles rose bonbon, le volume 256 de Thaumaturgie pour les nuls et un Blaster d'assaut lourd. Saisissant sa trousse de maquillage " teinte camouflage ", elle commença à se préparer.
Cependant, Zogrot avait ouvert son casier d'un coup de hache bien ajusté. Il déchira un fouillis de toiles d'araignées et mit dehors quelques occupantes qui gesticulèrent avec indignation. Il écarta tour à tour une vieille massue pourrie sur laquelle pendouillaient encore des lambeaux de chair, et un assortiment de dents de Troll. Son regard tomba sur une boîte entamée de biscuits sablés goût Balrog sur laquelle une inscription précisait :
" Biscuits Petit Aventurier : le vrai goût du risque ! "
L'orc gloussa en découvrant un Xandar au fond du casier et il entreprit de le mâchouiller. Enfin, il extirpa sa couronne magique et la coiffa. Le bijou était d'un métal si sombre qu'il semblait noir. Il se hérissait de pointes et de motifs gothiques. Les gemmes virèrent en un instant du gris au rouge sang.
Zogrot cracha sa bouchée de Xandar et s'exclama :
- Damnation ! La date de péremption de cette denrée alimentaire est allègrement dépassée ! Une intoxication généralisée menace mon espérance de vie séculaire !
- Hein ? dit Estellanara en se penchant. T'as bouffé un truc dégoûtant, c'est ça ?
- C'est en effet ce que signifiait explicitement ma précédente assertion, continua l'Orc dont les yeux porcins s'illuminaient à présent d'une intelligence encyclopédique.
- Quoi ? ! J'adore quand tu mets ta couronne et que tu dis des trucs d'intello ! Ca te rend tellement sexy ! dit l'Elfe en appliquant de petites claques sur la fesse de Zogrot.
- Veuillez, je vous prie, extraire séant vos appendices tactiles de mon auguste postérieur, ô doux réceptacle de mes farouches ardeurs nocturnes !
- Pardon ?
- Cessez opiniâtre femelle, vos rapines d'attouchements inopinés au pinacle de mon intimité !
- Waouh ! J'adore tous les mots avec...
- Stop ! Pas une syllabe de plus ! En route...

********

A 22h22 très précises, toute l'équipe monta dans le vaisseau du FBI qui décolla pour l'entrepôt 125N de Faeries City. Tout le monde semblait un peu tendu et le Melon lui-même avait abandonné son stoïcisme cucurbitacée. Zogrot se pencha sur lui :
- L'adrénalinémie a-t-elle une influence directe sur la fréquence de vibration de tes pépins ? demanda-t-il effrontément.
- Aucune idée...
L'Orc sortit une paire de petites lunettes et un stéthoscope.
Les quais défilèrent bientôt sous le vaisseau, déserts et lugubres. La lune jetait sur le paysage une lueur blafarde.
- Il faisait plus beau tout à l'heure, ici, lâcha pensivement Sugirva.
Tous les regards se tournèrent instantanément vers lui.
© Par Estellanara et Zogrot le Jeudi 19 Septembre 2002 à 11H46

23. Sombre fiasco
- Eh ! Pourquoi vous me regardez comme ça ? J'ai rien fait moi ! s'exclama Sugirva en se saisissant subtilement de sa hache.
- Sug' ? intervint Onirian. En tant que complice caché prêt à faire foirer cette expédition qui de toute manière ne pourra pas se faire parce que la production n'a plus le budget pour les effets spéciaux, je voulais simplement te signaler qu'il n'est pas possible pour un Minotaure de se saisir subtilement d'une hache. Accessoirement, je viens de me griller. Même en Méchant, je suis pas en forme moi en ce moment.
Sous le regard ahuri de tous, Sugirva brandit sa hache tandis qu'Onirian se saisit habilement de son katana... qu'il avait oublié chez lui, comme d'habitude.
Les deux cris de guerre des espions tagadesques se conjuguèrent en un : " eh argggg merrrdeuuuhhh ! "
Sugirva se jeta sur Scytale, tandis qu'Onirian, bien que passablement mauvais à la course, tentait de fuir pour rejoindre cet ailleurs idyllique que décidément, il n'arriverait jamais à atteindre.
Après une bagarre haute en couleurs et une folle course-poursuite d'environ 1m50 ( Oui, Onirian s'est cogné dans Zogrot au moment de fuir ), la situation fut bientôt maîtrisée par les agents du FBI.
Quelques instants plus tard, au grand soulagement du stagiaire à qui on avait confié les effets spéciaux de l'attaque de l'entrepôt, toute l'équipe se retrouvait une fois de plus au QG du FBI.
<Scytale> Bon, c'est pas tout ça, mais on n'avance pas dans cette histoire.
<Zogrot> Avoir une telle intelligence et servir de pilier pour qu'un songe vienne m'emplafonner et rejoindre le pays de dame Morphée, quelle déchéance n'est-il pas ?
<Menelon> Dites, pourquoi on parle comme ça ?
<Fladnag> Je sais, c'est un changement de protocole, on utilise la norme rfc1459 !
<Les-Autres> Gné ?
<Fladnag> Mais oui, c'est évident non ?
<Les-Autres> Euh... Finalement ils sont réveillés les deux fraisiers ?
C'est alors que Yasbane intervint :
- Salut ! Ca boume ? " ... et repartit aussitôt.
( note de la production : Euh... C'était pas prévu, mais il se trouve que le FBI est entre le Venezuela et " un ailleurs idyllique " et que c'était sur son chemin... Euh... Désolé )
Une fois réveillé, Sugirva expliqua comme il pouvait, que Lomega se faisait des perfs de fraise depuis très longtemps, et que c'est pour ça qu'il se croit Méchant. Onirian quant à lui, fixait la hache de notre Minotaure national d'un oeil mauvais, sans doute à cause d'un vieux souvenir de course-poursuite où cette même hache avait gagné.
- Moi j'en ai marre, dit-il, je rentre chez moi me planquer jusqu'à ce que je sois assez reposé pour retrouver quelques pouvoirs ou jusqu'à ce que j'ai appris à courir.
Il claqua des doigts... Regarda d'un oeil noir la production, puis acheta un ticket de bus en marmonnant un vague " grmlmglg bande d'amateurs, scrumph... "
Bref, mis à part le comptable du Faerium qui était content d'avoir évité le coût de l'attaque de l'entrepôt piégé, l'ambiance n'était pas au beau fixe, et le point final, restait au départ. (NdlR : On voulait pas mettre le jeu de mots avec point final, mais y a une espèce de machin de mauvaise humeur avec un katana et des baskets neuves qui nous a obligés )

© Par Onirian le Mercredi 19 Février 2003 à 02H07

24. La révélation finale
Pièce rectangulaire, ambiance plus que tamisée, on parlerait plutôt d'un doux clair-obscur malmené par des flashs de lumière efflorescents et bigarrés se mourant aussi brusquement qu'ils sont apparus. Ainsi, les murs prennent des teintes d'or, de sang, d'émeraude et parfois, mais très léger faut avouer, de turquoise. Bref, tout un panel de couleurs flashouyantes dignes de toute bonne boîte de nuit un tantinet " branchée ", tel que " Le Nain Eméché " ou encore le non moins célèbre " Bombadil's Club ", lieux très en vogue sur la Terre du Mélange. Pourtant ici, point de danseurs en transe se démantibulant sur un podium, point de DJ ecstasyé scratchant comme un fou, non, non et non. Ici nous nous trouvons dans la salle de réunion du FBI, aux murs ornés de dizaines de supers ordinateurs dernier cri achetés par Scytale sur la planète Ix, et qui clignotent, qui clignotent sans arrêt, qui font bip, bip, tout le temps bip, comme dans Star Trek.
Lomega se tient au milieu de tout ça, assis en bout de table devant le pupitre de commande. Le voilà promu chef du FBI après la disparition de Scytale. Il devrait être heureux, il devrait jubiler à cette idée, mais non. Car impossible de mettre la main sur le foutu manuel qui lui permettrait de faire marcher les supers ordinateurs.
Soudain la porte s'ouvre.
- B'jour m'sieur l'chef. Sont arrivés ", dit un garde au regard niais qui se fait appeler Lomion. Affublé d'un T-Shirt avec écrit en gros " I love the " VRAI " metal " sur le devant, d'un casque à nasal trop petit, et d'une pique, il semble attendre des félicitations pour son acte héroïque.
- Ben fais-les entrer ! s'exclame alors Lomega avec impatience. Et la prochaine fois frappe avant d'entrer !
L'autre fait une courbette et s'éclipse pour laisser passer les membres du FBI. Tous sont là, les nouveaux, comme les anciens. Menelon, le Melon que tout le monde aime, Nounou Ogg sa Sorcière qui le tient dans ses bras, Sugirva le Minotaure académicien, Fladnag le Magicien tout retourné, z653z le Courant Electrique lunatique installé dans son fameux grille-pain, ledit grille-pain étant porté par Estellanara, sortie de sa piscine spécialement pour l'occasion, elle-même portée par Zogrot dit le Bourrineur, un Orc hmm... délicat. Ensuite vient Mélophage, un enfant griffu, asexué et passionné de torture, puis Telglin, l'Elfe au transit intestinal fragile, et enfin, Onirian un Enchanteur illusionniste proposant ses services 24H/24H et 12J/12J. ( oui sur la Terre du Mélange les semaines font douze jours et y a pas de week end )
- Bon alors, commence Lomega après un raclement de gorge. Si je vous ai convié à cette super-réunion, c'est pour faire un super-bilan. Avant que je commence, y a-t-il des questions ?
- MOI ! MOI ! " s'écrit joyeusement Zogrot en levant la main. Geste énergique et gracieux qui a pour conséquence de déséquilibrer Estellanara dans sa position et de la faire chuter violemment à terre ( car elle se trouve dans les bras de son jules, suivez un peu ! ). Fort heureusement cette dernière a la présence d'esprit d'utiliser ses deux mains pour amortir la chute. C'est alors que le grille-pain, livré à la seule attraction terrestre, choit comme une pomme et embrasse copieusement le sol. ( Sir Isaac Newton aurait adoré voir ça )
- Ah c'est malin, constate avec sagacité le Courant Electrique. Vous avez rayé ma peinture.
L'Orc sentant l'exaspération gagner l'assistance, fait mine de n'avoir rien remarqué et expose sa question : " Pourquoi c'est toi le chef ?
Lomega se racle à nouveau la gorge. " Parce que !
Satisfait de la réponse, Zogrot relève sa mie.
Plus personne n'ayant de question, Lomega invite tout le monde à s'asseoir. Et ce tout le monde ayant trouvé siège à son séant ( variante de la célèbre expression " trouver chaussure à son pied " ), il reprend :
- Je vous ai donc tous conviés ici afin de faire un super-bilan. Résumons. Zepoete reste porté disparu et...
- Normal, il fait partie du cercle des Poètes Disparus, plaisante Mélophage.
- Euh oui, merci Mélophage, réplique Lomega, tendu comme un slip, tandis que les autres se gaussent. Donc on sait pas où il est, ni Alia.
- Non, fait remarquer le sage Fladnag. Alia a été retrouvée. Mais elle n'est plus Alia... Elle s'est transformée en Kring.
- En bière ? s'étonne Lomega. Ca alors...
- Heu non... En épée. Kring est une épée qui parle.
- On dirait quand même un nom de bière.
- En fait Kring, c'est le son que fait la lame, lorsqu'elle s'entrechoque avec une autre épée.
- Ne devrait-elle pas faire Kling plutôt ? demande Telglin, intéressé par le sujet.
- C'est une épée bon marché à la base, ajoute Fladnag. Une lame de piètre qualité. Elle est discordante.
- Bon et pour Zepoete pas de nouvelle ? questionne Lomega.
- Il a été changé en bière et il se nomme Excalibur, avoue Telglin.
- C'est vrai ? ! ! s'exclame Lomega avec force étonnement.
- Non. " Telglin glousse, fier de sa blague, et bientôt le rire gagne chaque membre du FBI.
Lomega racle encore sa gorge pour faire taire l'assistance, les yeux sombres comme... comme... euh... comme des yeux sombres et puis c'est tout ! - et il continue comme si de rien était. " Scytale quant à lui, s'adonne aux jeux de rôle.
- Aux jeux drôles ? Comme c'est marrant, dit Mélophage.
- Bref pour l'instant je le remplace, assène sèchement Lomega, irrité par tant de calembours.
Soudain une sirène stridente s'élève dans toute la pièce. WOUIIIIIIIIIIIIIII ! WOUIIIIIIIIIIIIIIII ! Puis le calme revient.
- Ce n'est rien, je viens de recevoir un message sur mon ordinateur, explique Lomega. Elbereth va bientôt arriver en compagnie de Shev, un inconditionnel de nos aventures. Il désirait tellement nous rencontrer que je lui ai envoyé un passe pour venir visiter le FBI durant une journée. Je compte sur vous pour que vous gardiez une attitude courtoise. Et pas de gaffe. Notre honneur en dépend.
" En attendant nous devons trouver une solution pour arrêter cette foutue Entité. Elle commence à m'échauffer sérieusement ! Je crois qu'elle s'est encore emparée de l'esprit de Galadriel. Il y a une semaine encore je l'ai vue rôder dans les couloirs du FBI, avec un masque sur la figure. Lorsque nous nous sommes croisés, elle m'a lancé un drôle de regard. On aurait dit de la pitié mêlée à de la colère. Puis après j'ai pas compris, elle a émis une sorte de gloussement, comme le dindon, puis elle est partie en courant mais sans bouger les jambes. Et puis moi j'ai eu mal à la tête.
- Oui en effet, j'ai remarqué la meme chose, l'autre jour, avoue Fladnag. Le meme mal de tête m'a pris.
- Permettez ? intervient Sugirva. Dans un souci de bonne compréhension de tout un chacun, je voudrais que nous évitions de faire des fautes d'orthographe vocales. Car, sauf votre respect monsieur le Magicien, vous avez omis l'accent circonflexe sur le premier " e " de " même ". Mon oreille avertie me l'a signalé.
- Oui heu... Bref, il faut à tout prix capturer l'Entité ! Elle a assez fait de dégâts comme ça !
- Oh oui ! Capturons-la et confiez-la-moi, s'extasie Mélophage. Je lui concocterai une séance de torture plus que délectable.
- Et moi je la finirai à coups de masse ! Huk ! Huk ! s'exclame Zogrot.
- Chéri, du calme, mon nounours en sucre. Tu sais que je préfère t'entendre faire de la poésie, dit amoureusement Estellanara à son tendre.
Soudain Zogrot se lève, gonfle le torse sous l'oeil médusé de l'assistance :
" Oh oui ma mie, ma beauté !
" Belle au visage de fée !
" Ton amour si pur m'enivre !
" Tes seins me...
- Bon c'est fini oui ? ! intervient Lomega, coupant court à la verve égrillarde de Zogrot.
L'Orc se rassoit et Estellanara se jette à son cou et l'embrasse fougueusement avant de reprendre une attitude plus décente.
Le calme étant revenu, Lomega reprend :
- Bon. Cette Entité commence à m'chauffer. On doit la capturer au plus vite !
- Capturer, e, r, fait remarquer à juste titre le Minotaure. L'infinitif est de rigueur.
Lomega grommelle dans sa barbe qu'il n'a pas et continue tant bien que mal : " J'ai décidé de placer des pièges à Entité partout dans nos bureaux.
Interloqué, Menelon se demande où est-ce qu'on peut se procurer de tels pièges. " Mais où est-ce qu'on peut se procurer de tels pièges ? demande-t-il en sautillant dans son cageot.
- Ben chez un marchand de pièges naturellement, proclame fièrement Zogrot, en se tapant le torse.
- Tout à fait, vient le conforter Fladnag. J'en connais un très bien de l'autre côté de la rue.
- Bon, tout le monde est d'accord ? s'informe Lomega au cas où, chose hautement improbable, quelqu'un aurait une meilleure idée que lui.
- Je voudrais simplement savoir si ces pièges tuent leurs victimes sur le coup, et sinon, souffrent-elles atrocement ? " Intervention très avisée de Mélophage, mais dois-je le préciser.
- Heu oui bien entendu. La victime souffre mais ne meurt pas, répond Lomega.
- Alors ça me va.
- Bien. Alors dès ce soir, nous commencerons la pose des pièges. Et interdiction de circuler dans les couloirs après 19 heures. Et fermez-vous à double tour dans vos chambres. Je ne tolérerai pas de nouvelles victimes.
Soudain quelqu'un frappe à la porte. TOC TOC TOC TOC TOC TOC TOC TOC TOC TOC TOC ! Longuement. TOC TOC TOC TOC TOC ! Interminablement. TOC TOC TOC TOC TOC !
Tandis que les coups continuent furieusement, Lomega secoue la tête d'exaspération.
TOC TOC TOC TOC !
- Laissez, j'y vais. C'est le nouveau garde, dit-il d'un ton hautement blasé à l'assistance hébétée.
TOC TOC TOC, Lomega se lève donc, va jusqu'à la porte, TOC TOC TOC TOC, et ouvre TOC T...
- T'as pas bientôt fini oui ? ! ! s'écrie Lomega au visage de Lomion.
- Ben vous m'avez dit de frapper avant d'entrer !
- Oui mais pas tout le temps, trois coups, ça suffit !
Lomion observe Lomega d'un air béat.
- Bon c'est pas grave. Qu'est-ce qu'il y a ?
- Quand vous dites que je dois monter la garde sans bruit et droit comme un " i "...
- Oui ?
- Je me demandais si lorsque quelqu'un arrive, je dois parler...
- Heu ben oui, pourquoi ?
- Aaaaaaaah ! C'est pour ça qu'ils ont pas l'air contents !
- Qui ? demande sombrement Lomega.
- Eux là, explique Lomion en pointant son doigt vers le couloir.
Lomega s'avance et découvre sur la droite derrière la cloison, Elbereth en compagnie de Shev. Tous deux montrent un visage patibulaire. Lomega les regarde d'un air penaud.
- Nous nous égosillons depuis cinq longues minutes devant cette espèce de protozoaire ! lance Elbereth.
- Oui j'ai pas dit un mot chef. Pas un ! s'exclame fièrement Lomion.
- Oui c'est bien Lomion... Bon entrez vous.
Les deux nouveaux arrivants s'exécutent et vont s'asseoir. Le sourire de Lomion s'efface derrière le claquement de porte furieux de Lomega.
Après cet incident, la réunion reprend son cours normal.
- Je vous présente donc Shev, explique Lomega à l'assistance.
- Salut ! s'extasie l'intéressé. J'suis trop content d'être ici et de vous voir en chair et en os...
C'est alors que le grille-pain posé sur la table se met à grésiller.
- Et de vous voir en courant électrique aussi, ajoute Shev.
- Je te souhaites la bienvenue de la part de toute l'équipe, dit Fladnag avec sagesse.
- Faites excuse, mais devant un si noble invité, je me permets de faire une remarque, intervient Sugirva. Il serait bon d'éviter de faire des fautes aussi grossières en présence de notre invité. A la première personne du singulier, le présent de l'indicatif du verbe souhaiter ne prend pas de " s " à la fin. Une telle faute, mon oreille avertie me l'a signalée.
- Ô joie ! Nous voici sauvés ! lance Elbereth d'une voix chantante.
Sugirva se tourne vers elle et se fige d'admiration.
- C'est un honneur pour moi, gente dame, que de corriger nos confrères afin que les paroles qu'ils émettent fassent honneur à vos oreilles avisées.
Elbereth baisse la tête d'un air ingénu. " Je vous remercie mon brave.
Dans sa fougue, le Minotaure ne peut retenir son incoercible désir. Il se lève et va jusqu'à elle. Il prend sa main, la baise et dit fébrilement :
- Oserais-je vous inviter à dîner ce soir, ma dame ?
- Cette invitation enchante tout mon être. Ce serait avec plaisir.
- Ensuite nous irons au bord de la rivière, sous le ciel étoilé, et nous courrons nus sur la berge. Je vous corrigerai, vous me corrigerez, nous nous corrigerons.
- Oh oui, corrige-moi ! " s'exclame passionnément Elbereth en serrant les mains de Sugirva. Puis soudain, son visage s'assombrit, et elle met une gifle monumentale au Minotaure. " Non mais ça va pas ? crie-t-elle. Quelle impudence ! Sug' tu n'as pas que les sabots de bifides.
- Mais je...
- Sache que j'ai DEJA un prince charmant !
Sugirva baisse le mufle et va se rasseoir devant l'assistance amusée.
- Ouah c'est trop génial ! On se marre trop ici, intervient Shev. C'est encore mieux en vrai sérieux !
- Merci jeune fan, dit Onirian en tapotant l'épaule de Shev.
- Vas-y qu'est-ce tu m'dis ! Ch'uis pas une jeune femme oh !
- Mais je n'ai pas dit ça, s'excuse Onirian, totalement désemparé.
- T'as pas honte Onirian d'insulter un invité ? gronde Lomega.
- Mais non...
- Vous voulez que je m'en charge m'sieur ? demande alors Zogrot, hache en main.
- Mais voyons messieurs du calme, s'écrie Fladnag en se levant.
- Toi le Mage à l'envers on t'a pas sonné ! hurle Zogrot.
- Heho dis, tu veux te battre ? C'est ça ? Viens tâter de mon bâton !
- Tu sais où je vais te le mettre ton cure-dents ? ?
C'est au tour d'Estellanara de se lever pour tenter de tempérer les humeurs de son Orc.
- Allons chéri calme-toi...
- Mais je suis caaaaaaaaaalme ! ! !
- Oui oui... heu viens on va à la piscine tu verr...
Soudain Zogrot se calme net. Il semble médusé.
- Estellou, ma chérie, regarde les copains...
La guérisseuse se retourne et découvre... Un chaos. Tout le monde se crie mutuellement dessus. Elbereth règle ses comptes avec le Minotaure, Fladnag échange des politesses en compagnie de Shev et d'Onirian, Mélophage a sorti ses griffes et s'est jeté(e) sur Lomion qui, alerté par le bruit, est entré au mauvais moment. Telglin a pris une poche de fraises Tagada et s'est réfugié sous la table pour les manger tranquillement, lorsque l'une d'elles est passée par le mauvais trou. Avec stupeur, l'Elfe comprend la situation : " Bordel ! Des fraises génétiquement modifiées ! Argh ! " Pendant ce temps, Nounou, assise confortablement sur son balai, vole en rase-mottes au-dessus de tout le monde en riant sardoniquement.
- J'aurai vos yeux à tous hahahahaha ! ! Mon bocal ne sera jamais assez plein hahahahaha !
C'est alors qu'elle aperçoit son Melon préféré, seul et livré à lui-même. Il roule dans son cageot de manière menaçante en criant :
- Allez venez vous battre, moi aussi j'suis méchant. Allez j'vais vous refaire la tronche !
- J'arrive mon chéri ! s'exclame Nounou.
Elle fonce vers lui en piquet et l'attrape d'une main.
- Bonjour poupée, dit Menelon. Redescends-moi, j'ai des coups de boule à mettre.
- Allons reste avec moi. Tu vas m'aider à collecter les yeux.
- Bon d'accord.
Plus loin, délaissé, Lomega se frotte les tempes.
- J'y comprends rien... se désole-t-il.
- Vous voulez que je mette de l'ordre patron ?
Lomega relève la tête et découvre Zogrot, en compagnie de sa moitié ou plutôt de son quart, j'ai nommé Estellanara.
- Oh je sais pas, ne nous mêlons pas de ça... Je suis fatigué mon pauvre...
- Vous avez raison chef, nous sommes des gens responsables qui n'av...
Soudain un GPNI ( Grille-Pain Non Identifié ) volant à basse altitude vient heurter violemment le crâne de Zogrot. L'Orc secoue la tête pour se remettre l'idée en place ( oui un Orc n'a pas plus d'une idée à la fois ) et se jette au coeur de la bagarre en criant :
- Moi les fous j'les soigne ! Je vais lui faire une ordonnance, et une sévère ! Je vais lui montrer qui c'est Zogrot ! Aux quatre coins du FBI qu'on va le retrouver éparpillé, par petits bouts, façon puzzle !
Lomega regarde l'Orc béatement.
- Oui, intervient Estellanara. On s'est disputé tout à l'heure et je lui ai lancé ma collection de cassettes vidéos sur la tête. Et depuis, quand on le cogne sur la tête, il sort des répliques de films...
- J'aime bien les Tontons Flingueurs...
- Oui hein. J'ai toutes sortes de films en fait. Heu bon je vais essayer de le calmer.
Et voilà qu'Estellanara court après son Orc, qui court après son agresseur anonyme... Lomega observe le spectacle avec indignation, quand soudain il entend quelqu'un.
- Psst !... pssst ! !... PSSSSSST ! ! !
Lomega se retourne et découvre, quelques centimètres plus bas, le grille-pain.
- Oui z653z ?
- Tu peux remettre mon grille-pain debout s'te plaît ?
- Heu oui bien sûr.
Lomega s'exécute.
- Pfff ! Une rayure de plus, et un belle ! s'exclame le Courant. Je dépense une fortune en grille-pain à cause de ses fous ! Mais tu vas voir j'vais m'les faire !
- Non Z !
Mais trop tard, le grille-pain animé par le Courant Electrique sautille jusqu'au sein de la bagarre, et il saute au visage de Fladnag. Le combat est rude. Non loin de là, Estellanara a enfin réussi à rattraper Zogrot. Ayant repris son souffle brièvement, elle lui donne une sévère taloche sur la tête, tandis que lui-même offre une série de beignes à Onirian, qui était en train de piétiner Shev. On en retiendra une parole fort sagace proférée par ce dernier : " Ah fa f'est pas ventil ! Ah fa non ! "
Sugirva, couvert de bleus, ne sait plus où il en est. Il parcourt la salle, hagard, en demandant :
- Mé ou sui-ge ? kelqun pouré til médé ?
Devant un spectacle aussi affligeant et indigne de sa personne, Lomega préfère s'en aller.
- Oh puis démerdez-vous ! dit-il en guise de conclusion.
Mais - ô grand malheur - au moment où il arrive à la porte, Mélophage, ayant pris un coup de pied formidable de la part d'un inconnu, vient s'écraser lourdement sur une table. Et alors me direz-vous ? Et bien ladite table supportait une cafetière, et cette dite cafetière en s'écrasant sur le sol a éclaboussé le beau pantalon de Lomega.
- Ah non mais c'est pas vrai ! s'écrie-t-il rageusement avant de se lancer à son tour dans la rixe.
S'en suit alors une bagarre générale tellement brouillonne, qu'il serait impossible de la décrire totalement même avec la meilleure volonté du monde. Sachez seulement que tout le monde tape sur tout le monde, sans exception, même Menelon que tout le monde aime. Zogrot court dans tous les sens, suivi de près par une Estellanara exténuée. Enfin arrivée au niveau de l'Orc, elle lui donne un énième coup sur la tête en se disant : " Cette fois c'est la bonne ! "
- Gogo gadget aux pieds ! crie alors Zogrot. Gogo gadget au chapeau !
Estellanara ne désespère pas, elle continue. PAF ! " Car je serai bientôt le maître du mooonde ! AHAAHAH ! " PAF ! " Le dormeur doit se réveiller ! " REPAF ! " McFly... McFly ! Y a quelqu'un au bout du fil ? " REREPAF ! " Avoue qu'y a de quoi se la prendre et se la mordre. " RERERE...PAAAAF ! ! ! " Oh oui c'est bon. Hum tu la sens là hein ? "
Soudain le brouhaha le plus assourdissant fait instantanément place à un silence complet. L'assistance toute entière semble s'être figée comme statue de pierre. Les visages tuméfiés et ensanglantés évoquent l'indécision, et les yeux ( au beurre noir ) sont tournés vers Estellanara et Zogrot. La guérisseuse observe tout le monde en esquissant un sourire penaud et aussitôt, redonne un coup sur la tête de son bien-aimé.
- Mais t'as pas fini non ? s'exclame alors ce dernier en se massant le cuir chevelu.
Estellanara ne semble pas avoir entendu. Elle émet un soupir de soulagement. A ce moment-là, Lomega s'approche d'elle.
- Toutes sortes de films hein ?
- C'est pas à moi, on a dû me glisser la cassette dans ma chambre par inadvertance.
- Mouhahaha ! fu farles ! glousse Shev.
Lomega lève les bras et exige à nouveau le silence.
- On va tous se calmer maintenant, d'accord, et on va aller se reposer. On en a bien besoin. Si Galadriel avait toute sa tête et nous voyait elle ser...
- C'EST QUOI CE BORDEL ? ? ? ! ! !
Après cette interjection, un étrange moment de flottement gagne chacun des agents du FBI. Puis c'est le trou noir... Et soudain la lumière revient à chacun d'entre eux - fort heureusement la coupure n'a pas été longue. Ils se relèvent lentement, à leur rythme et s'observent mutuellement. A leur grande surprise, aucun d'entre eux n'a ni plaie ni bosse.
- Vous êtes fiers de vous ?
Tout le monde se tourne vers la provenance de la voix, et ils découvrent Galadriel. Elle les observe, les sourcils froncés et les bras croisés.
- Qu'est-ce qui se passe ? demande Lomega en tentant de reprendre une allure des plus digne. Quel est le problème ?
- Telglin ! C'est Telglin le problème.
- Qu'ai-je fait ô ma reine ? demande l'intéressé tout mielleux.
- Tu aimes faire la cuisine, inventer des recettes ?
- Oui assez j'avoue, dit l'autre avec fierté.
- Comme des fraises Tagada goût fraise des bois par exemple ?
- Heu oui. D'ailleurs je crois que j'ai réussi.
Galadriel ne répond rien. Elle tourne la tête vers la grande table au centre de la pièce.
- Les voilà, dit-elle sévèrement.
- Oh ! Mais qui les a mises là ?
- Toi ! Pour les faire goûter aux autres. Et à défaut d'avoir inventé les fraises Tagada goût fraise des bois, tu as inventé les fraises Tagada hallucinogènes. Et depuis ce matin vous délirez à propos d'une Entité et de fraises Tagada trafiquées par les russes ou je ne sais quoi. Bande de bouffons ! Tous !
- Heu Gala, je faisais exprès moi, explique Lomega. J'essayais de ramener nos amis à la raison.
- Mais oui c'est ça, répond sèchement Galadriel. Avec la dose que tu as prise, je n'en doute pas... D'ailleurs, c'est toi qui m'as traitée de folle ? Je glousse comme les dindons paraît-il ?
- C'est les fraises, je ne savais plus ce que je faisais !
- Moui... Bon vous allez me nettoyer la salle de réunion et vite ! Quand je reviens, je veux que tout soit propre. Je ne tolérerai pas que mes agents se droguent au sein des bureaux, même involontairement. Quant à toi Telglin, fini de jouer à l'apprenti sorcier ! Tu es suspendu à partir de demain !
Sur ces dernières paroles, Galadriel s'en va en claquant la porte. Jusque-là, personne n'a osé piper mot.
- Bon ben au boulot les amis, dit Telglin.
Mais lesdits amis, au lieu de répondre, lui lancent un regard noir.
- Holà ! C'est bon excusez-moi ! Tout est bien qui finit bien non ?
- Oui il a raison mes amis, renchérit Fladnag. Nous avons retrouvé la raison et c'est là le principal.
L'assistance approuve unanimement les sages paroles du Mage à l'envers, sauf une personne, Lomega. Ce dernier est resté à l'écart, les bras croisés et le regard sombre.
- Ben qu'y a-t-il Lomega, vient s'enquérir Mélophage. C'est vrai qu'on a pas eu le temps de torturer mais sinon tout est bien qui finit bien non ?
- Ouais à part qu'Alia, Zepoète et Scytale ne sont pas là !

© Par Lomega le Vendredi 12 Septembre 2003 à 19H50




Publication : Inconnue
Dernière modification : 07 November 2006


Noter cette page : Vous devez vous identifier pour utiliser le système de notation
Scytale
1. Ouverture du dossier
Lomega
2. Nouveaux éléments
Onirian
3. L'histoire se précise
Lomega
4. La mission
Scytale
5. Un léger contretemps
Telglin
6. Intermède
Lomega
7. L'antre de la folie
8. Révélations
Onirian
9. Face-à-face
Scytale
10. Quelques instants plus tard
Onirian
11. Projection mentale
Telglin
12. A propos du scénario
Scytale
13. Nouvel objectif
Lomega
14. Conspiration
Scytale
15. La bataille
Telglin
16. Nous interrompons nos programmes
Scytale
17. Bas les masques
18. La lutte
Lomega
19. L'Intrus
Estellanara
20. Préparatifs pour l'assaut final
Onirian
21. Folle course sur les quais
Estellanara et Zogrot
22. En route pour l'assaut final
Onirian
23. Sombre fiasco
Lomega
24. La révélation finale
DISTRIBUTION
Tout le dossier sur une seule page (180Ko)




Aucun Commentaire



Ajouter un commentaire

Pseudo
Mail
Titre ou commentaire concis
Commentaire détaillé
(Optionnel)





Retour a l'index Librerie


Page générée en 212 ms - 101 connectés dont 3 robots
2000-2018 © Cercledefaeries