Version HTML ?

Le Récit des Jours

Quatre personnes se répartissaient de part et d'autre de la table. A la gauche du roi se tenait le connétable Kaorn. C'était un homme grand et sec, presque décharné, aux traits tirés et à la mine austère. Il portait l'uniforme beige et vert habituel de la garde avec pour seul signe distinctif une petite barrette d'or au niveau de la poitrine. Il était chauve et ses orbites s'enfonçaient profondément. Il n'avait pas de charme et ne faisait pas grand chose pour y remédier. Même l'uniforme de la garde, qui transformait n'importe quel soldat en bourreau des coeurs, ne parvenait à le rendre séduisant.

Face à Kaorn, le conseiller du roi faisait bien meilleure figure. Plus petit, plus robuste, la mine plus avenante, Cilling présentait une bonhomie sympathique. Déjà conseiller du couple royal, il avait pris de plus en plus d'importance depuis la mort de la reine. Secondant le roi et le déchargeant des travaux les plus éreintants, il était devenu le gérant du royaume. Mais il se gardait de faire quoi que ce soit sans l'assentiment royal.

A côté de Cilling se tenait Odion, le fils aîné du plus grand commerçant d'Ambrelune. Malin, avisé, cultivé, il s'appuyait sur l'immense réseau de clients et de fournisseurs liés à sa famille pour obtenir de nombreux renseignements sur les pays voisins. Il s'occupait donc tout autant de l'économie que des renseignements et de la politique extérieure. Derrière son apparence charmante et tranquille, c'était un véritable bourreau de travail qui faisait preuve d'un réalisme confinant au cynisme. Il était légèrement plus grand que Cilling, portait des vêtements à la coupe impeccable et avait le teint légèrement hâlé.

Enfin, à gauche de Kaorn se trouvait Vildya, un petit bout de femme rondelette aux vêtements chatoyants. Elle dégageait une aura de rigueur et de mystère. Ses yeux étranges avaient la même couleur que ses cheveux noirs de jais.

Tous se tournèrent vers Cymbeline lorsqu'elle entra. Le roi prit la parole en premier, avec un ton agacé :
"- Eh bien Cymbeline, ce n'est pas parce que vous êtes la future reine que vous pouvez tout vous permettre. Non seulement vous disparaissez une semaine entière sans dire où vous êtes, mais en plus vous entrez ici comme dans une vulgaire auberge sans attendre qu'on vous y invite.
- Bonjour père. Il me semblait bien pourtant que vous m'aviez mandée en votre conseil. Mais si ce n'est pas le cas, je peux repartir.
- Ne soyez pas effrontée. Vous savez très bien qu'il ne suffit pas de toquer pour entrer dans cette pièce. Vous auriez dû attendre que je vous réponde.
- Oh pardon ! Je m'en vais de suite prévenir les tribus de l'est qu'elles doivent respecter les règles de politesse avant d'investir le château.
- Ne plaisantez pas avec cela Princesse, intervint Kaorn. La situation est grave : je viens de recevoir un rapport qui m'informe que les tribus de l'est se sont regroupées et ont commencé à se mettre en marche. De toute évidence, elles se dirigent droit sur Fortcarré.
- Eh bien, il n'y a qu'à envoyer notre armée à leur rencontre pour leur donner une leçon, proposa Cymbeline. Comme d'habitude.
- C'est malheureusement impossible, répondit Kaorn. Jusqu'à présent nous avons toujours eu affaire à une ou deux tribus isolées. La situation est très différente aujourd'hui. Nos soldats sont mieux entraînés et mieux équipés, mais nettement moins nombreux. Le terrain, essentiellement plat hormis quelques collines vallonnées, ne nous est pas favorable ; nous nous ferions submerger. La seule possibilité est de soutenir un siège. Les tribus de l'est ne s'y connaissent pas en poliorcétique : elles ont l'habitude des raids rapides. Elles ne possèdent aucune des machines nécessaires à la prise d'une ville et n'ont pas prévu le ravitaillement nécessaire pour un affrontement prolongé.
- Le ravitaillement ne devrait pas leur poser problème, rétorqua Cymbeline. Fortcarré est entouré de champs et de cultures à perte de vue et c'est le temps des moissons ; il n'y a qu'à se servir.




Publication : Inconnue
Dernière modification : 07 November 2006


Noter cette page : Vous devez vous identifier pour utiliser le système de notation
Prologue
Les Premières Lueurs de l'Aube
1er Chapitre
Le Conseil Restreint
Partie 2
Partie 3
Partie 4
Partie 5
Partie 6
Partie 7
Partie 8
Partie 9
2nd Chapitre
La Chute de Fortcarré
Partie 2
Partie 3
Partie 4
Partie 5
Partie 6
2nd Chapitre
Partie 7
3ème Chapitre
Les Trois Fuyards
Partie 2
Partie 3
Partie 4
Partie 5
Partie 6
Partie 7
Partie 8
4ème Chapitre
A Travers les Hautes Terres
Partie 2
Partie 3
Partie 4
Partie 5
Partie 6
Partie 7




Aucun Commentaire



Ajouter un commentaire

Pseudo
Mail
Titre ou commentaire concis
Commentaire détaillé
(Optionnel)





Retour a l'index Librerie


Page générée en 52 ms - 164 connectés dont 3 robots
2000-2017 © Cercledefaeries