Version HTML ?

Le Récit des Jours

Elle ne ralentit pas son allure, donnant l'impression de ne pas avoir vu le petit groupe et de vouloir passer au travers. Mais elle s'arrêta net, à quelques dizaines de centimètres de Gualian qui commençait à s'esquiver. Elle leur adressa la parole d'une voix cristalline et précise.
"- Belle journée, n'est-ce pas ? J'ai l'impression que vous m'attendiez.
- En effet, Grande Prêtresse, répondit Cymbeline. Je sais que vous avez d'ordinaire un emploi du temps très chargé, et qu'il doit l'être encore plus par ces temps trou...
- Princesse, voyons, gardez vos formules pour la cour. J'aime que les gens me disent d'emblée ce qu'ils attendent de moi. La vie est trop courte pour palabrer ou hésiter. Que voulez-vous ?
- Euh...eh bien l'homme que voici s'appelle Gualian de Fedellin. Il vient d'arriver du duché de Ghent ; sa femme est victime du Songe de la Lune Ambrée et il est venu ici pour demander de l'aide. Je crois savoir qu'une de vos prêtresses a réussi un jour à libérer quelqu'un de ce Songe.
- Ce n'est pas tout à fait exact, mais nous n'avons pas le temps de pinailler. Je dois voir votre père sous peu, mais je dois d'abord me restaurer. Messire Gualian, si cela ne vous gêne pas de me mettre au courant de votre histoire pendant que je mange, je verrai ce que je peux faire pour vous. Vous me suivez?
- Tout de suite, votre...euh...sainteté, balbutia Gualian.
- Sainteté? Ah! Cela fait un peu trop pompeux pour moi, éclata de rire la Grande Prêtresse. Voyons, faites comme pour tous les membres du clergé du Dieu-Reflet: appelez-moi Prêtresse Mirna. Ce sera très bien. Allons, venez."

La Grande Prêtresse entra dans la salle du trône en reprenant sa démarche énergique. Gualian lui emboîta le pas, aussitôt suivi par Duorn.
"- Comptez-moi donc votre histoire, messire Gualian, dit la Grande Prêtresse sans ralentir son allure.
- Eh bien, comme le mentionnait la Princesse Cymbeline, ma femme a été victime du Songe de la Lune Ambrée il y a de cela six nuits. Le médecin du village n'a rien pu faire et je me suis permis de venir solliciter l'aide de la Princesse. Elle m'a dit que la seule chance de guérison de ma femme se trouvait peut-être au sein du clergé.
- Il est vrai qu'une de mes prêtresses était présente lors du seul cas connu de guérison de cette maladie. Je dois pourtant bien reconnaître qu'il s'agissait d'un simple concours de circonstances.
- Le Dieu-Reflet ne pourrait-il rien faire ?
- Nous partons du principe que le Dieu-Reflet n'intervient pas dans nos vies : il nous regarde agir et, une fois que nos vies sont arrivées à leur terme, il juge nos actes et nous accorde la félicité ou nous condamne au néant. C'est pour cela que, contrairement à beaucoup d'autres croyances, nos rites sont très informels. C'est pour cela que nous ne croyons pas non plus aux miracles en tant qu'interventions divines. Je ne peux pas invoquer le Dieu-Reflet pour qu'il intervienne, je peux seulement le prier pour qu'il vous aide à surmonter cette épreuve douloureuse.
- Autrement dit il ne sert à rien.
- Oh si : l'existence du Dieu-Reflet réconforte l'homme car elle lui assure que le mal est puni et que les justes sont récompensés en fin de compte. Le Dieu-Reflet est à la fois la justice qui condamne ou acquitte et l'amour qui pardonne. C'est une perspective très rassurante pour l'homme de savoir que quelqu'un sait ce qui est bien et mal et que chacun devra répondre devant lui. C'est aussi une motivation pour rester dans le droit chemin, car quelqu'un regarde à chaque instant ce que chacun fait. C'est enfin et surtout une source d'espoir en un avenir meilleur, en la bonté intrinsèque de l'homme et du monde, en la valeur et la supériorité du bien sur le mal.
- Et ma femme dans tout cela ? Elle a fait beaucoup de bonnes choses dans sa vie. Elle a peut-être aussi fait quelque acte mauvais mais j'ai du mal à le croire. Maintenant en tout cas elle ne peut plus faire ni l'un ni l'autre.
- C'est peut-être qu'il est temps pour vous d'agir. Quant à moi je ne peux rien faire, sauf peut-être vous dire le nom de la prêtresse dont vous parliez et l'endroit où elle se trouve. Elle s'appelle Bethuna et si ma mémoire ne se trompe pas, elle se trouve actuellement dans les Hautes Terres auprès des quelques familles gnauplim qui ont adopté notre foi.
- Bien, je vous remercie Grande Prêtresse. Je n'ai que ça comme piste alors je pense que je vais me rendre dans les Hautes Terres dès à présent.
- Je crains que vous n'en ayez plus la possibilité : les Tribus de l'Est sont déjà en marche et assiégeront Fortcarré d'ici peu. L'assaut aura probablement lieu demain ou après-demain. C'est probablement de ça dont voulait me parler le roi aujourd'hui. Mais tout cela attendra bien la fin du repas : venez, installez-vous avec moi et remplissons un peu nos panses. Ventre gargouillant fait cerveau vide."




Publication : Inconnue
Dernière modification : 07 November 2006


Noter cette page : Vous devez vous identifier pour utiliser le système de notation
Prologue
Les Premières Lueurs de l'Aube
1er Chapitre
Le Conseil Restreint
Partie 2
Partie 3
Partie 4
Partie 5
Partie 6
Partie 7
Partie 8
Partie 9
2nd Chapitre
La Chute de Fortcarré
Partie 2
Partie 3
Partie 4
Partie 5
Partie 6
2nd Chapitre
Partie 7
3ème Chapitre
Les Trois Fuyards
Partie 2
Partie 3
Partie 4
Partie 5
Partie 6
Partie 7
Partie 8
4ème Chapitre
A Travers les Hautes Terres
Partie 2
Partie 3
Partie 4
Partie 5
Partie 6
Partie 7




Aucun Commentaire



Ajouter un commentaire

Pseudo
Mail
Titre ou commentaire concis
Commentaire détaillé
(Optionnel)





Retour a l'index Librerie


Page générée en 61 ms - 149 connectés dont 3 robots
2000-2017 © Cercledefaeries